Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Conditionnement positif à la compétition de golf

Comment bien se conditionner avant le début d'une compétition de golf ? Première compétition ou challenge que vous vous fixez ? Des conseils de notre préparateur mental - Antoni Girod - pour aborder idéalement cet évènement, et vous dépasser.

Jouer au golf en pleine confiance !

Dans l'article précédent, Antoni nous présentait la meilleure façon de s'entraîner au practice avant une compétition de golf.

C'est le grand jour ! Soyez prêt et confiant !

Ci-dessous, il poursuit son approche en abordant la façon de se conditionner positivement avant le début d'une partie de golf, qui compte pour le classement de son index.

Vous vous êtes entraîné durant des semaines et des mois. Vous avez pris le temps d’effectuer un parcours de repérage et d’élaborer une stratégie de jeu.

Vous avez même poussé votre préparation jusqu’à visualiser votre plan de bataille et à peaufiner votre technique au practice la veille de la compétition.

Il serait dommage que le jour du tournoi, tous vos efforts soient réduits à néant par des accès de doute, de déconcentration, d’énervement ou de découragement.

Fort heureusement, il existe une méthode de préparation mentale visant à programmer des états internes positifs en vue de la compétition.

Les états internes les plus utiles en compétition sont : la Confiance, la Concentration, le Calme et la Combativité.

Nous les appellerons pour simplifier les 4 C.

L’idée générale est d’accrocher ces états internes positifs au contexte précis du tournoi.

Le contexte comprend quatre éléments :

  • le lieu du tournoi (le Golf, le club-house, les différents trous),
  • le moment du tournoi (le jour et l’heure du départ),
  • les personnes présentes sur le tournoi (proches, coach, partenaires, public),
  • le matériel utilisé (sac, gant, clubs, balles, tees).

La méthode consiste, la veille ou plusieurs jours à l’avance, sélectionner parmi les 4 C le ou les états internes que l’on désire ressentir durant le parcours, puis à s’isoler dans un endroit tranquille pour bien se plonger dans l’état interne désiré jusqu’à le ressentir de manière intense.

Enfin, tout en restant en contact avec cet état interne, il ne reste plus qu’à penser tour à tour au lieu, au moment, aux personnes et au matériel liés au contexte.

Cela va créer une neuro-association entre l’état interne positif et le contexte.

La simple évocation du contexte suffira ensuite déclencher l’état interne positif.

Le fait d’arriver sur le lieu du tournoi, à l’heure du départ, de voir les personnes présentes autour de soi et de prendre son sac avec ses clubs va agir comme un déclencheur automatique de confiance, de calme, de concentration ou de combativité.

Pour illustrer concrètement le processus de cette méthode, prenons un exemple lié à la confiance.

Imaginons que je veuille me sentir en confiance lors du premier tour du tournoi. Je suis arrivé la veille. Je viens d’effectuer mon parcours de repérage.

Je me trouve en ce moment dans ma chambre d’hôtel. Malgré le sérieux de ma préparation, je ressens une pointe de doute qui ne me plaît pas.

Tout d’abord, je vais prendre le temps de me mettre en confiance.

Pour cela, c’est très simple : je fais comme si j’étais ici et maintenant en confiance.

Si j’étais en confiance, comment est-ce que me sentirais ? Comment est-ce que je me tiendrais ? Comment est-ce que je marcherais ?

En fait, Il faut retrouver les caractéristiques propres à la confiance en mettant en place :

  • les bons gestes
  • la bonne posture corporelle
  • le bon rythme et l’amplitude respiratoire
  • le bon tonus musculaire lié à la confiance.

Comme un acteur, je me glisse dans la peau du personnage que je veux incarner : un joueur de golf en pleine confiance.

Une fois que je me sens réellement en confiance, tout en conservant le langage du corps décrit plus haut, j’imagine mon arrivée au club.

Se conditionner positivement avant une partie de golf !

Si mon départ est à 10 heures, je me vois arriver vers 9 heures sur le parking, sortir mon sac et me diriger vers le club-house.

Tout en visualisant cela, je continue à respirer amplement dans ma chambre d’hôtel en soignant mon port de tête et en dégageant mes épaules en arrière.

Puis je peux penser aux différentes personnes que je peux être amené à rencontrer ou à côtoyer au cours de cette première journée.

Je me projette mentalement ensuite sur mon échauffement au practice tout en maintenant mon langage du corps de confiance.

Si j’ai mes clubs à portée de main dans ma chambre, je peux, tout en restant en contact avec mon état interne de confiance, saisir ceux avec lesquels je veux me sentir en confiance pendant le tournoi et prendre le temps de les charger positivement.

Enfin, je peux me voir au départ du 1, puis penser à différents trous sur lesquels je désire me sentir particulièrement en confiance.

Et tout en continuant à respirer avec confiance et à marcher avec assurance dans ma chambre, je revois en détail la configuration de ces trous, l’emplacement des obstacles, le green et le drapeau.

Je termine ma séance de conditionnement positif en ayant une pensée globale par rapport aux différents éléments du contexte de cette journée associée à l’état interne de confiance que je continue à activer ici et maintenant dans ma chambre d’hôtel.

Ma préparation est à présent achevée. Je peux ressentir l’a priori positif que je viens d’installer et qui se prolongera tout au long du parcours le lendemain.

Cet exemple était centré sur la confiance.

Il est bien sûr possible d’effectuer le même conditionnement avec le calme, la concentration ou la combativité. Il me suffira simplement de modifier mon langage du corps avant d’évoquer le contexte de la compétition.

  • Pour le calme, je peux fermer les yeux et adopter une respiration calme, abdominale, en insistant sur l’expiration que je fais durer beaucoup plus longtemps que l’inspiration. Je peux aussi m’allonger sur mon lit et me détendre musculairement tout en évoquant le contexte du lendemain.
  • Pour la concentration, il me suffit de fixer mon regard sur un point qui se trouve autour de moi dans la chambre et de penser au contexte tout en restant focalisé sur ce point.
  • Pour la combativité, je procède de la même manière en ponctuant mon évocation mentale de pumpings énergiques du poing et d’expirations brèves, explosives et sonores, voire même de cris guerriers comme “Allez!”.

Il est également possible de faire un mélange des 4 C en les appliquant de manière sélective aux différents éléments du contexte.

C’est un peu comme si je versais mentalement un super cocktail d’états internes positifs dans le shaker géant que représente le contexte de mon tournoi.

Ainsi, en préparant mon sac la veille du tournoi, je peux le remplir de clubs, de balles, de tees, d’une bouteille d’eau et de barres de céréales. Mais je peux aussi en profiter pour y ajouter de bonnes doses de confiance, de concentration, de calme et de combativité.

Ce moment incontournable de la préparation du sac devient l’occasion d’un auto-conditionnement positif pour le lendemain.

La bonne attitude mentale sur le parcours de golf

Ne pas mettre en place des habitudes d'auto-conditionnement négatif !

Il est intéressant de noter que les joueurs “fragiles“, qui ont tendance à craquer mentalement en compétition, mettent en place de manière inconsciente et involontaire des habitudes d’auto-conditionnement négatif.

Ils passent les jours qui précédent leur tournoi accrocher des états internes négatifs au futur contexte compétitif. Ils se persuadent qu’ils ne “sentent” pas leur putter ou leur driver.

Ils se découragent à l’avance par rapport au parcours qui est “injouable”. Ils s’énervent à l’idée de retrouver telle ou telle personne qu’ils ne peuvent pas voir. Et bien sûr ils maudissent leur heure de départ qui ne correspond pas à leur rythme biologique.

Ils réussissent ainsi à élaborer une stratégie de préparation très efficace pour échouer !

Soyons donc très attentifs à notre approche mentale d’un tournoi.

Et sachons qu’il est en notre pouvoir de désactiver d’éventuels états internes négatifs et d’installer à la place des états internes positifs : les 4 C.

Antoni Girod, Consultant préparateur mental sur JeudeGolf.orgAuteur : Antoni Girod est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le mental dans le domaine du tennis et du golf : « Golf : préparation mentale », et «Tennis, la préparation mentale ».

Pour contacter Antoni : agirod@agperf.com

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
Melebeck
0 #1 Melebeck 06-12-2014 18:11
Golfeur depuis 10 ans avec un hcp de 8.5 je suis toujours a la recherche de meilleures performances
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.