Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Comprendre les matériaux qui composent un club de golf

Comprendre les matériaux qui composent un club de golf

Quand vous êtes sur le point d’acheter un club de golf, vous pensez à la marque, au prix, au modèle, la rigidité du shaft, éventuellement vous pensez au loft, au lie, à la longueur du manche, mais est-ce que vous pensez à la matière qui compose votre club, ses avantages, ses inconvénients ? Rares sont les golfeurs qui pensent spontanément à cette question, pourtant, elle est déterminante dans la performance et le prix d’un club de golf. Nous avons passé en revue les matériaux majoritairement utilisés dans l’industrie, pour vous expliquer leurs différences. Vous n’achèterez peut-être plus jamais vos clubs de la même façon.

Sommaire

  1. L’idée de cet article est venue après celui sur le réglage des lies
  2. Comprendre le prix d’un club par la matière utilisée
  3. Quelles sont les principales matières utilisées ?
  4. Focus plus particulier sur l’acier inoxydable
  5. Quel est le matériau le plus rigide ?
  6. La révolution du titane
  7. Du titane au carbone
  8. Quel est le meilleur matériau pour un fitting d’une série de fers ?
  9. Ce qu’il faut retenir

Découvrez nos formules d'abonnementsL’idée de cet article est venue après l'article sur le réglage des lies

Sur la machine à lie, le hosel en acier d’un fer d’une marque japonaise s’est révélé extrêmement souple, et donc facile à ajuster. Il appartennait probablement à la famille des aciers inoxydables 431.

A l’inverse, le hosel acier d’un fer d’une autre marque japonaise s’est avéré impossible à tordre, au point de risquer de le casser ! I

Il appartenait probablement à la famille des aciers inoxydables 17-4.

Il y a donc bien des différences d’aciers ! Attention, cela ne veut pas nécessairement dire qu’un acier est meilleur que l’autre. En revanche, il faut avoir conscience des forces et faiblesses de chaque matière…

Il y a aussi beaucoup de marketing pour vous vendre des clubs, drivers ou fers, dans des matériaux soi-disant très favorables au son, au touché, à la distance…

Depuis quelques années, on vous parle beaucoup du titane comme le matériau qui a tout changé. Vous serez surpris d’apprendre que ce n’est pas toujours le meilleur choix.

De la même façon, depuis quelques saisons, les marques partent dans de nouvelles directions en combinant plusieurs matériaux, le boron pour Mizuno ou le carbone triaxial pour Callaway…

A ce jour, nous manquons de recul pour réellement quantifier l’impact positif de tous ces nouveaux matériaux sortis en 2015 ou 2016.

En revanche, certains grands principes de logiques restent compréhensibles par tout un chacun.

Dans cet article, nous allons donc essentiellement vous parler des têtes.

Oui, la matière joue pour beaucoup dans la construction du prix de vente.

Une série vendue 500 euros les six clubs n’aura sans doute pas la même durée de vie qu’une série vendue plus de 1,000 euros.

Comprendre le prix d’un club par la matière utilisée

Vous avez sans doute noté que les marques n’affichent plus systématiquement la matière utilisée pour la couronne d’un driver ou la tête d’un fer, et ne parlent plus que de la matière utilisée pour la face !

Par exemple, s’agissant du dernier driver Nike Vapor Fly, vous trouvez peu d’informations sur la matière.

On vous parle de RZN, une résine ionomere développée par la société de chimie Dupont en faveur de Nike.

Ce matériau hybride est pourtant celui utilisé dans la composition de la balle Nike RZN. Quel rapport avec le driver ?

On vous parle aussi de structure Flybeam, d’un poids réduit de 30%, mais pas de la matière réellement utilisée pour la couronne et la semelle.

30% en moins de seulement quelques grammes, cela fait toujours quelque chose de difficilement mesurable par un simple amateur…

Pourtant, pour sortir un driver à moins de 250 euros quand TaylorMade propose un M1 à plus de 500 euros à base de carbone, forcément, la qualité du matériau utilisé ne peut pas être ignorée.

A ce titre, il faut que nous vous expliquions la composition du prix d’un driver.

Prenons l’exemple d’un driver à 500 dollars !

Vous avez au moins 75 dollars de coût pour la tête, 10 dollars pour le shaft, 5 dollars pour le capuchon en cuir, 4 dollars pour la clé, 1 dollar pour le grip, soit un coût global de 95 dollars pour la seule conception et production du club.

Vous avez ensuite 350 dollars pour les frais de marketing, de sponsoring et de distribution. Soit une profitabilité d’environ 150 dollars pour le fabricant.

Le gros du coût de fabrication du club se résume bien à la tête !

Entre le Nike Vapor Fly et le TaylorMade M1, vous comprenez que la différence de prix ne vient pas du grip, du shaft, de la clé pour régler les lofts, ou encore le capuchon…

La distribution tend à vouloir prendre à peu près la même marge quel que soit le club.

Entre ces deux têtes, la matière peut expliquer la différence de prix, en tout cas, plus que les questions de R&D, de conception CAO ou les brevets !

Ceci dit, il y a de fortes chances que le niveau de profitabilité espéré par Nike pour son driver soit moins élevé par rapport à celui du TaylorMade !

Sans doute ce qui explique pourquoi finalement, Nike a décidé de récemment jeter l’éponge.

Quelles sont les principales matières utilisées ?

Si vous cherchez la meilleure sensation possible au touché ou le maximum de distance, vous devez vous soucier des matériaux.

Sur le marché, vous pouvez trouver du zinc, de l’aluminium 6061, de l’aluminium moulé, de l’acier inoxydable 304, 431, 17-4, 15-5, de l’acier carbone 1020, 1025 et 8620, du titane 6-4, du beta titane, du carbone graphite ou encore du « maraging metal »…

Chaque matière a ses propres caractéristiques de résistances, et va proposer des sensations différentes entre douceur et dureté.

L’acier inoxydable 304 ou l’acier carbone sont en fait les matériaux les plus doux. Ils offrent le meilleur son et le meilleur feeling sur des fers.

L’acier carbone 1020 signifie que le niveau de carbone est de 0,20% du poids total. Il s’agit d’un acier facile à usiner, et plus doux que l’acier carbone 1025 dont le niveau de carbone est de 0,25%.

Le carbone a tendance à rigidifier l’acier, et le rendre moins doux. L’acier carbone 1040 est en fait le plus rigide.

Les différences de perceptions entre des aciers carbones de 1020 et 1025 peuvent aussi s’expliquer par la répartition des poids dans un club, et le processus de forge qui peuvent être aussi important que le matériau en lui-même.

Toutefois, il faut admettre qu’il est difficile de prétendre pouvoir ressentir des différences entre 1020 et 1025 alors que l’écart de teneur en carbone est particulièrement faible.

Le zinc ou les alliages d’aluminiums sont aussi des matériaux relativement doux. On les retrouve souvent sur des séries de clubs pour débutants, mais en contrepartie de douceur, il s’agit souvent des matériaux moins durables par rapport à des aciers plus durs.

Il faut aussi admettre que l’aluminium a petit à petit disparu du catalogue des grandes marques à la fin des années 80.

L’aluminium était en effet beaucoup plus léger que l’acier inoxydable, mais aussi beaucoup plus fragile, et moins durable.

Pour que la face d’un bois de parcours ne casse pas, il fallait la rendre très épaisse, ce qui n’a pas de sens avec le principe actuel de réduction de l’épaisseur pour favoriser un effet rebond, même si depuis, cet effet rebond a été encadré par la législation.

Le zinc est certainement le matériau le moins coûteux de tous.

Utilisé la plupart du temps dans la conception de wedges ou de putters pour enfants, les têtes en zinc sont moins durables, et on peut les identifier du fait d’un caractère non magnétique, et au fait que le hosel est souvent bien plus large.

Autre élément important avec des alliages peu coûteux comme le zinc ou certains aluminiums, vous pouvez les étirer en volume tout en conservant le poids optimal pour bien équilibrer une tête.

Si le zinc et l’aluminium sont des exemples moins répandus et un peu extrêmes, il existe d’autres variantes dans les aciers les plus communément utilisés qui expliquent des différences de prix entre clubs.

Focus plus particulier sur l’acier inoxydable

L’acier inoxydable est de manière générale, le matériau le plus utilisé par les marques pour les séries de fers, d’une part, parce que selon les variantes, c’est peu coûteux, et surtout c’est plus facile à travailler pour obtenir les formes désirées.

Il y a deux grandes familles à distinguer :

L’acier inoxydable 17-4 est composé de 0,07% de carbone, 17% de chromium, 4% de nickel, 2,75% de cuivre, et enfin 75% de fer. Cet acier est utilisé majoritairement pour les bois de parcours, les hybrides et certains fers. La version 15-5 veut simplement dire que le niveau de chromium est de 15% alors que le niveau de nickel est de 5%.

L’acier inoxydable 431 est composé de 0,02% de carbone maximum, 15 à 17% de chromium, 1,25 à 2,5% de nickel, et environ 80% de fer. Soit l’acier inoxydable le plus doux sur le marché, assez répandu sur les fers les plus premiums, et certains putters.

Par exemple, le dernier Ping i lancé en 2015 utilise un acier inoxydable 431 alors que les fers 3,4, et 5 Cobra KING F6 ont été réalisés avec de l’acier inoxydable 17-4.

Les aciers inoxydables 15-5 sont moins répandus et déjà beaucoup plus rigides.

Plus la matière est rigide, et moins le touché est doux. En revanche, plus la matière est dure ou rigide, et plus la compression de la balle est renforcée, et donc plus vous obtenez de la distance.

Il n’y a pas donc un acier qui est meilleur que l’autre. Cela dépend de ce qui est recherché !

Quel est le matériau le plus rigide ?

Au petit jeu des aciers les plus durs, c’est sans doute le « maraging steel » sorte d’acier inoxydable qui a subi un traitement spécial pour devenir en fait le matériau le plus dur que l’on puisse trouver dans l’industrie du golf !

Ce type d’alliage d’acier est en fait très utilisé sur les faces de clubs, et plutôt pour des hybrides ou des bois de parcours.

Avantage du maraging steel : Un insert dans cette matière peut être plus fin qu’un insert en acier inoxydable plus classique, ce qui peut favoriser une vitesse de balle plus rapide à l’impact.

Comme ce matériau est plus coûteux, on le retrouve seulement sur les séries premiums.

Mais il y a encore plus cher ! Le titane !

La révolution du titane

Le titane combine légèreté et une excellente résistance. Le titane est d’ailleurs plus léger que l’acier inoxydable mais aussi bien plus coûteux.

C’est l’usage de ce matériau emprunté à l’aérospatial qui a permis d’augmenter le volume des têtes de drivers jusqu’à 460 cc sans affaiblir la structure.

Les premiers drivers en titane sont apparus au début des années 90, et se sont imposés du fait de leurs ratios résistance sur poids supérieurs.

Et qui dit tête plus large, dit face élargie, sweetspot élargie, plus de contrôle, et plus de distance.

La plupart du temps, une tête de driver en titane est plus exactement une couronne en titane 6-4 et une face en béta titane.

Le titane 6-4 est en fait un mélange de 90% de titane avec 6% d’aluminium et 4% de vanadium.

Il y a d’autres variations de titane comme le SP700 ou le 10-2-3…

Le niveau de titane maximum utilisé est plus souvent pour la face que pour l’ensemble de la tête.

Du fait des limitations imposées par l’USGA et le Royal & Ancient, sur une tête plus petite et par exemple de 440 cc, les fabricants auront tendance à utiliser le Beta Titane le plus coûteux pour se rapprocher au maximum des vitesses de balles autorisées en comparaison de la vitesse de swing déployée. En revanche, sur une tête 460cc, un titane 6-4 peut s’avérer suffisant.

Souvent, si une marque propose le driver en titane, le bois de parcours de la même série n’est pas obligatoirement en titane du fait que si c’était le cas, il faudrait très nettement élargir le volume de la tête du bois de parcours pour maintenir le poids normal, ce qui serait finalement contreproductif au moment d’essayer de taper une telle tête depuis le fairway.

C’est aussi ce qui explique pourquoi il n’y a pas de fers en titane.

En revanche, certaines marques n’hésitent pas à placer des inserts en titane au niveau des faces pour augmenter la vitesse de balle par rapport à des fers entièrement construits en acier inoxydable.

Petit piège à éviter, le Ti Alloy n’est pas comparable au titane. Le Ti-Alloy ou Ti-Aluminium est un dérivé du titane qui est beaucoup moins coûteux.

Du titane au carbone

Récemment, les marques ont commencé à abandonner le titane pour se tourner vers le carbone.

C’est d’ailleurs un raccourci, car il s’agit en fait de carbone graphite qui est un matériau extrêmement léger, souvent utilisé pour fabriquer un bois de parcours en complément d’une semelle métallique.

La semelle reste souvent métallique pour justement déplacer le poids vers le bas de la tête pour favoriser un angle de lancement plus haut de la balle à l’impact.

En réalité, très peu de clubs sont intégralement réalisés avec du carbone. C’est pratiquement toujours un mélange entre carbone et acier.

Il n’existe pas un matériau moins dense dans l’industrie du matériel de golf. C’est donc une matière parfaite pour réaliser la couronne.

Quel est le meilleur matériau pour un fitting d’une série de fers ?

Isolons pour cette réponse des matériaux seulement utilisés pour des fers, et notamment pour ajuster le lie.

  • Soit les aciers à basse densité de carbone comme les 1020, 1085 et 8620
  • Soit l’acier inoxydable 304
  • Soit l’acier inoxydable 431

Vous noterez que nous excluons de cette liste l’acier inoxydable 17-4, le maraging steel, le zinc ou l’aluminium qui ne correspondent pas au cahier des charges d’un fitting.

Pour les aciers carbones à basse densité, il s’agit bien d’aciers doux qui se tordent facilement, soit jusqu’à 3 degrés.

L’acier inoxydable 304 est le plus doux de tous ! C’est l’acier qui peut être le plus facilement tordu, et donc jusqu’à 5 à 7 degrés.

L’acier inoxydable 431 est le plus répandu du fait qu’il est facile à usiner et produit des résultats constants. En revanche, vous ne pourrez pas le tordre de plus de 2 degrés.

Ce qu’il faut retenir

En résumé, retenez que les têtes en zinc ou en aluminium favorisent des coûts plus réduits. Elles tendent à disparaître du marché sauf pour les kits débutants ou enfants.

L’acier inoxydable 431 est celui que l’on retrouve le plus souvent sur les fers les plus qualitatifs. Les lies s’ajustent facilement, le feeling et la tolérance sont meilleurs.

En préambule de ce sujet, nous parlions d’un fer Srixon Z545 facilement ajustable au niveau du lie. Il faut savoir que ce fer est en acier carbone 1020 au niveau du châssis soudé au plasma avec un acier inoxydable SUP10 haute densité pour la face.

Les aciers inoxydables 17-4 ou 15-5 sont majoritairement utilisés sur les bois de parcours parce qu’ils permettent de rigidifier les structures, tout en créant les conditions d’une meilleure compression de la balle à l’impact.

Enfin, le carbone tend depuis peu de temps à remplacer le titane pour permettre un déplacement du centre de gravité de la tête vers la semelle justement métallique, et donc plus lourde que la couronne.

Remerciements : Mizuno Golf pour les photos d'usines

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir