Comment Déterminer si on doit utiliser un putter toe hang ou face balanced ?

 

Toe Hang ou Face Balanced, ces deux termes nous sont peu familiers, et aussi peu intuitifs. De tous les équipements de golf, le putter n’est pas le produit auquel on souhaite associer naturellement le plus de technologie, ou de complexité technique, et peut-être à la différence du driver. En matière de choix de putter, nous sommes plus habitués à nous intéresser à la forme, à la couleur, au prix, au grip ou même la longueur du manche. En quoi l’équilibre de la face du putter pourrait bien avoir un intérêt pour nous, les amateurs de golf ?

Toe Hang ou Face Balanced pour un putter, de quoi s'agit-il ?

Sans répéter que le putter est le club le plus important du sac, on peut admettre que pour beaucoup de golfeurs, ce club implique une relation plus directe ou plus fusionnelle.

Quand vous jouez une partie de golf, bien entendu, vos partenaires, ou même vous-même, ne glosez pas sur pourquoi vous avez choisi votre putter, et quels sont vos meilleurs souvenirs avec.

Pourtant, je serai assez intéressé de connaître votre histoire d’amour avec ce club. Pourquoi vous l’avez choisi ? Quelles sont vos impressions ? Vos meilleurs souvenirs

Bref, tout ce qui fait que c’est en fait à l’instant présent, votre putter plutôt qu’un autre.

J’imagine que beaucoup d’entre vous commenceraient par répondre qu’ils aiment la forme de la tête, son design, et sa couleur.

En la matière, on parle beaucoup du premier « test visuel », mais plus rarement, les golfeurs prennent un putter dans un rayon d’un magasin, pour le faire reposer sur un doigt, et vérifier l’équilibre de la tête, plutôt en pointe, ou plutôt équilibrée sur toute la longueur de la face.

Vous-même, de chez vous, vous pouvez faire le test.

Prenez votre putter, et vérifier son équilibre en tête avec un doigt qui le tient en équilibre par le manche.

Pour notre consultant, Alexandre d'Incau, ce n'est pas nécessairement la meilleure façon de tester un putter, cependant, sans passer par un clubiftter professionnel, équipés avec des outils de mesures, cela reste un premier bon indicateur.

Plus la tête du putter pointe vers le sol dans cet exercice, et plus cela signifie que votre putter est dit « toe hang »

Il n’existe pas vraiment de traduction en français, mis à part « pend par la pointe ».

Sur le marché, il existe des milliers de modèles de putters différents, de sorte que le degré de « toe hang » peut varier du "full toe hang" à des degrés plus réduits, et jusqu’à son opposé absolu, le putter « face balanced », qui signifie que dans ce cas, le putter est parfaitement équilibré de la pointe au talon.

Dans le même test avec les doigts, la tête de putter reste équilibrée. La pointe ne tombe pas vers le sol.

Plus précisément qu’est-ce qui détermine un putter Toe Hang ou Face Balanced ?

Pour les clubfitters, la définition plus exacte dépend de la relation entre l’axe du shaft, et le centre de gravité du putter.

Si l’axe du shaft et le centre de gravité du putter sont parfaitement alignés, alors la face du putter pourrait être considérée comme parfaitement équilibrée.

Inversement, si l’axe du shaft est plus proche du golfeur à l’adresse, et par rapport au centre de gravité du putter, alors le putter serait plus toe hang.

Concrètement, cela veut dire plus qu’avec un putter toe hang, le poids du putter sera plus loin de vos mains quand vous swinguez.

Ce décalage va justement favoriser un arc de swing plus en arc, alors que pour un putter face balanced, le poids étant centré, cela n’agit pas sur le putter, les deux points étant alignés.

Le point important à comprendre, c’est en fait le poids en tête du putter.

Depuis plusieurs années, c’est un fait que le poids des têtes a considérablement augmenté (entre 20 et 35 grammes en moyenne), soit une augmentation qui frôle ou dépasse les 10% par rapport au volume total des têtes.

Les putters étant plus lourds en tête, cela agit sur l’arc de swing. Vos mains ne seront pas engagées de la même manière.

En quoi est-ce pertinent à savoir ?

A priori, un type de putter pourrait matcher plus ou moins bien avec votre stroke de putting, et justifierait d’ailleurs un fitting de putter.

Sur les greens, le premier objectif d’un golfeur consiste à déplacer la tête de club de sorte que la face soit square à l’impact, pour contrôler la direction du putt.

Le moindre degré d’ouverture ou de fermeture de la face à l’impact suffit à décaler la balle de sa cible, surtout à une longue distance, et par exemple à plus de 3 mètres.

Placer la face square à l’impact dépend aussi du chemin que nous faisons emprunter au putter pour arriver sur la balle.

Pour certains golfeurs amateurs, le fait de déplacer le club d’arrière en avant, et de manière la plus rectiligne possible, soit en produisant un minimum de rotations de la face pendant l'ensemble du mouvement, produit à l’évidence de bons résultats.

Cependant, ce n’est pas la seule bonne manière de putter.

Pour reprendre un exemple issu du monde professionnel, l’américain Phil Mickelson, justement un excellent putter, utilise au contraire un putter qui lui permet de produire inversement beaucoup de rotations de la face pendant le mouvement, tout en arrivant pourtant à revenir square au moment précis de l’impact !

Vous l’aurez compris, il utilise un putter plutôt toe hang. Tiger Woods est aussi dans ce cas.

Quoi qu’il en soit, le plus important, c’est d’amener la face square à l’impact.

Un putter Toe Hang est donc le plus souvent un putter lame avec un shaft plutôt positionné en talon, alors que par opposition, un putter Face Balanced, est plutôt un putter maillet, et encore plus avec un shaft placé au centre de la tête.

Attention, il peut arriver qu’un putter maillet soit plutôt « Toe Hang », et pas systématiquement « Face Balanced ».

Attention encore, l’un ou l’autre, aucun des deux n’est meilleur que l’autre, c’est vraiment une question d’adéquation entre le stroke de putting, et le putter.

Comment déterminer, si on donne beaucoup de rotations à la face du putter pendant son mouvement ?

Il existe des outils comme le radar Zenio, Capto Golf ou le Sam Putt Lab qui peuvent permettre de le mesurer avec précision.

Cela étant, vous pourrez peut-être commencer à en avoir un aperçu en focalisant simplement votre attention sur votre backswing.

Plus il se déplace vers l’intérieur de votre ligne (formé entre votre balle et votre cible par rapport à vos pieds), et plus vous avez de chances de produire beaucoup de rotations.

De mon point de vue, la difficulté consiste à évaluer si vous faites un peu de rotations par rapport à un arc de stroke rectiligne. Plus le mouvement est « grossier » ou marqué, et plus c’est facile de comprendre que le mouvement est très en « arc ».

Dans mon cas par exemple, et sans doute beaucoup d’autres amateurs, l’arc de swing est relativement léger ou pratiquement nul…

 

Au moment d’écrire ces lignes, je fais moi-même le test sur mon tapis de putting avec deux putters distincts, un Toe Hang très prononcé (Scotty Cameron Studio Design) et un Face Balanced (Cleveland Frontline 150).

Dans les deux cas, à 3 mètres, j’arrive à rentrer la balle ou plutôt à contrôler la distance, et la direction, et bien que les deux putters soient bien radicalement différents.

N’est-ce pas confusant ?

Pour l’instant, ce n’est pas la preuve que c’est un argument suffisamment discriminant, et dont je dois absolument tenir compte... pour moi. 

A nouveau, pour en avoir discuté avec Alexandre D'Incau, expert en la matière, je suis justement dans le cas d'un golfeur avec un stroke plutôt straignt et non pas en arc de swing prononcé, et justement, je ne suis pas sensible à cette question de la rotation de la face, et inversement à Alexandre, qui lui utilise plutôt un putter Toe Hang. Sa perception du stroke est radicalement différente de la mienne.

Pourtant à écouter l’industrie, même si mon arc de swing est très léger, j’aurai intérêt à adapter mon putter, et peut-être prendre un putter avec un léger « toe hang ».

Un fitting de putter peut agir sur beaucoup de paramètres : La longueur du manche, l’angle du lie, l’angle du loft, l’offset, le poids en statique, le swing weight, la taille ou la forme du grip… C'est le danger de n'isoler qu'un paramètre, et vouloir en tirer une règle.

S’agissant du choix entre toe hang et face balanced, pour la plupart des experts (les clubfitters), tout serait en fait question de ce que vous cherchez et voulez ressentir quand vous déplacez votre putter !

De manière caricaturale, un putter dit toe hang apporte plus de feeling au golfeur quand il s’agit de sentir où se place la face dans l’espace.

Cela me paraît très conceptuel… Faites le test de votre côté si possible.

Pour moi, je ne le sens pas, alors qu'Alexandre d'Incau lui m'assure fortement le ressentir.

Personnellement, cela ne me parle pas du tout.

En alternant avec les deux types de putters, je ne me sens pas capable d’avoir une meilleure perception du placement de la face dans l’espace avec un putter toe hang versus face balanced.

Peut-être est-ce parce que sans le savoir au début de ma vie de golfeur, je préférais déjà instinctivement les putters Face Balanced ?

J’utilise avec plus de succès un putter maillet dans mon sac, et je finis par croire qu’un putter avec plus de moment d’inertie (plus stable pendant le mouvement) m’apporte au contraire un résultat plus facile à mesurer, et donc plus positif.

Cet été, je suis revenu au putter TaylorMade Spider OS qui est justement plus large (plus de moment d’inertie et plus de stabilité). Lors de ma dernière bonne partie, j’ai rentré 29 putts, dont 9 trous à 1 putt (sur 18 trous).

De ma modeste expérience, pour l’instant, j’accorderai plus d’importance au moment d’inertie par rapport à l’équilibre de la face…

Sur ce point, Alexandre d'Incau me rassure en affirmant qu'effectivement le moment d'inertie est un élément très important dans le choix du putter.

Alors comment vraiment évaluer l’importance de l’équilibre de la Face ?

De mon point de vue, à l’œil nu, c’est sans doute impossible. Il faut forcément des outils de mesures pour contrôler deux choses : L’angle de la face à l’impact, et la régularité des impacts au centre de la face.

En écrivant ces lignes, je constate que l’on s’adresse ici à des golfeurs qui veulent vraiment aller dans le détail du matériel.

Si sans outil, je ne suis pas capable de faire la différence, et que justement, je dois prendre un radar Zenio pour la trouver, c’est que par définition, ce n’est pas évident, et que le résultat du test sera infime ou peut-être marginal.

Pour beaucoup d’amateurs, ce sujet risque d’être donc accessoire.

Le test avec un radar Zenio ou Sam Putt Lab doit donc réellement prouver que l’on centre mieux la balle dans la face, et avec un angle de la face qui présente moins d’écarts d’un coup à l’autre.

Avant de faire le test à mon modeste niveau, je sais déjà que cela va être ardu à prouver.

En revanche, si vous êtes dans un cas ou vous constatez au contraire des écarts importants avec d’un côté un putter qui ne vous permet pas de centrer régulièrement la balle dans la face, et que vos angles de face sont irréguliers au moment de l'impact, dans ce cas, soit c’est votre technique, soit l’équilibre du putter est franchement inadapté.

On peut s’en apercevoir quand on a du mal à contrôler la distance et la direction de ses putts. Cependant, de mon expérience, c’est plus souvent la technique du golfeur qui est en défaut que le club. Peut-être qu’un clubfitter pourrait avoir un point de vue différent ?

Une autre définition qui pourrait vous intéresser, c’est le fait d’utiliser un putter pour limiter ou accentuer l’action de vos mains pendant l’arc de swing.

Si vous avez la sensation que vous « jouez » trop avec les mains, et que du coup, vous êtes irrégulier en distance, et en direction, un putter Face Balanced, pourrait à défaut d’améliorer complètement votre technique, peut-être vous aider.

Pour les clubfitters, un putter avec centre de gravité et un axe du shaft plus rapproché peut justement contribuer à limiter l’action des mains…

A l’inverse, si vous avez le sentiment de swinguer d’un seul bloc, et toujours avec la précaution de travailler votre technique, un putter Toe hang pourrait éventuellement aider.

Pour aller dans le sens des experts, effectivement, il paraît assez logique d’utiliser un putter qui complète votre mouvement naturel plutôt qu’un putter qui est inverse à votre mécanique corporelle.

Toujours selon les clubfitters que j’ai pu interroger dans mon parcours, il semble que pour un golfeur droitier, plus il manque de putts à droite des trous, et peut-être devrait-il envisager d’utiliser un putter avec moins de « toe hang », ou trop à gauche, et alors inversement, en ajouter.

Cependant, ce qui m’inquiète ou m’interpelle, c’est que le plus souvent, en la matière, entre toe hang et face balanced, il n’y a pas de réponse si évidente et toute faite. Le plus souvent, on va vous dire d’essayer et de voir… Ce type de réponse me laisse penser que le lien de cause à effet peut aussi être marginal.

Attention au golf à distinguer la science des croyances…On a parfois plus envie de croire que de preuves irréfutables.

Le golf est d’abord un jeu de l’esprit. On peut croire qu’un type de putter nous va mieux et se conforter en rentrant plus de putts un jour plutôt qu’un autre. Le putter est-il ce jour-là la seul facteur ? Cette remarque vaut aussi pour moi.

Crédit photo : Jeudegolf et Mark Alberti/Icon Sportswire

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 4.8 sur 4 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.