Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Guide de choix 2018 – Meilleures séries de fers Lames Muscle Back (index inférieur à 6)


Première catégorie de fers présentée, les lames MB ou Muscle Back correspondent aux clubs les plus exigeants, avec les lofts les plus ouverts, les semelles les plus fines, pour des golfeurs capables de parfaitement compresser la balle, et qui cherchent majoritairement une solution d’extrême précision. Le roulement de la balle sur le green est le principal critère discriminant pour cette catégorie de clubs. Les lames sont aussi la vitrine de savoir-faire des marques. Elles pèsent de moins en moins dans les ventes de clubs en France. Pourtant, chaque marque se doit de présenter un tel club… Question de crédibilité et de communication sur le circuit professionnel ! Laquelle choisir ?

Profil du golfeur concerné par une lame MB

Une lame s’adresse principalement à un golfeur qui est capable de générer un loft dynamique bas, pour produire suffisamment de compression, tout en centrant très régulièrement la balle dans la face.

Soit un golfeur qui ne manque pas de vitesse de swing, et qui cherche un niveau de backspin le plus élevé possible.

Son but consiste à réduire le roulement de la balle au sol à l’extrême après le point de chute (carry), afin de contrôler avec précision, la profondeur de son coup, et donc sa capacité à arrêter la balle le plus près possible du trou.

Les pros vont jusqu’à donner un niveau de spin suffisant - à condition de jouer sur des greens adaptés en conséquences - pour que la balle prenne du « back spin », et recule littéralement après son point de chute.

Trop souvent, on décrit ce joueur comme étant à la recherche d’un club pour donner des effets.

Tous les clubs peuvent générer des effets de draw ou de fade, puisque cela dépend du chemin du club, de la vitesse de swing, et de l’angle de la face.

Une lame donne plus de spin, car le loft est plus ouvert, ce qui présente une grande importance au moment du contact avec la face du club.

Comme le loft est plus ouvert, comme la semelle est fine, le centre de gravité du club est légèrement plus haut, c’est donc au joueur de donner assez de vitesse pour lever la balle, alors qu’il pourra en revanche bénéficier d’un angle d’atterrissage plus prononcé.

L’angle d’atterrissage plus prononcé (la balle tombe plus verticalement au sol) cumulé à un taux de spin plus élevé permet cette diminution du roulement de la balle au sol.

Le plaisir de taper ces clubs repose dans la capacité à centrer correctement ou plutôt parfaitement la balle dans la face.

Dès que ce n’est pas le cas, la trajectoire peut être hors de contrôle, et la sensation à l’impact, la pire que l’on puisse avoir au golf.

Il n’y a pratiquement pas de marge de tolérance.

Pourquoi une lame MB ?

Pour vous illustrer la différence de performance d’une lame MB par rapport à d’autres clubs, je vais vous présenter ci-après la synthèse de mes tests avec six catégories de produits distinctes.

Dans tous les cas, il s’agit des clubs en version fer 7.

En graphite ou en acier, une lame est le club qui donne le moins de smash factor dans la majorité des cas par rapport à tous les autres clubs.

C’est valable quel que soit le joueur.

Ce sera seulement plus ou moins marqué, selon la vitesse naturelle de chacun.

Mécaniquement, si McIlroy tape un fer improvment distance versus une lame, son smash factor sera plus élevé avec le fer distance !

Dans mon cas illustré avec ce tableau, je n’ai pas une façon d’amener la tête de club sur la balle qui soit assez efficace pour pleinement utiliser une lame MB.

Cela se lit à travers le loft dynamique qui est la véritable note de qualité d’un swing, s’agissant de la capacité à compresser.

Avec un loft moyen de 29 degrés, je ne me donne pas les chances maximums de compresser la balle au mieux. Cela se traduit par un smash factor de 1.26 contre 1.36 pour l’idéal tapé par un pro.

Pour rappel, le smash factor est le rapport entre la vitesse de swing, et la vitesse de balle. Plus ce rapport est élevé, et mieux c’est pour la distance.

Si vous optez pour une lame, vous aurez les meilleures sensations possibles à condition d’amener le loft dynamique vers 23 ou 24 degrés (alors que le loft statique du club est de 34 degrés avec un fer 7).

La capacité à compresser la balle à travers un swing réalisé avec un maximum de release est en fait le critère de choix pour une lame.

Autre caractéristique majeure concernant une lame : le taux de spin.

Retenez 1000 tours en moyenne par numéro de fer.

Soit 7000 tours pour un fer 7, 6000 tours pour un fer 6 et ainsi de suite. Cela va aussi dépendre de la capacité du joueur à donner plus ou moins de spin.

Par exemple, le pro Xavier Bretin donne naturellement peu de spin, sans que ce soit le fer qui soit incriminé.

De tous les types de clubs, une lame MB donne le maximum de spin à la balle.

Enfin, toujours dans le but de limiter le roulement au sol, en plus du spin, la véritable fonction du loft très élevé est de faire tomber la balle de plus haut. Le bon angle d’atterrissage pour une lame numéro 7 est autour de 47 degrés.

En-dessous de cette valeur, la balle ne freine plus assez.

En fin de compte, l’avantage principal d’une lame est de réduire l’écart entre la portée de la balle au carry, et la distance parcourue après la roule. C’est ce qui fait choisir une lame.

Comment différencier les clubs ?

Les lames MB sont généralement ouvertes en loft entre 33 et 37 degrés, toujours pour un fer 7 qui me sert de base de référence. Ce n’est pas un détail, car ce sera le principal élément différenciant pour un type de club dont le dessin est très « normé ».

Autrement dit, ne vous attendez pas à de gros écarts entre toutes les lames MB du marché, surtout si elles présentent le même loft.

Une lame MB correspond pratiquement à un standard de production dans toutes les marques.

Pour vous, le critère de choix sera plutôt l’esthétique, le feeling personnel, et l’attachement à la marque.

D’un point de vue performance, il est pratiquement impossible d’affirmer qu’une lame produite en 2018 soit plus efficace qu’une lame produite en 2015.

Les clubs ne s’usent pas vraiment.

En revanche, mal entretenue, tapé à un rythme ultra-soutenue, oui, les rainures perdent en efficacité, notamment dans le fait de transmettre des rotations à la balle (spin).

Je serais étonné qu’un fer 7 vieux de 3 ans donne moins de vitesse de balle. Il peut donner un peu moins de spin…surtout si la face n’est pas propre.

Un achat de série même pour un renouvellement reste donc surtout un achat « plaisir ».

Si les clubs ne sont pas moins performants, dans le sac, ils prennent des coups, et sont effectivement moins beaux qu’au premier jour.

Ce qui vous est proposé en 2018

Les prix affichés correspondent aux prix constatés sur Internet de la part de marchands certifiés et sérieux. Srixon n'affiche pas ses prix sur Internet.

Pour les 9 principales marques du marché, 8 proposent une lame Muscle Back.

Seul Cleveland ne le fait pas. Depuis son retour, la marque d’Huntington Beach reste conforme à sa répartition des rôles avec son cousin Japonais, Srixon.

Cleveland se cantonne aux clubs improvments, alors que Srixon travaille sur le segment des bons joueurs.

Concernant les 8 autres marques, les lames MB ne sont pas renouvelées chaque saison.

Callaway, TaylorMade, Mizuno et Titleist présentent bien des offres 2017-2018 revues et corrigées.

Srixon devrait le faire à l’été 2018 alors que Ping, Cobra, et Wilson vivent sur des clubs plus anciens sans que cela soit forcément gênant.

Pour l’essentiel, il n’existe pas vraiment de révolution technologique s’agissant d’une lame MB, et notamment entre 2015 et 2018.

Proposé avec 7 fers du 4 au pitch, le coût d’acquisition d’une série oscille entre 1000 et 1400 euros selon les marques. Le prix moyen est environ de 1200 euros.

Pour choisir

Il y a très peu de distinction entre les lames MB. Il n’est pas évident, ni même pertinent, d’essayer de dire que l’une est potentiellement meilleure que l’autre.

En revanche, un point peut retenir votre attention.

Certaines lames affichent un loft de fer 7 (la référence) de 33 degrés, d’autres 34, et encore d’autres 35.

Ce paramètre n’est pas anodin. C’est comme si c’était un crantage de difficulté à l’intérieur même du segment des lames.

Les meilleurs des meilleurs golfeurs pourraient apprécier la Titleist 718 MB, la Callaway Apex Muscleback ou TaylorMade P730, justement un degré plus ouverte pour aller au maximum du contrôle de la profondeur et du spin.

A l’inverse, la Srixon Z965 à 33 degrés peut apporter un soupçon de puissance en plus.

Pour ma part, j’ai tendance à penser que 34 est la bonne ouverture pour une MB.

Test des lames

Sur ces clubs spécifiques, les lames MB, je ne me risquerai pas à émettre un jugement définitif et global pour l’ensemble des golfeurs.

Mon expérience ne permet pas de distinguer suffisamment les lames testées, sauf à avoir une préférence particulière.

Dans mon cas, il semblerait qu’à l’usage, j’ai mieux fonctionné avec la Callaway Apex Muscleback. Je serai néanmoins incapable de le justifier d’un point de vue technique.

Globalement, les distances parcourues et les taux de spin délivrés restent dans des plages très similaires (environ 133 mètres avec un taux de spin moyen autour de 6500 tpm).

Pour modifier ces valeurs, il faudrait changer les configurations.

Par exemple, il est possible que le taux de spin un peu bas de la lame Mizuno MP-18 soit imputable au manche légèrement plus court du modèle d’essai qui m’a été proposé.

En réalité, les marques « noient un peu le poisson », en proposant des modèles dans les racks de magasins ou les cartfittings avec des différences de poids de shafts et de longueurs. Il n’existe pas un produit standard absolument comparable en tous points.

Sans ces différences, il serait sans doute impossible de trouver des différences de performances, car même le cas présent, les différences sont faibles.

On en revient à la notion indispensable du fitting. Dans mon cas, un manche acier stiff autour de 110 grammes donne une meilleure restitution qu’un manche de 130 grammes.

Ce sera ma conclusion : En matière de lames, choisissez la tête selon votre affinité et éventuellement le loft, mais ensuite, ce qui fera la différence, ce sera surtout le choix du manche, selon vos objectifs de trajectoires et de spins.

Comme les années précédentes, je considère que les lames MB présentées dans ce guide sont toutes de très bonnes factures.

Si je devais me baser sur un loft préférentiel à 34 degrés, et prendre en considération le prix de vente tarif, les lames Ping i200, Cobra King Forged MB, et Mizuno MP-18 seraient les « mieux » placées.

Liens vers les pages déjà publiées sur le site concernant ces clubs

Callaway Apex Muscleback

TaylorMade P730

Ping Iblade

Srixon Z965

Cobra King Forged MB

Mizuno MP-18

Titleist 718 MB

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.