Acheter des clubs de golf d’occasion : Bonne ou mauvaise idée ?

La question concernant le fait d’acheter des clubs de golf d’occasions est relativement populaire sur Internet, et notamment exprimée par les requêtes des internautes sur les moteurs de recherches. Elle s’explique d’une part par la profusion de nouveaux clubs mis sur le marché par les marques chaque année, et d’autre part, par une tendance à la hausse des prix observée depuis quelques années, et toujours concernant ces mêmes matériels neufs à l’origine. Cela étant, acheter du matériel d’occasion est-il vraiment un bon plan pour un golfeur ou une golfeuse ? Un adulte ou un junior ? La question se pose dans la mesure où le prix n’est qu’une partie de l’équation s’agissant de choisir pour soi le bon matériel…

Qu’est-ce que l’on veut faire ? Acheter le bon club de golf pour soi, ou acheter un club de golf le moins cher possible ?

C’est sans doute faux de réduire l’achat du matériel de golf d’occasion à seulement un ou deux critères dans la réflexion globale d’un golfeur.

Cependant, par expérience, et par les échanges que nous menons avec les acteurs de la distribution, personne ne contestera le fait que l’internaute qui scrute Internet pour des clubs d’occasions est prioritairement intéressé par le prix.

Bons nombres de commerçants en magasins expliquent avoir déjà vu passer des golfeurs ou des golfeuses se renseigner sur un club, et même le tester, pour finalement aller l’acheter sur Internet ou demander un alignement du prix sur un tarif observé en ligne.

En 10 ans d’exercice au contact de la filière, combien de fois n’avons-nous pas observé des tensions entre les marques et les distributeurs, au sujet de prix cassés ou de concurrence dite déloyale, notamment sur Internet.

Il n’existe pas réellement de chiffres sur le marché de l’occasion ou tout du moins pas à notre connaissance ou à notre portée. En revanche, il semble plutôt certain que ce marché soit dynamique, et même de plus en plus dynamique, tout du moins sur les dix dernières années.

Des acteurs spécialisés en ont fait leur fond de commerce à l’image d’un site que nous avons déjà présenté sur JeudeGolf : Golfbidder, très certainement le site qui a connu la plus forte progression de trafic sur Internet, et au cours des dernières années.

Et cela, nos outils de mesures peuvent nous le confirmer.

Depuis l’avènement spectaculaire du site anglais GolfBidder, d’autres ont senti le bon filon, et notamment dans un premier temps un groupe Facebook, le Bazar des Golfeurs, depuis reconverti en site web ou encore la plate-forme occasion de Decathlon, Trocathlon.

Nous n’allons pas lister tous les sites ici, sachant que la plupart des magasins spécialisés proposent aussi des Outlets ou des coins de l’occasion.

Cependant, ces mêmes magasins n’ont pas nécessairement été à la pointe de cette offre, justement plus typique d’Internet ou d’acteurs qui y ont vue une opportunité de spécialisation.

Il parait cependant important de rappeler que l’objet d’un site ou d’un marchand d’occasion n’est pas de vous vendre le club le plus adapté, mais bien de vous vendre un club d’occasion. Il semble important de le rappeler.

A lire certains de nos abonnés qui nous font le privilège de nous apporter leur témoignage, on peut constater que certains d’entre vous se plaignent finalement d’acheter des clubs, des drivers ou des séries à plusieurs reprises dans leurs « vies golfiques », et sans véritablement trouver la satisfaction du « Ah, c’est le bon cette fois ! ».

Le marché des clubs d’occasions est un peu un marché de dupe, et notamment alimenté par les marques elles-mêmes.

En sortant un nouveau driver ou une nouvelle série tous les 12 ou 18 mois, les marques alimentent le marché de l’occasion, et avant cela le marché des fins de séries avec d’une part un produit neuf commercialisé à un indice prix de 100 (exemple : Un driver à 549 euros), et un marché automatique du produit à déstocké à un indice prix de 60 (exemple : Callaway Mavrik à 399 euros un an après sa sortie).

Le marché du club d’occasion diffère dans le sens où le club a déjà été utilisé et donc déjà acheté…

Si nous conservons l’exemple du driver Callaway Mavrik, et si on s’intéresse à sa « bourse » ou valeur d’occasion sur le site Golfbidder, on peut constater une descente du prix autour de 363 euros (en date du 31 mars 2021).

Le site se fait un malin plaisir d’annoncer un prix de 649 euros comme prix de départ.

Cependant, nous n’avons jamais constaté ce prix nulle part ailleurs, en magasin ou sur le net.

Attention, c’est peut-être une pratique illégale et punissable par la loi. Le prix dit barré doit avoir réellement été affiché au prix annoncé pendant au moins une journée sur le site du marchand.

Bref, on comprend que l’objectif du marchand est de vous annoncer la plus grosse remise possible entre le prix de départ et le prix finalement affiché pour un produit… d’occasion.

363 euros pour un driver déjà usité, est-ce cher ? pas cher ?

De notre point de vue, il existe des drivers neufs pour des prix pas franchement de beaucoup décalés.

30 à 40% d’économie sur le même produit neuf avec une collection déjà vieille d’un an, nous ne nous prononcerons pas sur le fait de dire si c’est la bonne valeur ou si c’est une bonne affaire du seul point de vue du prix.

Toutefois, entre 399 euros le produit en fin de série mais neuf et 363 euros le produit d’occasion même noté 7 sur 10 par GolfBidder (ce qui reste de leur interprétation et pas la vôtre), l’écart ne semble pas vraiment favorable au produit d’occasion.

Le produit d’occasion devient en réalité un peu plus intéressant en prix quand la collection date.

Par exemple, toujours sur GolfBidder, le prix de vente d’un driver Callaway Great Big Bertha Epic de 2017 est annoncé à 280 euros pour le modèle le plus utilisé, et en moins bon état (entre 6 et 7 sur 10).

L’économie d’ailleurs annoncée par rapport au prix catalogue du fabricant n’est d’ailleurs pas si pertinente puisqu’il faudrait faire en fait le delta par rapport au prix du produit un an après sa sortie, soit le prix où il risque d’être le plus souvent vendu.

280 euros pour un driver d’occasion de 2017, est-ce un prix si intéressant ? La réponse à cette question n’est pas si évidente ou ne coule pas de source.

Vous-même si vous deviez vendre votre driver, vieux de 4 ou 5 ans, quel prix pourriez-vous réalistement en tirer ?

200 euros ?

Surtout que les marques annoncent à vos acheteurs potentiels que tous les ans, un nouveau produit plus génial que génial est sorti, et que votre vieux driver devient par conséquent vraiment « ringard de chez ringard ».

Toutefois, de particulier à particulier, vendre un club d’occasion, même à moins de 40% de sa valeur présente un double intérêt notable : Participer au financement d’un nouveau club, et ne pas stocker ad vitam des clubs qui finiraient par s’entasser dans le garage.

On vous aurait bien parlé du site du bazar des golfeurs, mais sans doute n’avons-nous eu pas de chance, au moment de préparer ce sujet, la navigation sur le site était inopérante. Aucun lien cliquable ne fonctionnait…

Profitons d’une enquête que nous avons en parallèle et spécifiquement sur les drivers pour vous apporter deux informations exclusives : Une majorité de golfeurs sondés considèrent que le juste prix pour un driver neuf devrait être de 300 à 399 euros (43% des sondés).

A ce tarif, quel pourrait-être le prix admis pour un même driver d’occasion ? Forcément beaucoup moins de 300 euros, et peut-être 200 euros ? Sur ce point, nous n’avons pas posé la question.

Dans les faits, le prix moyen d’un driver vendu en magasin (pas souvent au prix plein tarif) est à peine supérieur à 400 euros. C’est la réalité de ce que les golfeurs achètent quand le produit est neuf.

A l’avenir, le marché de l’occasion ne sera pas la seule alternative pour tenter de minimiser la facture matériel de golf.

Une nouvelle formule pourrait d’ailleurs finir par se développer pour vous proposer une alternative : Le leasing des clubs de golf !

TaylorMade avait lancé l’idée dès 2017 pour ses propres clubs de golf. Pour l’instant, l’idée n’a pas encore connu un succès retentissant.

Après avoir questionné la notion du prix, acheter du matériel d’occasion bonne ou mauvaise idée, dans ce sujet, nous voudrions surtout explorer la question du juste ou du bon choix.

Avant de parler des adultes, il convient de parler du cas spécifique des juniors, qui chaque année, changent de tailles, et rapidement le budget des parents qui voudraient bien faire est susceptible d’être mis à rude épreuve.

Dans ce cas, le marché de l’occasion n’est justement pas assez développé même si ici ou là, certains golfs tentent d’organiser des bourses pour que les parents puissent plus facilement échanger un matériel devenu subitement inadapté.

Clairement, pour les juniors, le marché des clubs de golf d’occasion est une solution intéressante, compte tenu du besoin de renouvellement très régulier, à savoir à peu près tous les ans…

Pour un adulte, le prix est une dominante importante de l’acte d’achat, mais à vous lire ou écouter, c’est surtout faire le bon choix qui semble le plus vous préoccuper.

De notre point de vue, il y a objectivement qu’un seul cas où l’achat du club d’occasion est une bonne idée : Le remplacement d’un produit dont vous connaissez déjà les caractéristiques…

Exemple, vous jouez un driver Callaway Mavrik et vous avez de bons résultats parce que justement vous l’avez acheté après un fitting méticuleux. Malheureusement, vous le perdez ou le cassez. Dans le cas où vous achetez rigoureusement la même tête et/ou avec le même shaft (si vous avez aussi perdu ou cassé le shaft), alors d’un point de vue technique, à considérer que c’est bien la même tête (ce qui n’est pas garanti à 100%), l’achat d’un club d’occasion ne se discute pas…

Autrement dans tous les autres cas, c’est le moment de démarrer la liste des arguments pour ne pas acheter du matériel d’occasion, sauf si vous admettez d’en acheter régulièrement, et sans acheter le produit le plus adapté possible, et avec certitude.

A quoi bon acheter un produit d’occasion si vous n’avez pas la certitude qu’il vous apporte quelque chose ? Au prix évoqué plus haut, à savoir environ 300 euros, l’économie de 100 à 150 euros vaut-elle réellement le coup ?

N’a-t-elle de sens que si vous ne rachetez pas de driver dans les 5 ans qui suivent ?

Le problème qui se pose, c’est que beaucoup de golfeurs considèrent qu’une tête de driver de 2021 peut être éventuellement plus performant que celle de 2020, 2019 ou 2018…

Et si comme la législation le suggère, il n’y avait pas réellement d’avancée pertinente et significative ?

Le seul sujet n’est plus le prix d’achat pour éventuellement économiser sur l’achat d’un produit de l’année et neuf, mais bien l’achat une fois pour toute du bon driver, celui pour lequel vous avez l’assurance qu’il sera le plus performant pour vous, et pas pour votre voisin.

Tête, shaft, grip… tout est important. Achetez un driver 150 euros moins cher si le swing weight ne correspond pas à votre mouvement. C’est peut-être 300 euros de perdus.

Idem si le loft ne correspond pas à votre vitesse de swing ou si la rigidité du manche n’optimise pas votre geste.

Il y a des chances que le golfeur expérimenté sache déjà tout cela. Quid du débutant qui pourrait lui se dire légitimement « Je ne vais pas trop dépenser au début en attendant de voir… »

Autant on peut affirmer qu’un golfeur expérimenté peut décoder le matériel de golf et trouver des solutions pour tirer parti d’un matériel non optimisé, autant, en suivant ce raisonnement, le débutant n’a justement pas cette faculté.

Plus important qu’un autre profil, plutôt qu’un club d’occasion, il aura raisonnablement besoin d’un club qui lui facilite la vie. Pour un driver, un manche pas trop long comme ce qui est vendu la plupart du temps, un loft plus élevé. Pour une série de fers, des semelles plus tolérantes et plus larges avec des manches d’une rigidité et d’un poids adapté…

Plus nous sommes au contact des clubfitters, et plus nous admettons être influencé par cette catégorie de professionnels.

Effectivement, tous les profils de golfeurs bénéficieraient de faire le bon choix pour ne pas changer tous les ans ou tous les deux ans…ou sauf pour remplacer du matériel détérioré, cassé ou moins performant.

A en juger par la réalité des licences en France, avec moins de 35 000 nouveaux joueurs par an, le marché du matériel de golf n’est pas « seulement » tiré par les débutants.

Ce sont bien les joueurs expérimentés qui font les ventes (environ 70 à 80 millions d’euros de vente de matériel dans l’hexagone) dont toujours une estimation peut-être 70 000 /90 000 nouveaux drivers vendus par an.

Un débutant n’achète pas trois drivers la première année !

Le fait de ne pas considérer un matériel adapté pour le débutant est peut-être à l’origine d’un problème bien plus important : Le nombre de golfeurs ou golfeuses qui abandonnent après seulement un an de pratique.

A la vue des chiffres des licences, si on considère que chaque année il y a entre 30 000 et 35 000 débutants, nous pouvons imaginer qu’il y ait raisonnablement entre 30 000 et 40 000 golfeurs qui abandonnent. Ce chiffre pourrait-il baisser si on considérait le bon matériel pour le débutant plutôt que le matériel pas cher ?

Le sujet est vaste, et nous ne prétendons pas dans ce sujet défendre une pensée unique, qui consisterait à dire que nous avons raison contre tout le monde.

Simplement, il y a des questions qui se posent sur des économies pas suffisamment importantes pour justifier de changer plus régulièrement et toujours sans être certain d’acheter les bons produits.

A l’avenir, le marché du matériel de golf risque fort de se tourner encore plus exclusivement vers le fitting, car raisonnablement, c’est la meilleure solution, et sur le long terme, la plus économique.

Dans cet avenir, nous média, avons toujours un rôle à jouer, non pas pour décerner des médailles, mais justement pour délivrer une information juste sur les composants du matériel.

Vous l’aurez sans doute décodé… Entre acheter un club de la saison 2021 et un produit d’occasion, la réponse peut être plutôt un produit de 2019 ou 2020 adapté pour vous…

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 3 votes)

Commentaires   

ccs.ric@gmail.com
0 #1 Neufs ou pas ...ccs.ric@gmail.com 20-04-2021 20:36
c'est une hérésie d'acheter des clubs prêts à jouer, des clubs standardisés conçus pour des joueurs standards ... Et pourtant il y a le sur mesure !

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.