Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Tirer, pousser, porter son sac de golf, quelle est la meilleure solution ?

Nous n’avons pas tous le même swing. Nous n’avons pas les mêmes aptitudes physiques. Nous n’avons pas non plus la même philosophie concernant le fait de porter le sac de golf, le tirer avec un chariot manuel ou le pousser. Porter le sac ou utiliser un chariot, on peut y trouver des avantages, et des inconvénients, selon son propre point de vue, sa croyance ou son habitude. Un chiropraticien apporte cependant un éclairage très tranché sur le sujet !

Le fait de se mouvoir sur un parcours de golf implique au moins deux paramètres : La dépense physique, et la concentration sur le jeu.

Tirer, porter ou pousser, vous avez là trois grandes possibilités en dehors d’une voiturette, d’une golfboard, ou de recourir à un caddy.

Si on en avait la possibilité, sûr que nous serions tous très intéressés par le fait de recourir à un caddy pour clore le débat, et en plus, nous prodiguer de bons conseils, ce qui ajouterait alors une troisième dimension : Le mental.

En attendant, sur la question du physique, le chiropraticien Josh Nelson spécialisé sur le golf, membre du Titleist Performance Institute, et basé en Australie, délivre ci-après un avis bien tranché.

« Il est important de comprendre que le golf est un jeu qui exige que tous vos muscles, articulations et autres tissus travaillent en synergies, afin de vous donner les meilleures chances d'atteindre votre performance maximale. »

De là, il poursuit en affirmant que dans 100% des cas, il choisirait toutes les options possibles sauf le fait de porter le sac pendant 18 trous !

« Le fait de porter les clubs place une énorme force de compression sur la colonne vertébrale, et provoque en plus une accumulation d’acide lactique dans les muscles environnants, ce qui cause de la fatigue, et accentue le risque de blessure. »

Il ajoute « En tant que chiropraticien et golfeur, je regarde toujours la posture des gens sur mon golf, et là, je grince des dents quand je vois des juniors trimballer un sac de club, penchés en avant, avec la tête encore plus en avant par rapport au corps. »

Effectivement, dans la vie de tous les jours, nous avons toujours pleins de mauvaises raisons de nous tenir trop penchés (écrire sur un bureau ou taper sur un clavier d’ordinateur… se pencher pour lire son smartphone… etc. pour ne pas en rajouter avec le poids du sac sur le dos.

Pour John Nelson, on ne peut pas occulter le fait de soulever puis remettre le sac sur le dos près de 100 fois pendant toute la durée de la partie, chiffre à mettre en relation directe avec le nombre de coups joués.

« Cela impose encore en plus de contraintes, et de torsions sur la colonne vertébrale, surtout si le sac pèse en moyenne entre 8 et 15 kilos. »

Le chiropraticien fait en plus référence à une étude faite en Europe, qui laisserait penser que le fait de porter jouerait négativement sur la carte de score, sans avancer plus d’arguments à ce sujet.

A l’inverse, le docteur Neil Wolkodff, directeur du centre de la santé et des sciences du sport du Colorado a mené une étude sur les effets physiques de l’utilisation d’un chariot par rapport à un sac, à savoir si cela pouvait être bénéfique d’un point de vue de la dépense d’énergie.

Les résultats de son étude ont démontré un écart très minime en faveur du fait de porter le sac.

Les golfeurs dans son champ d’étude ont brûlé en moyenne 721 calories sur 9 trous contre 718 calories pour ceux qui poussaient le chariot. Un écart qui n’est vraiment pas significatif.

Le chercheur s’est lui-même dit surpris par la consommation énergtique liée au swing de golf. « Le fait de lancer le club à près d’une centaine de reprises consomme énormément d’énergie. »

Cependant, les clichés sur le golf ont la peau dure.

Les sites et magazines français qui classent les activités sportives qui consomment le plus de calories sur une heure de pratique n’évoquent même pas le golf, se contentant de répéter tous les mêmes chiffres.

Wolkodff précise que le swing de golf est déjà en soi une tension pour le dos, et peu importe la manière de mouvoir les clubs, il est toujours mieux de ne pas ajouter du stress sur le dos, en portant le sac.

S’agissant du risque de blessure, il évoque en particulier les épaules, le dos, et les chevilles.

Finalement, quelles que soient les études, toutes semblent valider la décision des instances fédérales d’autoriser les chariots non motorisés sur les tournois, et notamment depuis 2009 aux USA dans le cadre de l’American Junior Golf Association.

En somme, il apparaît que le fait de porter le sac est de manière unanime, la dernière chose à faire.

Reste à savoir si c’est préférable de porter ou de tirer un chariot manuel.

Pour le chiropraticien, dans ce cas, la réponse est assez simple. Il nous invite à observer la posture d’un golfeur qui marche.

La principale différence s’observe quand vous tirez, car dans ce cas, vous créez un effort de torsion sur la colonne vertébrale, ce qui peut provoquer des déséquilibres musculaires, et finalement, plus de pression sur les épaules, les coudes, et les genoux.

Là-encore, il évoque un risque de blessure accru.

Golfeur, John Nelson remarque que le sens du jeu au golf est toujours le même. La seule chose qui change étant d’être gaucher ou droitier.

« La dernière chose que nous voulons quand nous jouons au golf consiste à provoquer une plus grande asymétrie au niveau du corps, justement en répétant des mouvements physiques à l’inverse du sens du jeu. »

Il remarque que le fait de pousser un chariot, permet de profiter de l’élan dans le sens de la marche, et ainsi de réduire la fatigue musculaire.

Son dernier conseil étant de positionner la poignée à hauteur de ceinture afin que les bras, et les épaules restent détendus.

Tirer, pousser ou porter, vous l’aurez compris, son avis est très nettement en faveur de pousser. Porter étant vraiment à proscrire.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.