Quel driver acheter pour un golfeur de plus de 30 d’index ?

 

J’ai bien peur que cette question, qui souvent se couple avec tel modèle ou plutôt tel autre, et qui est très répandue parmi un certain nombre de golfeurs ou de golfeuses, soit une mauvaise question. Et le plus souvent, une mauvaise question n’engendre que des mauvaises réponses. Depuis bientôt dix ans que je travaille aux contacts des ingénieurs qui conçoivent les clubs, aux Etats-Unis notamment, ou auprès des professionnels, et les clubfitters, vous n’imaginez pas à quel point, les pseudos réponses de pseudos experts, en vidéo ou sur les forums, n’en finit pas de me désespérer. Dans cet article, tâchons de remettre l’église au centre du village…et donner une réponse réellement pertinente à des golfeurs de plus de 30 d'index.

Quand on débute le golf, il est tout à fait normal de ne pas connaître tous les codes de ce sport, et en particulier sur un univers qui fait tout pour paraître complexe : Le Matériel.

Paraître ? En réalité, le matériel de golf est aussi simple que complexe. Simple, parce que pour jouer au golf, il suffit de remplir un sac avec 14 clubs.

Complexe, car dans le détail, chaque club présente des caractéristiques bien précises, et mêmes pointues à appréhender.

Loft, offset, closed face, lie, hosel, toe, heel, couronne, semelle, poids ajustables… en fin de compte, la liste est longue pour parler d’un driver.

Pour un golfeur qui joue depuis peu, il faut largement admettre qu’il soit nécessaire de lui apporter beaucoup de définitions.

Paraître ? Car il y a les sachants, et les non-sachants. Et comme dans beaucoup de domaines, le sachant peut vite tomber dans une forme de suffisance par rapport aux non-sachants.

Il peut aussi vouloir emmener son interlocuteur dans une direction, sachant pertinemment que ce dernier n’aura aucun moyen de vérifier ou de comprendre son propos.

Alors, j’espère que vous ne m’en voudrez pas de m’en prendre un petit peu à ces golfeurs qui, en 2020, formulent ce type de question « driver ping g400 ou g410 plus ? pour index 32 des avis ? » sur laquelle je suis tombé par hasard, et sur un réseau social non spécialisé.

Cette question laissant penser que le choix se fait par rapport à un modèle de tête de club est extrêmement réducteur, si on se place du côté complexe de la question (les caractéristiques), et tout aussi hors de propos, si on se place du côté simple (besoin d’un club pour jouer).

Alors je vais le reformuler : L’index n’a rien à voir, de près ou de loin, avec le choix d’un club de golf.

Oubliez cela de votre esprit ! Dépolluez-vous !

Moi-même à mes débuts, il y a plus de 20 ans, j’ai perdu du temps et de l’argent avec cette question, et effectivement, il m’a fallu plusieurs années, plusieurs milliers de tests, et des heures de conversations avec des experts pour façonner, mon expérience.

On choisit un club de golf, et un driver en particulier, selon des caractéristiques, et un projet

Un projet ? Oui, votre projet de jeu… ce que vous voulez faire sur un parcours de golf.

J’ai bien conscience que l’on vit aujourd’hui une époque, où on croit faussement que l’on doit tout décider vite, tout faire plus vite. Poser une question sur un réseau social ? Espérer et attendre une réponse de personnes qui pensent être des connaisseurs ! Et vite acheter ce driver, pour vite en rechanger dans un an, ou même deux…

Amusons-nous un peu… Si je devais acheter un driver quand je suis 32 d’index, cela suppose que quand je vais devenir 24 d’index, il faut que j’en achète un autre ?

Mais dans ce système, c’est le bonheur des fabricants, et des distributeurs de matériel qui vont pouvoir vendre une dizaine de drivers, dans toute la vie d’un golfeur…

De la même façon, ‘est-ce qu’un driver s’use ?

Pas à ma connaissance.

Est-ce qu’il peut se casser (la tête) ?

Ce serait une très mauvaise publicité pour la marque, et en plus de 20 ans de golf, je n’ai jamais vu un amateur y parvenir. J’ai simplement été témoin de Sébastien Gros qui a fêlé une face… Pour mémoire, il drive à des vitesses qu’aucun amateur n’atteindra jamais.

Cela étant dit, si le driver ne s’use pas réellement, s’il ne se casse pas, et s’il ne se choisit pas selon un index, cela veut dire que le golfeur « éclairé » qui fera le bon choix, selon les bons critères, n’aura pas d’autres raisons de changer que pour se faire plaisir ! Par exemple, découvrir un nouveau son…Apprécier un nouveau design…

C’est d’ailleurs la première chose majeur à dire à notre golfeur qui s’interroge : Faites-vous plaisir !

Bien entendu, il n’écoutera pas cette première affirmation, espérant quelque chose de plus élaboré.

J’en reviens aux caractéristiques et au projet de jeu.

Quel est son projet de jeu ?

Pousser la balle sur le parcours ?

Taper comme un sourd ?

Toucher plus de fairways ?

Taper droit devant soi ?

Ne plus faire de slice ou de hook ?

Lever la balle ? La tendre ?

Prenons les choses dans l’ordre, le but du driving est de taper le plus loin possible en direction d’un fairway, sachant que le rough est par définition, une zone extrêmement pénalisante sur un parcours de golf, sans même parler d’éventuels obstacles.

Tout projet de jeu démarre donc par le besoin de définir sa capacité à produire de la distance, et à toucher des fairways, en régulation.

Toucher 14 fairways sur 14 possibles ?

Si le but d’un golfeur est de faire baisser son index, il ne peut pas ne pas tenir compte d’un projet de jeu, et d’une réalité, définissant le nombre de fairways touchés sur un maximum de 14 par parties. Ce n’est pas réaliste, et très présomptueux.

Différentes études menées sur des groupes de golfeurs aux Etats-Unis démontrent qu’un golfeur 30 d’index touche moins de 40% de fairways en régulation, et même jusqu’à moins de 25%, selon la difficulté des parcours (longueur, et étroitesse).

En somme, un golfeur ou une golfeuse 30 d’index pourrait toucher moins de 6 fairways par partie avec le driver.

Le hic, c’est que ce ratio n’est jamais expliqué aux golfeurs. On ne vous vend que de la distance !

A ce compte-là, en seulement quelques années, les manches des drivers se sont allongés, et désormais le standard s’établit à 45,5 inches, un standard long, vraiment long…

Pour beaucoup d’amateurs, même bien « classé », c’est déjà trop long pour espérer contrôler décemment le club.

Donc la première chose à définir, c’est combien de fairways à toucher, sachant que la réponse « le maximum » n’est pas une réponse !

Selon la même étude citée plus haut, qui annonce qu’un golfeur 30 d’index touche moins de 20% de fairways en régulation, nous annonce qu’un golfeur 10 d’index passe à peine la barre des 50% !

Un golfeur 30 d’index pourrait raisonnablement avoir comme projet de jeu de toucher de 3 à 6 fairways par partie, ce qui représenterait déjà un progrès spectaculaire : Un doublement de sa compétence.

S’agissant de la distance, une autre étude réalisée par ARCCOS sur les trois dernières années, nous apprend qu’en moyenne, un golfeur classé plus de 30 d’index dépasse difficilement les 180 mètres parcourus (roule comprise).

Pour vous donner une indication de vitesse de swing, en prenant un driver de loft 10,5 degrés, quand un golfeur swingue à 80 mph, il peut espérer dépasser 180 mètres de distance avec la roule (avec un angle d’attaque légèrement positif, un loft dynamique supérieur à 17 degrés, une balle centrée dans la face…

Autrement dit, un golfeur qui drive à moins de 180 mètres, swingue probablement à une vitesse inférieure à 80 mph.

Un golfeur classé moins de 20 ne drive pourtant que seulement 10 mètres de plus en moyenne !

La question clé du jeu de golf, c’est donc bien plus la précision versus la distance

C’est donc la première erreur de raisonnement que nous commettons tous.

La question pourrait donc se poser d’arrêter son choix sur un bois 3, et attendre de progresser suffisamment avant d’acheter un driver dans le commerce, et sans autre forme de fitting.

Cela étant, il y a plusieurs années en arrière, je me souviens avoir commenté une autre étude américaine qui établissait que les golfeurs avaient sensiblement de meilleurs résultats avec une tête de driver, versus une tête de bois 3, et justement par rapport à la fameuse question de la tolérance !

Pourquoi ?

Tout simplement parce que la tête d’un driver d’une dimension de 460 cc excède la dimension d’une tête de bois 3 inférieure à une dimension de 200 cc.

Une tête de driver présente justement un volume qui va favoriser une moindre précision dans le centrage de la balle dans la face, et en prime, plus de restitution de vitesse de balle, en particulier, joué depuis un tee de départ, ce qui aider à toucher la balle.

A l’inverse, il est bien plus difficile de taper un driver à même le sol, versus un bois de parcours.

Autrement dit, il est préférable de jouer un driver avec un manche plus court plutôt qu’un bois 3, et pour donner une idée… un manche de 44 ou 43 pouces.

Problème ?

Cela n’existe pas dans le commerce. Il faut forcément passer par un spécialiste, ou alors couper le manche de son driver, en ayant pris soin d’enlever le grip, puis le remettre ensuite.

Raisonnablement, un golfeur 30 d’index ou plus ne va sans doute pas se lancer dans une telle opération. D’autant qu’il faut définir la nouvelle longueur visée pour le manche.

En résumé un golfeur plus de 30 d’index doit d’abord avoir en tête le nombre de fairways qu’il peut raisonnablement espérer en étant ambitieux (passer déjà par 20 d’index), soit atteindre ou dépasser 6 fairways en régulation, et à peine dépasser les 180 mètres au drive.

Reste la question du contrôle de la trajectoire…

A 30 d’index et même très en-dessous, contrôler les effets indésirables restent un défi majeur.

Les caractéristiques d’un driver peuvent vous aider selon la nature de votre swing.

Si un driver obéit à des caractéristiques, votre swing, ou plutôt votre corps aussi !

Enfin de compte, choisir un driver, c’est tout simplement faire la rencontrer entre les caractéristiques d’un driver, et les caractéristiques d’un golfeur. Encore une fois, l’index n’a rien à voir avec cela.

Quelles sont les bonnes questions à se poser ?

Quelle est votre vitesse de swing ?

La vitesse de swing est à corréler avec le loft dynamique, à savoir le loft que vous allez réellement appliquer sur la balle au moment du contact, et pas le loft inscrit sur la tête de club.

Plus un golfeur swingue vite, et moins il devra utiliser une tête présentant beaucoup de loft, tout du moins, pour optimiser la trajectoire de la balle, et sa portée.

Autre élément à connaître : Votre angle d’attaque naturel sur la balle !

Soit il est remontant (positif) vers le ciel, soit neutre (à 0 degré), soit descendant (négatif) vers le sol.

Ce phénomène va lui aussi impacter le choix du loft ou du club. De préférence, il doit être remontant avec le driver. Votre organisation à l’adresse est déterminante sur ce paramètre, qui va lui aussi jouer sur l’angle de décollage de la balle, et donc doit être considéré au même titre que la vitesse de swing.

A nouveau, si un golfeur se pose la question du choix d’un driver, cela veut dire qu’il s’intéresse à optimiser ses compétences avec son outil.

Quel est votre chemin de club naturel, et surtout votre placement moyen de la face sur la balle par rapport à ce chemin ?

Si vous swinguez intérieur-extérieur ou extérieur-intérieur en termes de chemin de déplacement de votre club dans l’espace, et par rapport à votre cible, cela va influer sur le choix de la tête, entre draw bias ou neutre.

Exemple : Un golfeur qui swingue extérieur-intérieur avec une tendance à laisser traîner la tête de club avec une face ouverte en relation à la cible (pointe sur la droite) va slicer, et pourrait bénéficier d’une face de driver dite « closed face » ou « draw bias ».

Ce type de tête va atténuer cette tendance, sans toutefois la corriger durablement. C’est un pansement…pas une solution.

Vous pouvez encore avoir besoin de plus ou moins de moment d’inertie (MOI), l’une des principales caractéristiques discriminantes d’un driver.

Plus le driver propose de moment d’inertie, plus potentiellement, il pourra être « stable » dans la zone d’impact, ce qui favorisera un meilleur smash factor, et moins de dispersion.

En revanche, vous devrez accepter la contrepartie d’un plus grand nombre de rotations données à la balle (spin), ce qui, au drive enlève de la distance en l’air, et au sol (roule).

Inversement, un driver avec moins de moment d’inertie permet de générer moins de spin (plus de distance) mais est susceptible d’être moins stable dans la zone d’impact.

Un golfeur plus de 30 d’index, et en difficulté pour contrôler ses trajectoires, doit raisonnablement opter pour une driver avec un Moment d’inertie plus élevé.

Tous ces éléments peuvent se mesurer avec un radar.

Un golfeur qui joue plus de 30 d’index n’est pas exclu du besoin de mesurer son swing.

En revanche, on sait qu’un golfeur plus de 30 d’index est bien plus irrégulier qu’un golfeur classé 10.

Ce n’est pas pour autant que les mesures ne sont pas utiles et pertinentes, justement dans le but de faire un choix de driver optimisé.

Beaucoup de golfeurs développent très vite, et pour longtemps une signature de swing.

Si la vitesse de swing est amenée à augmenter avec la pratique, s’améliorer, ce qui a une conséquence sur le loft dynamique, en revanche, je doute qu’un golfeur change son chemin de déplacement naturel de son club. Il reste naturellement un « pusher » ou un « puller », termes définis par le biomécanicien Jean-Jacques Rivet.

Il y a donc un choix important à faire pour évoluer avec son driver, sans avoir besoin d’en changer tout le temps… : Choisir un driver ajustable au niveau du loft.

Autrement dit, si vous choisissez le bon driver, et que ce dernier est ajustable au niveau de son hosel (pour permettre le réglage du loft), il y a de bonnes chances qu’il puisse vous correspondre un peu plus longtemps, et évoluer avec votre propre progression, notamment la vitesse de swing.

D’où l'intérêt de choisir une tête ajustable…

Reste la question du manche, mais aussi celle du grip, trop souvent sous-estimé…

S’agissant du manche, trop souvent, on parle de regular, stiff, senior ou lady alors qu’un shaft est aussi un produit avec des caractéristiques bien plus fines.

Un shaft n’est pas une flexion uniforme sur toute sa longueur.

En réalité, il se compose de quatre sections qui ont chacune une flexion que l’on pourrait évaluer de 1 à 9, du plus souple au plus rigide.

Sur ce point, malheureusement, il n’existe pas une baguette magique ou un forum avec des « experts » qui vous diront quel shaft sera le meilleur pour vous.

Personnellement, il m’a fallu des années pour trouver le mien, et je veux croire que même les golfeurs professionnels « sous contrat » quand ils ont trouvé leur shaft, n’en changent plus jamais, alors qu’ils peuvent ou sont forcés de changer de têtes de drivers pour faire plaisir aux fabricants.

Le shaft n’est d’ailleurs pas le moteur du swing puisque c’est vous le moteur… Le manche est l’arbre de transmission, ce qui n’est pas d’une importance anecdotique.

Le poids total du manche est aussi une caractéristique majeure à prendre en compte, de même que l’équilibre du poids du manche, avec le poids de la tête, et le poids du grip.

Parce qu’il y a tous ses détails, parler de choix de driver en lançant PING G400 ou G410 n’a aucun sens.

En somme, il n'y a pas d'autres choix que de tester et de tester...

En conclusion

Le meilleur conseil à donner à un golfeur 30 d’index au moment de choisir son driver, c’est de se poser à une table, de lister ce qui lui manque comme information pour prendre une décision réfléchie, et d’identifier quel professionnel sérieux pourra lui fournir cette information.

Il existe des vendeurs en magasins professionnels qui pourront répondre. Il existe surtout des clubfitters dont c’est le métier d’identifier la meilleure réponse à apporter.

Et enfin, avec cet article, vous avez toutes les clés pour défricher le sujet avec clairvoyance, ne pas vous disperser avec de mauvaises croyances.

En résumé, quel est votre projet de jeu ? Combien de fairways touchés ? Quelle distance moyenne ? Quelle vitesse de swing ?

Du coup, quel loft ? Quel moment d’inertie ? Quel forme de tête ? Quelle longueur du manche ? Quelle rigidité du manche ? Quel poids ? Quel équilibrage ? Quel grip (standard, midsize…) ?

Quel driver acheter pour un golfeur de plus de 30 d’index ? est une mauvaise question en comparaison, car parcellaire, et ne pouvant amener que de mauvaises réponses.

Enfin, s’agissant de la marque, c’est la dernière ou la première chose à choisir, car ce n’est pas réellement un élément discriminant.

Toutes les marques obéissent au même cahier des charges, quand elles ne sont pas fabriquées dans les mêmes usines…Jouez la marque que vous aimez. Jouez la tête qui vous plait le plus pour des raisons parfois subjectives, comme le look.

Enfin, à ceux qui m’interpellent sur ce point, en argumentant que tel site américain a sorti une étude du centre de gravité de chaque driver, dans toutes les positions et réglages, pour déterminer que tel tête de driver propose un meilleur rendement, ou plutôt plus de moment d’inertie, je rappelle que cet article s’adresse à des golfeurs plus de 30 d’index.

Qui n’a jamais manqué un drive sur une série de dix à la suite, et de son fait, bien plus que de son matériel me jette la première pierre…

Dans ce contexte, la compétence ou irrégularité du golfeur surpasse bien évidemment de très loin l’éventuel bénéfice, même minime proposé par cette caractéristique.

Depuis 10 ans, je tape plusieurs milliers de drives par an. Les écarts de performances que je mesure n’excèdent pas quelques mètres (à plus de 250).

Je réitère mon propos : Pour descendre son index depuis 30, le sujet est bien plus la précision que le gain de distance. Gagner 5 mètres est bien moins crucial que toucher un ou deux fairways de plus en régulation, par partie.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

ccs.ric@gmail.com
0 #1 Le meilleur conseil ?ccs.ric@gmail.com 09-12-2020 09:40
C'est d'aller voir un (bon) club maker. J'en ai fait l'expérience. Même si je ne joue que depuis 2 ans, j'ai la conviction que le golf reste un compromis entre distance et précision. Il n'y a que les pros et les vendeurs qui arrivent à maximiser les deux en même temps ...

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.