Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Guide de choix 2021 des séries de fers dites « Player » et « Muscleback »

Quelle série de lames choisir ? Le marché des séries de fers se décompose en huit catégories de produits, et selon un cahier des charges assez précis, bien que très mal expliqué par la filière golf. Les médias ou autres imposteurs en mal d’avis n’aident pas à la bonne compréhension des produits, pour finalement toujours entretenir une forme de flou, laissant à penser qu’à travers des étoiles ou des notes, il y aurait de meilleurs et de moins bons produits. Cela étant, très souvent, sans originalité, les clubs de golf finissent toujours par avoir la meilleure note, histoire de bien vous convaincre de les acheter…Noyées dans des tonnes de marketing, et de fausses informations, les véritables caractéristiques des clubs ont pourtant une utilité déterminante pour justifier leur existence, et mieux encore, la corrélation avec ce qui est en fait le plus important : Votre projet de jeu, et qui n’a rien à voir avec votre Index. Enfin, deux autres critères majeurs sont souvent les grands oubliés des guides de choix, l’esthétisme et le prix. Dans un environnement où beaucoup racontent n’importe quoi, entre fantasme et délire, ci-après, soyons juste précis et utile…

Préambule

Sur JeudeGolf.org, nous écrivons ou parlons de matériel de golf depuis 2010, alors que les premiers tests réalisés avec un Trackman, et un protocole rigoureux ont commencé en 2013.

Depuis, nous avons rencontré aux Etats-Unis pratiquement tous les ingénieurs des plus grandes marques pour les challenger sur leurs produits, au point que notre rédacteur, Laurent Agostini, a été surnommé « Tekky » pour « Technique » par certains ingénieurs.

Rencontres qui ont eu lieu soit à Orlando, au PGA Show, soit à Carlsbad, directement aux sièges des marques, et dans les ateliers de conceptions des clubs.

Cette expérience s’est traduite par une volonté d’apporter un éclairage juste et honnête sur les clubs de golf, pour systématiquement décortiquer le trop plein de marketing, et tenter de détecter le véritable intérêt technique des clubs de golf, et il y en a.

Surtout, au fil des années, nous avons commencé à illustrer une segmentation des fers, alors que le marché est volontairement abscons pour les amateurs, avec un patchwork de clubs dont on ne sait plus trop comment comprendre l’intérêt des uns par rapport aux autres.

Cette segmentation est devenue la marque de fabrique de JeudeGolf quand les autres médias continuent de distribuer des notes ou des étoiles, sans jamais d’ailleurs discerner la performance imputable à un manche, une tête ou même un grip.

Car, parler de série de fers, et affirmer que l’une est meilleure qu’une autre, sans tenir compte des caractéristiques de tous les composants, c’est ou de l’incompétence ou du mensonge.

A ce titre, le site américain MyGolfSpy qui a été longtemps la référence des médias spécialisés sur le matériel de golf, en étant objectivement le premier à chercher à passer derrière le marketing des marques ou à apporter des contenus inédits sur les secrets de fabrications, est malheureusement devenu aujourd’hui une caricature de ce qu’il critiquait au début, à savoir le marketing des marques.

Classer les séries de fers en parlant que de la tête, en omettant grip et shaft, même en faisant tester par des centaines de testeurs, et arriver à un palmarès est un non-sens, car cela ne tient pas compte du fait qu’un club de golf est un assemblage de composants divers, et que chaque golfeur est en fait unique.

Le meilleur fer de l’année 2021 n’existe pas. La meilleure combinaison pour vous, golfeur ou golfeuse unique, existe certainement, et malheureusement, ce sera à vous seul de la trouver. Aucun média, y compris JeudeGolf ne pourra faire ce chemin à votre place.

Plus modestement, nous JeudeGolf, pouvons vous informer, en classant d’abord les produits par catégories, vous informer des principales caractéristiques des têtes proposées par les marques, en les remettant bien au centre du débat, vous illustrer les différences de prix, et éventuellement vous donner notre avis sur l’esthétique des produits.

En revanche, cela fait bien longtemps que nous ne recommandons plus des clubs par niveau d’index, car c’est méconnaitre ce qui fait une partie de golf, et un niveau de jeu.

L’index peut être le résultat d’un excellent driving et putting, mais à contrario, le jeu de fers peut être un point faible, alors que l’inverse existe aussi.

En réalité, pour choisir vos fers, vous devrez tenir compte de plusieurs paramètres objectifs, et qui ne se mettent pas dans une case ou une étiquette : Votre vitesse de swing, votre smash factor par rapport à l’idéal, et enfin les angles de trajectoires que vous souhaitez donner à la balle (décollage et atterrissage).

Remarque personnelle de Laurent

Un concours de circonstances a fait que je me suis retrouvé en possession de trois séries de fers relativement identiques, une Srixon Z-Forged, une TaylorMade P770 et une Mizuno MP-20.

Les caractéristiques des trois têtes divergent peu (il y a de petites différences, notamment de tailles des semelles), et par contre, à l’usage, j’ai redécouvert concrètement l’influence colossale du manche sur la trajectoire de balle.

Redécouvert parce que je suis censé le savoir, mais surtout parce que c’est toujours plus frappant quand on le vit concrètement : La différence majeure entre ces trois séries de fers est venue du manche True Temper Dynamic Gold S300, un vieux de la vieille, monté sur la Mizuno MP-20 qui me donnait nettement plus de spin, et d’angles d’atterrissages que les deux autres séries montées sur des manches pourtant de conceptions bien plus récentes (Nippon Shaft NS Pro sur la Srixon et KBS sur la TaylorMade).

A travers cet anecdote, je veux vraiment vous sensibiliser sur le fait que le marketing et tout le bruit qui va avec vous éloigne du véritable sujet pour bien choisir : Il faut vérifier l’adéquation de la tête avec le manche, sans oublier le grip.

Choisir une tête sans choisir avec soin le shaft n’a pas de sens.

Le meilleur conseil que je pourrai vous donner après toutes ces années : C’est choisissez d’abord le shaft (il se peut qu’il vous aille une bonne partie de votre vie de golfeur), et ensuite, vous pourrez choisir et même changer de tête de club.

Or, aujourd’hui, toute l’industrie ne vous parle que des têtes…

Pourquoi ? Il existe tellement de shafts différents, et tellement de swings différents, que ce n’est pas humainement possible d’arriver devant vous, et vous dire « tenez, c’est le club qu’il vous faut ! »

Enfin, pour définitivement tordre le cou aux guides et autres classements, sur le marché, dans les grandes marques, il n’existe pas de mauvais produits ! A la rigueur, il n’existe que des mauvais assemblages.

C’est d’ailleurs pour cela qu’il devient tellement difficile de classer les produits, et surtout les différencier autrement que par le dernier critère de choix important : Le look !

Oui, j’affirme qu’aujourd’hui, le principal critère de choix pour une série, c’est d’abord celui du plaisir des yeux.

Mise en garde

Ne choisissez plus vos clubs selon le seul smash factor !

D’une part, nous avons récemment appris qu’au cours de journées multimarques, il se peut que certains vendeurs modifient les données du Trackman, comme par exemple l’altitude ou la température extérieure, pour artificiellement doper les performances au moment de votre essai.

Toujours sur le smash factor, il ne s’agit pas d’en donner trop ou pas assez. Par exemple, pour un fer 7, vous devez vous rapprocher d’un smash factor de 1.33

En-dessous de cette valeur, vous ne centrez pas suffisamment correctement la balle dans la face pour obtenir le plein rendement du club.

Au-dessus de cette valeur, vous devez vous demander si le club ne propose justement pas trop de rendement au détriment d’autre chose, et notamment le contrôle de la balle.

Avec des fers, ce n’est pas un concours de ball-trap ! Ce n’est pas celui qui va taper le plus loin, mais celui qui va mettre la balle le plus près du drapeau. Oui, il y a toujours un compromis à rechercher entre distance et précision.

Les études démontrent année après année que les golfeurs amateurs se trompent de combat, et demandent toujours plus de distance, au lieu de se préoccuper de la précision.

Le smash factor ne doit pas être le seul critère de votre choix. Vous devez tout prendre en compte, y compris la roule, les angles, le spin…

Ci-après, un tableau proposé par Trackman qui devrait être le livre de chevet de tous golfeurs, non pas pour imiter les vitesses de swings, mais connaître les données optimales par clubs…

Le profil pour jouer des lames

Cela n’a donc rien à voir avec l’index qui est une information trop parcellaire pour être fiable.

Jouer une lame, c’est en fait s’orienter vers un club qui propose au moins deux caractéristiques majeures : Plus de loft, et moins d’offset.

En résumé, c’est le club ultime dans la quête de précision et de liberté de trajectoires différentes à donner à la balle.

De mon modeste point de vue, on peut commencer à jouer une lame avec une vitesse de swing au fer 7 d’environ 75 mph, bien que la vitesse ne soit qu’une partie de l’équation.

Le plus souvent, les joueurs qui optimisent le mieux ces clubs passent à des vitesses supérieures à 80 mph…au fer 7. Les pros passent en moyenne à 90 mph.

Il faut aussi un angle d’attaque bien marqué vers le sol (négatif), et donc savoir compresser une balle de golf, et enfin, être capable d’être autour de 1.30 à 1.32 de smash factor minimum.

Enfin, il ne faut plus être susceptible de slicer régulièrement, en raison d’un chemin de club inadéquat avec le projet de jeu menant à utiliser ce club.

Surtout, un golfeur qui achète ce type de clubs cherche à maximiser spin, et hauteur de balle, pour justement limiter la roule au maximum.

Coup d’œil dans le rétroviseur

Avant de parler de 2021, qu’en-était-il de l’offre 2020 pour ces clubs ?

Le fonctionnement du tableau : Présentation par marque du club correspondant à la catégorie, mention si le produit est « connecté ou pas » avec un système type Arrcos, et de quatre caractéristiques imputables à un fer 7 (loft, lie, longueur du manche, et offset), et enfin, mention si le club est décliné pour les femmes.

La mention de droitier ou gaucher n’est pas indiquée car de plus en plus, les marques font l’effort de doubler leur offre. En revanche, il n’est pas dit qu’en magasin, les golfeurs retrouvent tout ce dont ils ont besoin. Les délais de livraisons peuvent être très longs.

Exemple, Mizuno propose spécifiquement une série MP-20 SEL pour les gauchers…

Sur les 13 marques que nous allons vous présenter au travers des différents articles de cette série de guides, toutes ne proposent pas des lames, tant le marché s’est en fait contracté au fil des années.

Le profil décrit plus haut ne tend pas à se développer, et les amateurs restent le plus souvent effrayés par ce type de clubs, alors qu’un manche bien choisi peut contrebalancer l’impression de difficulté.

En 2020, le marché des lames se bornait à des clubs dont le loft du fer 7 était comparativement entre 33 et 35 degrés.

Le principal élément technique pour choisir était en réalité sous communiqué : l’offset qui pouvait varier entre 0,9 et 2,6 mm selon les clubs.

Moins il y a d’offset sur un fer, et moins il y a de correction du chemin de club du golfeur. Il incombe au golfeur de créer la trajectoire de balle par son swing, et avec une moindre correction artificielle…ou dit autrement d’anti-slice.

En 2021

La comparaison 2020-2021 permet d’illustrer le fait que d’une année sur l’autre, les changements au sein des gammes de produits sont très limités.

En revanche, nous avons tenu compte de vos retours pour augmenter la taille de notre panel, et notamment intégrer Inesis, bien que la marque aime à fonctionner hors-système, ou même se victimiser à vos yeux, et en fait, ne participe pas de son fait à nos tests.

En revanche, soulignons l’effort d’Honma, qui au contraire ait venu à notre rencontrer au cours des 12 derniers mois, et a fait l’effort de nous présenter ses produits, dont le TR20-B présenté ici.

Les faits les plus notables

Sur cette catégorie de produits, il n’existe pas réellement de déclinaison pour les femmes, car ce produit ne se distingue pas homme ou femme.

L’utilisateur ou l’utilisatrice d’une lame choisit ce type de tête pour sa fonction, à savoir donner des effets ou maximiser le contrôle de trajectoire. La différence se fera à nouveau sur le choix du manche, son poids ou sa longueur…entre autres critères.

Le loft moyen du marché tend à 34 degrés pour le fer 7. Quelques années en arrière, le marché était plutôt à 35 ou 36 degrés, signe que même les lames subissent la tendance de fond pour plus de distance…

S’agissant de la longueur des manches en standard, les marques ne jouent pas vraiment avec, ce qui n’est pas le cas dans d’autres catégories où au contraire, tout est bon pour inventer un gain de distance…

En dehors de votre préférence pour une marque ou pour un look, souvent l’élément discriminant pour la tête, c’est l’offset.

Le prix : Un véritable critère de choix

En-dehors du look, et surtout de votre appréciation très personnelle, le prix pourra être un élément discriminant.

En moyenne, alors que le marché subit l’inflation, le prix moyen d’une lame à l’unité dépasse allégrement les 200 euros pour se fixer à 209 euros.

De mon point de vue, le TaylorMade P7TW, réplique du club de Tiger, le PING BluePrint, et le Mizuno MP-20 sont hors marché.

A l’inverse, Callaway avec l’Apex MB et TaylorMade avec le T7MB sont à des prix attractifs pour ce type de produit (moins de 190 euros l’unité).

Inesis est évidemment sur un prix imbattable avec un produit dont les caractéristiques ne correspondent pas exactement au standard du marché, en loft, et en lie.

Le choix du shaft est la clé

Pour ce type de club censé lever la balle, le choix de manches pouvant proposer des trajectoires basses ou mid-high me paraîtrait étonnant… ou même à contre-courant. Je vous invite à tester avec des manches susceptibles de créer des trajectoires hautes.

L’avis qui n’engage que Laurent

De mon point de vue, le Srixon Z-Forged présente les caractéristiques les plus abordables, et pourrait séduire les néophytes en « lames ».

Pour avoir une série de MP-20, le son à l’impact est très particulier. Ces clubs pourraient faire peur, mais au contraire, ils ne sont pas si difficiles à manier.

Sur le seul critère esthétique, je suis bluffé par le modèle Cobra KING RF tout en cuivre, qui pour le coup est une véritable originalité du marché en 2021, avec une histoire à nous raconter.

Je ne l’ai pas testé, mais ce serait mon coup de cœur avec la Callaway Apex MB 21, que j’ai testé, et qui sur un shaft pour lever la balle, est aussi une des têtes qui a quelque chose à raconter, notamment avec sa vis placée au dos de la cavité.

Tout comme la MP-20, pour avoir testé la P7MB de TaylorMade, je ne trouve pas cette tête si difficile à jouer, son style est même très réussi.

Sur ce segment, TaylorMade semble vouloir mettre le paquet, et occuper le terrain avec pas moins de trois offres, P7TW, et les nouvelles P7MB et P770 sorties à l'été 2020.

Si la série "Tiger Woods" sert surtout d'effet de communication, la véritable lame de l'offre TaylorMade est plus sûrement la P7MB. En revanche, à l'image de Srixon avec la Z-Forged, la marque américaine propose une P770, sorte de Canada Dry de la lame MuscleBack.

Plus abordable techniquement avec une semelle légèrement plus large, et un loft plus fermé qu'une lame traditionnelle, la P770 vient justement chasser sur le territoire de la Z-Forged, et je lui prédit un certain succès, tout comme elle reprend les codes d'une autre série à succès dans un autre segment, la P790.

D'autant que TaylorMade n'oublie pas de la placer en prix, et d'en faire le produit le plus attractif du segment...

Titleist et Mizuno, conformément à leur ADN respective présentent les modèles les plus classiques.

Article à suivre concernant les clubs Cavity Back…

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

admin
0 #2 Wilsonadmin 28-06-2021 16:38
Bonjour Mr Roubaud, effectivement, depuis tant d'années Wilson France reste hermétique à tout essai et avis sur leurs produits, et de plus, nous n'avons pas de distributeurs qui ont accès à ces clubs, étant donné la faible diffusion en France. Sans doute un produit de qualité, c'est dommage.
Nous ne désespérons pas de trouver une solution dans les années à venir. Toutefois, étant donnée la faiblesse des ventes, ce produit n'est déjà plus au catalogue de la marque qui se concentre sur un nouveau modèle, et pour le coup, nous l'avons référencé dans notre second article consacré aux lames CB. Cordialement,
xavier.roubaud@gmail.com
0 #1 Wilson Staff blades ?xavier.roubaud@gmail.com 28-06-2021 12:37
Dommage que vous n'ayez pas pu tester les lames Wilson.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.