Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Guide de choix 2018 – Meilleures séries de fers improvment « standard » (index inférieur à 24)

Les séries de fers se séparent en deux grandes familles : les lames et les fers à plus larges semelles et cavités. Cette deuxième catégorie, dite « improvment » par l’industrie, se décompose elle-même en trois segments que l’on peut identifier à travers l’angle de fermeture du loft, la largeur de la semelle, et le placement du centre de gravité. Ce n’est pas si bien démontré par les marques, et malgré une très grosse dose de marketing. Ainsi, avec ces guides de choix 2018 segmentés par besoin des golfeurs, l’idée, c’est justement de mieux vous présenter les avantages et inconvénients de tous les clubs. Commençons par les fers Improvments dont on pourrait dire qu’ils sont finalement le grand standard actuel, sans chercher à fermer outrageusement le loft.

Profil du golfeur concerné par un club improvment standard

La majeure partie des golfeurs en France, Belgique ou Suisse jouent des fers Improvments. Dans les ventes, les lames ou fers « Player » pèsent moins de 20%.

Cela veut dire que près de 80% des clubs sont des clubs pour joueurs en progression.

Toutefois, sur une aussi large population, tout le monde n’a pas les mêmes besoins, et même sans parler de fitting.

Que vous ayez 25 ans ou 65 ans, que vous pesiez 60 ou 80 kilos, que vous mesuriez 1m70 ou 1m85, que vous cherchiez à gagner 5 ou 10 mètres avec un fer, bref, tous les golfeurs ne peuvent pas se résumer avec un seul type de club.

Le type « Improvment » standard est en réalité la catégorie la plus ancienne, et la plus « traditionnelle » avant que les marques ne se lancent dans une sorte de course aux armements, ou plutôt à la distance du club qui va plus loin que plus loin, et justement en fermant les lofts, et en élargissant les semelles.

L’Improvment standard est un fer dont le numéro 7 présente un loft de 30 à 31 degrés.

C’est fermé par rapport à une lame (de 34 à 37 degrés), mais encore raisonnable.

S’agissant de clubs en rayons des magasins, les manches aciers pèsent en moyenne 100 grammes, alors que les manches graphites pèsent 25% de moins, ce qui fait là-aussi une sacrée différence.

De mon point de vue, jouer un club improvment standard ou un forgé tolérant peut être un véritable débat pour beaucoup de golfeurs dont l’index est compris entre 16 et 28, si j’élargis le panel au maximum.

Dans le titre de cet article, j’ai indiqué inférieur à 24 pour donner un crantage logique par rapport aux autres guides.

Cependant, c’est vraiment un exercice délicat que d’enfermer des golfeurs dans des cases.

Prenez cette information comme un « crantage » tout en admettant que ce n’est pas une science exacte, et que vous avez une certaine liberté ou marge dans le choix.

Entre les fers forgés tolérants, et les improvments standards, le choix peut parfois être difficile, car nous sommes à un point charnière dans le jeu d’un golfeur.

Il se peut que l’on se partage entre l’idée de jouer un club « feeling », et avoir encore envie de bénéficier d’un « boost de puissance » apporté par le fer improvment.

Comme évoqué dans les autres guides, je considère que c’est finalement la capacité du joueur à compresser la balle qui aide au choix.

Cela se mesure à travers le loft dynamique. Si le terme loft est galvaudé, et en fait le loft statique du club posé au sol, quand le club est déplacé, il devient dynamique.

Les pros jouent par exemple des fers 7 en loft statique de 34 à 37 degrés, et quand il frappe la balle, le loft dynamique peut descendre jusqu’à 24 degrés, signe de la compression portée sur la balle, et caractérisé par cet écart entre le loft initial et le loft réel à l’impact.

Un amateur arrive plus difficilement à compresser naturellement la balle, et donc à baisser ce loft dynamique.

Le fait de fermer le loft statique du club n’est pas qu’une manière de tricher pour faire croire à une augmentation de la distance. C’est déjà une réponse à cette limite physique chez l’amateur.

Avec un fer 7 dont le loft n’est plus que de 30 degrés, l’amateur a moins d’efforts techniques à produire pour se rapprocher de la bonne valeur.

Si vous tapez une lame ou un club improvment, c’est cette différence que vous allez sentir dans les mains.

Revers de la médaille, car il y en a toujours un, un fer improvment est bien moins bon qu’une lame pour contrôler la profondeur d’un coup de golf.

Quand un bon joueur pourra arrêter la balle en moins de 6 mètres avec un fer 7 version lame, ce même joueur aura besoin de 2 à 3 mètres de plus avec un fer improvment.

Autrement dit, toutes les publicités qui parlent de précision s’agissant de ce type de clubs sont très limites, et presque mensongères.

Un fer improvment, c’est fait pour augmenter la compression, et donc le smash factor pour des golfeurs qui en manquent. Ce n’est pas plus compliqué que cela.

Le cœur de clientèle pour ce type de club est un joueur qui cherche une solution majoritairement tournée vers la distance, avec un gain moyen compris entre 5 et 10 mètres par rapport à des clubs plus exigeants.

Arrêter la balle le plus rapidement possible sur le green n’est pas encore une priorité. Le besoin, c’est de faire les quelques mètres en plus pour justement atteindre le green.

Pourquoi un improvment standard ?

Pour vous illustrer la différence de performance d’un club improvment standard par rapport à d’autres clubs, je vais vous présenter à l’aide du tableau ci-dessus, la synthèse de mes tests avec six catégories de produits distinctes.

Dans tous les cas, il s’agit des clubs en version fer 7.

Comme vu dans le guide de choix des lames MB et CB, à l’image de beaucoup de golfeurs amateurs, je n’ai pas tout à fait le swing pour compresser la balle à son optimum.

Le loft dynamique que je crée en déplaçant la tête de club est trop élevé. Soit environ 28 à 29 degrés pour des clubs dont le loft statique est environ de 33 à 35 degrés.

Sans changer mon geste, le fait de taper des fers dont le loft descend à 30 degrés avec un centre de gravité abaissé, permet de contourner ce problème.

Pour le coup, le club aide vraiment le golfeur.

Avec le même geste, la balle est donc mieux compressée, et cela se ressent dans le smash factor, qui pour ma part monte au-dessus de 1.32, sur des manches aciers ou graphites.

Attention, pas de miracle, pour aller chercher une valeur idéale comme 1.36 fois la vitesse de swing en restitution de vitesse de balle, il faudra tout de même améliorer le geste.

Avec ce type de fers, je gagne au moins 2 à 3 degrés de loft dynamique par rapport à une lame.

Choisissez un type de tête qui convient à votre façon de compresser la balle.

Concernant le spin, c’est un peu le revers de la médaille, j’ai observé une baisse sensible autour de 5000 à 5400 avec un fer 7, selon le manche utilisé alors qu’avec une CB, j’étais juste en-dessous de 6000 tours.

Plus le loft se ferme, et plus la capacité à donner du spin à la balle baisse.

J’évalue à 2/3 mètres la perte de contrôle de profondeur entre ce type de club et une lame.

Comment différencier les clubs ?

De mon point de vue, c’est le cœur du marché. Les marques proposent pour ce segment leurs best-sellers.

Le nouveau Callaway Rogue contre le nouveau TaylorMade M3, là se joue une grande partie du classement des ventes des meilleures séries de fers en 2018 pour l’Europe continentale.

Sur ce segment, pas étonnant que de nouvelles offres fleurissent chaque année. ll n’y a bien entendu pas de révolution technologique d’une année sur l’autre.

En revanche, il y a un enjeu de communication très important. Il ne faut surtout pas laisser aux autres compétiteurs, le moindre espace inoccupé.

Quand on place tous les clubs des marques sur le même niveau de compétition, il devient alors très difficile de les distinguer d’un point de vue de la performance.

Bien entendu, si on compare une lame avec un club improvment, on va trouver de grosses différences.

En revanche, entre un TaylorMade M3, un Callaway Rogue, et un PING G400, sans doute les trois clubs qui seront les plus achetés en 2018, cela devient beaucoup plus compliqué.

Je crains qu’à nouveau, ce soit votre attachement à la marque, votre feeling, votre appréciation du look, le budget ou le choix du shaft qui vont influer principalement votre achat.

Ce qui vous est proposé en 2018

Les prix affichés correspondent aux prix constatés sur Internet de la part de marchands certifiés et sérieux. Srixon ou XXIO ne communiquent pas les prix sur Internet.

A la différence du marché des lames, l’offre a tendance à fortement se distinguer en prix ou en nombre de clubs proposés par séries.

Les marques proposent des séries de 6 ou 7 fers pour se livrer à une véritable bataille d’affichage au niveau des prix.

Pour comparer, il faut être vigilant à ce que chaque marque propose.

Par exemple, la série TaylorMade M3 pourrait paraître bien moins coûteuse qu’une série de Callaway Rogue.

En réalité, à l’unité, un M3 coûte 133 euros contre 143 euros pour un Rogue, en tenant compte de la différence de fers dans le sac, à savoir 6 contre 7.

Par contre, je ne constate pas une tendance de prix plus élevée pour un fer improvment par rapport à une lame.

Une série de fers improvment standard avec sept fers en acier coûtera 1120 euros en moyenne en 2018, alors qu’une série de sept fers lames MB coûtera 1188 euros.

Sur ce segment improvment standard, je constate tout de même de gros écarts de prix, notamment avec Cobra ou Wilson, prêtes à faire de gros efforts sur leurs marges, pour conquérir des parts de marché sur ce segment si crucial.

Pour les 10 principales marques du marché, seulement 7 proposent au moins une série.

Callaway se distingue en proposant deux offres avec d'une part, la série EPIC sortie courant 2017, et d'autre part, la nouvelle série ROGUE, repositionnée en prix.

TaylorMade remplace la série M1 par la série M3.

Titleist arrive sur ce segment avec sa nouvelle série AP3. Un choix pertinent compte tenu de l’importance des ventes sur ce segment de marché.

Ping visera à nouveau avec le G400 une place dans le top-3 des clubs les plus vendus en France.

Srixon ne présente plus d’offre dans la catégorie improvment.

C’est pourquoi j’ai placé le XXIO Forged dans le tableau, d’autant que Cleveland (même groupe) ne sera présent qu’à partir de la catégorie suivante « improvment distance ».

La série Cobra King F-Max se positionne comme la série la plus économique avec un prix inférieur à 600 euros pour six clubs !

Mon avis pour choisir

Quand on joue sous la barre des 24 d’index, le choix de la bonne série me paraît très important.

Trop souvent, par méconnaissance de l’offre, je vois des golfeurs amateurs jouer avec des clubs complètement inadaptés ou sans avoir conscience de l’intérêt de jouer des clubs avec un loft plus fermé.

Les séries « improvment standard » apportent d’excellentes sensations par rapport à la compression, et un réel gain de distance, même si c’est au détriment du contrôle.

Le graphite pourra apporter un gain de vitesse de swing de près de 2 mph par rapport à de l’acier.

Pour ce type de clubs, j’aurai tendance à choisir une série dont le loft du fer 7 n’est pas supérieur à 31 degrés.

Bilan des tests

Les écarts de performances (smash factor, degré d’efficacité, distance ou taux de spin) peuvent être imputées aux différences des manches.

Ceci étant, un fer 7 avec un loft de 30 degrés possède potentiellement un petit avantage sur un fer 7 avec un loft de 31 degrés, pour l’argument de la distance.

Le poids du shaft joue aussi un grand rôle.

Dans le cas du test du Cobra KING F-Max, le manche graphite était beaucoup trop léger pour moi, alors que la tête présente déjà le loft le plus élevé. Le résultat n’a pas été très concluant.

Mis à part ce cas particulier, la plupart des fers de cette catégorie m’ont apporté un excellent smash factor, et une grande facilité à compresser la balle, et ce, dans une proportion assez supérieure par rapport à des clubs « Player ».

Avec un manche acier, j’ai très bien fonctionné avec le PING G400 (smash factor à 1.35) qui me paraît être toujours une des valeurs sûres de ce segment.

Le Titleist 718 AP3 propose moins de smash factor, en revanche, le loft plus ouvert est favorable au spin. De ce point de vue, c’est le plus « raisonnable » pour le contrôle de profondeur.

Liens vers les pages déjà publiées sur le site concernant ces clubs

Callaway Rogue

Callaway EPIC

TaylorMade M3

PING G400

XXIO Forged

Cobra King F-Max

Wilson C300

Titleist 718 AP3

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.