Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Combien de wedges pour affronter toutes les situations sur le parcours?

Au moment de composer son sac avant un parcours ou une compétition, se pose souvent la question : « quels clubs emporter, quels vont êtres les plus indispensables aujourd’hui ? ». En fonction de chaque parcours, de chaque condition de jeu, en été ou en hiver, nous n’utilisons pas certains clubs avec la même fréquence. Le règlement ne nous autorisant pas à transporter plus de 14 clubs dans notre sac, quelquefois il faut bien faire des choix…

Chaque année de nombreuses innovations viennent enrichir l’offre de matériel à la disposition des golfeurs.

Si le nombre d’options est plus large que jamais, il n’est pas toujours facile de faire un choix pour remplir son sac en tenant compte du nombre limité que chaque joueur peut emporter avec lui, mais également en fonction de son niveau de jeu et de la longueur de ses coups.

À l’origine de la démocratisation du golf, les joueurs n’avaient pas beaucoup de choix concernant les wedges. Un pitching-wedge d’environ 50 degrés et un sand-wedge autour de 56 degrés constituaient l’essentiel des clubs destinés au petit jeu.

C’est le gourou du jeu court Dave Pelz, qui le premier a développé un fer avec un lob plus important, pour aider les joueurs professionnels à mieux attaquer la balle dans des conditions plus difficiles.

Il a réussi à convaincre Tom Kite d’utiliser ce lob-wedge, de nombreux pros lui ont alors emboîté le pas.

En 1984, Karsten Solheim, fondateur de Ping a introduit le lob-wedge sur le marché grand public.

Pour apporter plus de distance et un meilleur contrôle du spin, au fur et à mesure, les lofts ont augmenté à partir des années 90, particulièrement quand les fers à cavité arrière ont offert plus de spin et un meilleur lancement de la balle.

Aujourd’hui un pitching-wedge est normalement autour de 45 degrés, avec pour les meilleurs joueurs des ouvertures pouvant aller jusqu’à 46 ou 47 degrés.

Au cours de la notable transition du matériel dans les années 90, il y avait un problème d’écart important entre les wedges, avec respectivement 46, 56 et 60 degrés.

Les 10 degrés entre pitching-wedge et sand-wedge nécessitaient beaucoup de finesse pour composer avec les distances moyennes.

C’est pour cette raison que pour combler cet écart a été conçu le gap-wedge, l’option 4 wedges dans un sac de joueur professionnel était née.

La technologie des balles de golf modernes a également joué un rôle important.

Les vitesses de rotation moins importante conjuguées aux limitations des rainures, il était nécessaire d’augmenter le loft des clubs pour garantir le contrôle et la précision.

3 ou 4 wedges ? Les joueurs de Tour sont partagés…

Il est intéressant de noter que sur le Tour, un joueur sur deux emporte quatre wedges dans son sac.

Ce sont les clubs qui vont leur permettre d’aller chercher les drapeaux au plus prêt : sand-wedge et pitching-wedge, avec entre eux, un lob-wedge et un gap-wedge.

À ce niveau de performances, les combinaisons sont personnelles à chaque joueur.

Le gap-wedge a son rôle, mais il n’est pas le plus important pour des joueurs qui passent de nombreuses heures à s’entraîner au petit jeu.

Leurs sensations leur permettent de ne pas avoir trop de problèmes avec les distances intermédiaires. Ils utilisent avantageusement le loft, le bounce, les trajectoires et le spin, pour varier leurs coups avec maîtrise et régularité.

Certains gros frappeurs utilisent 3 wedges, d’autres plus courts en utilisent 4, mais cela peut aussi être le contraire. Ils utilisent la combinaison qui leur convient le mieux, mais ils ont tous en commun d’essayer ces deux possibilités pour améliorer leurs scores.

Par exemple, Rikard Karlberg, un golfeur pro pour lequel Loïc Monchalin, consultant sur jeudegolf.org, monte des clubs sur le tour, ce dernier utilise trois wedges 52,56 et 60 degrés.

Combien de wedges dans le sac d’un amateur ?

Chez les joueurs de golf amateurs, on voit assez rarement des golfeurs emporter quatre wedges dans leur sac, et tout le monde n’en a pas forcément besoin.

Nous savons tous l’importance du petit jeu et les conséquences d’une bonne qualité d’approches pour améliorer son score. Combien de par sauvés ou de birdies réussis grâce à un bon coup de wedge ?

Alors pour les amateurs, 2, 3 ou 4 wedges, en fait il faut analyser où sont ses propres lacunes pour composer un sac avec une configuration de clubs qui compensera au mieux les écarts entre chacun de ces clubs.

Une analyse simple à faire est de commencer par mesurer la distance que l’on atteint entre son pictching-wedge et son sand-wedge.

Si l’écart se situe entre 10 et 14 mètres, il n’est peut-être pas nécessaire d’intercaler un autre club, par contre s’il est supérieur, un club intermédiaire pourrait vous être de la plus grande utilité.

Avantages et inconvénients, c’est la longueur de vos coups qui est déterminante

Les avantages d’un wedge supplémentaire réduisant l’écart entre chaque club sont de pouvoir pour chaque distance avoir à réaliser un swing plus facilement reproductible, et aussi de pouvoir composer en cas de lies difficiles ou de situations particulières.

Un autre avantage est de ne pas avoir à hésiter au moment du choix du club, chacun correspondant le plus précisément possible à chaque distance et à chaque cible.

Les inconvénients d’emporter un wedge supplémentaire vont davantage concerner les joueurs plus courts, qui ont sans doute plus intérêt à ne pas se démunir d’un long club à l’autre extrémité de leur série de clubs, d’autant plus que pour eux l’écart entre chaque wedge est moindre.

Un autre inconvénient, il va falloir passer un peu de temps à s’entraîner pour maîtriser ce nouveau club, et bien juger la distance et la zone de jeu dans laquelle on va l’utiliser.

Si vous pouvez passer beaucoup de temps à vous entraîner, et êtes capable de bien évaluer et de reproduire régulièrement les mêmes distances avec chacun de vos clubs, l’apport d’un wedge intermédiaire est indéniablement une option supplémentaire pour améliorer vos scores.

Si vous jouez moins souvent et essentiellement pour votre loisir, sans avoir trop le temps de vous entraîner, être déjà capable de reproduire des coups avec un écart de 10 à 14 mètres est un moyen suffisant pour atteindre vos objectifs et faire de bonnes parties de golf.

La suppression d’un long fer, d’un hydride ou d’un bois de parcours risque de vous pénaliser.

Essayez de noter le nombre de coups que vous faites en général sur un parcours avec vos wedges.

Si ce nombre est supérieur à celui exécuté avec vos bois de parcours, longs fers et hybrides, l’alternative peut être alors intéressante.

Une chose est certaine, commencer par maîtriser le plus précisément possible la distance que vous réalisez avec chacun de vos wedges vous aidera à améliorer vos scores.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements