Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Pourquoi Tiger Woods change son shaft de driver ?

A l’occasion du Genesis Open 2018, Tiger Woods, de retour à la compétition, a décidé de faire plusieurs changements significatifs concernant son matériel, et en particulier son driver. Quelques jours plus tôt, il avait laissé une impression contrastée à l’occasion du tournoi de Torrey Pines, en touchant très peu de fairways en régulation, s’obligeant à sortir de nombreux coups de fers exceptionnels pour passer le cut, et terminer dans les 25 premiers.

Tiger Woods change de shaft

Au départ du parcours du Riviera Country Club, Tiger Woods a décidé de faire deux changements significatifs concernant son nouveau driver TaylorMade M3.

Driver qu’il n’a utilisé qu’une seule fois à Torrey Pines, alors qu’un mois plus tôt, il jouait encore le TaylorMade M2 à l’occasion du Hero World Challenge.

Il a décidé de modifier le loft en ajoutant près d’un degré à la tête 8,5 degrés qu’il utilisait jusqu’à présent.

Et surtout, il a décidé de modifier le manche pour revenir au Matrix Ozik TP7HDe en extra-stiff qu’il utilisait jusqu’au Wyndham Championship en 2015.

A Torrey Pines pour le Farmers Insurance Open, Tiger a drivé à près de 306 yards de moyenne sur le dernier tour, mais seulement pris 21% de fairways en régulation. Aussi doué soit-il, une telle statistique ne pouvait pas lui permettre de ramener une carte meilleure que le PAR.

Si, derrière, il a réussi à toucher 66% de greens en régulation, il s’est surtout reposé sur son jeu de fers retrouvé.

A titre de comparaison, Jason Day qui a finalement remporté le tournoi a drivé à 321 yards de moyenne, et touché 42% des fairways, soit le double.

Au final, Woods a terminé avec 7 coups de retard sur l’australien dont 2 sur le dernier tour, et pourtant, ce n’est pas le champion de la précision au drive.

« Nous avons pu tous voir à quel point j’ai mal drivé à Torrey Pines » Tiger n’a pas cherché à éluder le sujet pendant sa conférence de presse donnée avant le Genesis Open.

C’est d’ailleurs sa première apparition depuis 2006 sur un parcours, qui pourtant lui a plutôt réussi dans le passé.

Il a donc décidé de laisser de côté le Mitsubishi Tensei CK Pro White 70TX qui équipait son M3, pour revenir sur un modèle qui ne coûte pas moins de 1000 dollars !

Pourquoi le Ozik TP7HDe ?

Matrix est considérée comme une très bonne marque de shafts.

Le joyau du catalogue est ce Ozik TPHD joué par beaucoup de professionnels, car il apporte de la stabilité, du feeling et une trajectoire basse, pénétrante et peu de spin.

Le modèle TP7HDe n’est proposé qu’en stiff ou en extra-stiff, soit une variation entre 77 et 78 grammes, ce qui est tout de même relativement lourd pour un manche.

Sur le marché actuel, il faut savoir qu’un manche regular pèse environ 55 grammes.

Le TP7HDe est un shaft avec un diamètre plutôt important.

A la différence des précédents modèles, le diamètre est large du butt jusqu’au tip, pour justement, selon le fabricant, augmenter la stabilité et réduire la déformation à près de 0.

La déformation d’un manche est un élément crucial dans sa réponse à l’impact, et dans la dispersion que l’on va pouvoir générer.

Le manche choisi par Tiger a aussi la particularité d’être alourdi au niveau du butt, pour accroître l’effet de levier, et ainsi proposer un ajout de distance.

Ce shaft semble donc parfait à la remarque près que seul un golfeur du niveau de Tiger Woods peut le jouer ! Il faut effectivement une vitesse de swing dépassant les 110 mph (177 kmh) pour arriver à en exploiter le potentiel. En moyenne, un amateur swingue entre 80 et 90 mph.

Ce n’est donc pas un produit à recommander pour tout le monde.

A son sujet, Woods se montre confiant « C’est un shaft que je connais depuis des années, donc c’est facile pour moi de le reprendre. Je sais comment il fonctionne et comment il performe. J’ai très bien drivé avec, la dernière fois que je l’ai utilisé. »

On se demande bien pourquoi il a changé de manche, si justement ce dernier lui donnait de bons résultats.

C’est l’une des premières choses à relever concernant le choix des manches.

Il arrive fréquemment que l’on trouve un manche parfaitement adapté à son geste, mais parfois, soit on cherche à trouver encore mieux, soit on perd ses sensations, et donc l’envie de changer de manche apparaît comme si c’était la solution.

Woods ajoute une explication à son choix « Parce que ce manche est plus gros, il ne joue pas tellement pendant le swing. Comme je voulais ajouter du loft (près de trois quarts de degrés en plus par rapport à Torrey Pines), je cherchais le bon niveau de spin en relation avec ce nouveau loft. »

C’est l’autre enseignement de cette histoire, quand un golfeur change de manche, il doit prendre en considération des éléments balistiques, comme le nombre de rotation de la balle (spin), l’angle de lancement, la trajectoire ou les vitesses de swings et de balles.

La spécificité du Matrix TP7HDe

Concernant le Matrix TP7HDe, ce manche a été construit sur une plate-forme dite HD Design à 16 bords. Cette technique permet d’améliorer la résistance et la structure du manche sans ajouter de poids.

Le but recherché consiste surtout à être plus consistant par rapport aux manches plus arrondis que l’on trouve plus fréquemment sur le marché.

Ce qui rend ce manche assez unique est le fait qu’il soit hexadécagonal, soit un polygone à 16 sommets (16 côtés et 104 diagonales) pour apporter un feeling supérieur.

En « français », cela veut dire que sur le papier, ce manche est plus stable sans avoir besoin de l’alourdir.

Selon Matrix, ce shaft nécessite plusieurs matériaux : Du carbone, du boron, du zylon, et du GMAT. Il faut six jours de travail et neuf personnes pour réaliser les douze étapes de fabrications de ce manche dans l’usine californienne d’Orange County.

Le boron donne la structure, et vient de Russie, le zylon donne le feeling, et vient du Japon, alors que le GMAT, un graphite venant du Royaume-Uni donne la durabilité et la consistance.

Après 16 trous joués sur le parcours de Riviera, au moment d’écrire ces lignes, Woods, en +2 au-dessus du par, quand le leader provisoire est à -5, a réussi à prendre 61% de fairways en régulation, soit trois fois plus qu’à Torrey Pines, alors que ce parcours est réputé être un test pour le jeu long.

Toutefois, sa moyenne de distance n’est pas comparable (seulement 261 yards). Toutefois, dans les mêmes conditions, McIlroy n’a drivé qu’à 289 yards de moyenne. Du fait de la configuration du parcours que j’ai eu la chance d’arpenter en 2017, les arbres et le dessin des trous limitent les records de distances.

Pour Tiger, le début du Genesis Open tranche avec le Farmer’s Insurance Open, si le driving s’est nettement amélioré, c’est le jeu de fers qui n’y est plus…Son pourcentage de greens en régulation est tombé à 44%. Satané golf !

Pour approfondir cet article, je vous propose un essai de 8 shafts différents de la marque Miyazaki.

Crédit photo : Mark Newcombe

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.