Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Le futur driver Wilson Staff FG Tour F5

A quelques jours de l’été, les magasins de golf ne s’attendent plus trop à être inondés de nouveautés de la part de leurs fournisseurs. La période février-mars-avril a encore été cette année assez prolifique. Pourtant, les fabricants de clubs de golf ne sont pas en reste, et certains comme Wilson planchent déjà sur les drivers de 2016. Découvrez le futur Wilson Staff FG Tour F5…

Sommaire de ce sujet consacré au prochain driver Wilson Staff FG Tour F5

  1. Wilson Staff en attente de validation par l'USGA pour son driver 2016
  2. Un produit qui sort de la phase de test auprès des joueurs PROs
  3. Un club qui devrait arriver dans les bacs pour Noel 2016

Wilson Staff en attente de validation pour son driver 2016

Du fait de l’obligation pour les marques de publier auprès de l’USGA les éléments techniques pour validation, et en amont de la sortie de leurs futurs produits, nous avons eu connaissance des premiers dessins du prochain driver emblématique de la marque Wilson.

Très récemment, Wilson a donc déposé auprès de l’USGA les plans d’un nouveau driver que les ingénieurs de la marque ont mis près d’un an à développer.

A ce stade du process de commercialisation, Wilson est donc en train de préparer l’homologation de son driver dans la mesure où les ingénieurs auraient largement terminé la phase de test auprès des golfeurs professionnels.

En effet, ces derniers ont eu ce club entre les mains dès janvier 2015, et notamment Kevin Streelman, un golfeur du PGA Tour qui est en quelque sorte le meilleur golfeur américain du team Wilson, et qui a été fortement sollicité pour développer ce club selon ses sensations.


D’ailleurs, il se dit en « off » que Streelman aurait beaucoup apprécié ce nouveau driver, et souhaiterait d’ores et déjà l’utiliser sur le tour….ce qu’il ne peut pas faire tant que le club n’est pas homologué.

Streelman a encore été vu la semaine passée sur le practice du Memorial Tournament en train de le tester.

Un produit qui sort de la phase de test

Le look, le son à l’impact, le touché et la performance…tout a été passé en revue sur ces six derniers mois pour mettre au point un club qui aura l’ambition de concurrencer les prochains drivers TaylorMade et Callaway.

Comme beaucoup de drivers « premiums » actuellement sur le marché, le futur produit « premium » proposé par Wilson Staff sera un club ajustable en deux versions de têtes de 9 et 10,5 degrés.

Sans surprise, ce sera aussi un driver revendiqué à centre de gravité bas et en avant, et il viendra bien évidemment remplacer l’actuel FG Tour M3 dans la gamme du constructeur, qui continue à respecter un calendrier de sortie produits établi sur deux ans.

Interrogé Michael Vrska, le directeur de la recherche et du développement a commenté cette future sortie « Nous avons déplacé le centre de gravité et les poids ajustables de telle façon que nous pouvons affirmer que les conditions de lancement de la balle qui seront offertes par ce driver correspondront tout à fait aux attentes des joueurs du tour, et des amateurs qui jouent en compétition. »

Poursuivant « Nous l’avons soumis à validation de l’USGA de manière anticipée parce que nos joueurs du tour voulaient réellement le mettre en jeu rapidement, et ce malgré le fait, que nous ne puissions pas leur garantir du fait des délais de validations nécessaires. »

Tiens ! C'est une astucieuse façon de communiquer qu’aucune marque n’avait jusqu’à présent osé…

Si on est habitué au discours sur le déplacement du centre de gravité, qui ressemble de plus en plus à l’arlésienne des clubs de golf, le fait qu’un Kevin Streelman mette la pression sur l’équipementier avec lequel il est sous contrat, accélère la date de sortie d’un club est une sorte de première !

Un club qui devrait arriver dans les bacs pour Noel 2016

En dehors de ces contingences, en réalité, pour l’amateur du dimanche, ce club n’est pas encore prêt d’apparaître dans les différents magasins de l’hexagone.

De l’aveu même de Michael Vrska, il faudra encore six mois pour que le fabricant soit prêt à fournir ce club, et bien sûr, dans ce délai, il devra avoir été validé par l’USGA, ce qui devrait être une formalité puisqu’aucune marque ne s’amuse à tenter le législateur avec des clubs à la limite de l’illégalité. En tout cas, pas du côté des grandes marques qui ont « pignon sur rue ».

En attendant la sortie de ce futur driver apprécié par Streelman, et les autres membres du team Wilson (Padraig Harrington et Marcel Siem), les ingénieurs de la marque ont encore quelques détails de mise au point à effectuer sur le club, et avant de lancer la production en série.

D’un point de vue « look », ce F5 semble présenter une tête en forme de poire plus marqué que sur l’actuel D-200, le driver entrée de gamme de Wilson Staff actuellement en vente.

Le système d’ajustement du poids se situe très près de la face du club.

Un mystère demeure concernant la fameuse mention « Multifit system » portée sous la semelle qui sera sans doute l’innovation de ce club, et probablement l’axe de communication de Wilson pour tenter de se démarquer de la concurrence.

Ces dernières saisons, Wilson a quelque peu réussi à tirer son épingle du jeu sur le marché américain avec les modèles D-100 et D-200, essentiellement parce qu’ils étaient très bien placés en prix, et que les ambitions de la marque sont mesurés, revenant elle-même de très loin au classement des ventes de drivers.

La marque a tout de même du mal à se replacer comme un référent du driving au même titre que TaylorMade.

Le dernier driver M3 n’a d’ailleurs pas vraiment permis de se rapprocher du leader des ventes, le R15, et est d’ailleurs déjà remisé dans les différents points de ventes où on peut le trouver.

En France, vous avez plus de chances de trouver un D-200 en magasin que ce fameux M3.

Le F5 devrait donc apparaître en fin d’année, et nous ne manquerons pas de le tester (si la marque veut bien jouer le jeu) ou bien si notre partenaire technique, US Golf l’approvisionne.

D’ici là, Michael Vrska a encore six mois pour peaufiner sa communication, et peut-être tenter de nous surprendre avec de nouveaux arguments afin d’éviter que ce driver s’ajoute à la longue liste des produits qui existent déjà.

Et ce n’est pas un exercice facile pour les marques tant l’offre est dense, et les possibilités réelles de gains de distance d’une année sur l’autre…ténues.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.