Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Quels sont les drivers les plus vendus en 2016 en France ?

A quelques semaines de la fin 2016, nous commençons à avoir une vision assez juste des meilleures ventes de clubs de golf en France, ce qui d’ailleurs ne correspond pas obligatoirement aux meilleurs clubs d’un point de vue performance ou attractivité tarifaire. La logique des achats de clubs de golf, et en particulier, les drivers et bois de parcours échappent parfois à des logiques totalement arithmétiques. En la matière, quelles marques et quels produits s’en sortent le mieux ? Nous avons mené l’enquête…

Dans un marché globalement morose en 2016, et marqué par des tremblements de terres, la vente de TaylorMade, et l’arrêt brutal de Nike dans le domaine de la production de clubs, il y avait fort à parier que le segment des drivers allait connaître un certain soubresaut.

Pourtant l’année 2016 semble démontrer une certaine résistance des usages, et confirmer l’importance des budgets de communications.

En politique, les sondages récompensent les personnes dont la présence dans les médias, tv, presse écrite, radio est supérieure à celles des autres.

Une étude en France a d’ailleurs expliqué la victoire des deux derniers présidents de la république par une forte augmentation de leurs présences dans les médias par rapport à leurs rivaux dans la dernière ligne droite des élections.

Comme si des forces occultes agissaient avec des curseurs…

Comme en politique, et pour le coup, cela n’a rien d’occulte, les marques qui communiquent le plus, vendent le plus…

A cela s’ajoute le fait que les consommateurs-golfeurs ont admis que certaines marques avaient plus de légitimité que d’autres sur certains produits.

Le produit le plus stratégique pour une marque de golf restant le driver qui souvent conditionne le reste de la composition du sac.

Les golfeurs ont donc toujours une plus forte propension à coupler drivers, bois de parcours, et série de fers. La logique ne s’interrompt qu’à partir des wedges, et du putter.

En 2016, la marque qui faisait face aux défis les plus importants était sans conteste TaylorMade.

TaylorMade a non seulement beaucoup communiqué, mais aussi réalisé un pari gagnant : le driver M2 ou plutôt l’ensemble de la gamme M2.


Avec le M1, TaylorMade a tenté un premier galop d’essai qui a ensuite servi à creuser le sillon pour le lancement réussi du M2.

A plus de 500 euros le driver, très peu de golfeurs ont répondu à l’appel. D’ailleurs le M1 ne figure pas dans le top-10 des bois les plus vendus en 2016 !

En revanche, il a ouvert la voie à un modèle plus abordable, vantant à peu près les mêmes bénéfices techniques moins certaines options. Joué et défendu par les actuels numéro un et numéro deux mondiaux, Jason Day et Dustin Johnson, le M2 est aujourd’hui le driver le plus vendu en France !

De manière surprenante, il a été classé meilleur driver en performance par un site américain se faisant fort d’être un site indépendant et assez « insider » du milieu des équipements golfiques, tout en ayant la particularité d’avoir son siège à quelques mètres de celui de TaylorMade et Callaway, à Carlsbad en Californie…

Bizarre dans la mesure où de notre côté, le M2 n’a pas justement obtenu nos meilleurs ratios de tests en 2016.

Nous pouvons l’écrire d’autant plus facilement que l’an passé, R15 et Aeroburner avaient obtenus nos meilleurs ratios…

Le M2 est la meilleure vente, mais ce n’est pas nécessairement le driver qui domine en performance l’ensemble du marché.

Au contraire, les valeurs sont très serrées.

Ceci dit, dans les ventes, si depuis le début de l’année, on peut estimer qu’il s’est vendu une demi-dizaine de M2, le deuxième driver le plus vendu n’est pas à des années lumières puisque le Callaway XR 16 est juste derrière, lui-même juste devant le PING G.

Les écarts dans les ventes sont assez resserrés tout comme les différences de performances.

Un autre élément joue dans la performance commerciale des marques : le moment de diffusion.

Titleist n’est pas très bien classé dans le classement des ventes, essentiellement parce que son dernier driver vient à peine de sortir. Il faudra reprendre ce palmarès dans 6 mois pour en mesurer l’impact.

Depuis janvier, Titleist subissait l’ancienneté relative de son driver 915 lancé près d’un an plus tôt.

Comme quoi, il y a toujours de la part des golfeurs une prime à la nouveauté.

Ainsi, cette saison, TaylorMade et Callaway sont toujours en tête des ventes de drivers devant Ping, et Cobra, qui réalise plutôt une bonne saison avec justement selon quelques-uns des meilleurs drivers du moment.

Le King Cobra LTD n’est pas dans le top-10 des ventes, mais c’est pourtant l’un de nos top-5 de l’année en performance.

Ceci étant, pour TaylorMade comme pour Callaway, les meilleures ventes ne se font pas avec les clubs les plus techniques, et les plus coûteux (M1 ou Great Big Bertha) mais bien avec les offres placées en prix, à savoir M2 ou XR 16. Cela traduit le fait que les consommateurs ne sont pas prêts à monter en prix, mais conservent l’envie de consommer chez ceux qu’ils perçoivent comme les leaders.

Les vendeurs en magasins et les réseaux de distributions jouant certainement un rôle dans cette orientation du marché.

Remarquez que Ping avec son offre G qui n’est pas distinguée en prix en version SF TEC ou LS Tec a quelque part une approche moins marketing du produit repoussoir vers le produit à vendre.

Le M1 étant quelque part le repoussoir vers le M2.

L’écart entre produits vendus et produits plus performants à quelques mètres près ou tours de spin près tient aussi dans le fait que tous les golfeurs ne cherchent pas aller dans autant de détails, et ne cherchent pas tant que cela, le club le plus long.

Si c’était le cas, le M1 serait plus vendu que le M2, et cette année, à la différence de l’année passée, ce ne serait pas un TaylorMade qui serait en tête des ventes.

En revanche, un élément peut toutefois contredire ce dernier paragraphe: le fitting.

Si un golfeur achète effectivement un driver fitté pour lui, l’argument de la performance théorique est battu en brèche par l’argument non pas théorique mais bien pratique de la performance personnalisée.

Ceci étant, nous doutons que les milliers de drivers M2 vendus en France aient été tous fittés sur-mesure…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements