Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Chaussures FOOTJOY Freestyle: le concept du F.R.O.G.G.

Chaussures FOOTJOY Freestyle: le concept du F.R.O.G.G.

Sur le segment des chaussures de golf, pour FootJoy, une entreprise vieille de plus d’un siècle, et fortement spécialisée, il est déterminant de démontrer une grande capacité d’innovation, et de différenciation, et ce même si l’entreprise est leader de son secteur. Un an après la sortie des Hyperflex, Footjoy ne faiblit pas et présente la Freestyle avec une présentation originale. Ceci dit, qu’est-ce que cette chaussure apporte réellement ? Nous l’avons testé…

Découvrez nos formules d'abonnements

La FootJoy Freestyle : La chaussure phare de 2016 ? En tout cas la plus colorée !

En 2015, nous étions restés sur une très bonne impression concernant la paire de chaussures FootJoy Hyperflex.

Cette dernière présentait à notre sens un double avantage : maintien du pied et effet amortisseur sous le pied.

C’était un peu réducteur car la chaussure présentait d’autres arguments intéressants comme sa semelle ou la structure entourant le chausson.

Toujours en 2015, nous avions concrètement testé l’Hyperflex, mais aussi l’Adidas Adipower Boost, et la Callaway Xfer plus.

Avec le recul, un test de chaussures devrait comporter idéalement deux parties : l’avis instantané et l’avis après plusieurs semaines ou mois d’usages, afin d’être tout à fait complet.

En préparant, ce sujet, et à propos de cette nouvelle Freestyle, nous avons été amusés de constater à quels points les articles des sites étaient tous les mêmes, utilisant toujours les mêmes adjectifs, et les mêmes qualificatifs finalement grandiloquents.

Ceci dit combien de journalistes ont parlé la chaussure pendant plusieurs parties ou plusieurs semaines ?

Aucun ! C’est pourquoi nous nous devons d’être vigilants dans notre propos.

Par exemple, au sujet du précédent test sur l’Adipower boost où globalement le résultat était plutôt satisfaisant, si nous avions ajouté un deuxième paragraphe du type « Et après six semaines… », nous aurions pu vous dire que le contrefort qui maintient le talon n’était pas suffisant, et qu’à la longue, sur une partie de quatre heures, cela créé les conditions d’un frottement, et par conséquence, des ampoules !

Pour une chaussure de golf, plusieurs arguments peuvent-être commentés :

  • Le look
  • Le confort
  • Le laçage
  • La praticité
  • La finition
  • L’accroche
  • La stabilité ou maintien du pied
  • La rigidité de la semelle externe
  • La performance par rapport au swing
  • Et à l’usage…

Avant de vous apporter une réponse pour chaque, découvrons ce que nous dit la marque pour avoir une sorte de fil conducteur.

L’identité technique de cette nouvelle chaussure de golf

L’accroche choisie par FootJoy étant « Unleash your power », nous comprenons que cette chaussure aura quelque chose à voir avec la notion de swing, et de puissance.

Avec le nom Freestyle, FootJoy semble explorer un territoire relativement nouveau pour la marque, à savoir un design aux antipodes du classicisme habituel de la marque.

D’un point de vue technique, les adjectifs couramment usités sont révolutionnaire (on s’en serait douté), traction, mobilité et confort.

A la différence de la majorité des chaussures FootJoy que nous avions déjà vu, la Freestyle présente une empeigne en maille, et visiblement pour favoriser la souplesse du chausson.

Ensuite, la semelle interne ou intermédiaire dite FTF 3.0 est à priori la plus douce jamais conçue par la marque. Elle a pour fonction de protéger et maintenir le dessous du pied.

Tandis que la semelle externe dite F.R.O.G.S qui porte tout le concept de cette chaussure (FootJoy Revolutionnary Outsole Grip System donc Frogs) est en fait une semelle fabriquée à partir d’un caoutchouc moulé translucide SoftMax pour en fin de compte, un amorti doux, et une traction maximale.

C’est le point clé de cette chaussure 2016 et pour laquelle, FootJoy a axé sa communication sur la grenouille, et ses capacités naturelles d’agrippements.

Enfin dernier concept technique lié à ce produit, la fixation des crampons Tourlock qui assure un maximum d’accroche sur différents types de terrains tout en assurant un profil de chaussure relativement bas. (Nous imaginons que c’est par opposition à la chaussure Hyperflex qui elle présentait un profil plutôt haut).

C’est un peu comme pour ceux qui préfèrent les voitures 4x4 pour apprécier d’être en hauteur par rapport à ceux qui aiment les coupés sports pour être au plus près de l’asphalte !

Le look

C’est le paragraphe le plus facile et donc le moins intéressant à écrire (ou à lire). Nous ferons donc courts. Evidemment, vous l’aurez constaté, il s’agit d’une chaussure bariolée.

Au premier abord, cela pourrait presque être choquant pour une chaussure de golf. D’une part, il existe en fait des coloris plus passe-partout, et après sur le parcours, cela ne se remarque pas tant que ça !

Esthétiquement, c’est même plutôt joli même si la semelle externe en orange aurait pu être un soupçon plus discrète. Ceci dit, c’est tout le concept de cette chaussure qui aura le mérite de générer des avis tranchés du type j’aime/j’aime pas.

Passé la question des couleurs, la forme du chausson est finalement assez conventionnelle, et plutôt large. Et même plus large que l’hyperflex, notamment au niveau du bout ce qui aura sans doute une incidence au niveau du confort…

Le confort

La question du confort se résume quasi exclusivement à une question de sensation ! Ce n’est pas ce qui est le plus facile à faire passer en quelques lignes. Simplement, l’avantage de la semelle interne déjà vu en 2015 sur l’Hyperflex et l’Adipower consiste dans un amortisseur qui justement repose la voute plantaire pendant la marche.

Au doigt mouillé, en comparant, il nous semble que le coussin intérieur est deux fois plus épais que sur l’Hyperflex ! Un bon point surtout que nous ne nous étions pas plaint de cet aspect sur la chaussure 2015.

En comparant avec l’adipower, il semble même que les deux semelles présentent le même effet rebond.

Une fois au pied, la chaussure vous « prend » autour du coup de pied et jusqu’au talon. La sensation d’être bien maintenu n’est pas désagréable, d’autant que la matière du chausson interne est souple.

D’une certaine manière, c’est plus un chausson de golf qu’une chaussure de golf. Sans doute une impression liée à l’empeigne en maille !

Par rapport à la Callaway Xfer, il est indéniable que le pied est très bien/mieux calé dans la chaussure. Comparaison car la Xfer était assez « chausson » dans l’esprit avec sa semelle Superfeet.

Le laçage

C’est peut-être le point le plus bête pour une chaussure, mais figurez-vous qu’il y a des modèles réussies et d’autres qui sont ratés.

Pour la Freestyle, les lacets semblent qualitatifs, et en tout cas, s’attachent facilement et solidement.

A l’inverse, nous n’avions pas apprécié le double laçage Callaway, plutôt inutile.

Plus épais que les lacets de l’Adipower, ceux de la Freestyle semblent plus qualitatifs, un point commun avec l’Hyperflex.

La praticité

Sur ce point, aucune chaussure ne bat pour l’instant la Callaway Xfer, qui est la chaussure la plus facile à chausser. Revers de la médaille, plus c’est facile à chausser, et plus c’est facile de légèrement déchausser du talon pendant la marche.

A contrario, la Freestyle n’est pas très pratique à chausser, tout comme l’était déjà l’Hyperflex, mais au final, c’est au bénéfice du maintien…Un mal pour un bien ?

Freestyle vs Hyperflex

La finition

C’est un point qui peut paraître curieux, mais dont dépend la durée de vie de la chaussure dans un milieu finalement assez « agressif ». Une chaussure de ville n’est pas autant soumise à la boue, au gazon humide, et à toutes sortes de joyeusetés que l’on trouve sur un parcours de golf.

Neuve, l’Adipower avait de la gueule ! Une fois portée plusieurs fois sur le parcours, le cuir prend des marques et des traces irréversibles.

Difficile de porter un jugement sur la Freestyle neuve, un seul point nous inquiète, un élément plastique qui fait la jonction entre l’empeigne et le bout de la chaussure…

Sinon, pour le reste, c’est plutôt très soigné.

Sur ce point, l’Hyperflex donne une meilleure impression générale. A voir dans le temps…

L’accroche

C’est un pari, et c’est même tout le concept de cette chaussure censée beaucoup mieux grippée que ses consœurs.

En faisant le test sur un tapis de practice, à savoir de bouger le pied une fois en appui, effectivement la chaussure semble très bien cramponnée dans le sol, et pour la bouger latéralement, on sent qu’il faut presque arracher le tapis.

Avec une autre chaussure, quand les crampons ne sont plus tout à fait neuf, on est toujours agripper, mais légèrement moins. De notre point, c’est tout de même une affaire de détail.

Détail plutôt réussi sur la Freestyle, et pourtant, curieusement, il n’y a que six crampons sous la semelle contre neuf pour l’Hyperflex, sept pour l’Xfer, et 18 pour l’Adipower !

Finalement six gros crampons valent mieux que 18 petits !

La rigidité de la semelle externe

C’est un point très étonnant de la nouvelle Freestyle. Elle est très souple, et effectivement beaucoup moins rigide que l’Hyperflex, un modèle du genre.

Sans doute, un effet recherché, la semelle subit plus de tractions latérales que toutes les autres semelles à notre disposition.

Autre paramètre en plus des torsions latérales, le bout du pied se plie beaucoup plus facilement (l’avantage de la maille sur le cuir ?), et en fait quand vous pliez le pied sur la pointe, à la différence des autres chaussures, la Freestyle présente deux ruptures contre une seule pour les semelles plus rigides.

C’est un fait clair et net de cette chaussure par rapport aux autres.

La stabilité ou maintien du pied

A ne pas confondre avec l’accroche, la stabilité signifie bien le maintien du pied dans la chaussure, et c’est un élément clé s’agissant d’un swing de golf.

Avec la FootJoy Hyperflex, c’est franchement du pareil au même. Impossible de sentir une différence de maintien du pied ! Pourtant, de visu, nous aurions plutôt donné un avantage à la chaussure Hyperflex qui paraît plus structurante. Ce n’est finalement que purement psychologique.

Sur ce point, à part tomber sur des contrefaçons ou utiliser des sneakers, il n’existe plus vraiment de mauvaises chaussures ou de différenciations notables.

En revanche, un gros point en plus pour un tout petit détail : L’ajout d’un contrefort derrière le talon pour éviter que le pied ne se lève de trop dans la chaussure au moment du swing (notamment le pied droit pour les droitiers). Bien pensé, ceci dit l’Hyperflex est de ce point de vue la meilleure chaussure testée avec le contrefort le plus montant de tout ce que nous avions testé jusqu’à présent.

La performance par rapport au swing

C’est franchement l’argument le plus discutable, et le plus difficile à vérifier…surtout que dans certains cas, swinguer pied nu peut être meilleur pour ressentir la qualité de ses appuis.

Sur ce sujet, on peut trouver tout et son contraire.

Nous pourrons simplement dire que le fait de chausser une chaussure confortable, avec un effet rebond de la semelle interne, et une bonne structure de maintien procure du plaisir à être portée, et contribue d’une manière non quantifiable directement à la performance.

Et à l’usage…

Et c’est là où il faut être prudent ! Porter ces chaussures pendant quelques minutes, et vous les trouvez confortable, et agréable. De là à prédire leurs qualités dans le temps, c’est plus incertain.

Visuellement, il n’y a rien à dire. A la question du plastique entre l’empeigne et le bout de la chaussure, la finition semble bonne…

Conclusion

C’est sans doute très arbitraire, et subjectif, cela n’a qu’une valeur d’indication.

De notre point de vue, sur les dernières chaussures testées, la plus intéressante reste la FootJoy Hyperflex.

La Freestyle a pour elle une belle amélioration du coussin interne, et un look très original. Enfin, la qualité de l’accroche est effectivement indéniable sur cette chaussure (Aussi bonne sur l’Hyperflex).

Dommage ce plastique sur l’empeigne…

A voir l’usure dans le temps, nous vous tiendrons au courant…

Rappel : Pour la Freestyle tout comme l'Hyperflex, il existe des couleurs plus classiques...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.