Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

McIlroy: De meilleurs yeux pour un meilleur putting

McIlroy: De meilleurs yeux pour un meilleur putting - Crédit photo : Mark Newcombe

Le nord-irlandais Rory McIlroy a décidé de mettre à profit sa coupure entre le mois de novembre et la mi-janvier pour passer sur le « billard » et se faire opérer des yeux. Se considérant pourtant comme un bon lecteur de greens, le numéro deux mondial a voulu mettre tous les atouts de son côté ! Mais où faut-il porter son attention quand on veut être un bon putter ? Qu’est-ce que le cas McIlroy nous apprend sur la visualisation au putting ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Sommaire de ce sujet consacré à la visualisation au putting

  1. Le cas McIlroy !
  2. Pourquoi la vision est-elle aussi déterminante au putting ?

Le cas McIlroy !

Dans la foulée de son succès sur la race 2015, Rory a subi une intervention chirurgicale au niveau des deux yeux auprès de l’institut Mayo basé aux Etats-Unis.

L’intervention au laser dite LASIK a pour objet d’extraire un montant défini de tissu de la cornée.

A chaque impulsion du laser, un petit bout de cornée est enlevé, dans le but d’aplatir sa courbure.

Dans la plupart des cas, l’opération est pratiquée dans la journée et sur les deux yeux.

Avant de procéder à une telle opération, le médecin interroge le patient sur les risques acceptés et les bénéfices désirés, examine les yeux à la recherche d’infections ou d’inflammations.

Il va aussi mesurer la cornée, son contour, sa finesse, et ses irrégularités pour déterminer où doit porter l’intervention.

Passé cette étape, l’opération ne dure généralement pas plus de 30 minutes. Le patient est sur le dos et sur une chaise inclinée. On lui administre un produit relaxant.

A la fin de l’opération, les yeux sont secs, et même brûlants, pour ne pas dire douloureux.

Cependant, le patient retrouve très rapidement une vue complète.

Durant la nuit qui va suivre, il est recommandé de porter un petit bouclier sur les yeux, et c’est ce qui a occasionné la photo prise par McIlroy lui-même pour la poster sur les réseaux sociaux.

Il faut deux à trois mois pour que la vue se stabilise totalement derrière une telle opération.

McIlroy aurait repris un entraînement soutenu seulement la semaine dernière à Abu Dhabi pour préparer le tournoi de cette semaine.

Résultat, après seulement un tour, Rory a signé une carte de 66 pour occuper la troisième place provisoire, deux coups devant son rival américain, Jordan Spieth.

Il y a eu un précédent, et il ne faut pas chercher très loin le modèle de McIlroy.

En 1999, Tiger Woods a subi la même intervention et dès son premier tournoi de reprise, il s’est imposé !

Huit ans plus tard, il renouvela l’opération dans une sorte de mise à jour, et dès le tournoi suivant, il expérimenta de nouveau la victoire !

McIlroy : les yeux de la victoire !

Interrogé sur cette opération, Rory a déclaré « Définitivement, cela rend les choses plus précises, surtout en-dessous de 50 mètres. J’ai toujours eu le sentiment d’être un bon lecteur de greens, mais peut-être pas aussi bon qu’il faudrait l’être. C’est pour cette raison que j’ai décidé de franchir le pas. »

A l’inverse, McIlroy n’a pas trouvé une grosse différence concernant le jeu long.

Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour remporter le Masters ?

Car tel est toujours l’objectif du numéro deux mondial puisqu’il n’y est pas parvenu l’an passé.

Et cette année, amusé, il n’a pas besoin d’écrire ses objectifs sur un papier pour les montrer aux yeux du monde.

« J’ai le sentiment que je suis mieux équipé maintenant. J’ai un peu plus d’expérience sur comment abordé le tournoi. Jordan va devoir défendre sa veste verte, et ce ne sera pas la même affaire pour lui.

Pourquoi la vision est-elle aussi déterminante au putting ?

Nous avons interrogé notre consultant, Michel Delbos sur ce qu’il faut regarder au putting.

Où regarder ?

Vous avez deux écoles qui s’opposent. Ceux qui prétendent qu’il faut porter le regard sur la balle, et par opposition, ceux qui prétendent qu’il faut regarder tout sauf la balle !

Tous s’accordent seulement sur le fait que changer son point de vision pendant le putt est catastrophique.

Pour ma part, je dirais qu’il ne faut pas suivre le putter quand ce dernier est déplacé vers l’arrière, et le chemin de la balle une fois que la balle est tapée.

Si vos yeux se déplacent, il y a de grandes chances que votre tête suive le mouvement, et par conséquence, la partie supérieure de votre corps aussi !

En conservant votre regard fixe (sur la balle pour ma part), puis sur sa position après le putt, vous avez plus de chances de maintenir le point fixe et déterminant de votre stroke stable, à savoir la tête.

Pourquoi la vision est-elle aussi déterminante au putting ?

De l’aveu du docteur Joan Vickers de l’université de Calgary, les meilleurs putters ont des « yeux calmes ».

Ce qui veut dire qu’ils gardent leurs yeux fixes quelques instants avant l’impact et après.

A l’inverse, les mauvais putters déplacent leurs yeux rapidement, ne parvenant pas à fixer leur regard sur un emplacement spécifique.

Alors faut-il regarder la balle ?

Vous pouvez fixer une ligne sur le sommet de la balle, le numéro, ou l’arrière de la balle. Ceci dit, ce n’est pas la meilleure solution.

Des recherches ont démontré que quand les golfeurs se concentrent sur l’arrière de la balle, le cerveau veut instinctivement suivre la balle après l’impact.

Ce qui comme écrit plus haut peut vous inciter à déplacer la tête, et à taper la balle plutôt que de la pousser délicatement.

Regarder le trou ?

C’est plus facile d’exécuter un geste fluide en regardant le trou plutôt que de garder les yeux vers le sol.

L’idéal serait de regarder le trou, et non pas la balle, jusqu’au moment de taper la balle…cependant, cette solution n’est pas si simple du fait que le trou est rarement le point de visée idéal !

En effet, sur un green, il y a des pentes qui doivent être prises en compte pour amener la balle jusqu’au fond du trou !

Le fait de regarder le trou vous donne un certain sens de la distance, mais pour la précision, vous avez généralement besoin d’aligner la face de votre putter sur une autre cible.

Une fois au-dessus de la balle ?

Le célèbre coach Dave Stockton, un maître du putting aux USA, avoue porter son regard quelques centimètres sur un point devant la balle. Point qui se trouve aussi en direction de la cible, et jusqu’à la fin du coup avec pour objectif de voir la balle rouler sur ce point.

Cette méthode a pour but d’éviter de donner un à-coup à la balle pour au contraire la caresser, et la pousser vers la cible.

Derrière la balle ?

Un grand nombre de golfeurs laissent un petit espace entre la balle et le putter, ce qui leur permet de se concentrer sur un petit bout de gazon entre les deux.

En gardant les yeux collés sur ce petit écart, ils conservent leurs têtes stables pendant l’exécution du coup.

En conclusion, quel que soit l’endroit où vous portez votre regard, le secret d’un bon putting est de conserver un regard fixe pendant le coup, en vue de maintenir la stabilité de la tête, et du haut du corps.

Bon golf !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.