Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Poids vers l’avant ou vers l’arrière, quel impact sur la portée d’un drive ?

Sur le marché des drivers, il arrive que certaines marques résolvent le débat concernant la position du centre de gravité de la tête, en proposant aux joueurs les deux alternatives entre poids vers l’avant ou poids vers l’arrière. C’est notamment le cas du driver Callaway EPIC Subzero qui permet d’inverser un poids de 12 grammes avec un poids de 2 grammes en avant près de la face, ou en arrière. Est-ce que cela influe réellement sur le vol d’une balle de golf qui ne passe finalement que 6 à 7 secondes dans l’air ?

Comprendre l’influence du spin

Le taux de spin, mesure très employée dans le domaine des équipements de golf est généralement exprimée en tours par minute.

Combien de tours par minute réalisent une balle de golf pendant toute la durée de son envol ?

Seuls des radars de pointes comme le Trackman, le Flightcope ou le Foresight, des outils à l’origine développés pour traquer des missiles, sont en mesure de fournir des informations pertinentes sur une balle dont le diamètre n’excède pas 42,67 millimètres.

Si on admet qu’une balle de golf tapée au drive vole en moyenne 6 secondes, et un peu plus pour les professionnels, le taux de spin exprimé en milliers de tours dans une minute revient à seulement une centaine de tours pendant le temps réel de vol.

Une balle dont le radar vous dit qu’elle prend 2500 tours par minute, mais qui ne vole en fait que 6 secondes, prends effectivement 250 tours.

Soit 2500 tours divisés par 60 secondes (1 minute) multipliés par 6 secondes = 250 tours.

Si un drive est tapé à 2000 tours et un autre à 3000 tours, pendant cette courte durée de vol, quelle incidence sur la distance totale pour un écart réel entre 200 et 300 tours ?

C’est bien le sujet que nous allons aborder ci-après ? Est-ce vraiment si important ?

Surtout que faire la chasse au spin n’est pas toujours pertinent.

Il ne faut jamais oublier qu’une balle de golf ne volerait pas aussi loin sans cette capacité particulière à tourner sur elle-même.

Comprenez qu’il faut du spin, mais dans certains cas pas trop !

Il faut trouver un juste milieu entre trop de spin, qui équivaudrait à un effet de ballonnement (la balle monte dans les airs et freine), et pas assez de spin qui équivaudrait à un effet de pierre qui tombe (la balle descend trop vite et perd en énergie).

Le spin est ainsi à relier avec la trajectoire de la balle, et notamment l’angle de lancement qui peut être compris entre environ 9 et 16 degrés dans une plage de données raisonnables.

Au golf, tout est toujours possible !

Pour le cas présent, on vous demande d’admettre qu’un angle de lancement cohérent pour un club dont le loft est généralement de 10,5 degrés, est au moins supérieur à ce loft, mais pas excessif pour tendre la trajectoire un minimum.

Pour vous donner un cas concret chez un professionnel, ci-après, les données au drive que Trackman nous a fourni.

Brooks Koepka, récent vainqueur de l’US Open de Golf à Erin Hills drive à 121 mph de vitesse de swing. Il propulse la balle à 178 mph.

D’ailleurs, elle vole 7,33 secondes quand une balle d’un amateur qui lance à 230 mètres ne vole que 5,25 secondes !

Koepka porte son drive à 290 mètres dont 20 mètres de roule.

Son angle de lancement est de 9,5 degrés car il a la particularité d’attaquer la balle en descendant au drive (-3,7 degrés).

On a pris son exemple pour parler surtout du spin, soit environ 2680 tours par minute pour un drive porté à 290 mètres et qui vole 7,33 secondes.

Concrètement, selon la formule exposée plus haut, sa balle a pris 328 tours de spin pendant toute la durée réelle de son vol.

En théorie, si sa balle avait pris 100, 200, 300 ou 500 tours de moins, elle aurait pu voler encore plus loin. A l’inverse, si elle avait pris la même charge de spin en plus, elle aurait pu voler moins loin.

Trouver le bon taux de spin

Conscientes de ces questions de spins, les marques s’échinent à proposer des clubs qui proposent ce bon niveau de spin par driver.

Premièrement, cela suppose de connaître le bon niveau de spin pour Brooks Koepka, mais aussi pour vous ! Or, c’est radicalement différent ! Un driver pour tout le monde, c’est une utopie. D’où l’apparition du fitting depuis plusieurs années.

Deuxièmement, le spin est fortement corrélé à la position du centre de gravité de la tête de club.

Il est important de rappeler que même si les marques nous rabâchent les oreilles avec cette notion, en affirmant chaque année, qu’après d’immenses travaux de recherches, elles sont enfin parvenues à le déplacer plus bas, et plus en avant ou plus en arrière, le centre de gravité d’un objet ne peut pas vraiment être très éloigné du… centre, sinon cet objet n’a justement plus d’équilibre en son centre.

Déplacer le centre de gravité ne peut se faire que de quelques millimètres !

Cependant, les marques ont raison d’affirmer qu’un petit changement du centre de gravité peut engendrer de grandes conséquences sur la tolérance d’un driver, ou le spin, et donc la distance.

On a pu le vérifier avec le test du driver Callaway Subzero en version 10,5 degrés monté sur un shaft regular Project X HZRDUS T800 5.5.

L’idée de cet article est même arrivée un peu par accident.

Au cours de l’essai de ce driver, nous n’avons initialement pas touché au réglage du spin proposé par Callaway, entre un poids de 2 grammes porté à l’avant, et un poids de 12 grammes porté à l’arrière.

Ce réglage tend à déplacer le centre de gravité légèrement vers l’arrière de la tête, et donc à favoriser, ce qu’on appelle le moment d’inertie, souvent appelé M.O.I.

Ainsi, la vitesse de balle est en théorie optimisée favorablement par rapport à la vitesse de swing.

En théorie toujours, cela veut dire que le smash factor du club peut monter, et traduire une meilleure tolérance de la tête.

A l’inverse, quand le poids le plus lourd est placé vers l’avant, le centre de gravité favorise alors la baisse du taux de spin, et toujours en théorie, moins de tolérance.

Dans le premier cas de figure, un tel réglage pour favorise le MOI et en contrepartie, une hausse du taux de spin va convenir aux amateurs qui manquent de vitesse de swing, et ont besoin de tolérance.

Le deuxième cas de figure va correspondre à un golfeur qui produit déjà assez de vitesse de swing, et à besoin de faire baisser le taux de spin, pour gagner encore quelques mètres.

Est-ce que cela se vérifie vraiment ?

Si on s’attache aux seules déclarations de Callaway, entre les deux positions, la variation est seulement estimée à 250 tours en moyenne… par rapport à une mesure exprimée en milliers de tours. C’est donc assez marginal.

Par accident, on a donc testé les deux positions, entre avant et arrière, peu ou beaucoup de spin. Ci-après, les résultats de notre test à iso-conditions.

Pour le pro Xavier Bretin qui a le mérite de swinguer de manière relativement rapide, mais surtout consistante, on a découvert un écart de 800 tours entre les deux réglages !

La communication de Callaway est sur ce point bien timorée ! L’effet est bien plus important qu’annoncé !

Dans les deux cas, Xavier a swingué à la même vitesse de swing, soit 98 mph.

Alors qu’on aurait pu penser qu’avec le poids en avant, le club aurait été moins tolérant (en théorie), Xavier a produit exactement la même vitesse de balle (146 mph), et donc le même smash factor (1.49).

Le fait de déplacer le poids d’avant en arrière ou l’inverse n’a donc pas joué sur la tolérance.

Si le spin a baissé de 800 tours avec le réglage vers l’avant, dans ces conditions, à iso-vitesse de balle, Xavier a gagné 10 mètres au carry, et 11 mètres au total avec la roule.

Avec le même swing, Xavier est passé de 240 mètres de moyenne à 251 mètres !

Le spin donné à la balle est passé de 2600 tours à 1800 tours.

De tous les drivers testés en 2017 par Xavier Bretin, avec la position « moins de spin », le Subzero se classe premier sur l’argument de la distance !

Déplacer le poids vers l’avant ou vers l’arrière a donc bien une influence sur le vol de la balle.

Pour être tout à fait complet sur ce sujet, un autre paramètre à varier avec le spin entre les deux réglages : l’angle de décollage !

Au lieu de lancer la balle à 12 degrés au décollage, Xavier a lancé à 15 degrés avec le club ajusté sur moins de spin, ce qui couplé avec la baisse effective du spin, a en fait produit l’augmentation de distance de plus de 10 mètres.

Cette hausse de l’angle de lancement s’explique par le loft dynamique (loft réel du club à l’impact sous l’effet du geste produit par Xavier) de plus de 2,5 degrés (13,5 à 16,3 degrés).

Consciemment ou pas, Xavier a modifié sa façon de taper ce driver. Il a plus levé la balle.

On a reproduit le test avec un amateur swinguant légèrement moins vite, et moins régulièrement.

Il s’est passé exactement le même phénomène !

Pour une vitesse de swing de 93 mph, le deuxième joueur a vu son loft dynamique monté de 12,7 à 16,8 degrés.

Parce que c’est un joueur amateur « moins compétent » que le pro, l’angle de lancement est seulement monté de 14,4 à 14,9 degrés, en revanche, le taux de spin est encore tombé de 600 tours, passant de 2900 à 2300 tours.

Paradoxalement, le smash factor est même monté sur le drive tapé avec le poids en avant, passant de 1.47 à 1.48, ce qui remet en cause la théorie du club plus difficile à manier quand le poids est ainsi porté vers l’avant.

En conclusion, ce réglage entre avant et arrière présente bien des résultats distincts.

Une question demeure « Si le réglage avant ne présente que des avantages, pourquoi proposer un réglage vers l’arrière ? »

Pour répondre à cette question, il faudrait démontrer qu’un golfeur qui swingue lentement aurait plus d’intérêt à taper avec le poids en arrière…

Finalement, 300 tours pour 6 secondes ou 3000 tours pour 60 secondes, le spin a bien une influence sur la portée de la balle, surtout quand il est couplé à un angle de lancement plus important.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus