Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Quels sont les bons clubs féminins pour débuter le golf ?

Vous souhaitez débuter le golf mais vous ne savez pas quels clubs choisir ? Faut-il mieux prendre un kit ou acheter des clubs individuellement ? Quelle marque choisir ? Comment savoir ce qui vous correspond le mieux, en tant que débutante ? Autant de questions auxquelles il n’est pas toujours évident de trouver des réponses adaptées. Certains diront d’acheter un kit débutant complet, d’autres que ce n’est pas adapté à tout le monde. Alors comment faire la différence entre bons conseils ou conseils marketing ? Pour m’éclairer sur ce sujet, j’ai donc recueilli les avis de plusieurs professionnels, une responsable de magasin, un club fitter et deux marques de matériels, afin de confronter les points de vue et me faire mon opinion dont je vous propose la synthèse.

Ce n’est pas un scoop en soi… alors que l’offre de clubs pour les hommes est pléthorique, l’offre de clubs de golf pour les femmes est beaucoup plus restreinte.

Les très bonnes joueuses ne raisonnent peut-être plus dans une distinction entre clubs pour homme ou clubs pour femme, ou par fatalité ou par raison, s’orientent le plus souvent sur des choix dictés par la technique, et par exemple, la taille des semelles, les lofts ou une rigidité des manches qui pourrait convenir à leur vitesse de swing.

Pour les golfeuses débutantes telle que moi, ou des golfeuses à un niveau de pratique loisir, le choix des clubs est-il moins important ?

Surtout, sans tomber dans les clichés des clubs roses, ne pourrait-on pas bénéficier de clubs adaptés, qui pourraient nous procurer du plaisir, du confort et de la facilité ?

Moi-même dans cette démarche, j’ai décidé d’interroger une vendeuse-conseil, un clubmaker, et deux marques, et ce pour en fin de compte, me forger ma première conviction sur le choix de mes futurs clubs. Comment choisir ? Quels sont les critères de choix à prioriser ? Comment arbitrer entre plaisir, budget et performance ?

J’ai interrogé Valérie Basset, responsable d’un magasin de matériel de golf…

Valérie Basset, responsable du magasin US Golf à Champagne-au-Mont-d’Or près de Lyon, conseille souvent à ses clientes débutantes, un « kit débutant », comme le Bloom de chez Cleveland, ou un kit équivalent chez Wilson.

Si la cliente ne désire pas acheter un kit débutant mais des clubs qu’elle va pouvoir garder par la suite, elle les oriente plutôt sur la gamme Launcher HB Turbo de chez Cleveland, ou la gamme G LE2 de chez Ping.

L’avantage chez Ping, selon Valérie basset, est que l’on peut acheter les clubs à l’unité. Ils n’ont pas de kit donc on peut composer son sac comme on le souhaite.

Au niveau des ventes, la responsable affirme que les ventes se répartissent harmonieusement entre les marques, « peut-être un peu plus de Ping, mais rien de flagrant » selon elle.

En dehors des kits, la gamme qui offrirait le meilleur rapport qualité-prix, et qui  serait la plus avantageuse pour la cliente, serait selon Valérie Basset, la gamme HB turbo de Cleveland.

Elle a également remarqué que la technique n’est pas le choix premier des clientes en terme d’achat de clubs, c’est le plus souvent d’abord le budget, et ensuite l’esthétique.

De plus, elle a observé que l’investissement de la cliente dans le golf influençait son achat. Si elle se met au golf pour faire plaisir et accompagner son mari, elle choisira alors le plus souvent un kit.

Par contre, si c’est un choix personnel et qu’elle souhaite vraiment s’y mettre régulièrement, elle achètera des clubs individuellement et plus qualitatifs.

Elle ajoute : « Ce n’est pas parce qu’on est débutant que l’on n’a pas besoin d’avoir des clubs adaptés à sa morphologie. Si on achète un vélo ou une paire de skis, il faut qu’ils soient à sa taille. Les clubs de golf, c’est pareil ! ».

Elle explique ensuite que si une femme est par exemple très grande ou au contraire très petite, elle ne va pas lui proposer de kit débutant, car on ne pourra pas les adapter à sa mensuration.

Elle précise ensuite que l’on peut commander des clubs sur-mesure sans surcoût chez presque toutes les marques.

J’ai interrogé Xavier Bretin, clubmaker chez Golf Optimizer…

Selon lui, le tarif reste un argument en faveur des kits pour débutants. Il ajoute qu’un kit débutant pourrait être un bon compromis, et qu’ils valent la peine au vu des tarifs proposés.

La notion principale à respecter pour des clubs féminins débutants selon le clubmaker, serait  d’avoir des lofts ouverts. Il explique alors que les femmes ont généralement moins de vitesse que les hommes, et qu’il est donc important d’avoir des clubs plus ouverts pour favoriser le décollage de la balle.

Il ajoute ensuite que cette ouverture de loft est souvent respectée en général, sur les bois et drivers, mais sur les fers, les lofts seraient trop souvent identiques à ceux mesurés chez les hommes. Par conséquent, les balles des joueuses ont parfois plus de mal à s’élever.

Les essentiels à avoir dans son sac pour commencer selon lui sont un putter, un sandwedge, un fer 9 et un fer 7. Il n’y aurait pas besoin de plus de clubs que cela pour une joueuse débutante.

Xavier Bretin conseille également de choisir ses clubs en fonction de sa morphologie, et de faire attention au putter dans les kits débutant, qui seraient bien souvent trop longs pour la plupart des gabarits femmes. 

Pour le clubmaker, des clubs achetés individuellement ou dans une série, plus onéreux et donc qui supposeraient être de meilleures qualités, ne vous empêcheront pas de potentiellement faire les mêmes erreurs qu’avec des clubs issus d’un kit.

Ils ne seraient d’ailleurs pas forcément plus évolutifs selon lui.

De son point de vue, les kits Cleveland, Callaway ou encore Inesis seraient vendus à des prix imbattables.

Ce qui fait que les kits sont aussi intéressants en terme de rapport qualité-prix, ce serait le choix de certains matériaux, de shafts, de grip, le design ou encore les finitions qui seraient moins coûteuses à produire.

Cependant, il insiste sur une chose, « ce n’est pas parce qu’il y a de meilleurs matériaux dans un club qu’il sera forcément plus adapté à la joueuse ». 

Il ajoute encore qu’une débutante peut aussi tout à fait débuter avec des clubs sur-mesure, où quatre clubs suffiront, par rapport à une série théorique de six ou sept fers.

Ils sont alors parfaitement adaptés à la taille et au poids de la joueuse, à ses sensations, à son swing weight (l’équilibre du clib entre le poids du grip, du manche et de la tête). Cela permettrait d’avoir un équipement optimisé dès les premières séances d’entrainements.

L’avantage du sur-mesure selon lui, c’est que l’on peut ensuite compléter son sac à l’aide des données qui ont déjà été recueillies au moment d’un fitting, et par la suite de compléter la série de clubs de son sac.

J’ai interrogé, Médéric Cocaire responsable de Callaway en France…

Médéric Cocaire, représentant Callaway alerte les consommateurs et consommatrices débutantes sur la qualité du matériel.

En effet, il explique que ce n’est pas parce que l’on est débutant que l’on doit forcément avoir du matériel de mauvaise qualité et peu onéreux. Il conseille plutôt de démarrer avec un produit de bonne qualité, qui permettra selon lui, de mieux performer, et de prendre plus de plaisir. 

Par le passé, Callaway recommandait aux débutants le pack qu’il qualifiait « d’initiation », et qui coûtait entre 150 et 250 euros.

Toutefois, Médéric Cocaire me précise que ce pack n’existe plus car ce n’est plus leur façon de voir les choses. Il reste encore quelques stocks en magasin.

Il ajoute que si l’on démarre avec un matériel pas ou peu adapté, conçu avec des matériaux moins légers et moins flexibles, à cause du bas coût des matériaux utilisés, surtout pour les femmes qui auraient besoin de matériaux légers, d’un équilibrage particulier, d’une flexibilité de shaft particulière, d’une tête légère… Cela pourrait devenir problématique. 

Callaway aurait revu ses produits pour les femmes, afin de les ajuster au mieux à cette clientèle. Médéric Cocaire nous annonce un nouvel équilibrage de tête, un shaft ainsi qu’un poids global plus léger, une texture de grip plus « soft », une longueur de club plus adaptée… Et le point le plus important, et contraire à la tendance actuelle chez les fabricants en ce moment, des lofts plus ouverts. 

Un loft plus ouvert permettrait, selon lui, aux golfeuses de pouvoir lever la balle davantage, et de leur apporter plus de tolérance.

Selon des études réalisées par la marque, les femmes auraient un côté sensitif plus développé, et trouveraient les grips hommes trop rêches, pas assez doux.

La nouveauté à venir chez Callaway pour les golfeuses, sera le pack Reva, déjà disponible, et décliné en deux versions.

Soit huit clubs,  un driver, un bois 5, un hybride 5, un fer 7, un fer 9 un sandwedge, un putter et un sac au prix de 1199 euros.

Soit onze clubs, un driver, un bois 3 (avec un loft plus important), un hydride 5 et 6, un fer 7, un fer 8, un fer 9, un pitch et un sandwedge, un putter et un sac, au prix de1399 euros.

Toutes les gammes seront déclinables en version droitière ou gauchère.

Callaway propose également une gamme Big Bertha 21 Reva pour femmes, qui utilise toutes les nouvelles technologies, et est spécialement conçue pour les golfeuses, du driver jusqu’au sandwedge.

Un putter a également été pensé pour les joueuses, le Stoke lab women, qui serait un club plus léger, avec une longueur plus courte que chez les hommes, un grip plus fin, et un équilibrage global plus adapté à un jeu féminin. 

La gamme Mavrik Max de chez Callaway ne propose pas de gamme complète femmes, mais offre également des clubs plus légers dans l’ensemble, avec plus d’offset.

Pour Médéric Cocaire, le pack avec le meilleur rapport qualité/prix pour une joueuse débutante est le pack REVA, qui est adapté à un niveau de jeu débutant mais qui peut aussi être utilisé sur du plus long terme.

Il ajoute qu’il s’agit d’un pack complet, de produits évolutifs et adaptables, et qu’il est particulièrement intéressant pour les joueuses qui ne souhaitent pas investir 2500 euros.

C’est d’ailleurs le seul pack de la marque, les autres gammes sont toutes vendues à l’unité.

Il ajoute que peu de consommateurs savent que les gammes Big Bertha et Mavrick sont ajustables en fitting sans surcoût.

J’ai interrogé Nicolas Marchand, commercial pour Srixon Sports Europe…

Pour Nicolas Marchand, choisir ses clubs n’est pas qu’une question de genre, mais au contraire d’âge.

Il explique : « Ce n’est pas parce qu’on est une joueuse débutante que tous les clubs féminins sont les mêmes, et adaptés pour tous les profils. Débuter à 18, 25, 40 ou 60 ans n’est pas pareil. Il faut tenir compte des capacités physiques de la joueuse. »

Nicolas Marchand conseille aux joueuses seniors ou au contraire jeunes des clubs très légers, et aux joueuses adultes plus dynamiques, des clubs un peu plus lourds, et plus conventionnels.

Il ajoute que le choix des clubs dépend aussi du budget accordé au sport, mais aussi de l’investissement de la joueuse en terme de temps. Est-ce pour jouer une fois par semaine ? Ou pour une utilisation très régulière ?

Il affirme ensuite que la marque XXIO propose des produits de très bonne qualité, mais qui ne conviennent pas forcément à toutes les bourses. 

En terme de rapport qualité-prix, il conseille la marque Cleveland, qui sera plus accessible en terme de budget.

Selon lui, « le tout est de trouver des clubs tolérants, épais sur la semelle, volumineux sur les drivers… ».

Il ajoute ensuite qu’une femme qui mesure 1m75 par exemple conviendrait plus à des clubs standard hommes seniors si elle est un peu sportive.

Il n’y a donc pas de généralités.

Srixon n’a pas de clubs spécialement dédiés aux golfeuses, contrairement à XXIO ou Cleveland. Mais Nicolas Marchand explique que « Une golfeuse peut tout de même se retrouver dans nos produits si elle correspond au profil. »

Mon bilan à la lumière de ces quatre témoignages

A la lecture de ces quatre témoignages, j’ai été davantage convaincue par les conseils de Xavier Bretin et de Valérie Basset.

A titre personnel, pour mon choix de clubs débutants, je m’orienterai donc davantage sur un kit débutant, qui offrirait un meilleur rapport qualité-prix, à un moment de ma vie de golfeuse où j’ai le sentiment de manquer de recul par rapport à tous les choix possibles.

C’est pourquoi je m’orienterai soit sur la gamme débutante d’Inesis, soit sur un des kits débutant de Inesis ou Wilson. Dans ce cas, l’esthétique et le prix seront mes critères de choix.

Le kit Bloom de Cleveland est vendu au prix de 799 euros, le kit Inesis à 170 euros et enfin de kit Wilson à 239 euros.

D’un point de vue purement esthétique, le kit Bloom de chez Cleveland a particulièrement retenu mon attention, pour ses couleurs (bleu et rose), et sa finition à la fois soignée et élégante.

Bien sûr, l’esthétique et le design du kit Inesis sont bien moins travaillés et beaucoup plus neutres et basiques, cependant aux vues du prix plus qu’attractif proposé, on ne peut, selon moi, pas en tenir rigueur à la marque.

Le kit Wilson semble être pour moi le milieu entre les deux au niveau esthétique, il reste relativement classique dans son ensemble, mais l’on voit tout de même un travail dans l’esthétique et la recherche de couleurs. Les finitions sont bien présente et ajoute une touche d’esthétisme à la série.

Le sur-mesure me parait avoir des avantages indéniables, et je pense qu’il est très intéressant pour des joueuses un peu plus expérimentées, et qui sauraient reconnaître la différence de sensations.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.