Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Le secret de longueur des drivers Cobra

Dans la suite de notre précédent dossier consacré aux drivers TaylorMade, nous nous sommes cette fois intéressés aux drivers Cobra, et en particulier, la toute nouvelle offre proposée pour l’année à venir avec les modèles King Ltd, King F6+ et King F6. Chaque marque a ses « trucs » ou croyances pour développer de la distance. Nous avons pu nous procurer des éléments précis sur la gestion du moment d’inertie et le placement du centre de gravité pour comprendre les croyances qui fondent la stratégie de Cobra.

Préambule sur le secret de longueur des drivers Cobra Golf

En 2016, la marque d’origine australienne Cobra, propriété d’un groupe français (Kering anciennement Pinault Printemps Redoute), et concrètement basée en Californie à Carlsbad, va mettre sur le marché pas moins de trois nouveaux drivers pour ce qui pourrait bien être un tournant dans l’histoire de cette société.

Depuis les années fastes pour Cobra, à savoir les années 70/80, la marque a du mal à retrouver son statut de leader technologique, essentiellement pour des raisons liées à plusieurs changements d’actionnaires, une stratégie parfois difficilement lisible, et des moyens en baisse contre des firmes beaucoup plus puissantes ou adossés à des multinationales du sport.

Cependant, Cobra n’a jamais abandonné ce qui fait son ADN : la recherche.

Tant et si bien qu’aujourd’hui, la marque du serpent est légèrement sous-cotée aux yeux des consommateurs.

En 2014, la part de marché de Cobra aux USA ne dépassait pas les 7% pour les bois métal, et 4% pour les fers. (source Golf Datatech).

En France, en 2015, la part des ventes de wedges ne dépassait pas non plus les 1% !

Un nouvel ingénieur…

Pourtant, depuis l’arrivée de Tom Olsavsky, un ancien de TaylorMade, à la direction de la recherche et du développement, Cobra semble avoir trouvé un second souffle pour la technologie, et la façon de communiquer le fruit de ses recherches.

Résultat, aux Etats-Unis, et avant que cela ne se produise en Europe, on sent un appel d’air autour de la marque, car elle a su créer un teasing autour de ses nouveaux drivers.

C’est d’abord le King Ltd développé avec des technologies de l’aérospatiale qui a allumé la première mèche à la fin de l’été, et désormais, seulement quatre mois après, Cobra s’apprête à enfoncer le clou avec la gamme King F6.

Olsavsky, un des ingénieurs qui a contribué au succès de la gamme R chez TaylorMade, près de trois ans après son arrivée dans le giron Cobra en qualité de patron du pôle recherche et développement, commence à influencer fortement la production des nouveaux clubs, et d’une certaine manière, en usant des mêmes recettes que par le passé dans son précédent emploi !

Bien que son obsession soit focalisée sur le centre de gravité des drivers. Il est le premier à admettre que tous les golfeurs ne jouent pas au golf de la même façon, et que tous les drivers ne peuvent donc être semblables.

Vous avez des golfeurs qui préfèrent utiliser des clubs avec un centre de gravité avancé, et d’autres avec un centre de gravité reculé dans la tête du club.

Bien que les clubs soient globalement assez similaires dans leurs performances par rapport à un large panel de golfeurs, vous verrez qu’à bien y regarder, on peut trouver des différences substantielles.

La répartition de la masse pour une tête de driver

Cobra a divulgé récemment des données représentant la répartition de la masse pour une tête de driver Cobra. Sur l’axe des ordonnées, le centre de gravité de la tête en rapport avec le point neutre, et sur l’axe des abcisses, le moment d’inertie dégagé par le club.

Par rapport à ce graphique, vous trouverez ce qui est produit par chaque driver Cobra (Fly-Z, Fly-Z +, King F6, King F6+, King Ltd, et King Ltd Pro) et en fonction de toutes les possibilités de réglages offertes.

Par exemple, les modèles Fly-Z, King Ltd, et King Ltd Pro ne sont pas des drivers ajustables, ce qui implique qu’il n’y ait qu’une seule position présentée ci-dessus.

Plus un poids ajustable est reculé vers l’arrière de la tête, et plus le MOI a tendance à augmenter avec le centre de gravité qui quitte l’axe où il est considéré comme neutre.

A l’inverse, plus le poids est avancé vers l’avant de la tête, et plus le MOI va diminuer.

Pour rappel, quand le centre de gravité d’une tête de driver s’abaisse, la vitesse de balle, et l’angle de lancement augmente tandis que le spin diminue, ce qui favorise la distance.

Quand le centre de gravité monte, le MOI augmente en même temps que la rapidité à laquelle, le golfeur ramène la tête square à l’impact, le tout contribuant à la tolérance, et à réduire la dispersion.

En visualisant le tableau, nous pouvons immédiatement constater que le nouveau F6 propose un centre de gravité d’emblée plus bas que le précédent Fly-Z, et ce quel que soit le réglage.

Toutefois, entre le F6 et le F6+, nous comprenons que la position la plus avancée du F6 correspond aux conditions de lancement la plus reculée pour le F6+.

A l’aide de ce graphique, on comprend très bien la stratégie de crantage de l’offre de Cobra par rapport aux golfeurs.

Deuxième éclairage exprimé par ce graphique, le fait qu’avec un centre de gravité abaissé, le F6+ propose néanmoins autant de MOI que le Fly-Z+. C’est d’ailleurs bien là l’objectif réel de Cobra au moment de sortir un driver plus performant !

De toute l’offre Cobra, la version la moins tolérante reste le Fly-Z+ avec le centre de gravité déplacé vers l’avant.

Et à l’inverse, le club le plus tolérant est le Fly-Z au prix d’un centre de gravité trop élevé.

Le club qui offre les conditions de lancement les plus optimisés pour la distance étant le King Pro Ltd mais qui offre un MOI assez moyen. C’est d’ailleurs sa performance, car logiquement, il aurait pu proposer un MOI beaucoup plus faible, ce qui l’aurait rendu injouable.

A ce stade, vous avez sous les yeux, ce à quoi jouent en permanence les ingénieurs qui conçoivent des drivers : Placer une pastille sur un tableau entre MOI et centre de gravité pour aller chercher distance ou tolérance.

Si vous-même, vous avez du mal à ramener votre face de club square à l’impact et que votre driver est ajustable, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Comment le centre de gravité se déplace concrètement dans l’espace ?

Dans les faits, le centre de gravité d’une tête de driver ne se déplace pas sur plusieurs centimètres, mais sur un périmètre bien plus réduit.

A l’aide ce deuxième graphique, vous pouvez voir comment se déplace le centre de gravité en fonction de chaque réglage, et ceci par rapport à un axe neutre, et sans la notion de loft qui n’intervient pas ici.

Notez à quel point le centre de gravité du King F6 est plus abaissé que celui du Fly-Z.

Même avec un poids positionné en arrière, le centre de gravité du King F6 est aussi plus en avant.

Entre le Fly-Z+ et le King F6+, la plage de variation du centre de gravité est aussi beaucoup plus importante.

Autre point, le King F6+ est probablement un des drivers qui offre la possibilité de déplacement la plus significative de tous les drivers ajustables du marché.

Enfin, la ligne dessinée par le déplacement des poids du King F6+ ne suit pas un trajet rectiligne.

C’est exactement le fruit du dessin particulier de la tête du club, et en particulier, la ligne extérieure de la semelle !

Comprendre l’impact du centre de gravité sur la trajectoire de la balle

Pour traduire concrètement toutes ces notions de centre de gravité en distance, nous vous proposons ci-dessous, un autre graphique.

Il s’agit de la trajectoire d’une balle tapée avec un F6 ou un F6+ et en fonction des réglages du centre de gravité.

Plus la ligne est foncée, et plus le centre de gravité a été abaissé.

La trajectoire la plus haute a été produite avec le driver King F6 avec un réglage du poids vers l’arrière, et la trajectoire la plus basse, et la moins spinnante a été produite avec un driver King F6+ avec un poids mis le plus en avant possible.

Notez l’écart entre la position la plus en avant du F6 (marron) et la plus reculée du F6+ (blanc) !

Une autre façon de comprendre ce qui est en jeu est l’expression de la hauteur maximale atteinte par la balle au cours de son vol par rapport au taux de spin donné à cette même balle.

Plus une balle peut s’élever et moins elle peut prendre de spin, et plus elle peut parcourir une longue distance.

Le graphique ci-dessous illustre justement le fait que le driver King F6+ en position 1 est en théorie le driver qui permettra les trajectoires les plus tendues avec le moins de pouvoir stoppant donné à la balle.

A l’inverse, le King F6 avec un poids ajusté à l’arrière donne la trajectoire de balle la plus haute avec un taux de spin relativement élevé.

Ce graphique permet à nouveau de parfaitement comprendre le crantage de l’offre Cobra en matière de drivers.

En revanche, cela illustre aussi le fait que le King Ltd et le King F6+ en position 2 se marchent un peu sur les pieds…

Explication de la marque, le fait que le centre de gravité soit extrêmement abaissé sur le King Ltd par rapport au point neutre ajoute un montant plus que substantiel de loft dynamique au moment de l’impact…

Précision, l’écart de distance entre le réglage plus avancé, et le plus reculé pour le F6+, est de seulement 4 mètres 50 en théorie !

Pour le F6, cet écart est inférieur à 3 mètres…

Ces faibles écarts pourraient remettre en cause votre tentation d’opter pour un centre de gravité extrêmement abaissé…4 mètres de plus valent-ils un sacrifice de tolérance sur un drive tapé à 200 mètres ou plus ?

Pourquoi devriez-vous considérer le KING F6+ ?

Le F6+ est le club par excellence pour le joueur qui aime placer le centre de gravité en avant.

Si vous appréciez le TaylorMade SLDR, le Callaway Double Black Diamond ou le Mizuno JPX-850, et peut-être même le TaylorMade M1…c’est que vous être prêt à sacrifier un peu de MOI dans un souci de conserver un spin très bas. Le F6+ est le produit Cobra qui correspondra à ce besoin.

En position avancée, il devrait être à son maximum pour la distance !

La combinaison d’un centre de gravité abaissé avec un MOI élevé (position 5) qui correspond à peu près à celle du Titleist 915 D2 pourrait plaire aux joueurs qui aiment les conditions de lancement élevées avec peu de spin d’un driver tolérant.

Un adepte du Ping G30 LS Tec pourrait apprécier le F6+ réglé en position 4.

Bien que la performance théorique de ce driver en fasse déjà une star de la saison à venir, c’est surtout le fait qu’il propose une grande plage de réglages via son système Carbontrac qui en fera un driver pour pratiquement tous les profils de golfeurs.

Pourquoi devriez-vous considérer le KING F6 ?

Le point clé de ce driver pourrait être sa maniabilité amélioré par rapport aux précédent Fly-Z qui n’était pas vraiment une option pour les golfeurs donnant beaucoup de spin.

Le fait que le King F6 soit devenu ajustable change justement la donne.

Ainsi, il devient un adversaire crédible du PING G30, à ce jour, le driver le plus vendu, mais aussi du Titleist 915 D2, et du Callaway Great Big Bertha.

A l’exception du G30, ce nouveau driver Cobra devrait proposer un MOI plus élevé et comme le centre de gravité a été abaissé, la tolérance sera accompagnée d’un meilleur transfert d’énergie à la balle, soit un meilleur smash factor, et moins de spin.

Pourquoi devriez-vous considérer le KING LTD ?

Sans doute le driver le plus intriguant de cette fin d’année, le driver King Ltd développé en collaboration avec des sociétés du domaine de l’aerospatiale veut se positionner comme le club avec le centre de gravité le plus bas de tout le marché, tout en proposant un MOI tout à fait acceptable, et dans la moyenne de l’offre actuelle.

Ce club pourra interpeller un golfeur qui n’a pas nécessairement besoin d’un club ultra-tolérant type G30, qui n’a pas non plus besoin d’un centre de gravité extrêmement avancé (lancement bas et spin faible), et qui ne veut pas taper la balle extrêmement haute dans la face, le tout sans avoir besoin d’un club ajustable ! Dans ce cas, le LTD pourrait bien être un hit !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus