Posté par le dans Pros, Enseignants et Coachs de golf

Les lies et leurs complications: Les solutions d'un cadet professionnel

Le parcours réserve tout un tas de surprise, notamment la façon dont votre balle va reposer au sol. Sur le départ, on devrait jouer à plat et sur un tee mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas, notamment pour la planitude au niveau de votre stance. Jouer la balle sur le tee reste un choix notamment sur les par 3. Mais c’est après que ça se corse, même après un super Drive en plein milieu du fairway, une bosse peut venir vous gâcher la vie et expédier votre balle dans un bunker ou un rough. Elle pourrait même finir sa course dans un divot, aller trop loin, à peine trop à droite ou à gauche. Autour du green, une pente, un rough ou encore un bunker pourrait accueillir votre coup et vous proposer un lie compliqué. Quels sont-ils ? Comment aborder ces situations et trouver une solution au problème pour ne pas gâcher un coup ? Tel est le sujet de cet article qui vous permettra d’évaluer et d’adopter la bonne réponse à la situation.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les départs

N’étant pas toujours plat, assurez-vous de vous positionner aussi à plat que possible, faites attention à ne pas jouer un coup, le pied dans un divot.

Si le départ ne vous permet pas de trouver de solutions, la compréhension des effets engendrés par une pente peut s‘avérer indispensable.

La règle vous permet d’ajuster votre position sur le départ dans un rectangle de deux longueurs de club.

L’espace ainsi défini vous permettant, en principe, d’éviter une pente importante sur celui-ci ou encore que vos pieds se retrouvent dans des divots ou détérioration de l’espace pour vous positionner. 

Sur le fairway, parfois des surprises...

Le meilleur drive du monde peut terminer sa course dans un divot, deux éléments seront à prendre en compte. Le premier, votre attitude face à cette situation.

Le grand Jack Nicklaus y voyait l’opportunité d’élaborer une réponse adaptée, et un challenge intéressant.

Quand la plupart des golfeurs y verront un coup du sort, et perdront toute leur énergie à se lamenter sur l’injustice de cette situation, sans chercher la solution optimal.

La réponse à adopter, un peu technique, sera d’établir un ajustement de sa position pour puncher la balle.

Un poids légèrement déporté vers l’avant (pied gauche pour un droitier) et une balle un peu plus en arrière dans le stance, couplé à un ¾ de swing devrait permettre de se sortir de cette mésaventure.

Bien entendu la distance que vous aurez à parcourir limitera les choix de clubs.

Les pentes

Bon nombre de parcours proposent des lies en pente, balle plus haute, plus basse, en montée ou en descente, parfois plus haute en descente ou l’inverse et j’en passe.

Le principal est de comprendre pourquoi cela influence la balle et les conséquence de ses positions pour ajuster sa technique de positionnement.

Une balle plus haute que vos pieds modifiera l’alignement de la face de club, notamment en l’orientant à gauche. Ce qui devrait engendrer un déport de la balle vers la gauche.

Alignez-vous davantage vers la droite, grippez plus court et swinguez plus à l’horizontal pour vous adapter à cette situation.

Faites tout l’inverse pour une balle plus basse, votre balle devrait se déporter vers la droite, grippez au plus haut sur votre club, penchez davantage le buste vers l’avant, swinguez la aussi dans le sens de la pente, donc un peu plus verticalement.

Un lie en descente engendrera une face plus fermée, donc une balle plus basse. Il sera important de prendre en compte que votre balle roulera davantage à la retombée.

Ajuster votre position en vous plaçant dans le sens de la pente.

Dans le cas d’une pente avec un degré élevé, n’ayez pas peur de vous laisser emporter dans la pente lors de votre finish.

Les longs clubs devraient devenir difficile à jouer. Un ¾ de swing peut s’avérer plus facile à contrôler là aussi.

Un lie en montée donnera de la hauteur à la balle, donc moins de roulement et certainement moins de distance.

Là encore ajustez votre adresse de sorte à vous retrouver le corps parallèle à la pente.

La difficulté sera alors de bien finir le swing, une pente importante pourrait vous bloquer vers l’arrière (sur le pied droit pour un droitier) et engendrer mauvais contacts et balles à gauche notamment.

Cette situation sur les links peut être problématique du fait de la difficulté à obtenir une trajectoire basse compte tenu de la multitude des bosses sur les fairways.

La pente engendrant une modification de l’orientation de la face de club, plus ouverte, plus fermé, orienté à gauche ou à droite, ce qui explique les changements de trajectoires.

Un stick aimanté ou encore un grand tee peut vous montrer l’influence de ces situations sur votre face de club. Vous remarquerez que le changement d’orientation évolue en fonction des clubs.

Plus le club est ouvert, plus il y aura de modification quant à la direction d’un côté ou de l’autre.

Dans le rough sur un second coup

Votre balle finira à un moment ou un autre dans le rough ? celui-ci sera plus ou moins haut.

Le greenkeeper prendra soin d’avoir plusieurs hauteurs de coupe, d’un semi-rough permettant de jouer de longs coups à des zones beaucoup plus hautes.

Dès lors que votre balle se retrouvera dans un rough difficile, il sera important d’être vigilant et souvent préférer le recentrage ou penser à votre replacement pour vous laisser le coup le plus facile pour la suite du trou.

D’une manière générale abordez cette situation en choisissant un club ouvert, ouvrez un peu la face du club pour assurer la direction.

En effet, le rough aura tendance à refermer la face du club. Le poids un peu plus sur le pied avant, un balle un peu plus en arrière dans le stance (plus à droite pour un droitier), un swing plein pour assurer de la vitesse serait plus approprié.

Bien entendu, la distance que vous aurez à parcourir conditionnera l’amplitude de votre geste. 

Autour des greens 

Les pentes jouent un rôle important dans la trajectoire de la balle là aussi.

En descente votre face de club étant plus fermé un sandwedge pourrait se retrouver avec l’ouverture de votre fer 9, amenant la balle à rouler beaucoup plus, vous devrez prévoir un point de chute plus court.

En montée, ce qui représente une majorité des cas, les greens étant souvent surélevés.

Vous devriez obtenir plus facilement de la hauteur, cela devrait même exigez de vous de la vigilance quant au roulement que vous pourrez donner à la balle.

L’utilisation systématique du sandwedge compliquera les choses, la pente engendrant une ouverture de la face plus importante, éloignant par principe votre point de chute, sachant que votre balle roulera moins.

Le rough

Autour du green l’herbe peut vous jouer des tours. Une balle enfoncée dans le rough ou encore surélevée par celui-ci nécessitera une attention particulière.

Le grain contre ou avec pourrait également vous compliquer la tâche en fonction de la situation.

La balle enfoncée dans le rough forcera le joueur à utiliser le sandwedge, même s’il avait pu faire un coup roulé avec son fer 7.

Il sera même très important d’éviter à chercher un coup roulé avec un club trop fermé.  Préférer ouvrir un peu la face du club pour qu’elle ne se referme pas.

Cet élément engendre un point de chute qui sera forcément plus loin et plus difficile à atteindre, ce qui rendra le coup plus difficile qu’il ne l’est encore.

Vous pourriez retrouver votre bien posée sur l’herbe.

A première vue pas de danger, soyez vigilant dans cette situation à ne pas passer sous la balle.

Privilégiez un club ouvert, si la balle est vraiment surélevée, envisagez de jouer la balle comme sur un tee, dans l’esprit de la traverser en remontant.

Un mouvement trop descendant couplé à une face trop ouverte peut vous faire passer sous la balle.

Le grain de l’herbe

Il peut avoir une grande importance, l’herbe couchée vers ou contre l’objectif, nécessite une attention particulière.

Si le grain est contre, le risque d'erreur de contact s’amplifie, favorisez un club ouvert, pour vous servir du rebond du club.

Ouvrez légèrement votre face de club, et tentez de ressentir la semelle du club vous aider à ne pas le planter.

Dans le cas d’un grain avec, la situation se simplifie et vous permet d’envisager plus facilement différentes solutions. En effet, votre club glissera facilement sur l’herbe rendant les choses plus simples.

Dans les bunkers

Votre balle glissera dans un bunker au bord du green, malgré l’excellent coup de fer, que vous venez de réaliser, se logeant dans une pente ou encore dans une trace de pas (on ne ratisse plus en ce moment !!!) ou se pluggera. 

Le bunker représente le seul obstacle du jeu dans lequel il faut jouer sa balle. Les statistiques montrent que les champions n’ont pas une réussite si impressionnante que cela.

La raison en est que la plupart du temps, il y a toujours une complication inattendue, se retrouver dans une pente importante, on en voit régulièrement jouer avec un pied en dehors du bunker.

Ou encore se plugger ou malheureusement se loger dans une trace de râteau ou de pas (en tout cas pour les amateurs, subissant la mauvaise utilisation du râteau quand il est utilisé !). La profondeur de ceux-ci rend aussi un bon nombre de coups très difficiles.

Ces paramètres rendant ce coup plus difficile que sur l’herbe explique pourquoi il est toujours préférable de se retrouver sur l’herbe, pour les amateurs en tous cas.

Les conséquences des pentes sur les trajectoires seront les mêmes que sur les autres coups. En revanche, un balle enfoncée voir plugger nécessitera un ou deux ajustement.

Préférez laisser votre club square, voir même fermé, de sorte que votre tête de club puisse s’enfoncer dans le sable.

Votre balle devrait sortir du bunker avec une trajectoire un peu plus basse, mais surtout ne quasiment pas avoir d’effet.

Vous remarquerez que la balle ne tourne quasiment pas sur elle-même.

Quand elle touchera le sol, suivant sa hauteur aucun effet ne pourra la stopper, ce qui entraînera un roulement important.

Evitez de jouer dans l’axe d’un autre bunker de l’autre côté du green. Vous risqueriez d’avoir une autre sortie de bunker à réaliser. 

L’état du sable est également un autre élément à prendre en compte, il peut être sec, mouillé, il peut y en avoir beaucoup ou peu, rendant la situation plus ou moins compliquée.

Dans le cas d’un bunker avec beaucoup de sable, privilégier une face de club bien ouverte, restez vigilant lors de la traversée, que votre face de club conserve son ouverture, afin de profiter au maximum du rebond de votre sandwedge.

Si le sec est tassé ou humide, n’ouvrez pas trop la face du club. Le rebond pourrait vous jouer des tours ne permettant pas au club de passer sous la balle dans le sable.

Vous l’aurez compris, quel que soit votre coup, il est indispensable de s’adapter à la situation proposée. Cela nécessite des ajustements à votre position de départ mais aussi une vigilance lors de votre swing ainsi qu’un travail afin d’ajuster ses sensations dans les différentes positions.

Même un robot parfaitement réalisé nécessitera des ajustements au moment de la préparation du coup pour ajuster son positionnement, son alignement face aux complications proposées par ces lies nécessitant une vigilance de chaque instants.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)