Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Palmarès et Guide de choix série de fers 2016


Pour ce dossier spécial dédié aux fers, nous avons travaillé plusieurs mois, testé plus de 110 configurations dans une dizaine de marques à l’aide d’un launch monitor (trackman), et avec le concours de plusieurs testeurs aux profils variés (de 5 à 25 d’index). Nous vous proposons des classements qui correspondent à notre interprétation de l’offre (marques et types de clubs), et du besoin (profils de joueurs) pour répondre à une grande majorité de questionnements sur le matériel de golf 2016.

Pourquoi classer les clubs ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je me permets de prendre la plume pour d’une part, remercier nos clients qui nous témoignent régulièrement des retours positifs quant à la qualité de nos tests, et qui nous ont aussi motivé à produire ce dossier, demandeurs de plus d’informations sincères et objectives, et d’autre part, expliquer pourquoi la publication de ce dossier m’a préoccupé pendant de longs mois, soucieux de proposer la classification la plus pertinente possible.

Sachant que ce type de classement rencontre son public dans une fenêtre de temps relativement réduite. Soit en aval du PGA Merchandise Show d’Orlando où sont présentées les nouveautés, et mi-mars, date de la reprise du golf en France.

Pour les golfeurs les plus anciens, mais aussi pour les plus jeunes, vous aurez sans doute remarqué que depuis des années, chaque club est toujours meilleur que le précédent, et va donc toujours plus loin, sans aucune autre forme d’avis critique.

Du fait d’être un média indépendant, et utilisateur de radar de pointe technologiquement parlant, les résultats de nos tests ne souffrent d’aucune forme d’influence.

Nous publions ce que nous trouvons !

Après plus de quatre ans de tests intensifs, nous constatons un resserrement des valeurs entre toutes les marques.

L’époque où une marque dominait dans les ventes parce qu’elle dominait en image ou dans l’inconscient des golfeurs paraît révolue. Et ce, en grande partie grâce au fitting, mais aussi de ce type de test qui justement démontrent des écarts resserrés entre les différents produits.

Il n’existe plus vraiment de mauvaises marques ou de mauvais produits, surtout sur un marché en récession ou au mieux en stagnation depuis une petite dizaine d’années.

Nous pouvons imaginer que le marché de demain sera tourné vers un effort plus grand des marques pour apporter un produit adapté à chacun.

Adapté ne veut pas toujours dire fitting poussé ! En revanche, choisir un club sans valider la longueur, la torsion, et le poids du shaft devrait être proscrit.

Pour conclure ce préambule, j’aimerai vous partager mon état d’esprit.

Avant d’être un des rédacteurs de ce site, je suis un golfeur, et je pense que je partage avec tous les lecteurs, la même envie, le même rêve peut-être enfantin, de trouver un club qui va me faire un effet « bœuf », qui va m’apporter une performance supplémentaire alors que je n’aurai pas particulièrement améliorer mon swing.

Comment classer les clubs de manière objective ?

A l’origine homme de marketing plus que journaliste, je remets régulièrement en question ce que nous produisons sur le site, afin de toujours chercher l’amélioration.

Depuis 2010, nous avons déjà publié des guides de choix. Le tout premier était en fait un tableau qui croisait les marques, les produits, et l’index moyen des golfeurs.

Pour y parvenir, nous avions en fait sollicité les marques. C’était bien avant de tester les clubs.

A partir du moment où vous commencez à tester des clubs, vous vous rendez rapidement compte de la complexité de la tâche, surtout quand il faut comparer des produits entre eux.

Comment comparer une lame avec une tête oversized ? Vous ne pouvez pas.

Très rapidement, nous avons dû créer/inventer des systèmes de classifications, et des catégories.

A force de nous pencher sur ces questions toutes les semaines, et de cumuler plus d’une centaine de clubs testés, nous avons bien entendu compris les enjeux de la rigueur.

Pour comparer efficacement, il faut des paramètres fixes et variables.

Les paramètres fixes correspondent à tous les éléments qui ne sont pas le club en lui-même, et vous l’aurez compris, l’élément variable doit être seulement le club.

Pour cela, il faut donc utiliser le même radar, les mêmes testeurs, la même balle (une Srixon Z-Star), les mêmes vitesses de swings…

Ceci étant, nombreux lecteurs m’ont demandé d’augmenter le nombre de testeurs, et surtout de proposer des résultats appropriés aux seniors.

Fin 2015, en plus des trois testeurs les plus souvent mis à contribution, nous avons renforcé l’équipe avec un golfeur de 65 ans d’index 24.

Toutefois, j’ai considéré qu’il fallait aller encore un peu plus loin.

Au lieu de fournir les données brutes de chaque testeur pour chaque club. J’ai opté pour le fait de moyenner les résultats de tous les testeurs en fonction d’une vitesse de swing unique, et celle qui me semblait être la moyenne en Europe Continentale.

A savoir, 75 mph de vitesse de club pour un fer 7 et 77 mph pour un fer 6 !

En nivelant ainsi les valeurs de vitesse de club, nous résolvons plusieurs problèmes :

  • D’un jour à l’autre, un testeur peut connaitre un coup de moins bien ou un coup de mieux !
  • Je mets tous les clubs strictement à égalité avec une seule vitesse de swing de référence.
  • Cette vitesse de swing est plus proche du golfeur de tous les jours. Chacun pourra se situer un peu en-dessous ou un peu au-dessus de cette vitesse moyenne.

Il ne restait plus qu’à créer un ratio de différence entre le test réel, et le test recalculé pour l’appliquer aux autres valeurs, comme la vitesse de balle, ou la distance parcourue…

En fonction des retours que vous lecteurs vous nous ferez sur cette méthode, j’en tirerai des enseignements pour l’année prochaine.

Encore une fois, à partir du moment où on met le doigt dans l’engrenage des tests, on devient rapidement prisonnier d’un mode de classement rigoureux, juste, et vérifiable.

C’est d’ailleurs pour cette raison, que l’écriture de ce type de page prend de plus en plus de temps à organiser.

De la même façon, nous nous sommes aussi « benchmarké » aux Etats-Unis.

En-dehors de « hot list » ou médaille en chocolat, certains sites font appel à des testeurs avec une vitesse de swing très élevée, tant et si bien, que les meilleurs clubs sont souvent les plus pointus techniquement !

A nouveau, je sais que ce n’est pas ce qui vous intéresse ! C’est pourquoi, nous avons utilisé des testeurs à vitesse de swings distinctes, mais aussi créé nos propres catégories de produits.

Au départ, nous suivions la segmentation classique des marques. A savoir, répartir les clubs entre les familles « Improvment » et « player ».

Un classement qui répartit les produits entre profils de joueurs à la recherche d’améliorations à travers le club, et ceux qui ont plutôt besoin d’un club pour travailler la balle.

Nous avons considéré que nous pouvions être encore plus précis.

Nous avons donc sous-segmenté en quatre parties : 1,2, 3 et 4.

1 et 2 sont des sous-catégories d’improvment, qui ont permis d’isoler en 1, les clubs oversized et très typés débutants, des clubs 2, le cœur de l’offre pour les amateurs classés de 15 à 30.

3 et 4 sont des sous-catégories de player avec 3 qui regroupe les clubs exigeants mais sans être des lames, et donc 4, qui regroupe « le pire du pire », les lames les plus fines.

De 1 à 4, vous avez un niveau de difficulté croissant tout en isolant les extrêmes.

Ainsi, un peu comme aux « Oscars », nous vous proposons un palmarès composé de quatre catégories assez représentatives de que vous pouvez trouver sur le marché.

Sans le dire aussi explicitement, les marques décomposent actuellement leurs offres sous cette forme.

Prenons un exemple :

Titleist présente l’AP1 dans la catégorie 2, l’AP2 et le 716 CB dans la catégorie 3, et enfin, le 716 MB dans la catégorie 4.

Titleist n’a pas à ce jour d’offre catégorie 1, et cumule deux offres dans la catégorie 3.

Si nous utilisons des golfeurs testeurs de différents index, nous nous sommes refusés à classer les produits par index comme nous avions pu le faire par le passé.

Vous pouvez très bien être 20 d’index et vouloir jouer avec une lame, ou au contraire, être bien classé, mais privilégié une tête très tolérante.

Quels critères de classifications ?

Si dans la rubrique précédente, je vous ai expliqué nos grandes orientations. Ici, je vais vous présenter succinctement les critères discriminants.

Premier critère : la période.

Nous avons retenu les clubs testés en 2015, et en 2016 (à fin février).

Les marques reviennent majoritairement à un calendrier de sortie produits bi-annuel. D’autre part, contrairement à ce qu’elles aimeraient avancer, les progrès d’une année sur l’autre sont rarement spectaculaires.

Deuxième critère : fer 6 et fer 7

Vous n’imaginez pas le casse-tête que nous impose la dizaine de marques qui opère sur le marché français. Les unes proposent des cart-fitting en fer 6, et les autres en fer 7. Aucune uniformité du marché !

Pour ce guide, nous avons choisi de publier les résultats pour les deux lofts, sachant qu’en plus, d’un produit à l’autre, il arrive souvent qu’un fer 6 est un loft réel d’un fer 7, et inversement !

Dans un souci d’authenticité pour vous, nous afficherons le loft réel moyen testé par club. Vous pourrez vous faire votre opinion.

Troisième critère : type de clubs par besoin

Comme évoqué plus haut, nous avons classé les produits en quatre catégories distinctes. Je n’y reviens pas plus en détail.

Ce qui fera la différence au palmarès

Passé cette longue introduction qui m’a pourtant paru nécessaire pour être explicite, et avant la présentation des lauréats dans les quatre catégories, sachant que nous ne faisons pas dans la « médaille en chocolat ». Trois produits primés par catégories ! Tout le monde ne repartira pas avec son bon point !

Pour distinguer les produits, nous n’avons gardé que deux éléments de performances : smash factor et degré d’efficacité !

Le premier élément est le ratio entre vitesse de swing, et vitesse de balle. Il donne la performance pure d’une tête, et particulièrement la face en matière de tolérance.

Le deuxième élément est le ratio entre distance au carry et vitesse de swing générée.

Le degré d’efficacité est un « ratio maison » qui prime la puissance, et comme son nom l’indique, l’efficacité d’un club par rapport à l’énergie employée !

Nous n’avons donc pas pris en compte les données de distance totale, de roule, de spin, d’angle de lancement, d’angle d’atterrissage ou encore de dispersion.

D’une part, un fitting individualisé pourra toujours vous permettre de pousser la logique plus loin, et d’autre part, ces données sont proposées dans tous nos tests publiés.

"Prix" du meilleur club dans la catégorie improvment, typé club ultra-tolérant ou semelle élargie (OS)

Pratiquement une catégorie créée pour le Ping Gmax et le Callaway XR OS qui ont relancé en 2015/2016, la mode des clubs à la semelle particulièrement élargie.

De tous les produits testés, peu de clubs rivalisent avec ces clubs pour le smash et l’efficacité. Ceci étant, tout le monde n’aura pas envie de jouer avec des « pelles à tarte ».

Parfait pour débuter, ces clubs apportent clairement un gain notable de vitesse de balle, et ce, quel que soit l’utilisateur, d’inde 5 à 25 !

Des têtes un peu plus conventionnelles, seul le Mizuno JPX-EZ 16 arrive à rivaliser.

Voir test PING Gmax

Voir test Callaway XR OS 16

Voir test Mizuno JPX-EZ 16

"Prix" du meilleur club improvment typé club polyvalent

La catégorie star de notre palmarès ! Clairement, celle qu’il faut remporter pour séduire 60 à 70% du marché.

Le TaylorMade M2 constitue la surprise de ce classement ! Après plusieurs déceptions (RocketbladeZ, Speedblade, Sldr), le M2 est enfin le club ultime chez TaylorMade.

Hyper facile à jouer, le M2 devance le Srixon Z545 en tolérance, mais pas en puissance. Le club japonais a été le club de l’année 2015 pour cela.

A la troisième place, nous avons des ex-aequo que nous n’avons pas réussi à départager.

Le G30, et non pas le dernier G, figure toujours bien positionné, et donc mieux que son remplaçant, tandis que le Psi aurait pu nous mettre sur la piste du succès à venir du M2.

TaylorMade semble ne jamais avoir produit d’aussi bonnes têtes que lors de ces derniers mois.

Voir test TaylorMade M2

Voir test Srixon Z545

Voir test TaylorMade PSi

"Prix" du meilleur club player typé CB (cavity back ou pro)

Entre les trois premiers, la différence s’est exclusivement faite sur l’efficacité. Concernant, le smash factor, c’est l’égalité la plus parfaite.

Ce classement consacre deux produits sortis à l’été 2015. Le Ping IE1 et le Mizuno Jpx-850 forged.

Notez que si Ping remporte à ce stade deux catégories sur quatre. Mizuno place beaucoup de clubs dans les différents classements, confirmant son savoir-faire en matière de fers.

Voir test PING IE1

Voir test Mizuno JPX-850 Forged

Voir test Mizuno MP-H5

"Prix" du meilleur club player typé lame ou muscle back (MB)

Le graal des classements des « serious clubs » for « serious golfers » ! La catégorie la plus prestigieuse, mais aussi la moins représentative d’un point de vue commercial consacre le Mizuno MP-5 sur le critère du smash factor.

Concernant, l’efficacité, c’est en fait le Titleist MB 716 qui est premier.

Intercalé entre deux clubs que l’on pouvait attendre au sommet de la hiérarchie, le Srixon Z945 est une surprise.

Voir test Mizuno MP-5

Voir test Srixon Z945

Voir test Titleist 716 MB

Le tableau complet des produits testés dans les quatre catégories

Bien entendu, il manque des clubs. Toutes les marques n’ont pas participé avec la même efficacité. L’occasion de remercier Callaway, Srixon, Cleveland, Mizuno, et TaylorMade qui ont été les plus coopératives.

Comme tout classement, il est sans doute critiquable.

En guise de conclusion, je dirai pourtant que je suis assez à l’aise avec ce palmarès.

Les éléments chiffrés représentent assez bien ce que moi-même j’ai pu ressentir au cours de ces six derniers mois nécessaires pour préparer ce guide.

En fonction de vos retours, je continuerai à faire évoluer la méthode de classement, toujours dans un but d’authenticité, et de justesse.

Dernière précision, cette page et les résultats pourront être mis à jour ultérieurement en fonction de nouveaux tests complémentaires.

Retrouvez tous les tests sur notre page dédiée

Guide de choix séries fers 2016

A venir, le Palmarès et guide de choix driver 2016,

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus