Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Circuits PRO de golf

Open Saint-Omer 2015: Faire les bons choix, taper les bons coups

Open Saint-Omer 2015 : Faire les bons choix, taper les bons coups

Pour le leader, Sébastien Gros, la recette d’une bonne performance sur le parcours du Val, à Saint-Omer, tient dans le fait d’aimer ce parcours, pourtant, souvent décrié par les pros, et dans le fait de faire les meilleurs choix possibles, et taper les meilleurs coups possibles. Ce conseil de son coach Benoit Teilleria, il l’a encore appliqué à merveille au cours du troisième tour.

Sommaire de ce sujet consacré au 3ème tour de l’Open de Saint-Omer

  1. Sébastien Gros s’est donné les moyens de contrôler le tournoi
  2. Des rivaux potentiels qui viennent des Antipodes
  3. Les fortunes diverses des autres joueurs français engagés à Saint-Omer

Sébastien Gros s’est donné les moyens de contrôler le tournoi

Dimanche, c’est avec 7 coups d’avance que le Lyonnais Sébastien GROS prendra le départ du dernier tour du Najeti Open, tournoi français comptant pour le Challenge Tour.

Auteur d’un magnifique 67 samedi, Sébastien Gros a mené la danse tout au long de la journée.

Il a enchainé les birdies à partir du trou 5. Un bogey s’est juste intercalé au 8.

Au départ du 10, Sébastien avait déjà six coups d’avance sur son premier poursuivant le Sud-Africain Justin Walters.

WALTERS est dans un très bon rythme à ce moment de la partie, il gagne sept coups en sept trous (birdie au 7, 8, eagle au 9, puis birdie aux trous 10, 12 et 13). Walters termine finalement par deux bogeys aux trous 16 et 18 pour finir à -4 au total.

A -12 au départ du 11, Sébastien perd un point avec un bogey sur ce trou, le dernier de sa partie.

Il accumulera ensuite de très bons Pars aux trous 12, 13, 14, 15, 16, belle performance compte tenu du vent qui est venu s’immiscer dans la partie, pour terminer par un birdie au 17 et un Par au 18.

« Comme disait mon entraîneur Benoît Teilleria, ce parcours il faut l’aimer alors c’est ce que j’essaye de faire. Je fais les meilleurs coups possibles, je fais les meilleurs choix possibles. Il reste encore 18 trous demain et sur ce parcours c’est très long ! »

Sébastien Gros joue pour la première fois sur le parcours du Val

Son ami d’enfance Arnaud Garrigues qui le caddeye cette semaine a déclaré « On se connaît depuis l’école de golf quand nous avions 10 ans. Il est à son plus haut niveau. On a neuf coups d’avance sur notre objectif ! Le but était de jouer sous le Par à chaque tour. Sébastien a la tête froide, il accepte, il prend ce qui vient. Je suis confiant pour demain ».

Des rivaux potentiels qui viennent des Antipodes

Ce samedi, Sébastien Gros a marqué les esprits et porté son total personnel à -12, avec sept coups d’avances sur des golfeurs venus des Antipodes.

L’australien Terry PILKADARIS, leader du premier tour est parvenu à s’accrocher avec un score de 70 qui lui permet d’occuper la deuxième place ex-aequo avec un voisin, néo-zélandais, Ryan Fox qui joue pour la première fois en Europe.

Ryan Fox à Saint-Omer

FOX, auteur d’un très bon 68 est la surprise de la journée.

Interrogé après sa belle prestation, ce dernier s’est déclaré ravi d’être là, et de jouer contre de très bons joueurs européens.

FOX comme PILKADARIS ont encore une petite chance d’aller chercher le français, mais il leur faudra démarrer tout de suite très fort, et viser un score très bas, comme par exemple un 65 alors que Sébastien ne devra pas jouer mieux que le par.

Autant dire que sauf accident, cela s’annonce très compliqué.

C’est tout le bénéfice de ces trois premières journées toutes jouées très bas sous le par de la part de Sébastien, pour qui la plus grosse difficulté sera de rester concentré sur les 18 derniers trous, et avec la même attitude depuis le début du tournoi, à savoir l’humilité, la prudence, et ce qu’il fait déjà mieux que tout le monde, taper les meilleurs coups possibles.

Les fortunes diverses des autres joueurs français engagés à Saint-Omer

Derrière, Thomas Linard est encore dans le coup, pointant au septième rang à -3 après une journée de samedi plus difficile pour lui.

Avec une journée dans le par, il a pourtant assuré l’essentiel pour viser un top-10 sur ce tournoi du challenge tour.

Un dernier gros effort dimanche, et il pourrait même aller accrocher une place sur le podium.

Pourquoi pas un doublé français, plus de dix ans après la dernière victoire française ?

Sébastien Gros en route vers la victoire à Saint-Omer ?

Dernière victoire française qui remonte à 2004 avec Philippe LIMA, sauf que celui-ci porte désormais les couleurs du Portugal.

Enfin, dans les autres faits à noter sur ce troisième tour, la présence de Javier Ballesteros dans le top-10 du tournoi est un petit événement en soi (-2 total).

Le belge Hugues Joannes, leader du premier tour s’est maintenu en bonne position (septième à -3), et le feu follet du second tour, Stiggy Hodgson a souffert samedi avec une carte de 73 pour reculer à la quatrième place du classement en -4.

Côté français, et en dehors de nos deux principales chances, sur les 13 joueurs qui ont passé le cut, Anthony Snobeck pointe au 21ème rang avec François Calmels dans le par, et devançant d’un coup Christophe Brazilier et Edouard Dubois.

Baptiste Chapellan a connu la plus grosse désillusion du jour avec un score de 77 qui l’a fortement fait reculer au classement général (47ème à +3) alors qu’il pouvait se battre pour une place dans le top-10.

Pour terminer, un mot sur le vainqueur de l’édition 2014 et tenant du titre, l’espagnol Jordi Garcia Pinto, qui, cette année est très loin du compte, pointant en toute fin du classement des 75 qualifiés après le cut, en +5.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.