Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Enquête : Les chaussures de golf modernes comptent-elles vraiment dans la performance ?

C’est une tendance sociétale depuis maintenant quelques années que de chercher à justifier un accessoire sous le prisme de la performance. Pourquoi n’achèteriez-vous pas simplement une paire de chaussures pour vous faire plaisir ou parce qu’elles sont plus confortables ? Les marques prennent pourtant le risque de nous parler de chaussures plus performantes, sous-entendu, qui peuvent contribuer plus ou moins directement à notre score.

Des chaussures de golf vraiment plus innovantes ?

A l’occasion du retour de Tiger Woods lors du Hero World Challenge disputé aux Bahamas, beaucoup de commentaires ont été fait autour du choix de ses bois et de sa balle, mais relativement peu sur un élément qui a pourtant changé sans que cela soit spectaculaire : ses nouvelles chaussures toujours de marque Nike.

Oui, Nike a arrêté soudainement et brutalement les équipements de golf dit « hardware » mais continue de vouloir vendre des textiles et chaussures pour le sport, y compris le golf.

Pourquoi cette formulation « y compris le golf ». Il ne nous semble pas évident que Nike veuille continuer à communiquer autour de la marque Nike Golf, même seulement pour les chaussures, mais au contraire, et c’est peut-être un détail, proposer des chaussures pour tous les sportifs, y compris les golfeurs.

Ceci dit, Nike n’abandonne pas un de ses principaux arguments de ventes : la performance.

Certaines marques généralistes de sport qui voient le golf plus comme une opportunité de toucher un marché de sportifs fortunés, ont souvent pour philosophie de vous justifier un produit cher fabriqué à bas coût en Asie, en vous proposant un minimum de gain pour un maximum de marketing, d’où l’invention du sponsoring et du marketing sportif.

Le prix du produit est plus le résultat du joueur star qui les porte que le coût de fabrication réel.

Dans le cas de Tiger Woods, il portait bien à l’occasion du Hero World Challenge la toute dernière création de Nike dans le domaine des chaussures « Improvment ».

Il s’agissait même d’un prototype, la TW 17, au sujet de laquelle le tigre déclara « J’ai ressenti un support d’un niveau supérieur avec cette chaussure, ce qui m’a amené plus de confiance quand j’ai été sur le parcours. »

Pas très concret comme commentaire ! Comment réellement évaluer l’apport des chaussures dans sa récente performance, et surtout, par rapport aux autres éléments matériels qu’il a changé, comme la balle ou les clubs ?

Concrètement, ce prototype présente un nouveau système d’attache (strapping) pour aider Woods à rester en sécurité tout au long de son swing, et tout au long de la journée.

Sécurité ? Sous-entendu pour éviter les risques de blessures sous l’effet de la répétition des torsions subies par les pieds.

Ces chaussures qui seront commercialisées à l’été 2017 ne seront bien entendu pas les premières à occuper le positionnement des chaussures qui améliorent la performance.

Toutes les marques veulent parler de performances mais qu'est-ce que la performance pour une chaussure de golf ?

Adidas, Ecco, Puma et même FootJoy ont été amenées à sortir ce type de chaussures au demeurant très séduisantes.

Pour cette dernière marque, celle qui a le plus à perdre, car depuis des décennies, elle occupe la première place dans les ventes à la faveur de son histoire, sa légitimité, son réseau, et son savoir-faire.

Malgré tous ses points forts, elle s’est sentie obligée de répondre à ce nouveau segment de chaussures performances amenées par les géants du multisport.

Par exemple, la FootJoy XPS-1 portée notamment par Padraig Harrington qui vante le fait d’une meilleure stabilité, et d’un meilleur équilibre pendant l’action sur le parcours.

La base de la semelle externe a été élargie.

Et dans les faits, effectivement, la base étant plus large, cela accroit réellement la surface totale de la chaussure en contact avec le sol.

Autre modèle récent, la chaussure Ecco BIOM a été présentée comme une chaussure de golf cassant les conventions.

Son principe « prendre avantage de la forme naturelle du pied au moment de l’absorption de l’impact tout en amenant comme jamais auparavant, le pied plus près du sol !

C’est argument est déjà beaucoup plus difficile à vérifier et à quantifier dans la performance du joueur.

Adidas a été l’une des premières marques à vouloir vraiment bousculer le marché des chaussures de golf, et avec un certain succès commercial avec en particulier, l’Adizero, une chaussure inspirée des stades de foot, et portée par Lionel Messi, l’illustre footballeur.

Principal argument qui a d’ailleurs marqué les consommateurs, et poussé les autres marques à se lancer dans la course poursuite du poids ! La chaussure de golf devait être ultralégère.

10 % plus légère, ce type de chaussure avait pour ambition de réduire la fatigue à la fin d’une partie de golf.

Là-aussi, c’est difficilement quantifiable sans des études de performances indépendantes et précises.

Toujours sur l’argument de la performance, Adidas a ensuite cherché un autre critère en inventant, l’Adipower Boost, des chaussures dont la mission était de vous fournir un maximum de retour d’énergie et de confort pendant l’impact avec la balle.

L’effet Boost est favorisé par des milliers de capsules qui sont liées ensembles par un principe de moulage à haute pression. Elles se déforment et se contractent en fonction de vos mouvements pour emmagasiner et relâcher de l’énergie tout au long du swing, et de votre marche.

La plupart du temps, les marques de chaussures sont plus promptes à nous envoyer des communiqués de presse que des échantillons pour que l’on teste ou critique leurs produits.

Curieux ?

Surtout quand vous êtes convaincus que ce que vous présentez aux consommateurs est irréfutable ou totalement vérifiable.

Cependant, et c’est l’explication de cet article au titre évocateur, car en tant que golfeurs, nous aussi nous voulons savoir le fin mot de l’histoire : Ces chaussures apportent-elles vraiment quelque chose de plus au moment du swing ?

Comment le prouver ?

Nous vous proposons de taper des balles de golf avec un fer 7 et sous le contrôle d’un launch monitor, pour l’occasion un Skytrak qui a le mérite d’être très précis concernant le niveau de spin et l’angle de lancement.

Nous avons tapé 5 balles (toujours la même, à savoir une Srixon AD333 Tour utilisée sur le Ladies European Tour) tout d’abord avec des chaussures streetwear à semelle lisse, puis pieds nus, puis avec une paire de chaussures de golf Nike Air qui était commercialisée au milieu des années 2000, et enfin avec une paire d’Adidas Adipower récente, justement une de ses fameuses chaussures de golf favorables à la performance.

Comment interpréter les résultats de notre essai ?

Pendant que nous réalisions le test, nous avons d’abord été surpris par la faiblesse du niveau de spin donné à la balle. Puis, au fur et à mesure, nous avons constaté qu’il augmentait progressivement en passant de la chaussure de ville à la chaussure de golf dite de performance.

Il y a une explication logique que nous a fourni notre consultant matériel, Clément Morelle du magasin US Golf de Lyon : « En utilisant une chaussure de golf, vous allez modifier vos appuis, votre impression de confort et de stabilité, et cela va avoir une incidence sur votre swing, notamment le plan, et en particulier l’angle d’attaque. Plus vous allez taper fort dans la balle, et plus vous allez lui transmettre du spin. Toutefois, d’un golfeur à un autre, le comportement et en particulier le plan de swing peut être différent et les incidences sur le spin ne sont pas systématiquement une augmentation du spin. »

En réalité, le premier constat à faire et qui semble cohérent, est l’augmentation de la vitesse de swing.

Avec une chaussure de ville ou sneakers à semelle lisse, quoi que vous puissiez faire, vous n’avez pas de stabilité, pire vous pouvez même légèrement glisser, et perdre en qualité d’appui, et donc en qualité de transmission d’énergie.

Pieds nus…c’est mieux car votre voute plantaire va directement agir avec le sol.

Nous avions d’ailleurs eu à écrire un sujet avec un consultant sur l’intérêt de taper des balles pieds nus, pour mieux sentir l’interaction avec le sol.

Dans le cas de notre test, l’écart de vitesse de swing est spectaculaire. Par rapport à une semelle lisse d’une chaussure de ville, pieds nus, vous gagnez naturellement 5 mph de vitesse de swing.

Gain que vous retrouvez en vitesse de balle, et donc en distance.

Comme vous passez plus vite sur la balle, le spin augmente (+600 tours dans le cas de notre test).

Autre élément intéressant, pieds nus ou avec des chaussures sans semelles surélevées, l’angle de lancement de la balle est assez peu divergent (soit 20°)

Résultat, si on se contente d’analyser la distance au carry (avant la roule), le gain est de 8 mètres pour les pieds nus versus la chaussure inadaptée.

Troisième test, celui d’une chaussure de golf de conception classique et correspondant à ce qui se pratiquait au milieu des années 2000, bien avant que les marques commencent à s’exciter sur les performances des chaussures de golf. A l’époque, il s’agissait de reproduire un style de chaussure « old style », d’y coller une semelle pouvant accueillir des clous, et le tour était joué.

A nouveau, le testeur gagne nettement en vitesse de swing par rapport au test pieds nus. Il passe de 72 mph à 77 mph !

En revanche, cette fois, le gain de vitesse de swing ne se retrouve pas dans la vitesse de balle qui reste stable.

Il faut comprendre que le smash factor c’est réduit.

Pourquoi ? L’augmentation de la vitesse de swing est le but ultime recherché par tout golfeur. Cependant, augmenter sa vitesse de swing, et donc potentiellement la distance peut s’accompagner d’un léger problème : vous centrez la balle moins bien dans la face ! Vous devenez moins précis !

De fait, le gain que vous obtenez d’un côté par l’augmentation de la vitesse de swing peut se retrouver amenuisé par une perte de qualité de centrage et donc d’exploitation du club.

Et là, la chaussure de golf ne vous prémunit pas de ce problème…

Pour revenir au test de la chaussure de golf Nike Air, en plus du gain de vitesse de swing qui ne se traduit pas en gain de vitesse de balle, l’angle de lancement a augmenté d’un degré, ce qui n’est pas négligeable. A nouveau, c’est imputable à un gain de stabilité qui modifie l’angle d’attaque du club sur la balle.

Cette augmentation de l’angle de lancement suffit à expliquer l’augmentation de la distance au carry (130 mètres avec la paire de Nike Air contre 126 mètres pieds nus).

En revanche, comme le spin a fortement augmenté, la roule diminue, et la distance se retrouve être identique (141 mètres toujours pour un fer 7).

Nous arrivons enfin au but que nous nous étions fixés avec cet article, valider ou invalider la performance d’une chaussure de golf moderne, créditer ou discréditer le discours marketing des marques.

Avec la dernière Adidas Adipower, nous trouvons encore un gain de vitesse de swing, soit 80 mph contre 77 mph pour l’ancienne chaussure de golf ou même 68 mph pour la chaussure de ville, des écarts très significatifs.

Cependant, comme expliqué plus haut, le testeur gagne nettement en vitesse de swing grâce à une meilleure stabilité, et visiblement, le bénéfice de cette conception de chaussure à effet boost, mais finalement, il perd en capacité à exploiter ce gain d’énergie, ce qui fait que le gain en vitesse de balle est nul.

Par contre, notez que ces vitesses de balles sont légèrement plus régulières, ce qui est un élément qui peut contribuer à la performance.

Autre élément bénéfique, le niveau de spin moyen de 5813 tours par minute avec un fer 7 est déjà beaucoup plus cohérent qu’un niveau inférieur à 5000 tours ou même inférieur à 4000 tours.

Pour information, avec un fer 7, vous pouvez espérer 7000 tours par minute de spin sur un plein coup. Si le loft du club est plus fermé, ce niveau peut effectivement baisser.

Le spin n’est ni une bonne ou une mauvaise chose. Sur un coup de driver, vous avez intérêt à ce qu’il soit faible pour augmenter la portée de la balle (réduire la résistance dans l’air).

Sur un coup de fer 7 qui vise le green, vous avez besoin d’un maximum de spin pour arrêter la balle le plus rapidement possible.

Dans le cadre de notre test, c’est effectivement une performance que de donner plus de spin sur un coup de fer 7.

Autre élément à créditer à la chaussure Adipower, l’angle de lancement est encore monté d’un degré ! La trajectoire de la balle va être un peu plus courbée, plus bombée, et donc moins favorable à la distance, mais plus favorable au contrôle de la distance.

Finalement, aux termes du test, l’Adipower, chaussure de golf moderne ne permet pas de gagner en distance.

En revanche, l’amateur obtient bien un gain sur la trajectoire de balle qui est plus bombée et plus spinnante, autre élément de la performance.

Honnêtement, en démarrant cet article, nous pensions démontrer un effet nul d’une chaussure de golf moderne par rapport à un modèle plus classique.

En fin de compte, il y a bien un petit quelque chose à condition de savoir l’exploiter…Comme toujours, ce n’est pas la chaussure de golf qui swingue…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
chastel.raymond@wanadoo.fr
+1 #1 RE: Enquête : Les chaussures de golf modernes comptent-elles vraiment dans la performance ?chastel.raymond@wanadoo.fr 10-12-2016 09:37
Il y a plusieurs facteurs à considérer pour une bonne chaussure de golf:
-le confort
-l 'accroche au sol
-le poids de la chaussure
-l 'imperméabilité
Ceci étant ,on n( a pas fait mieux que les anciennes chaussures de golf en cuir de FOOTJOY ,les FOOTJOY PREMIER ,tout cuir ,à clous .
Les clous offrent une bien meilleure accroche au sol que les spikes ,mais évidemment ils abîment plus les greens .
Les FOOTJOY ICON et DNA sont très bien mais inférieures aux FOOTJOY PREMIER .
J ai une quinzaine de chaussures de golf que je fais "tourner " ,je joue fréquemment ,trois fois par semaine ,sur la Cote D'AZUR ,il n' y a pas d'hiver ,ni de greens d'hiver ,région bénie des Dieux
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

Accédez aux offres US Golf !