Posté par le dans Pros, Enseignants et Coachs de golf

Le caddie de golf utile? L'alchimie entre un pilote et son co-pilote!

Deuxième partie de notre article écrit à quatre mains, avec Yannick Baduel, rédacteur pour JeudeGolf.org et le consultant Charles Dubois, cadet sur l'European Tour, sur le sac du pro français Raphael Jacquelin. Après un premier sujet au titre légèrement provocant "Les caddies professionnels sont-ils vraiment utiles ?",Charles poursuit le récit de son expérience, et de ses conseils pour mieux jouer au golf, en compétitions, et sous pression du résultat. En fin de compte, ce deuxième sujet apporte naturellement la réponse au premier...

Découvrez nos formules d'abonnements

La reconnaissance d'un parcours de golf le mardi

...Comme à chaque fois, cela commence par aller “marcher” le parcours.

La plupart du temps seul, sans le joueur, pour valider les informations dont on dispose sur le carnet de parcours.

On va en profiter pour ajouter des informations complémentaires, comme un autre départ possible, une boussole manquante, les zones de réceptions des mises en jeu, quelques pentes non indiquées, des distances supplémentaires, des ajustements par rapport aux choix probables du joueur.

Toutes les informations seront les bienvenues. 

On profitera également de ce moment pour regarder les autres joueurs à l'entraînement, pour évaluer le comportement des balles sur les greens ou encore pour valider un choix de stratégie, en observant un joueur ayant le même type de jeu que son joueur.

On peut aussi envoyer quelques balles à la main pour valider des situations de jeu.

Par exemple, sur une attaque de green avec un rough pouvant arrêter la balle avant l’eau, il sera déterminant de savoir si la balle risque réellement d'aller dans l’eau ou pas.

De la même manière, il faudra valider ce que pourrait engendrer un green fortement en pente sur le roulement de la balle, ou l’incidence d’une grosse pente devant un green.

C’est également le moment de regarder comment se comportent les balles à la retombée d’un drive, de voir comment sur les greens la balle va se comporter, pour ajuster la profondeur des coups qu’il faudra jouer. 

Il faudra en moyenne 3 heures pour faire le tour du parcours, et ce moment est très important, au calme sans autre chose à faire. 

La suite se déroulera avec le joueur, généralement le mardi, sauf s’il joue le Pro-Am, ce qui peut nous amener à attendre le mercredi pour faire la reconnaissance.

Certains joueurs feront les deux, reconnaissance le mardi et Pro-Am le mercredi.

Il est important de garder de l’énergie, la plupart des joueurs participant au Pro-Am ne feront du coup que 9 trous le mardi.

Un échange aura lieu avec le joueur sur les particularités constatées.

La reconnaissance en jouant permettra de tester des options stratégiques, valider une préférence, tester un club sur le parcours, valider le choix du fer 2 ou de l’hybride par exemple.

Il n’est pas rare de partir avec 18 clubs dans le sac. 

Derniers ajustements

Viennent ensuite les séances d'entraînement, elles seront organisées en fonction du déroulé prévu pour la semaine.

Suivant l’organisation souhaitée par le joueur, les entraînements s'enchaîneront avec les reconnaissances.

L’ensemble des situations de jeu à venir seront travaillées, sur le putting green, sur les zones d’approches, dans le rough, sur le fairway, dans le bunker, et bien sûr au practice, pour les derniers réglages du swing.

Le plus important sera de trouver la meilleure adaptation aux situations de la semaine, type de sable, d’herbe, vitesse des greens, si l’on joue un links ou un parcours en forêt, si la semaine s’annonce venteuse, froide, pluvieuse ou très chaude.

La priorité sera portée sur le comportement de la balle au sol, autrement dit à la dureté des greens, à leur roulement, le type d’herbe, le type de sable dans les bunkers.

Un ajustement des distances sera peut-être nécessaire en fonction de l’altitude du parcours, ou aux conditions de jeu particulières annoncées pour la semaine.

L’utilisation d’un instrument de mesure type TrackMan devient alors indispensable.

Cet outil, utilisé par beaucoup de joueurs, est prioritairement utilisé pour valider les distances parcourues par le joueur. 

Le Trackman va aider à arbitrer le choix de jouer tel ou tel club par rapport à la semaine à venir.

Cela permet de calibrer les distances parcourues dans les situations particulières, comme c’est le cas à Crans-sur-Sierre en septembre, où le vol de la balle va être fortement impacté par l’altitude.

L’heure de jeu, la température seront également des facteurs qu’il nous faudra prendre en considération.

L'entraînement se verra en grande partie dicté par ces phénomènes, avec lesquels il faudra composer. 

Jeudi 1er tour !

Généralement, on se retrouve 1h à 1h30 avant le départ, le joueur ira déjeuner, puis s’échauffer durant 15 à 20 minutes, de sorte à être en mesure de pouvoir jouer immédiatement.

La plupart du temps, ce travail est réalisé dans le physio truck du Tour, ou dans une salle mise à disposition pour cela.

Des physios sont là pour assister les joueurs dans leur échauffement ou lors de leur séance de récupération. 

Quand on attaque la partie golf, le rendez-vous s’effectue souvent au putting green pour démarrer, s’en suivront les approches, sorties de bunker puis le practice.

L’objectif de cet échauffement sera aussi de s’adapter à la particularité du moment : un matin très humide peut avoir faire évoluer les conditions de jeu.

L’herbe et les bunkers seront peut-être un peu différents des jours d'entraînements, les greens un peu plus souples autant d’informations qu’il est important de saisir avant le départ, pour réaliser les derniers ajustements au carnet de parcours.

La veille, j’aurais complété mon carnet de parcours, en indiquant les positions de drapeau, en imaginant un scénario en fonction du vent annoncé, des probables départs que nous aurons à jouer. 

Si le départ est l’après-midi, il n’est pas rare, d’aller faire un tour sur le parcours, pour valider une position de drapeau douteuse, un départ avancé, la réaction des balles sur les greens.

Toutes ces informations seront autant de surprises en moins, lors du tour à suivre. 

Enfin, arrive l’heure du départ, on prépare la boisson énergétique, les bananes ou les barres de céréales.

La plupart des joueurs auront définit un protocole d’alimentation sur le parcours.

Le caddie aura en charge de vérifier que le joueur s’alimente bien.

Tout ce qui peut être contrôlé, le sera, suffisamment de choses ne le sont pas à ce jeu. 

On enfile la chasuble, c’est parti.

La routine de jeu

L’échange à chaque coup se fera en grande partie de la même façon.

On commence par évaluer la situation générale du coup, le lie de la balle, le vent, la distance à réaliser pour atteindre le drapeau, mais également la distance minimum à franchir pour ce bunker devant le green, la distance du fond du green derrière le drapeau, les marges à droite ou gauche, les zones préférables ou à éviter absolument (merci la reconnaissance et les notes prises).

Enfin vient la préférence du joueur, en fonction des options envisageables.

Et c’est parti, l’opération s’effectuera à chaque coup. 

Entre les coups, la discussion portera sur la dernière série TV à la mode, le dernier match de foot, un échange sur une option de jeu, ou de ce que l’on aura dîner la veille.

Il s’agit de se relâcher un peu, l’objectif étant de conserver le maximum d’énergie pour les coups à venir, et de préserver sa lucidité tout au long de la partie.

Il est important de rester dans le moment présent au maximum, et par conséquent, d’orienter son attention sur autre chose que la qualité de la partie en cours. 

On fera des bons choix, et des mauvais, des bons coups et des mauvais, on le sait…

Plus on restera sur la meilleure réponse à donner au coup suivant, plus on aura de chances d’en réaliser des bons.

J’aurais également à reporter les données des différents coups réalisés pour établir les statistiques après la partie.

Fin de la 1ère partie / cool down

La partie est terminée, le résultat bon ou mauvais est établi, il est temps d’aller déjeuner, goûter ou dîner, mais rarement sans avoir été faire un tour au practice pour débriefer, et faire la petite séance de décrassage.

L’objectif est généralement de faire quelques swings, pour ancrer les bonnes sensations du jour, refaire un ou deux exercices nécessaires pour affiner une sensation, ou encore rejouer quelques coups manqués pour trouver une solution.  

Le joueur partira à son hôtel souvent pour la séance physique du jour, si elle n’a pas été faite le matin.

En effet, le joueur aura généralement 4 à 5 séances physique dans la semaine, liées à sa préparation physique, qui s'organisent en fonction du jour de la compétition, du moment dans la saison, parfois même en fonction de la compétition.

Certains joueurs se servent de “petits tournois” pour préparer des échéances plus importantes à venir.

De mon côté, ce sera le moment de rentrer les statistiques de la journée, et enfin profiter un peu avec les copains caddies. 

Cet entre-deux tours, permet également de faire le point sur la journée, en règle générale ce point est fait lors du passage au practice après la partie, mais si le temps presse à cause d’un départ tardif, et d’un réveil très matinal le lendemain, il sera réalisé le lendemain matin à l’échauffement.

Certains joueurs aiment prendre du temps pour établir le scénario des options de jeu du lendemain en fonction des positions de drapeaux, et des modifications de départs.

Le caddie et le joueur passent beaucoup de temps ensemble durant la semaine, il est donc préférable de ne pas être 100% du temps en commun.

Vider son sac est parfois nécessaire, pour le joueur et le caddie. 

C’est pourquoi, des player’s lounge et caddie lounge sont à disposition pour permettre à tout le monde, sa trêve, parfois indispensable.

De la même manière, les joueurs logeront souvent à l’hôtel officiel, quand les caddies partageront une chambre ou loueront une maison en commun pour la semaine. 

Il est assez rare de retrouver les joueurs le soir, bien que parfois une opportunité se présente de partager la semaine avec son joueur, ce qui peut également être l’occasion d’échanger davantage sur différents sujets. 

Vous l’aurez compris le travail du caddie ne se limite pas à porter un sac ou laver les clubs, mais est bel et bien un atout nécessaire pour le joueur.

Tout un travail de l’ombre sera effectué par le caddie, de sorte que la performance du joueur soit optimale.  

Tout un tas de petites choses plus ou moins importantes, plus ou moins chronophages qui assisteront le joueur qui n’aurait pas forcément suffisamment de temps, pour faire ce travail indispensable de reconnaissance du parcours notamment.  

L’alchimie entre ces deux acteurs, en quelque sorte le pilote et son co-pilote, est indispensable à éprouver puisqu’elle est directement liée à la performance de cette équipe.

Enfin la relation avec le staff du joueur est essentielle puisqu’il sera en quelque sorte le répétiteur des coachs.

Parfois même à l’origine d’un nouveau processus de travail, lié à la lecture des statistiques enregistrées ou aux échanges et observations relatées, lors d’une période de compétitions.  

Il serait souhaitable que l’ensemble des joueurs et joueuses puissent profiter du travail d’un caddie tout au long de la saison, mais cela reste une charge importante, qui nécessite des gains conséquents ou des partenaires généreux.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 2 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.