Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Balles TaylorMade AeroBurner Pro & Soft


L’avantage quand on rédige des articles dans le domaine du matériel de golf, c’est qu’avec TaylorMade, on ne risque jamais d’être au chômage technique ! La marque leader du secteur n’étant jamais avare de nouveautés. Avec les nouvelles Aeroburner, quel problème la marque pense-t-elle résoudre ?

Sommaire de l'article consacré aux nouvelles balles Aeroburner

  1. Pourquoi une nouvelle balle Aeroburner ?
  2. Plus de vitesse de balle ?
  3. Sommes-nous réellement en mesure de sentir une différence ?

Pourquoi une nouvelle balle Aeroburner ?

Dans la logique d’un fabricant de matériel, un produit est soit une réponse à un besoin déjà existant, soit pour les plus visionnaires, une réponse à un besoin à venir.

Mais dans tous les cas, la mise sur le marché d’un nouveau produit a toujours pour « pitch » de départ, la résolution d’un problème par une meilleure façon ou solution que par le passé.

Aborder la sortie d’une nouvelle balle de golf par ce biais, permet à minima de mieux comprendre son utilité, et tout aussi important, pourquoi, on devrait l’acheter en tant que golfeur ou golfeuse.

Le premier paramètre que nous retenons concernant ces balles consiste dans le fait qu’elles portent un nom de gamme, celui de l’Aeroburner.

Avant de parler de l’intérêt du consommateur, à minima, TaylorMade est engagé comme ses concurrents dans une logique d’identification, et de création de valeurs de marques.

Cela ne nous apprend rien sur l’utilité ou l’innovation du produit, simplement, celui-ci appartient à une famille, qui souvent dans le secteur du golf, signifie une philosophie générale de conception.

La dénomination Aeroburner nous apprend donc deux choses.

D’une part, pour des raisons marketing, le géant du golf interpelle votre mémoire positive…Burner ayant déjà nommé un produit qui s’était particulièrement bien vendu à la fin des années 2000, et d’autre part, Aero symbolise explicitement cette fameuse philosophie liée à cette nouvelle gamme : la vitesse de balle accrue par des vertues aérodynamiques.

Nous touchons déjà du doigt l’utilité de ces nouvelles balles.

Plus de vitesse de balle ?

Donner plus de vitesse de balle à l’impact pour in fine produire des distances plus longues sur les coups nécessitant cette caractéristique.

Les Aeroburners Pro sont des balles trois pièces usinées pour générer une grande vitesse de balle à l’impact.

De plus en plus, les marques, y compris TaylorMade ne se contentent plus de parler de balles pour faire de la distance, mais ajoutent à cet argument, le fait qu’elles soient dotées d’un plus grand pouvoir stoppant !

Faire de la distance absolue est une chose intéressante finalement que pour le driving.

Sur un fer 7, bien sûr que vous aimerez la poser à 135 mètres plutôt qu’à 130, mais il sera plus important que votre balle arrive régulièrement à 135 mètres plutôt qu’une fois à 130, une fois à 140, et une autre à 120 mètres.

En théorie, le fait qu’une balle de golf dispose d’un pouvoir stoppant, en fait du spin, est intéressant qu’à condition que l’on soit réellement capable par la maturité et la régularité de son swing d’avoir un réel impact sur ce phénomène.

Des golfeurs que je croise sur les practices ou sur les parcours, nous sommes très peu à pouvoir prétendre atteindre un tel niveau de maîtrise.

Cet argument sans doute juste n’est pas forcément convaincant pour le quotidien des golfeurs amateurs.

D’autant que la marque ne donne pas de chiffres pour étayer cette affirmation.

De plus, qui dit pouvoir stoppant, parle de spin, or ce paramètre n’est pas nécessairement favorable à plus de distance. Il y a une forme de contradiction.

Vendu trente euros la douzaine, la Pro se distingue de la soft par le prix…La soft n’étant vendu que 24 euros la douzaine.

Cette deuxième balle a été ajoutée à la gamme TaylorMade pour venir couvrir la globalité du marché en complément de la Project (a), et la balle premium Tour Preferred.

La Soft est une balle deux pièces qui elle-aussi cherche à faire de la distance tout en ayant un pouvoir stoppant important.

Jusque-là, mis à part le prix, pas de différence avec la Pro…

TaylorMade révèle alors que la Soft a été dessinée avec 342 alvéoles à faibles trainées et pénétration dans l’air pour un angle de lancement plus élevé.

Objectif : Séduire les golfeurs ayant une faible vitesse de swing.

Mike Ferris, en charge chez TaylorMade des balles de golf ajoute « Cette balle est particulièrement adaptée aux golfeurs qui atteignent seulement quatre greens par partie en moyenne, et qui auront besoin de sauver quelques pars. »

A l’inverse, la Pro a été pensée pour des vitesses de balles plus élevées avec un plus grand pouvoir stoppant (toujours pas quantifié par la marque) mais résultat d’une couche interne supplémentaire autour du noyau combiné aux propriétés de la couche externe en Iothane.

L’argumentation du fabricant s’arrête là !

Sommes-nous réellement en mesure de sentir une différence ?

Des promesses mais quelles preuves ?

Qu’importe, combien de golfeurs seraient de toute façon en capacité de mesurer le gain amené par une balle de golf sur le parcours ? Qu’est-ce qui peut vous faire apprécier la différence sans douter du fait que votre swing n’est jamais totalement identique ?

Légère innovation ou mise à jour de sa gamme ? On va opter pour la seconde possibilité, ce qui bien sûr n’est pas répréhensible.

Acheter une bonne boite de balles pour 24 ou 30 euros reste très attractif par rapport aux premiums à plus de 55 euros, soit le double.

Le marché Français étant beaucoup plus bipolaire que le reste du monde.

A savoir, nous achetons soit des balles de récupérations ou des balles premiers prix, et à l’inverse, des balles premiums, et finalement, rarement le milieu de gamme.

D’expérience, pour un golfeur ayant une vitesse de swing de plus 90 mph au fer 6, on peut trouver un écart de 2 mph de vitesse de balle entre une balle de récupération ou usagée avec une balle premium…un écart assez considérable, et directement impactant sur le parcours en terme de distance.

Tenant compte de cette information, nous aurions tendance à suggérer d’utiliser plus souvent des balles milieu de gamme pour la plupart des parties sur le parcours, des balles premiums pour les compétitions qui vous tiennent à cœur, et moins souvent des balles de mauvaises qualités, car quoi qu’on en dise, la balle a une importance cruciale dans la performance au golf.

Dans le cas de l’Aeroburner, si on a finit par comprendre le problème résolu, la question reste de savoir quel avantage par rapport à la concurrence…

TaylorMade, mais aussi, Callaway, Titleist, Srixon agissent souvent de la même façon, à savoir capitaliser sur l’image de marque pour se différencier dans un secteur ultra-réglementé*, et où finalement, il est difficile de se démarquer par la qualité du produit, sauf à la marge.

La couleur de la boîte est bien souvent le meilleur moyen de différencier deux balles de même gamme, entre deux pièces, trois pièces, quatre et cinq pièces.

*Une balle de golf obeit à des règles strictement éditées par l’USGA et le R&A.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.