Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Comment bien choisir sa balle de golf lorsqu’on est golfeuse?

Beaucoup insistent sur l’importance de bien choisir ses clubs, qu’ils soient adaptés à son genre, à sa taille, à sa corpulence, à son niveau de jeu…Pour autant, on a trop tendance à oublier l’importance de bien choisir ses balles de golf. Ce n’est pas forcément évident à savoir lorsque l’on débute le golf, mais il existe des balles conçues spécialement pour les femmes. Les golfeuses ne sont pas toujours bien loties à ce niveau-là. En effet, très peu de marques proposent des balles femmes. A ce jour, je n’ai identifié que trois marques : Srixon, Wilson, TaylorMade. Elles sont donc très peu à proposer des produits spécialement conçus pour les golfeuses. Les autres marques affirment quant à elles, que leurs balles sont aussi bien pour hommes que pour femmes. Dans ce contexte, qui a tort, qui a raison ? Comment choisir ?

Plusieurs critères rentrent en compte lorsque l’on parle de balles de golf : Le nombre de pièces, le nombre d’alvéoles, la compression, le poids, la taille et enfin le revêtement, la dernière couche.

Tous ces éléments sont susceptible d’avoir une incidence directe sur votre jeu, il faut donc les prendre en considération. Il ne faut pas oublier que la balle ne vous servira pas seulement au driver, mais aussi tout le long du parcours, y compris au putter.

La distance n’est donc pas toujours le seul critère.

Adapter la balle aux golfeuses ne se limite pas à la teindre en rose, il y a des critères bien plus importants à respecter pour adapter la balle aux joueuses femmes.

Trouvez-vous le contact avec la balle trop dur ? Etes-vous dans un objectif de distance ? Ou de plus de contrôle au petit jeu ?

Le prix est-il un élément discriminant? 

Plus les balles seraient de bonne qualité, plus elles devraient résister aux abrasures, et par conséquent durer plus longtemps.

Les balles avec deux pièces (uniquement l’enveloppe et le noyau), permettent-elles à la fois d’allier distance et sensations ?

Elles sont pour le plus souvent, moins chères que les balles qui ont plus de pièces, trois, quatre et même cinq.

Ce sont possiblement les balles les plus résistantes parce que l’enveloppe choisit est moins qualitative d’un point de vue aérodynamique, mais tout simplement plus résistante. 

Les balles de golf sont multicouches, elles ne sont par conséquent pas composées des mêmes matériaux à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Le plus souvent, les balles à deux couches sont conçues pour augmenter la distance, pour des profils de joueurs à faible vitesse de swing, mais elles apportent en contrepartie moins de contrôle dans le domaine du petit jeu.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Autour des greens, une balle dite Tour ou Premium est susceptible de prendre plus de tour de rotations (spin), plus de hauteur de trajectoire, et par conséquent de rouler moins, ce qui est la définition du contrôle autour du green.

Les critères à prendre en compte

En réalité, c’est le prix qui fait que des joueurs débutants ou amateurs vont dans un premier temps privilégier ce type de balles (deux pièces), alors que les golfeurs plus exigeants vont opter pour des balles trois ou quatre pièces, assez comparables à celles utilisées par des joueurs professionnels. 

En plus du nombre de pièces, une balle se compose en général une balle se compose en général entre 300 et 500 alvéoles. Plus il y a d’alvéoles sur une balle, plus en théorie la balle freinera dans l’air, sous l’effet du nombre de rotations dans le sens inverse de sa direction (la balle tourne vers l’arrière).

Autre élément important, la compression d’une balle se mesure entre 80 et 100, et entre 60 et 80 pour les femmes (compression de la balle complète, noyau plus enveloppe).

Elle représente la mesure entre le moment où le joueur frappe la balle avec la tête de club, et la manière dont elle va se compresser sur la face de club. Les balles plus dures vont moins se compresser, et les balles plus souples vont plus se compresser.

En général, plus un joueur à une vitesse de swing élevée, plus la balle va être compressée.

Concernant la taille et le poids, plus la balle sera grosse, plus cela diminuera sa distance, comme par exemple la balle Magna de Callaway qui est plus volumineuse que les autres balles sur le marché.

Médéric Cocaire, qui travaille chez Callaway depuis maintenant huit années, gère l’aspect produit et marketing en Europe du sud. 

Pour le représentant Callaway, la marque a véritablement pris conscience de l’importance des femmes dans le monde du golf, et de leur poids sur le marché.

Médéric Cocaire nous explique d’abord que, le choix de la balle dépend avant tout du niveau de jeu, mais que pour un niveau débutant, ce qui lui paraît jusqu’à présent le plus adapté chez Callaway est la balle Supersoft.

Il s’agit d’une balle 2 couches, avec une compression très faible (c’est-à-dire à 35 pour la seule compression du noyau, et non pas la balle complète).

Il s’agirait même d’une des balles dont le noyau présente les compressions les plus faibles du marché.

Cette gamme de balles représente leur produit phare pour les femmes. Il ajoute que, « bien évidemment, le niveau de jeu et le budget sont des critères importants pour le choix des balles. » 

Mais il précise : « Nous partons du principe que n’importe quelle balle peut être jouée par n’importe quel joueur ou joueuse, cela dépend simplement de son niveau ». 

En effet, les balles chez Callaway sont jusqu’à présent toutes mixtes. Ils n’ont, à ce jour, pas développé de balles uniquement dédiées aux golfeuses.

Médéric Cocaire recommande pour les golfeuses une compression plutôt faible en raison de leur vitesse de swing plus lente que chez les hommes, avec une enveloppe très douce.

Il ajoute qu’il est important au niveau de l’enveloppe, de trouver un compromis entre sensations agréables, résistances aux chocs, et sans diminuer l’élasticité de la balle. 

La deuxième gamme de balles destinée aux joueuses un peu plus expérimentées, sont les balles ERC, avec la technologie triple track. Dans ce produit on retrouverait plus de technicité au niveau de la conception de la balle, ce qui apporterait plus de facilité d’alignement au joueur.

Les études menées par la marque aux Etats-Unis sur les attentes des golfeuses concernant les balles de golf révèleraient que, beaucoup de femmes seraient attirées par les balles roses.

Ce à quoi, Valérie Basset, responsable du magasin US Golf à Champagne-aux-Mont-d’Or (près de lyon), répond qu’au contraire, pour ses clientes l’esthétique et la couleur ne sont pas une priorité. Elle dit à ce propos : « Les clientes ne sont pas particulièrement attachées à une balle rose ». 

La marque nous annonce que des surprises sont à venir dans les prochains mois pour les golfeuses.

Quelques conseils pour faire votre choix

Selon Valérie Basset, le premier critère de choix des golfeuses, ce serait d’abord le budget, ensuite viendrait l’esthétique sur un second plan.

Elle conseille généralement à ses clientes débutantes une balle douce, avec un noyau à faible compression. Elle oriente souvent sur la Srixon lady, la Supersoft Callaway ou encore la Kalea de Taylormade.

La Srixon lady, est une balle deux pièces à indice de compression bas, elles sont idéales pour des vitesses de swing faibles. Elles sont vendues au prix de 25 euros chez la plupart des distributeurs.

La Supersoft de chez Callaway est également une balle deux pièces et a un bas niveau de compression et de spin. Le pack de douze balles est vendu à une trentaine d’euros environ.

La Kalea de Taylormade possède les mêmes caractéristiques que ces deux concurrentes, un bas taux de compression et de spin. Elles sont au prix de 23 euros environ, et existent en différentes couleurs. 

Le meilleur rapport qualité/prix pour une golfeuse débutante resterait donc, pour elle, la Srixon lady Soft feel, et ce serait d’ailleurs celle qu’elle vendrait le plus.

Pour Nicolas Marchand, représentant justement de Srixon, que l’on soit un joueur ou une joueuse, en tant que débutant, il faut avant tout une balle permissive.

Il conseille une balle deux pièces, qui va faire gagner en distance et qui sera moins difficile à compresser qu’une balle multicouches.

Une balle deux pièces avec une enveloppe en ionomer ira un peu plus loin, décollera un peu plus du sol, en raison de son revêtement extérieur qui provoquera moins de spin.

Il ajoute qu’« Un débutant aura tendance à subir des effets de slices de ses balles, la balle deux pièces permettra d’apporter moins de slice et restera plus au milieu de la piste ».

Pour les débutants, Nicolas Marchand préconise une compression qui correspond à la vitesse de swing de la joueuse, soit une Ultisoft, qui serait comprimée à 42, ou une Soft feel comprimée à 60.

Il ajoute ensuite que plus l’on a une compression élevée, plus la balle part vite.

La Ultisoft serait plutôt adaptée à une vitesse de swing lente à modérée, et correspondrait à un profil de joueuses dames ou seniors.

La Soft feel quant à elle, correspondrait à une vitesse de swing moyenne, et serait adaptée à la majorité des joueuses selon le représentant.

Il explique ensuite qu’une joueuse qui a un profil type série 1, avec une vitesse de swing un peu plus rapide que la moyenne, peut alors monter en gamme et partir sur une balle trois pièces.

« Nous insistons chez Srixon depuis toujours à s’adresser à tous les profils, et à dire à nos consommateurs et consommatrices, que la balle la plus chère ne sera pas forcément la plus adaptée pour lui et pour elle. Il faut adapter son produit au profil du joueur ou de la joueuse. », Poursuit-il. 

Alors, dois-je vraiment en tant que golfeuse, m’orienter vers une balle femme ?

N’est-ce pas que du marketing ?

Ce que j’en ai compris, il est important de choisir une balle femme, ou du moins si elle n’est pas spécialement dédiée aux golfeuses comme chez Callaway, elle doit être adaptée à un niveau de jeu féminin.

Comme nous l’avons compris précédemment, une balle à faible compression et à l’enveloppe douce semblerait être le choix idéal.

Tout du moins, en tant que golfeuse et consommatrice, il me semble plus opportun de choisir une balle à minima conçue pour une golfeuse, et donc de constater que, pour l’instant, nous n’avons le choix qu’entre trois balles : La Srixon soft feel lady, la Wilson et la Kalea de Taylormade.

Pour une golfeuse plus expérimentée, à ce moment-là, le choix peut se porter sur des balles unisexes, et se faire selon la vitesse de swing de la golfeuse, sur des balles de compression équivalentes.

 

A l’aide de ce tableau, on peut constater que les joueuses professionnelles n’utilisent pas forcément des balles à compressions équivalentes à leur vitesse de swing au drive, ce qui tend à apporter de la confusion par rapport à la règle édictée de la vitesse de swing doit être en corrélation avec la compression de la balle.

A haut niveau, on peut se demander si d'autres critères sont pris en considération ou si cette "règle" est réellement pertinente?

Pour de telles joueuses, il est en fait probable que la compression ne soit plus le critère de choix par rapport au touché, au taux de spin, et en fait la réactivité de la balle. Elles peuvent "peut-être" privilégiées une trajectoire de balle moins tendue ou trop clochée, surtout du fait de balles X.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 2 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.