Pourquoi la longueur du manche d’un putter est importante ?

A l’occasion du championnat du monde de golf au Mexique, Rory McIlroy plutôt en réussite, a confié au journaliste qui l’interviewait, avoir réalisé un petit changement concernant son équipement. Pour son Spider X Copper, le numéro un mondial a tout simplement rétréci le manche d’un inch (2,5 centimètres). Ce changement semble avoir eu son importance. Au fait, quelle est la bonne longueur pour un manche de putter, et en quoi c’est important ?

L'importance du putting dans l'exemple du numéro un mondial de golf

Si le nord-Irlandais est redevenu numéro un mondial, il le doit principalement à son jeu du tee au green.

Personne ne fait mieux que lui sur une saison du PGA Tour, il gagne tout bonnement 2,1 coups par parties, et en moyenne.

Cependant, si McIlroy ne gagnait pas des coups sur les greens, il aurait bien du mal à autant briller en tournoi.

En nombre de coups gagnés par parties, son score est moins impressionnant (+0,42), mais suffisant pour le placer dans le top-25 des meilleurs putters du circuit nord-Américain.

En 2012 ou 2013, il était très loin de ce niveau de réussite sur les greens.

De 2016 à 2018, son classement mondial a souffert d’insuffisance principalement sur les greens.

Depuis, Brad Faxon et Phil Kenyon ont tous deux grandement contribué à aider Rory à se transformer, et notamment dans ce compartiment du jeu.

Sans être un Jason Day ou un Jordan Spieth à leur meilleur, McIlroy a désormais développé des compétences qui potentiellement vont lui permettre de durer au rang de meilleur golfeur de la planète.

A l’occasion du dernier Farmers Insurance Open, McIlroy a brièvement réalisé un petit changement pour son putter, passant de 34 inches à 35 inches (il l’a allongé).

Il a finit par prendre la 3ème place avec un total de 276 coups, soit 12 coups sous le par, un résultat que l’on pourrait qualifier de très honorable.

Quelques jours plus tard, toujours en Californie, pour le Genesis Open, McIlroy a repris un putter plus court (34 inches), et n’a plus changé depuis.

Cinquième à Riviera, il a enchaîné par une autre place dans le top-5 au Mexique avec 270 coups, et 14 sous le par.

Mieux putté Rory ?

Entre Torrey Pines (Farmers) et Mexico, les statistiques ne permettent pas réellement de faire une distinction évidente.

Sur le premier tour au Mexique, Rory a effectivement explosé les compteurs avec plus de 3 coups gagnés sur les greens.

Il a donné son interview expliquant son changement de putter après cette partie.

Cependant, lors des trois tours suivants, alors que son jeu du tee au green a continué à être époustouflant, son putting a nettement baissé en rendement, jusqu’à lui coûter la victoire.

Avec le 35 inches à Torrey Pines, ses hauts étaient moins hauts, et ses bas moins bas.

1 inch d’écart (2,54 cm), ce n’est peut-être pas suffisant pour réellement justifier un changement radical de performance au putting.

Et si tout n’était qu’une question de confort ?

Faut-il vraiment voir la performance partout et dans tout ?

Pour justifier de repasser à 34 inches au lieu de 35 inches, Rory a expliqué « Je me sens un tout petit peu plus confortable, et j’ai le sentiment de légèrement mieux voir mes lignes. »

Pourquoi avoir changé pour 35 inches alors ?

« Parfois, avec le putter 34 inches, mon bras droit peut se retrouver légèrement plus haut, et mon épaule droite peut passer par-dessus. »

Poursuivant « Avers un 35 inches, un peu plus long, cela met mes épaules et mon coude droit dans une meilleure position, plus sur le plan avec mon shaft. »

A ce stade, le golfeur parle à la fois de confort et d’efficience gestuelle.

« Cela paraissait vraiment bien sur la vidéo, et je me sentais bien, mais une fois sur le parcours en compétition, ce petit inch de différence a suffit pour me faire déplacer ma ligne de vision, et même la perdre par rapport à ce que j’avais l’habitude de lire. Je me suis retrouvé en difficulté sur les putts de droite à gauche, à cause du manche plus long. Quand la balle est entre vos pieds et sous vos yeux, vous avez l’impression que votre putter vous rentre dans la ceinture ! »

Et pourtant, ce n’est qu’un putter 35 inches !

Pourquoi la longueur du manche du putter est si importante, en théorie ?

L’un des éléments clés au putting, c’est le set-up à l’adresse, et justement le fait de bien placer la ligne visuelle entre vos yeux et la balle.

Une bonne posture et cette ligne des yeux va aider à réaliser des coups plus droits vers le trou.

Cela ne va pas seulement aider l’alignement, mais aussi éviter de manipuler le stroke, pour faire partir la balle en ligne.

Si la longueur de votre manche de putter est trop longue, vous allez naturellement vous ternir plus loin de la balle, et cela risque de vous faire déplacer la ligne droite en partance de vos yeux à l’intérieur (entre vos pieds et la balle).

Vous n’aurez plus tout à fait les yeux juste au-dessus de la balle.

Crédit photo : Brian Hwang - The Bridge Golf Foundation

Cela ne va pas seulement affecter votre aptitude à visualiser la balle depuis une position idéale, mais en plus, cela peut engendrer un mouvement moins « straight » et plus en arc de swing, ce qui va augmenter la rotation de la face, et rendre plus difficile le fait de la ramener square, pour faire démarrer vos putts en ligne avec la cible.

Autre élément non-négligeable, cela peut affecter l’angle de lie de votre putter, à savoir la façon dont il repose à plat sur le sol.

Inconsciemment, le joueur va soulever la pointe du sol, avec pour conséquence des putts potentiellement manqués à gauche.

Par opposition, si votre putter est trop court, cette fois la ligne des yeux va se déporter vers l’extérieur alors que vous serez en fait trop près de la balle (vos yeux pourront pointer au-delà de la position de la balle).

Cela va réduire la rotation de la face, et le lie du putter pourrait être trop upright.

Comment déterminer la bonne longueur pour le manche de son putter ?

La bonne longueur pour un manche de putter varie selon chaque golfeur ou chaque golfeuse, pour au moins deux facteurs : La taille, et le type de stroke.

Le but ultime, c’est de poser le putter selon le bon angle de lie parfait, ni trop upright, ni à l’inverse en levant la pointe.

La meilleure façon de le déterminer reste la mesure de la distance entre vos poignets, et le sol.

Idéalement, il faut le faire avec un fitter compétent, ou alors tester des putters avec un miroir de putting posé au sol, pour vérifier la position des yeux au-dessus de la balle.

A partir de là, j’ai voulu tester ces concepts pour moi, et à l’aide du Trackman 4, entre trois longueurs de putters, 33, 34 et 35 inches. Quelles différences allais-je trouver ?

Test de trois longueurs différentes

Je me suis placé à une distance de 4 mètres d’un trou (type puttout) en Indoor, sans lignes, et sans aides extérieures (pas de tapis).

Sur le synthétique du studio, j’ai simplement utilisé la même balle, une Callaway Triple Track pour m’aider à m’aligner.

J’ai commencé par réaliser une série de 15 putts à la même distance avec un putter d’une longueur de 33 inches, avant de répéter l’exercice avec un putter 34 inches, puis un putter 35 inches.

Quelle est la pratique par rapport à la théorie ? Et surtout son degré d’importance ?

De toutes les mesures fournies par le Trackman, il faut principalement s’intéresser à seulement deux : La direction du lancement, et le lie dynamique (le lie réel du club en mouvement).

Premier constat important : Comment vous prenez votre manche de putter ?

Pour ma part, quelle que soit la longueur, ma tendance naturelle est de prendre le grip sur la partie la plus basse pour allonger mes bras au maximum, ce qui tend à baisser légèrement ma tête au-dessus de la balle.  Je suis moins redressé par rapport au fait de tenir le manche par le bout.

Cette remarque à son importance, car elle relativise beaucoup la longueur du manche, pour ne pas dire qu’elle l’annule !

Eh oui, si je prends les trois putters toujours au point le plus bas, il y a de grandes chances que l’effet du inch supplémentaire soit difficile, et même impossible à mesurer.

C’est une fois en train de produire l’exercice que je m’en suis aperçu.

Conséquence, entre les trois longueurs de putters, le niveau de lie dynamique m’est apparu très similaire, et pas suffisamment discriminant : Entre 70.9 et 71.6 degrés.

Dans une deuxième série de putts, cette fois, j’ai grippé en respectant la longueur du putter, en le prenant au bout dans les trois cas.

Le lie dynamique est resté très similaire à trois reprises, autour de 72.1 et 72.5 degrés.

Entre la théorie et la pratique, je doute qu’un golfeur amateur puisse réellement sentir des écarts de lie dynamique, selon 2 inches d’écarts de longueurs d’un putter.

Il me semble qu’il faudrait des écarts encore plus importants, et quelque part, que le golfeur soit débutant et pas du tout sensible à la question de bien poser son club à plat au sol.

S’agissant de la direction du lancement, là encore, j’ai du mal à prouver la relation de cause à effet avec la longueur du manche.

Les mesures que j’ai relevées ne me permettent pas de faire des affirmations certaines. Les écarts se mesurent en dixième de degrés.

Dans une deuxième série, j’ai utilisé un miroir d’alignement spécial putting, pour justement essayer de constate la question du positionnement des yeux au-dessus de la balle, avant de putter. 

Dans ce cas, j’ai fait un constat plus utile que la longueur du putter ! Quand j’ai les yeux rigoureusement au-dessus de la balle, la direction du lancement de mon putt est plus en ligne avec ma cible. C’est assez spectaculaire ! Le résultat est bluffant avec plus de putts à 4 mètres qui partent en ligne dans le trou.

Donc, à retenir, le plus important, c’est de trouver une longueur de manche de putter qui permet plus naturellement de correctement se placer au-dessus de la balle.

Pendant l’exercice, je me suis fait la réflexion suivante : Avec le putter 35 inches, j’ai constaté qu’il fallait que je m’ajuste, pour mettre les yeux au-dessus de la balle avec précision, et là, je me suis dit, mais comment me souvenir de cette position exacte, quand je serai sur le parcours, et sans le miroir ?

Avec le putter 34 inches, j’ai eu moins le sentiment de devoir m’ajuster pour être bien en place. C’est peut-être, cela le bon indicateur à prendre en compte quand on choisit un putter.

En conclusion, la longueur du putter n’est pas un frein ou une entrave. Ce qui compte, c’est comment vous vous ajustez ?

Je peux très bien putter avec les trois longueurs de putters, et avec un miroir pour parfaire mon set-up.

La question, c’est de bien putter sans le miroir, et sans repères sur un green, et même sans y penser.

On en revient à la question du confort, et au caractère relatif de cette question dans la performance sur un green.

Crédit photo : Roy K. Miller/Icon Sportswire

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

golfnswing@gmail.com
0 #1 Ca se règle...golfnswing@gmail.com 21-03-2020 20:29
Le bon réglage de la longueur d'un putter, indissociable de celui du lie, est celle qui permettra immédiatement au golfeur de bien se positionner à l'adresse en prenat toujours son putter de la même façon : semelle du putter à plat, yeux, légèrement en dessous de la balle , et dans une position confortable et naturelle. Lorsque le putter est ainsi bien réglé, le golfeur n'a plus à se poser de question, ni à faire des ajustements, un peu comme un chasseur qui a un fusil à sa couche. Mais attention, comme avec n'importe quel club, qui dit réglage de la longueur dit aussi réglage de l'équilibre, autrement cela peur devenir désastreux...

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.