Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Faut-il raccourcir/couper le shaft de son driver?

Depuis quelques années, les marques de matériel clament l’augmentation de la distance. Bien souvent, c’est simplement par le fait de l’allongement du manche, qui ainsi, procure une plus grande vitesse de swing. Si cette vitesse de swing augmentée est bien transmise à la balle, alors effectivement, il peut y avoir augmentation de la distance. Cependant, quid de la dispersion ? Et surtout, est-ce que c’est réellement efficace et pertinent ?

Après avoir fait le bilan de ma saison de golf 2017, j’ai constaté à l’aide des capteurs Arccos que sur le parcours, j’ai beaucoup trop dispersé mes drives, à la fois de manière latérale, et en profondeur.

En somme, j’ai perdu beaucoup de coups par la faute de frappes trop courtes, trop à droite ou trop à gauche. Comment améliorer cette statistique ?

Il y a bien entendu une question technique derrière ce sujet.

Pour améliorer les trajectoires au drive, il faut réussir à performer dans trois domaines : le smash factor (centrer la balle dans la face), réaliser un chemin de club plus neutre jusqu’à la balle, et amener la face de club le plus square possible.

Pour ne pas compliquer, je ne vais pas évoquer le loft dynamique ou l’angle d’attaque.

En réunissant un bon smash factor (vitesse de balle supérieur à 1,45 fois la vitesse du swing), un chemin de club plus proche de 0 degrés, signe que le club est en ligne vers la cible, et un angle de la face au contact aussi proche de 0 degrés, signe que la face est square, non seulement, on peut taper un bon drive, mais en plus contrôler sa trajectoire.

Il y a donc bien 3 paramètres à juger pour mesurer la qualité d’un drive.

Je pourrais évoquer la question du spin, mais c’est plus une conséquence de ces 3 premiers paramètres qu’une cause d’un bon drive.

Pourquoi avoir eu l’idée de couper mon driver ?

L’envie de couper le manche du driver m’est venue à la suite de la fixation du capteur Arccos au bout de mon manche. Ce capteur mesure en lui-même 0,50 inches.

Le manche de mon driver actuel est de 45 inches.

Avec le capteur en plus, la longueur de mon shaft est passée à 45,50 inches.

Que proposent les marques ?

En préambule de cet article, j’ai fait référence à la volonté des marques d’allonger les manches.

Je vous propose ci-après une synthèse de 125 drivers testés et mesurés depuis 2013

Sur les 6 dernières années, en réalité, je n’ai pas constaté un phénomène particulier d’accroissement.

Toutefois, la moyenne de longueur des manches montés en standard sur les drivers me paraît assez haute, et proche de 45,5 inches.

S’il y a eu phénomène d’augmentation des longueurs de manches, il est au moins antérieur à 2013.

Toutefois, selon les marques, on constate de petites divergences philosophiques.

Cobra a par exemple tendance à proposer des manches plus courts. N’hésitant pas à faire référence au choix de sa star, Rickie Fowler, lui-même adepte des manches plus courts. Son offre peut descendre à 44,75 inches selon les modèles.

A l’inverse, Wilson, qui cible les débutants propose des manches plus longs (entre 45,75 et 46 inches).

Callaway, Ping et TaylorMade ont tendance à alimenter la moyenne haute avec des offres le plus souvent autour de 45,5 inches.

Callaway avait même forcé le trait avec son driver Optiforce clairement assumé pour augmenter la vitesse de swing, avec notamment un manche à 46 inches.

Depuis, cette expérience n’a plus été renouvelée.

Titleist est très stable avec des manches toujours autour de 45 inches, idem pour Srixon.

Enfin, XXIO qui joue à fond la carte senior propose bien souvent des manches assez longs (45,75 inches).

Quelle est la problématique posée par la longueur des manches ?

La problématique posée par la longueur du shaft se pose selon moi sur plusieurs critères : La vitesse de swing, mais aussi le plan du swing, sa direction, et finalement le smash factor, la vitesse de balle, la distance, et la dispersion.

Toute la question consiste à déterminer sa propre sensibilité par rapport à un comparatif entre un manche plus court ou plus long. A savoir, les impacts se mesurent sur quelques mètres.

Il y a aussi un gros aspect sensationnel.

Pour ma part, après avoir testé, ma philosophie est faite, et elle va au-delà de la simple question de la performance.

Un manche plus court d’au moins un inch me permet de ressentir la différence, de me sentir plus près de la balle, mieux placé à l’adresse, et beaucoup plus en confiance.

Est-ce à dire qu’en contrepartie, je vais perdre en vitesse de swing et en distance ? En théorie, ce gain de confort pourrait se matérialiser par une perte de vitesse de balle ?

Et quid de la dispersion ? Est-ce que je vais moins disperser ma balle avec un manche plus court ? J’ai fait les différents tests.

La mise en garde des vendeurs

Si vous allez en magasin pour demander à faire raccourcir votre manche de driver, un commerçant professionnel vous mettra en garde.

Couper le manche d’un inch va avoir pour effet de le raidir. Pour ma part, on a même essayé de me décourager de cette idée, en m’invitant à gripper plus court.

Oui, mais gripper plus court n’est pas une habitude. C’est donc quelque chose que je suis susceptible d’oublier sur le parcours.

J’ai néanmoins décidé de couper le manche d’un inch pour le descendre de 45 à 44 inches, pour ne pas changer ma façon de prendre le club en mains.

Concernant le raidissement du manche, pour ma part, j’ai opté pour couper un manche regular. Avec ma vitesse de swing, je suis entre stiff et regular. Cela ne m’a posé aucun problème particulier.

Expérience avec trois manches à 44, 45 et 45,5 inches (avec Arccos Connect)

Avec le manche plus court et coupé d’un inch, j’ai swingué 20 balles à 99,4 mph de moyenne.

Les chiffres à retenir sont :

Vitesse de balle 142,7 mph

Distance totale 233,4 mètres

Direction du swing 6,1 degrés intérieur par rapport à la cible (de la gauche vers la droite).

L’angle de la face à 3,0 degrés ouverte à droite.

La direction du lancement 3,1 degrés orientée à droite

Le plan de swing mesuré à 46,1 degrés d’inclinaison.

Deuxième expérience avec cette fois un manche un inch plus long, à savoir 45 degrés…

Avec le manche standard fourni d’origine, la vitesse de swing augmente à 100,2 mph de moyenne, toujours pour 20 balles.

Notez en revanche que contrairement à l’effet attendu, la vitesse de balle décroît à 142 mph au lieu de 142,7 mph.

Le smash factor est donc moins bon. Seulement 1.42 contre 1.43 avec le manche plus court.

D’un point de vue des sensations, j’ai tout de suite senti moins d’aisance et de régularité avec le manche plus long.

Il y a eu des bonnes balles ! Mais en réalité, il y a surtout eu plus de mauvaises balles, à la fois en dispersion latérale, et en profondeur.

En distance moyenne, j’ai même perdu 3 mètres avec le manche plus long.

Les écarts ne sont pas spectaculaires, et c’est logique compte tenu du faible écart de longueur entre les deux manches (1 inch).

Cependant, cela suffit pour agir sur un paramètre négatif concernant ma technique.

J’ai trop tendance à écarter la direction de mon swing par rapport à la ligne idéale.

Mon swing au drive est trop intérieur-extérieur (près de 6 degrés en moyenne).

La gêne que j’ai ressentie se matérialise par ce paramètre. Plus le manche s’allonge, et plus je vais accroître une direction du swing plus intérieure.

Seul paramètre qui n’est pas imputable directement à la longueur de mon manche : l’angle de la face.

Elle reste, dans les deux cas, trop ouverte. Ajouté à une direction du swing très intérieur-extérieur, cela créé les conditions de balles courbées.

Le fait de couper le shaft est intéressant pour ce type de swing.

Si pour vous, la direction de votre swing est plus neutre (proche de 0 degrés), vous allez seulement perdre en vitesse de swing, et vous n’obtiendrez pas nécessairement le même gain que celui que j’observe.

Dernier essai, j’ai remis le capteur Arccos sur mon shaft de driver, afin qu’il mesure 45,5 inches.

Effectivement, avec l’allongement du manche, la vitesse de swing grimpe encore en moyenne à 102,9 mph avec une pointe à 105 mph.

C’est grisant mais totalement inutile. Comme l’affirmait Carl Lewis dans une publicité des années 90 pour une marque de pneumatiques « Sans contrôle, la puissance n’est rien ».

La vitesse de balle ne suit pas la même progression que la vitesse de swing, et en fait, le smash factor décroit à 1.39

Je perds encore 1 mètre de distance en moyenne, mais surtout j’accentue dangereusement la direction du swing, encore plus intérieur (9,1 degrés).

Si dans cet exercice, j’ai mieux géré la face (square en moyenne à 0,6 degrés), la dispersion a été multipliée par deux par rapport à un manche 45 inches, et par 3 par rapport à un manche 44 inches.

En conclusion, raccourcir le manche de son driver d’un inch permet de réduire la direction de son swing quand elle s’écarte trop de l’axe (bénéfice), tandis que la perte de vitesse de swing est finalement limitée (1 à 2 mph).

Pour un golfeur qui gagnerait à couper son shaft, le club sera plus facile à centrer et donc le smash factor finalement plus élevé. Les sensations meilleures, et les distances pourraient même être plus longues en moyenne.

D’un point de vue de la posture, en qualité de journaliste, et non pas d’enseignant de golf, je relève quelques éléments illustrés ci-dessous.

A gauche avec le manche raccourci, je suis naturellement plus incliné au-dessus de la balle, alors qu’avec un manche plus long, je me tiens plus debout.

L’angle formé entre mes bras et le manche est plus prononcé avec le manche plus court.

Enfin, je me tiens plus près de la balle.

Le point clé de cet article n’est pas un plébiscite pour couper un manche, mais bien de vérifier, si un manche plus court influe sur la direction de votre swing, et neutralise un problème technique difficile à corriger sans de longues séances de practices.

Enfin, et cela n’ira pas dans le sens de Cobra, et du système Arccos Connect, le fait de rajouter un capteur de 0,5 inches sur le manche accroit ma dispersion.

Le calcul entre le bénéfice apporté par la technologie, et l’inconvénient commence à se poser. C’est pourquoi, j’ai opté pour le fait de couper le manche, en acceptant de perdre en vitesse de swing, sans perdre en vitesse de balle, le critère le plus important.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.