Quel est le véritable « bounce » ou « rebond » d’un club de golf ?

Un lecteur nous a récemment sollicité, pour savoir comment identifier le rebond d’un club de golf, puisque ce n’est jamais indiqué directement sur le club, et pourtant cela revêt une certaine importance, notamment par rapport au type de coup de golf à jouer. De plus, si on prend le seul exemple des sandwedges, les marques proposent une grande variété de clubs selon le « bounce ». Comment y voir plus clair ? J’ai creusé le sujet en détail…

De quoi parle-t-on ? Bounce ou bounce effectif ?

Quand on parle de bounce, il faut savoir faire la distinction entre le bounce annoncé, et le bounce effectif ou réel.

Utilisateur du Trackman, je suis devenu familier des notions de loft et de loft dynamique. Avant de parler spécifiquement du bounce, permettez-moi de vous expliquer la nuance.

En clair, tous les clubs de golf présentent un loft, qui d’ailleurs la plupart du temps n’est pas affiché sur le club, au profit du seul numéro, ce qui donne une très grande liberté aux marques pour réaliser des fers 7 de 28, 30, 32, 34 ou même 36 degrés.

Sur le parcours, quand votre partenaire vous indique avoir tapé un coup de fer 7 pour faire 130 mètres, et que vous vous apprêtez à prendre une décision selon cette information, vous n’êtes pas vraiment avancé !

Quel est le véritable loft de son club ? Il ne le sait pas forcément par cœur.

D’autre part, et c’est impossible à voir à l’œil nu, si son club a bien un loft défini. Quel est son loft dynamique ? A savoir, le loft réel du club au moment d’impacter la balle ?

Un club a beau avoir un loft de 30 degrés, au moment de l’impact, si vous créez les conditions d’un coup descendant vers le sol, avec un angle d’attaque prononcé, le loft dynamique n’est peut-être plus que de 24 degrés.

En matière de loft, il y a donc bien le loft, et le loft dynamique.

En matière de bounce, Il y a donc le bounce, et le bounce effectif !

Commençons par quelques définitions

Le bounce ou « rebond » définit en réalité l’angle de bounce, qui est un angle formé entre le sol que l’on va considérer comme horizontal dans la plupart des cas, et une ligne dessinée entre le point de contact le plus bas du club situé sous la semelle, et le bord d’attaque du club (leading edge).

Le bord d’attaque (leading edge) est précisément situé entre la face et la semelle.

Traditionnellement, quand vous attaquez la balle vers le sol, c’est le bord d’attaque qui devrait rentrer en premier en contact avec la balle et le sol.

L’angle de rebond ne doit pas être confondu avec la cambrure (camber) du club.

La cambrure est la courbure de la semelle du bord d’attaque jusqu’à l’arrière du club dit en anglais Trailing edge.

Autre élément à ne pas confondre, le « sole radius » que je ne sais pas très bien traduire en français (rayon de la semelle), est la courbure de la semelle, en partant cette fois du talon jusqu’à la pointe.

On mesure la longueur d’une semelle du début de la cambrure jusqu’à la fin.

Enfin, un autre terme important concernant un club de golf, et en particulier, un wedge, est « the grind » que l’on pourrait sommairement traduire par « affûtage ».

Le « Grind » définit toute sorte de matière enlevée sous la semelle, d’une manière uniforme ou asymétrique pour faire en sorte que la semelle repose de différentes manières sur le sol. Le grind, ce n’est donc pas le bounce.

Le bounce n’est donc qu’une mesure précise sous la semelle. Ce bounce effectif varie donc selon le sol.

C’est pourquoi les marques ne parlent pas de bounce effectif, et n’affichent pas de chiffres précis sur les clubs.

Pourquoi le bounce ?

Les clubs, et notamment les wedges, diffèrent parce que les parcours de golf eux-mêmes diffèrent !

Les conditions de jeux varient de temps sec à humide, etc.

Le sable dans le bunker peut-être dur comme de la pierre ou lourd, trempé par l’eau de pluie…

Le rough peut-être épais, profond, ou au contraire ras….

Le bounce d’un club de golf, en particulier un wedge est depuis longtemps devenu synonyme de la manière avec laquelle le club va interagir avec le sol, selon les lies et les conditions du jeu.

C’est donc un paramètre très important, et déterminant pour la réussite d’un coup de golf.

Le bounce, cette ligne entre le bord d’attaque et le point de contact du club (le point le plus bas sous la semelle), forme un angle exprimé en degrés.

Plus la semelle est conséquente en taille, plus cette ligne va être importante, et plus l’angle de rebond va être important.

A l’extrême, si une semelle de club est « flat » plate et parallèle au sol, alors l’angle de bounce est de 0 degré.

La cambrure d’un club de golf ajoute de la complexité à la lecture du bounce. La courbure de la semelle doit aussi être prise en compte dans le calcul du bounce.

Comment ça marche ?

Pour un coup de sandwedge classique, on va parler d’un coup réalisé selon un angle d’attaque descendant, qui aura de grandes chances de réaliser un divot.

Le wedge va forcer dans le sol.

Au moment d’entrer en contact avec le sol, le bounce va générer une force vers le haut (alors que le club descend vers le bas), et en lien avec l’arc de swing du joueur, pour sortir le club du gazon.

Plus le bounce est important, et plus la force remontante va être importante.

Avant que les ingénieurs ne comprennent l’importance du bounce, et son fonctionnement, certains clubs étaient réalisés avec un bounce dit négatif, le bord d’attaque du club plongeait dans le sol, ce qui agissait un peu comme une hache, coupant profondément le sol, au risque de rester planter dedans.

Dans des conditions de jeux normales que l’on pourrait qualifier de tempérées (semi-soft), le bounce aide le club à glisser sur le gazon, au lieu de creuser dans le sol après l’impact.

Sur des coups en explosions dans le sable, le bounce aide le club à remonter, et à sortir du sable.

Pourquoi cela s’appelle bounce ou rebond ?

Parce que mécaniquement, sa fonction consiste à aider le club à rebondir du sol vers le ciel. C’est presque une mesure de la vigueur du rebond.

Quand un club a peu de rebond, le bord d’attaque va plus facilement creuser dans le gazon ou dans le sable.

Attention, cela ne veut surtout pas dire que plus de bounce est toujours mieux.

Dans certaines conditions, comme par exemple un lie très fin, très ras ou un sable très ferme, c’est plus facile de swinguer avec un club qui présente peu de bounce.

C’est pourquoi cette notion est indissociable des conditions de jeux.

D’autre part, il arrive que des golfeurs présentent un swing plus « plat » que la normale, et dans ce cas, ils n’ont pas vraiment besoin de beaucoup de bounce.

Parce que leurs clubs se déplacent selon un angle plus aplati, ils ont moins de chances de creuser le gazon.

En réalité, tous les clubs de golf, du plus long au plus court, présentent un certain degré de rebond.

Pour un fer 3 moyen, l’angle de bounce est environ entre 2 et 5 degrés, alors que pour certains wedges, la plage d’écart peut aller de 6 à 20 degrés.

Pourquoi ?

Le bounce a tendance à augmenter avec le loft.

Classiquement, un swing de golf a tendance à se déplacer sur un plan plus vertical, à mesure que le club se raccourcit.

Un swing plus vertical a tendance à favoriser plus le fait de « creuser » le sol à l’impact, et c’est pour cela qu’il faut plus de bounce.

J’en viens donc au bounce effectif, car le bounce intrinsèquement ne suffit pas à caractériser le rebond du club.

Il y a d’autres éléments qui peuvent rentrés en ligne de compte, et notamment réduire l’angle de bounce dans un cas, ou alors dans un autre cas, inversement augmenter le « high bounce » !

Le rayon de la semelle, la cambrure de la semelle, la profondeur de la semelle ou le « grind » affûtage peuvent influer sur le bounce effectif, et c’est donc la différence entre bounce et bounce effectif.

C’est pourquoi le bounce effectif est en fait plus important.

Malheureusement, il n’existe pas de formules mathématiques simples pour prendre toutes ces variables en considérations.

D’autant plus, que selon les marques, il existe différentes interprétations.

Toutefois, on peut considérer que le rayon de la semelle (sole radius) est le paramètre qui joue le rôle le moins important sur le bounce effectif.

Le dessin moderne des wedges induit des variations de « sole radius » assez limitées selon les marques.

Le « sole radius » agit principalement sur le comment la semelle arrive en contact avec le sol. Plus la semelle est ronde, plus le talon et la pointe sont « élevées » hors du sol.

A l’impact, la portion de la semelle qui est contact avec le sol est au centre.

Plus la semelle est arrondie, et moins elle est résistante, et moins les divots sont larges.

A l’inverse, une semelle plus plate engendre bien des divots plus larges.

La cambrure de la semelle mesurée du bord d’attaque (leading edge) au bord de sortie (trailing edge), du début à la fin du club, aide à déterminer de quelle manière la tête de club pénètre, et coupe le gazon.

Dans certaines conditions, la cambrure de la semelle amplifie son ajustabilité.

Par exemple, la cambrure peut amplifier un bounce élevé en amont de la semelle, ou à l’inverse, le réduire à l’arrière. De ce fait, un seul dessin sous la semelle peut s’ajuster à plusieurs types de swings.

Les golfeurs avec un angle d’attaque verticalisé auront besoin de plus de bounce à l’avant de la semelle (près du bord d’attaque).

A l’inverse, les golfeurs avec un swing plus aplati auront besoin de moins de bounce alors qu’ils auront tendance à toucher le sol avec la partie médiane ou arrière de la semelle.

Du fait de la cambrure, il y aura moins de bounce dans cette zone.

En fin de compte, c’est la profondeur de la semelle qui a le plus d’influence sur l’angle de bounce d’un club.

La profondeur ou longueur se mesure du leading edge au trailing edge (d’avant en arrière).

Plus la semelle est large, plus cela peut créer du bounce effectif, surtout quand par l’action des mains, vous ouvrez encore plus le loft du club.

N’oubliez pas que lorsque la semelle est large, ouvrir la face remonte le bord d’attaque (leading edge) par rapport au sol, et cela rend le coup plus difficile à réaliser sur un lie ras.

A l’inverse, un wedge avec peu de bounce effectif présente l’avantage de mieux fonctionner sur des sols fermes, car cela vous laisse la possibilité de laisser le bord d’attaque glisser sous le point le plus bas de la balle, pour un meilleur contact.

Comment définir si votre wedge a beaucoup ou peu de bounce effectif ?

Il existe une façon relativement facile d’évaluer grosso modo le bounce effectif d’un wedge.

Posez le club sur le sol avec la face de club square, et évaluez la position du bord d’attaque

Si ce dernier reste près du sol, le bounce effectif est probablement faible.

Si, au contraire, vous constatez un écart important entre le leading edge et le sol, le bounce effectif est probablement plus important.

A noter, certaines marques, par exemple Cleveland mette des « dots » ou ronds sur les sandwedges pour indiquer : Low (1 dot), medium (2 dots) ou high bounce (3 dots) sur les wedges.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

golfnswing@gmail.com
0 #1 Et encore...golfnswing@gmail.com 27-11-2019 20:48
Le bounce est un état particulier de ce que l'on appelle l'angle de la semelle, en Anglais "sole angle"
L'angle de la semelle est l'angle, en degrés, mesuré entre le plan de la face et le centre de la semelle, angle que l'on déduit après du loft. Ainsi, si l'angle de la semelle est de 47 degrés, et le loft de 56 degrés, l'angle de la semelle est de 9 degrés. Si cet angle est positif, on dit qu'il y a du bounce. S'il est négatif, c'est du scoop. Si cet angle est nul, on dit que l'angle de la semelle est square.
En général cet angle est positif , raison pour laquelle, en pratique, on ne parle que de bounce.
Maintenant, à l'impact, le bounce pourra être différent. Ce sera, en effet, celui mesuré sur la tête du wedge, corrigé de la différence entre le loft dynamique à l'impact et le loft mesuré.
La largeur de la semelle est une notion différente du bounce et l'on peut avoir un bounce très faible avec une semelle très large.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.