Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Balles de golf Callaway Supersoft

Dans la foulée du lancement des Speed Regime et des X2 Hot, Callaway met sur le marché une nouvelle balle au nom évocateur : les Supersoft, censées être les balles au plus faible taux de compression du marché ! Explications…

En l’espace de quelques semaines, Callaway a totalement reconstruit son offre de balles de golf !

Les Speed Regime ont été positionnées sur le très haut de gamme, à savoir le marché des balles quatre et cinq pièces.

Les X2 Hot sur le marché milieu de gamme des trois pièces.

Et donc, les Supersoft occupent le troisième segment des balles deux pièces.

Tenant en compte que le marché français est surtout dominé par le segment deux pièces ou à l’inverse le marché quatre/cinq pièces.

Les supersofts sont donc stratégiques pour Callaway.

Je peux déjà vous entendre imaginer qu’il s’agit des entrées de gammes ou des balles les moins chères.

En l’occurrence, effectivement, les Supersofts seront commercialisées au prix de 28 euros, contre 35 euros pour les X2 Hot, et 55 euros pour les Speed Regime.

Pourtant, le prix n’est pas le seul enjeu auquel doit faire face Callaway.

Il faut arriver à vous convaincre – vous les golfeurs et golfeuses – qu’un produit moins cher n’est pas seulement un produit moins qualitatif, mais en fait, un produit adapté à un besoin particulier.

Et sur ce point, les arguments de Callaway méritent d’être étudiés.

Des balles qui proposent un petit plus !

Sur le marché très bagarré des balles premier prix, où d’ailleurs Callaway ne va pas, puisqu’en réalité on peut trouver des produits à moins de 28 euros la douzaine, Callaway entend apporter une valeur ajoutée qui soit en conformité avec le reste des balles de son offre : à savoir le sur-mesure.

Si les speed regime se déclinent en trois versions pour trois vitesses de swing distinctes, les X2 hot se séparent en deux versions, toujours pour deux grandes familles de vitesses de swings, alors les supersofts s’adressent en particulier aux golfeurs qui ont une vitesse de swing faible, mais néanmoins besoin de produire de la distance…sans pour autant se casser les poignets sur un caillou.

Bien que nous n’ayons pas encore pu tester cette nouvelle balle, nous allons essayer de vous démontrer en quoi cette démarche est pertinente, et demandera à ce que nous testions pour nous assurer que Callaway affirme bien des choses réelles.

Le problème numéro un des balles deux pièces et plus généralement des balles de golf premier prix est….qu’elles ne sont pas des balles de golf haut de gamme !

Et là, vous vous dites, il se fiche de moi !

Derrière, cette petite provocation, comprenez que le problème numéro un d’une balle de golf deux pièces est qu’elles sont souvent trop dures.

Quand nous avons fait testé un échantillon de balles à notre consultant, golfeur professionnel sur le tour, Jean-Nicolas Billot, celui-ci nous a révélé qu’il trouvait que dans l’offre actuelle du marché, il n’y avait pas de balles vraiment souples pour les amateurs.

Ils les jugeaient bien trop dures, et lui-même, alors qu’il a une vitesse de swing bien supérieure à la moyenne des amateurs a éprouvé des sensations désagréables à l’impact sur les balles premiers prix.

Et on peut le comprendre ! Tapez très vite dans un caillou, et vous verrez quelles sensations vous aurez en retour dans les mains !

Alors, soit Callaway lit nos articles, et se dit qu’ils tiennent quelque chose, soit ils ont d’autres échos concernant cette problématique très concrète pour 80% des golfeurs amateurs, et justement, ils entendent proposer une solution avec les nouvelles Supersoft.

Et donc résoudre l’équation suivante : Comment taper des coups plus longs tout en adoucissant la balle, alors que longtemps, la philosophie de construction d’une balle de golf était inverse ?

De toutes les affirmations des marques pour vous vendre du matériel, les gains de distance au driver sont les plus discutables.

En revanche, et Jack Nicklaus est l’un des premiers à l’affirmer, les progrès réalisés en matière de balles de golf depuis trente ans, remettent sérieusement en cause la construction des parcours de golf !

Si vous cherchez à gagner de la distance, plutôt que de changer de driver, changez de balles !

Surtout, si vous pratiquez le golf en loisir, et n’êtes pas un adepte de centaines d’heures au practice par mois.

Comment Callaway argumente pour vendre sa Supersoft ?

Tout d’abord, ils annoncent le taux de compression le plus bas du marché (à vérifier) pour la balle, ce qui permettrait un taux de spin bas pour éviter l’un des principaux problèmes de l’amateur : les effets non-désirés, à savoir le slice et le hook.

Petit focus particulier sur ce problème, trop souvent -nous-les amateurs sommes fascinés par le fait de jouer des balles cinq-pièces. Pourtant, nous oublions un point crucial.

Effectivement, une balle cinq pièces prend plus d’effets qu’une balle deux pièces pour normalement plus de distance, et surtout un meilleur travail de la balle pour la trajectoire souhaitée.

Sauf que revers de la médaille, quand une balle prend plus d’effets, cela marche aussi pour les coups en slice ou en hook, ce qui veut dire qu’une très bonne balle cinq pièces peut encore plus se retourner contre nous, et accentuer les mauvais effets. (voir notre précédent article sur ce sujet)

Voilà pourquoi, il devient de plus en plus important au golf de toujours jouer une balle qui soit adaptée à son niveau de pratique.

Ainsi, Callaway entend positionner sa balle Supersoft en faveur des golfeurs qui luttent encore contre les problèmes de slice, soit la grande majorité d’entre nous.

Pour Dave Bartels, en charge de la rechercher et du développement chez Callaway, « La Supersoft a été construite sur la base d’un noyau incroyablement doux, et même au niveau zéro de l’échelle de compression édictée par la PGA. Il est facile de faire un noyau plus souple, mais il est en réalité très difficile de faire un noyau souple qui soit suffisamment performant. Pourtant, nous y sommes parvenus avec la Supersoft. Etant donné que notre noyau était assez consistant, nous avons pu le recouvrir d’une couche externe souple, et tout de même produire une bonne balle de golf. »

Concrètement, le taux de compression mesuré pour la Supersoft est de 38 points. Soit 20 points de moins qu’une balle HEX Diablo, une balle deux pièces que nous avions testé fin 2013, et qui justement, ne nous avais pas du tout convaincu, terminant en queue de peloton des balles deux-pièces de notre panel. (Voir nos tests balles)

Autre phénomène à noter concernant cette nouvelle balle : Callaway la propose aussi en jaune comme pour les modèles X2 Hot et X2 Hot +.

C’est une tendance qui se généralise en 2014 chez tous les fabricants, suite à la percée aux Etats-Unis de la marque Volvik qui a fait sa renommée sur les balles multicolores.

En conclusion, 2014 est un tournant très important pour Callaway dans le domaine des balles de golf.

Il leur faut utiliser le capital laissé par les balles HEX Chrome+, plutôt des bonnes balles, et gommer les mauvaises caractéristiques des balles Diablo, tout en offrant une large gamme de produits, plus lisibles et plus compétitives.

De notre point de vue, ils sont en train d’y arriver.

Leur offre est globalement complète et claire. Reste à tester la qualité des produits, pour être sûr de ne pas trouver d’écart entre ce qui est annoncé et ce qui se passe concrètement sur le parcours.


Seul léger bémol, dans cette âpre compétition qui s’annonce, les prix restent élevés, et pas forcément en décalage par rapport au leader, Titleist.

D’un point de vue économique, c’est sain car les marques ne sont pas dans une guerre des prix, mais dans une guerre de qualité.

D’un point de vue du golfeur, par les temps qui courent, une petite baisse des prix n’auraient pas été inutiles.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.