Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

TaylorMade AeroBurner Mini Driver

Comme en 2014, TaylorMade met sur le marché un nouveau mini-driver confirmant par la même occasion qu'il est à ce jour le seul acteur du marché a véritablement croire dans ce type de produit, l'hybride driver-bois 3 ou bois 2 ressuscité.

Sommaire de l'article sur le Mini-driver Aeroburner

  1. Un nouveau Mini-driver !
  2. Les arguments techniques
  3. Qui pourrait être tenté d'embarquer ce type de club dans son sac ?
  4. Est-ce à dire que le mini-driver 2ème génération doit mieux se démarquer du bois 3 ?
  5. Objectif : Augmenter le sweet spot tout en réduisant le spin.
  6. Avec le mini-driver Aeroburner, TM reprend l'argumentation de l'alignement
  7. Conclusion : A acheter ou pas ?

Un nouveau Mini-driver !

Par rapport au premier mini-driver, le SLDR, Taylor revient cette fois avec un club légèrement plus petit, soit une tête de 253cc au lieu de 260cc.

Comme vous allez pouvoir le lire tout au long de cet article, l'enjeu principal de ce nouveau club est le gain de vitesse.

SI vous lisez régulièrement jeudegolf.org, nous vous avons souvent parler des différentes solutions qui permettent de générer de la distance supplémentaire avec un club de golf : moins de spin, angle de lancement plus élevé, un meilleur smash factor, plus de vitesse de swing et surtout une vitesse de balle à l'impact plus rapide.

C'est la combinaison de plusieurs paramètres qui engendrent un léger gain.

Au golf, et contrairement à ce que pourrait laisser imaginer les marques, pas de miracle, si vous voulez augmenter vos distances, commencez par travailler sur votre physique, puis votre technique, et en dernier, changez de matériel.

Les arguments techniques

Dans le cas du mini-driver, TaylorMade a quelque peu réduit la taille de la tête pour jouer sur l'aérodynamisme et la pénétration dans l'air, mais pas seulement...

Combiné à cette réduction de taille, les ingénieurs ont construit une speed pocket plus large. D'ailleurs, la plus large jamais réalisée sur un bois TaylorMade !

Enfin, comme souvent (trop souvent ?), l'argument numéro 1 de la marque est le déplacement du centre de gravité en avant vers le bas.

Remarque qui ne vaut pas que pour TaylorMade, à force de changer le centre de gravité, il va fini par ne plus savoir où il est lui-même :)

Bref, les ingénieurs ont optimisé la base de travail précédente pour aller chercher un petit gain qui va permettre aux commerciaux d'arguer qu'il apporte quelque chose de plus, testez-le !

Car, c'est bien là tout l'enjeu industriel et commercial pour cet hybride, mi-driver, mi-bois de parcours, sorte d'entre deux qui représente à ce jour moins d'un pour cent du marché des clubs de golf.

Qui pourrait être tenté d'embarquer ce type de club dans son sac ?

L'Aeroburner mini-driver s'adresse aux golfeurs qui jouent leurs bois 3 à la place du driver sur le tee de départ !

Personnellement, ce n'est plus mon cas depuis que j'ai compris, et accepté un autre discours des marques "les faces des drivers sont plus que jamais tolérantes sur les coups décentrés", tant et si bien que le driver est surement le club le plus sécurisant au départ d'un trou.

En réalité, utiliser le bois 3 au départ d'un trou à surtout du sens sur des trous qui ne nécessitent pas de faire le maximum de distance possible, souvent à cause d'un virage (dog leg gauche ou droite).

Dans ce deuxième cas, la question de l'usage du mini-driver se pose qu'en fonction de la plage de distance entre le driver, le mini-driver ou le bois 3.

Et de ce point de vue, le test que nous avions réalisé du mini-driver ne donne pas une réponse facile à décrypter.

Grosso modo avec un driver classique, la distance obtenue en moyenne (carry+roule) est de 230 mètres contre 215 mètres pour un bois 3 classique pour un golfeur ayant une vitesse de swing légèrement supérieure à 90mph.

Lors du test du mini-driver, la moyenne de distance constaté avait été de 215 mètres !

Deux choses peuvent vous frapper l'esprit !

D'abord le faible écart entre les drivers et les bois 3 d'aujourd'hui, et ensuite, quel intérêt d'utiliser un mini-driver, si c'est pour frapper moins loin qu'un driver, et aussi loin qu'un bois de parcours ?

Peut-être est ce que la distance n'est pas l'argument qui prévaut !

Dans ce cas, c'est la tolérance, et le confort d'utilisation pour in fine augmenter la confiance du joueur sur le tee de départ...Un argument non négligeable pour un amateur.

Cependant, les premiers mots du communiqué de presse TaylorMade parlent bien de vitesse, et donc de recherche de distance.

Ajouterais-je, le shaft de 43,5 inches a été lui aussi revu pour participer activement au phénomène.

Est-ce à dire que le mini-driver 2ème génération doit mieux se démarquer du bois 3 ?

De l'avis de TaylorMade, le mini-driver doit fournir deux solutions en une aux golfeurs : une alternative au driver, et un remplaçant au bois 3.

Si c'est réellement le cas, j'attendrai que ce mini-driver soit surtout performant sur le fairway, là où la balle n'est pas posée sur un tee.

Finalement, un club qui pose beaucoup de questions...

TaylorMade semble très enthousiaste. Ils ont tout revu par rapport au SLDR : nouveau look, nouveau dessin, nouveau centre de gravité, nouvel hosel, nouvelle face...

Objectif : Maximiser la vitesse de swing, et fournir des conditions de lancement très similaires au driver depuis le tee tout en mettant l'accent sur la précision !

Le mot est lâché...le véritable gain d'utilisation d'un tel club est donc le resserrement de la plage de coups décentrés en utilisant un club plus petit.

Dans ce cas, ce club ne s'adresse pas Monsieur tout le monde, mais en fait aux golfeurs très expérimentés, parfaits centreurs de balles, et qui quelque part n'ont pas forcément appréciés l'agrandissement des tailles de drivers. Avec le mini-driver, il pourrait retrouver la taille des drivers des années 80/90.

Comme quoi, au golf, comme dans beaucoup d'activités, il n'y a pas de révolution, seulement des effets de mode, et parfois des retours en arrière.

Si on commence à comprendre l'intérêt du mini-driver par rapport au driver, qu'en est-il par rapport au bois 3 ?

Très simple...Le mini-driver propose une speed pocket (cette fameuse fente sous la semelle qui favorise l'effet rebond de la face à l'impact) beaucoup plus large que sur un bois 3 classique.

Objectif : Augmenter le sweet spot tout en réduisant le spin.

Augment le sweet spot est en réalité un abus de langage. Le sweet spot est le point de centrage parfait pour taper une balle de golf, et ce point est de la taille d'une tête d'épingle.

Allez-y pour l'augmenter !

En réalité, la marque argue du fait que le centre de la face est plus tolérant.

En clair, frapper la balle en-dehors du sweet spot est moins pénalisant que par le passé, ce qui concerne une immense majorité d'amateurs.

Lorsque nous testerons ce nouveau mini-driver, nous devrons donc trouver un gain au niveau du smash factor, un taux de spin réduit, pour plus de distance, et moins de dispersion.

En attendant, nous devons nous fier au fait que la face de ce mini-driver est plus large et favorise la maniabilité, et donc la confiance, selon la marque.

Pour quitter le registre purement technique, arrêtons-nous un instant sur le look de ce nouveau club qui marque un retour de la marque vers ce qui a été un gros coup trois ans auparavant, la tête de couleur blanche !

Véritable succès commercial, le driver R1 a été remarqué par le fait qu'il présentait une couronne blanche qui détonnait dans l'univers très classique des drivers.

Pour justifier ce choix de rupture, TaylorMade avait mis en avant un avantage technique : le meilleur alignement au départ !

Avec le mini-driver Aeroburner, TM reprend l'argumentation de l'alignement

Tout y est !

Un nom à succès (la série Burner a très bien fonctionné à la fin des années 2000), une couleur à succès (celle du R1), un produit amélioré, TM y croit comme en atteste le commentaire de son géniteur.

"Avec le mini-driver SLDR, nous avions séduit les golfeurs de tout niveau surtout parce que nous avions amélioré les performances d'un bois 3 depuis le tee de départ. Avec l'Aeroburner, nous avons conçu un club qui donne plus de vitesse et de tolérance." dixit Brian Bazzel, directeur de la création chez TaylorMade, division bois métal.

Disponible à partir du 27 mars 2015, le Mini-driver sera proposé en version standard et TP (lie plus plat et loft plus ouvert) pour trois réglages de loft possible (12, 14 et 16°).

Le modèle standard sera commercialisé au prix de 279 € avec de base un shaft Matrix Speed RUL-Z 60, et le modèle TP à 349 € avec un shaft Ozik White tie 70x4.

Concernant la version TP, cette dernière a surtout pour intérêt d'être construite pour éviter les effets de hook, et favoriser un jeu en fade.

Conclusion : A acheter ou pas ?

Avec le mini-driver, TaylorMade a remis au goût du jour le bois numéro 2. Soit vous trouverez ça génial, soit cela vous laissera totalement indifférent. Clairement, ce sera une affaire de sensations.


Pour notre part, c'est vraiment un club qui ne peut pas s'acheter sans une séance au trackman pour constater les gains réels et l'utilité par rapport à votre jeu, et vos clubs actuels, sachant qu'il ne doit pas prendre la place d'un wedge, mais bien remplacer un bois 3 ou un driver...oserez-vous ?

Quoi qu'il arrive, pour l'instant, aucun autre fabricant ne compte sortir un tel club.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.