Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Clubs de golf Japonais ou Américains: Qui sont les meilleurs ?

Quand il s’agit de s’équiper de matériel de golf, au-delà de la technologie et du marketing propres à chaque marque et qui constituent souvent une motivation d’achat, l’esprit même de chaque fabricant de golf peut influer sur la décision d’en choisir un plus qu’un autre. Les marques étant quasi-exclusivement japonaises ou américaines, il existe aujourd’hui un très fort clivage entre les deux cultures, et les deux processus de fabrication. Chacun revendiquant d’être le meilleur. Qu’en est-il réellement ? Nous avons creusé la question au maximum de nos possibilités, et de nos tests réalisés depuis 2012.

Au moment de décider de choisir une automobile, à budget égal, le choix du pays d’origine des véhicules en concurrence sur le marché va souvent définir une identité, un style. On roule français, allemand, italien, anglais, japonais, coréen, etc.

Dans le domaine du matériel de golf, le choix de l’origine est seulement réduit à deux provenances, américaine ou japonaise. Il y a-t-il également comme en automobile, une différence de conception et de style notables entre ces deux origines ?

Deux marchés et deux approches différentes de la construction des clubs de golf

Sur leurs propres marchés, qui sont les principaux dans le monde, américains et japonais ont une approche très distincte.

Les clients de matériel de golf japonais privilégiant davantage la qualité au détriment du prix.

Par exemple si un golfeur américain considérera qu’un prix juste pour un driver se situera aux alentours de 400 dollars, il ne sera pas inconcevable pour un golfeur japonais d’y consacrer un budget pouvant dépasser les 1000 dollars.

Ces produits « très haut de gamme » trouvant difficilement leur place sur le marché américain, comme par ailleurs sur le marché européen.

La différence entre ces marchés est vraisemblablement liée à la différence de culture.

Américains comme européens ont globalement un rythme de vie plus rapide, et concernant leur matériel de golf, ils privilégient des cycles de renouvellement plus rapides, pour un prix relativement contenu.

Les golfeurs japonais semblent plus conservateurs, et vont privilégier la meilleure qualité possible, en acceptant d’en payer le prix fort, en faisant ainsi un investissement à plus long terme.

On voit ainsi des grands succès de ventes au Etats-Unis faire des « flops » au Japon, ces produits ne correspondant pas aux exigences du marché.

Si les technologies de fabrication en grande série sont finalement assez proches, force est de constater que les produits japonais bénéficient d’un assemblage plus précis.

La précision du montage des têtes de club conduit à une tolérance plus serrée, tant au niveau du poids que du loft. À titre d’exemple, Miura produit des fers avec une tolérance de +/- 0,5 gr pour chaque tête de club, contre +/- 3 grammes pour les clubs américains.

Cette attention du détail devant conduire sans équivoque à une meilleure performance.

Bien sûr, certains joueurs soucieux du détail vont tenter de compenser ces irrégularités, en rajoutant des bandes de plomb de 3 à 4 grammes sur les têtes de certains de leurs clubs, ce qui n’est certes pas une solution très élégante.

Mais par ailleurs, il n’y a rien de moins sûr qu’une différence de quelques grammes ait un impact vraiment quantifiable pour la majorité des golfeurs.

D’un côté la légende, de l’autre la réalité du marché

La légende consistant à croire que les clubs japonais sont façonnés de manière artisanale comme des épées de Samouraï, n’est plus crédible de nos jours notamment pour ceux les plus démocratisés.

Pas plus que l’acier utilisé n’est maintenant différent, la composition chimique des alliages d'acier au carbone 1020 et 1030 le plus souvent utilisés dans la production de fers forgés en acier au carbone est la même, que ces aciers soient produits selon les normes japonaises ou américaines.

C’est cette même légende véhiculée par Miura Golf qui nous dit que leurs clubs sont fabriqués dans une usine et une forge qui furent pendant des siècles le siège de l'art ancien japonais du sabre de samouraï.

Maruman est également célèbre pour la fabrication des clubs prestigieux, certains drivers étant proposés pour plus 2000 dollars.

D’autres fabricants japonais comme Honma vont jusqu’à proposer des clubs pour lesquels sont utilisé de l’or et du platine, et leurs clients sont entre autres, Jack Nicholson et Danny DeVito.

Mais là, nous sommes bien loin de ce que nous attendons de notre matériel pour aller faire notre partie de golf du dimanche.

Et ce n’est pas non plus ce que nous proposent les marques japonaises de grande diffusion, qui si elles continuent à se prévaloir de leurs traditions, sont bien obligées d’adapter leurs offres aux besoins des golfeurs consommateurs internationaux.

À l’origine, il existe cependant des différences importantes entre les deux conceptions et de production de clubs de golf, qu’elles soient américaines ou japonaises.

On pourrait comparer ces deux philosophies à celles de la cuisine faite par une chaîne de restauration rapide par rapport à celle faite par un chef à domicile.

L'une est faite par un système de production de masse et regarde les bénéfices nets à la fin de chaque journée.

L'autre est davantage préoccupée par la qualité et le goût.

L’objectif du produit de masse proposé par la restauration rapide est d’essayer de trouver un moyen de mettre un produit correct au prix le plus bas, là où le chef à domicile va lui essayer de mettre le meilleur produit sur la table.

La qualité des produits est-elle vraiment différente ?

Les deux approches sont surtout différentes par les moyens mis en place, ceci étant lié à la tradition.

Lorsque que les américains forgent, les japonais forgent mieux.

Lorsque les américains appliquent trois couches de peinture, les japonais en appliquent sept.

Là où les américains utilisent des machines hautement perfectionnées comme des soudeurs plasma, les japonais pratiquent encore la soudure à l’arc.

La raison de ces différences est simple, nous (les Américains et les Européens) ne sommes tout simplement pas prêts à payer pour la qualité qu’exigent les japonais de leurs produits.

Il ne faut cependant pas oublier, qu’elles soient japonaises ou américaines les entreprises de matériel de golf doivent faire des profits tout en étant concurrentielles.

Désireuses de conquérir les autres marchés, les marques japonaises de plus grande diffusion sont bien obligées d’adapter leurs concepts vers une production plus économique, mais tout en tentant de conserver et de mettre en avant leur savoir faire.

Si certaines de ces entreprises japonaises, comme Miura, visent un marché plus élitiste en proposant des produits dit d’exception, à un tarif trois fois plus élevé que leurs concurrents, quand est-il de l’apport sur le jeu des golfeurs qui en font l’acquisition ?

Ils s’en ventent rarement, mais nombreux sont les golfeurs qui ont un jour fait l’acquisition d’une série de fers « prestigieux », et qui constatant qu’ils étaient dans l’incapacité de les utiliser correctement, sont revenus à des séries de qualité, mais plus conventionnelles.

En finalité, il est assez dommage de devoir laisser au garage ou au grenier une série de fers à 3000 euros, le marché de l’occasion pour ce type de matériel étant assez restreint.

Quand est-il des clubs utilisés par les meilleurs joueurs du Tour ?

Pour le matériel utilisé par les joueurs du Tour, il en est tout autrement.

Spécialisées dans la fabrication de fers forgés, il y a trois fonderies au Japon qui réalisent la majorité des clubs utilisés par les pros dans le monde.

Vous ne serez pas surpris de savoir que ces pros ne jouent pas avec les mêmes clubs que ceux que nous pouvons acheter en magasin.

Ils ont le même aspect, mais ils sont toutefois bien différents.

Lorsque la plupart de nos clubs sont moulés, les leurs sont forgés, et quand certains de nos clubs sont forgés, les leurs sont forgés dans des installations qui ne sont pas autant concernées par la production de produits en grande série, le plus rapidement et le moins cher possible.

La comparaison au trackman entre clubs japonais et clubs américains

Nous testons des clubs de golf avec des outils de mesures très sophistiqués depuis 2012. Il nous était facile de séparer tous les clubs de notre panel entre marques américaines (Callaway, TaylorMade, Titleist, Ping, Cleveland, Cobra, Nike, et Wilson) et marques japonaises (Mizuno, et Srixon).

En revanche, restait à déterminer un mode de classement objectif, vérifiable, et pertinent.

Soit assurément, la mission la plus périlleuse concernant la rédaction de cette partie de l’article.

Pour les fers, sur près de cinq ans de tests, nous avons comptabilisés 187 essais de clubs par des testeurs différents, et répartis selon notre grille de lecture interne, allant de 1 à 4 en termes de difficulté.

  • La catégorie 1 est équivalente aux têtes les plus larges et les plus tolérantes du marché (les clubs oversized) qui avec la catégorie 2 composent la famille des clubs dit « Improvment » et adaptés aux joueurs en recherche de distance, et de maniabilité.
  • La catégorie 2 étant composée de clubs techniquement abordables, avec des semelles moins larges par rapport à la première catégorie.
  • La catégorie 4 est à l’extrême celle qui contient les lames les plus fines, réservées aux « Players » qui recherchent des têtes plus fines, plus compactes pour travailler les trajectoires de balles, au détriment d’une recherche de puissance additionnelle.
  • Cette catégorie 4 est aussi appelée Muscle Back (MB).
  • Enfin, la catégorie 3 est composée des Cavity Back (CB). Des lames plus épaisses et plus abordables bien que techniques, et aussi destinées aux bons joueurs.

Sans aucune arrière-pensée ou autre idée préconçue, nous avons simplement filtré notre tableau selon ces catégories, et une répartition USA vs Japon.

Premier constat, sans que nous en ayons eu particulièrement conscience, et bien que nous aurions pu nous en douter, 71% des clubs que nous avons testé sont d’origine américaine, pour seulement 29% de clubs japonais.

D’une certaine manière, cela correspond plus ou moins à l’offre qui est proposée sur le marché européen. Les marques américaines sont tout simplement plus nombreuses.

Vous allez trouver ci-dessous le résultat de ce classement, et nous vous demandons de le prendre avec des pincettes.

Le résultat ne doit pas être pris pour un résultat définitif et absolu, mais purement indicatif.

Comment interpréter les résultats de la comparaison USA vs Japon ?

De la même façon que pour la publication de nos tests, nous vous recommandons de vous fier aux deux ratios calculés : le smash factor, et le degré d’efficacité.

Le smash factor donne la tendance de la tolérance en pondérant la vitesse de balle à l’impact par la vitesse du swing. C’est un indicateur très fiable sur la qualité de la tête de club, plus précisément la face.

Le degré d’efficacité est le ratio de la distance au carry rapporté à la vitesse de swing nécessaire pour réaliser cette distance.

Dans les deux cas, l’intérêt de ces ratios consiste à neutraliser les effets de vitesses distinctes sur les distances réelles.

C’est un peu comme si pour chaque essai réalisé par un être humain, nous pondérions chaque résultat de manière totalement comparable.

Il ressort de ces résultats que les américains produiraient en pratique des clubs légèrement plus tolérants, et adaptés aux débutants et golfeurs ayant besoin de tolérance, et de distance, tandis que les japonais auraient un léger avantage dans toutes les autres catégories, et en particulier, les lames.

A nouveau, nous vous invitons à la prudence. Les écarts sont minimes, notamment pour les catégories intermédiaires, 2 et 3.

Notez au passage un autre phénomène qui n’est pas aussi sujet à polémique, et facile à vérifier, les lofts des clubs américains sont généralement un peu plus ouverts que ceux des clubs japonais à tête équivalente.

Enfin, concernant le cliché sur les clubs plus courts en termes de longueur de shaft pour correspondre à la population nipponne, c’est tout simplement hors de propos, puisque nous testons des clubs standards destinés aux joueurs européens.

D'un point de vue mercantile, rappelons que 80% du marché des golfeurs et golfeuses en Europe se répartit entre catégorie 1 et 2, précisément là où virtuellement les américains proposent les clubs les plus performants...Ce n'est sans doute pas un hasard au regard du billet vert.

Qu’en est-il concernant les drivers ?

Nous avons reproduit le même exercice concernant les 130 drivers testés par nos intervenants depuis 2012.

Sans surprise, le marché est à nouveau dominé par les USA pour le volume avec 86% de présence.

Pour cette catégorie de produits, le résultat est un match nul. Il est quasiment impossible de départager les deux nations tellement les données sont proches.

Précisons seulement que 90% des shafts qui sont montés sur les drivers américains sont…japonais !

Conclusion

Est-ce que les clubs japonais sont meilleurs que ceux des américains ?

Bien entendu, c’est une question futile, et qui n’a pas un grand intérêt quand vous devez choisir entre une série de Srixon Z545 ou de Ping G.

Dans le détail, une série américaine vous conviendra peut-être mieux, et l’origine n’est pas le critère de choix.

Les japonais apportent-ils plus de soins que les américains ?

Cela a été argumenté dans la première partie de l’article, et la réponse est partiellement oui pour les marques qui font des petites séries comme Miura, XXIO ou Honma.

Est-ce que cela fait une nette différence en termes de performance ?

C’est à juger au cas par cas.

Pour un driver, ce n’est clairement pas un élément de choix alors que pour une série de fers, cela pourra dépendre si les clubs recherchés sont des oversized ou des lames.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus