Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Quelles sont les séries de fers les plus vendues en France en 2019?

Il y a des guides de choix, des tests, des revues, des articles, mais finalement, c’est bien le consommateur qui a le dernier mot, et détermine réellement quels sont les clubs les plus vendus en France. Sont-ils d’alleurs les meilleurs ? Sans doute d’un point de vue du rapport performance/prix, et selon le jugement des golfeurs amateurs. Sont-ils les meilleurs d’un point de vue de la performance pure ? C’est une autre question, car volume de vente et qualité de la vente peuvent être deux choses assez différentes. Quoi qu’il en soit, vous, les golfeurs, et les golfeuses avez bouleversé la hiérarchie, et redistribué les cartes entre les marques.

Acheter une nouvelle série n’est pas seulement un simple acte d’achat dirigé par des paramètres seulement arithmétiques. Il y a une part de plaisir à essayer différents clubs, et puis chercher ceux qui vont aller le mieux, plus droit et plus loin.

Dans le top-10 des meilleures ventes de séries de fers pour le golf en France, et en 2019, vous ne trouverez pourtant pas des clubs réalisés sur-mesure, et avec l’approche très fine d’un clubfitter expert.

Le marché 2019 confirme, comme les années précédentes, que la grande majorité des consommateurs privilégient un équilibre produit/prix/accessibilité/temps qui ciblent des séries dont le prix de vente se situe entre 900 et 1100 euros, et donc distribué par les magasins plutôt que par des clubfitters indépendants.

Ces derniers progressent régulièrement dans les ventes, mais ne sont pas en mesure de bouleverser une offre qui doit servir potentiellement 400 000 golfeurs, et alors qu’il se vend environ (estimation) entre 25 et 35 000 séries par an, sur notre territoire.

Le marché 2019 se porte d’ailleurs plutôt très bien depuis le début de l’année, dynamisé par deux phénomènes : La météo et une reprise des licences de plus 3,5%.

On peut estimer que les ventes de séries progressent en France entre 8 et 15% selon les mois. Toutefois, ces bons chiffres doivent être relativisés.

D’une part, il s’agit d’un phénomène de rattrapage par rapport à une année 2018 exécrable.

Les points gagnés en 2019 ne permettent que de compenser ceux perdus en 2018. Sur deux ans, le marché serait plutôt neutre.

D’autre part, la reprise de licences, potentiellement liée à un effet Ryder Cup n’est pas un phénomène par nature durable, et pire, il illustre que la filière golf n’a pas de réservoir de croissance.

Le bilan de la Ryder Cup ne fait pas état de création de nouveaux golfeurs, mais seulement de la réactivation de golfeurs qui avaient abandonné ou quitté momentanément le jeu.

Ces phénomènes suffisent à expliquer une reprise des ventes provisoires, bien plus qu’un soudain changement de l’offre ou une révolution des la part des produits présentés en 2019.

Sans doute que chez TaylorMade, Callaway, Cobra, Srixon, Ping ou Titleist, on aimerait croire que les nouveautés 2019 expliquent ce regain de consommation.

Comme chaque année, 2019 a été marquée par son lot d’innovation avec notamment la Speed Bridge chez TaylorMade ou le relooking des Apex CF 16 en CF 19 chez Callaway.

Une chose ne se dément pas, au-delà des innovations sur les produits, il y a bel et bien une inflation des prix.

A l’unité, sur les dix marques les plus vendues en France, le prix moyen d’un fer approche les 185 euros.

Si on enlève les offres ultra-premiums, type XXIO, qui ont le vent en poupe, au point de susciter l’arrivée de nouvelles offres concurrentes chez Titleist ou Callaway, ce prix moyen serait plutôt autour de 155 euros par fer.

On est bien sur une valorisation d’une série de 7 clubs autour de 900 à 1100 euros en 2019, quand en 2016, ce même prix moyen était légèrement inférieur à 145 euros le fer. Cette inflation est moins marquée par rapport aux drivers.

C’est d’ailleurs le fruit du renchérissement de la main d’œuvre en Asie, de fluctuations sur l’acier, et des taux de changes.

S’agissant du cours de l’acier, c’est très intéressant de noter qu’il était à un niveau assez bas en 2016 (autour de 449 dollars la tonne) pour monter très fortement à l’été 2018 (pic record à 942 dollars la tonne en juin 2018), mais depuis, le cours ne cesse de chuter pour arriver aujourd’hui à 538 dollars la tonne.

L’acier reste l’un des premiers coûts dans la production d’une série de clubs.

Les prix de ventes finaux ne varient pas autant que celle du cours du matériau, signe que les marques régulent ou anticipent leurs achats.

Si les cours baissent, elles n’ont pas tendance à répercuter cette baisse dans le prix de vente.

Sans doute contrebalancé, par le coût de la main d’œuvre en Chine qui lui ne cesse de progresser.

Selon Patrick Artus, directeur de la recherche économique de Natixis, le coût salarial unitaire en Chine pourrait rejoindre le coût salarial unitaire des pays de la zone euro d'ici seulement 5 ans !

Il déclarait cela en 2016 ! C’est donc pour l’horizon 2021 !

Cela étant le marché des fers est toujours dirigé par les offres « Super-improvment » justement dans un prix autour de 145 euros le fer.

Notez que cette catégorie de produits (PING G410, TaylorMade M6, Cobra KING F9 SpeedBack) n’a pas réellement subie d’inflation en trois ans, signe qu’il s’agit d’une partie sensible du marché, où l’euro supplémentaire peut vous faire perdre des places.

1015 euros en moyenne la série de 7 fers ou 870 euros la série de 6 fers, ce qui est d’ailleurs le package majoritaire en vente, constitue donc le cœur du marché.

Cœur du marché qui ne bouge pas en catégorie de produits dominants, les fers super-improvments avec des lofts de fers 7 estimés à 30 degrés ou moins, en revanche, le classement à l’intérieur entre les marques, lui a bougé, avec en 2019, la première place pour le PING G410 devant le TaylorMade M6, le Cobra KING F9 et le Callaway Rogue.

Le changement notable, ce serait la baisse de TaylorMade, qui jusqu’à présent occupait chaque année la première place des séries les plus vendues, et encore en 2018 et jusqu’à début 2019 avec la série M4.

En part de marché, en 2016, Callaway et TaylorMade étaient au coude à coude avec à elle deux pas moins de 40% du marché des fers. En 2018, TaylorMade a réalisé une excellente année, distançant tous ses concurrents.

En 2019, il semblerait que PING ait renversé la table, pris la première place du marché avec une avance certaine sur Callaway, Cobra et TaylorMade.

Le G410 est donc le club que vous plébiscitez, et pas pour une raison tarifaire par rapport à ses concurrents.

Le G410 est pile dans la plaque du marché moyen en prix.

En revanche, si vous achetez un nouveau driver et des nouveaux fers la même année, et continuez à respecter une logique d’achat mono-marque, à savoir prendre tous les clubs, du driver aux fers chez Ping ou chez TaylorMade ou chez Callaway, alors dans ce cas, la bonne saison des ventes du driver PING G410 pourrait avoir par effet rebond, un bon impact sur la vente des fers.

Ce classement consacre donc les fers Super-Improvments (probablement plus d’un tiers des ventes), et à l’inverse, continue d’illustrer la désaffection des golfeurs français pour les produits plus techniques, et notamment les lames.

La série qui sur ce segment s’en sort le mieux, c’est la nouvelle Callaway Apex, mais ce serait la seule à intégrer le top-10 des ventes, et encore, ce n’est pas une lame Muscleback.

Dans les produits à classer entre Super-Improvment et clubs pour très bons joueurs, la TaylorMade P790 continue à tirer son épingle du jeu.

Cette série avait connu un très fort démarrage au point d’occuper les premières places devant des clubs super-improvment. Cela reste une valeur sûre pour TaylorMade.

Sur le segment ultra-premium, XXIO continue à progresser et à nettement dominer, au point de susciter l’envie des marques, comme Titleist et Callaway, qui arrivent avec de nouvelles offres concurrentes.

Dans ce contexte, Honma a largement réussi son début d’année 2019, sans doute dopée par l’arrivée de Justin Rose dans son giron.

A l’inverse, la tendance 2019 confirme un signe négatif pour le marché à long-terme : Les ventes de clubs plutôt typés débutants continueraient de baisser. Wilson qui reste le principal acteur de ce segment perd lentement en parts de marché.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 3.7 sur 3 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.