Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

David Orr: L'enseignant chercheur nouvelle référence dans le domaine du putting

David Orr: Une source d’inspiration pour les enseignants et les pros en matière de putting - Crédit photo : Michael Wade/Icon Sportswire

Invité par la PGA France à l’occasion de sa conférence national sur le putting organisée en novembre au Golf du Vaudreuil par Guillaume Biaugeaud, le coach David Orr a littéralement séduit son auditoire, et notamment notre consultant Alexandre d’Incau, clubfitter à Seignosse et présent sur place pour cet événement. L’occasion pour nous de s’intéresser à son profil, et sa pédagogie, qui en font l’un des enseignants les plus cotés actuellement dans le monde.

Découvrez nos formules d'abonnements

Créateur de la Flatstick Academy, coach et consultant pour l’European, le PGA et le LPGA Tour, David Orr est un spécialiste du putting qui a déjà coaché plus d’une cinquantaine de golfeurs et golfeuses professionnelles, et notamment Justin Rose et Francesco Molinari, sur près de 25 ans de carrière.

Junior, David Orr admet avoir pris peu de cours de golf, mais réussi à devenir un golfeur scratch en un minimum de temps. Il est surtout tombé amoureux de la technique, et s’est très vite entouré de compétences pour se nourrir en tant que coach.

David Orr se fait fort de toujours étudier et de toujours apprendre.

Il fonde son fonctionnement intellectuel et professionnel sur trois moteurs : L’anatomie du golfeur, les mécanismes de l’apprentissage, et le marketing de l’enseignement.

Pour l’anatomie, David Orr reconnait que l’enseignement du golf commence déjà par la compréhension du corps et de son fonctionnement.

Pour l’apprentissage, il s’intéresse sur le comment l’élève apprend et acquière des compétences.

Pour le marketing, et cela peut paraître curieux ou courageux, il s’évertue à apprendre comment peut s’optimiser la façon d’être reconnu comme enseignant dans le monde réel.

Il n’oublie pas que l’expérience est bien entendu extrêmement importante.

Il ajoute que c’est en fait une combinaison d’enseignements et d’expériences qui peut aider le coach à exceller dans son travail, et sa relation avec les élèves.

Excellence et perfectionnisme sont deux mots clés essentiels dans son travail. Il cherche en permanence le bon équilibre entre ces pôles.

« Il y a toujours un principe au cœur de toute chose, mais la beauté repose sur l’adaptabilité. Il n’y a pas d’amour dans le perfectionnisme, et parfois, cela conduit à des résultats décevants. »

Pour illustrer ce propos, il prend en exemple le fait que les analyses 3D montrent très bien que vous ne pouvez pas répéter deux fois le même swing, et même votre set-up à l’adresse n’est jamais deux fois exactement le même.

De là, il tire sa maxime préférée « Il faut qu’il y ait de l’adaptabilité par rapport à la variabilité de toute chose. »

C’est particulièrement dans le domaine du putting qu’il a acquis une très grande renommée.

Il a aussi investi beaucoup de temps dans le domaine de la recherche en 3 dimensions, et toujours à propos du putting.

Doublé d’être un excellent orateur devant ses collègues et pairs, ce que nous a confirmé Alexandre d’Incau, littéralement ébloui par l’enseignant.

Cela lui vaut d’être régulièrement invité dans différents sommets ou conférences aux USA ou en Europe, pour présenter ses travaux sur les golfeurs évoluant sur le tour.

Avide utilisateur de la K-Vest, un système qui permet d’apprendre les mouvements de l’être humain, il mesure la signature, et la puissance des joueurs à travers des données en trois dimensions.

Cela dit, la K-VEST n’est pas une fin en soi pour David Orr, mais une étape pour aller encore plus loin dans la compréhension des mouvements du corps, afin de créer un programme d’entraînement particulièrement adapté au sujet.

Son objectif est de fournir des ressources et des feedbacks en temps réel qui vont permettre au golfeur de véritablement sentir la correction demandée.

Au cours des deux jours passés sur le Golf du Vaudreuil, la première journée, il a d’abord animé deux sessions théoriques, avant le lendemain de prodiguer des conseils pratiques aux enseignants, en se basant notamment sur l’usage d’un Sam Putt Lab et un Capto (radars dédiés au putting).

Alexandre a adoré la philosophie de cet enseignant, justement parce qu’il s’adapte à la personne, et n’enferme pas les joueurs dans une seule méthode.

Il travaille notamment sur la base des 7 fondamentaux du putting : Le stroke, les putting skills, l’état mental, votre putter, comment générer de la vitesse, la direction du balancier, et les stratégies de mouvements.

Pour Alexandre, il ne fait pas de doute que David Orr est une grosse personnalité, capable de dire à son élève ce qu’il ne réalise pas correctement, sans peur de perdre ce client, même si c’est un joueur professionnel sur le tour, et alors que justement, le plus souvent, les coachs ont parfois peur de s’opposer à la notoriété des joueurs professionnels.

David Orr revendique le fait de ne pas prendre un pro sous son aile, si celui-ci ne consacre justement pas au moins une dizaine d’heures par semaine au putting.

En 2015, toujours désireux de partager ses connaissances, il a lancé un site internet, Flatstickacademy.com

C’est là où on comprend son intérêt pour le marketing de l’enseignement. Il valorise son expertise auprès des pros, pour la mettre en avant aux yeux des amateurs ou d’autres potentiels clients.

On peut dire qu’il a un véritable talent pour mettre en scène son métier et sa personne, pour justement se placer dans la grande compétition mondiale des plus grands coachs de golf, au même titre que David Leadbetter, Dave Pelz, ou encore Phil Kenyon.

Sur son site, on peut notamment lire « Les conseils sur Internet sont une tendance d’aujourd’hui pour beaucoup d’entre nous, à la recherche de la meilleure méthode, du dernier système, ou tout simplement une astuce rapide. En conséquence, il y a des tonnes d’informations à dispositions. L’astuce est juste au bout de nos doigts. Cependant, le résultat, c’est souvent beaucoup de risques de conflits et de confusions. »

David Orr justifie ainsi la création de son site Internet. Il veut être la référence du putting en ligne. On peut dire de lui que dans ces conditions, il ajoute lui aussi sa pierre à l’édifice de la confusion sur Internet…

Il est simplement plus habile et plus « marketeur » de son offre pour se distinguer.

Il n’hésite pas à prendre le contre-pied de tout ce qui a été déjà dit sur le putting comme par exemple le fait que c’est la partie la plus simple du jeu de golf.

Au contraire, il affirme que c’est un mensonge.

Le putting demande des compétences précises à développer.

Sans surprise, il ajoute que les golfeurs devraient passer plus de temps à s’entraîner au putting, pour justement acquérir ses compétences précises.

Orr n’est plus tout à fait seulement un enseignant de golf. Il a plutôt quelque chose du chercheur ou de l’ingénieur.

Quand il analyse un putt qui dépasse le trou de par exemple 5 mètres, il vous demande si c’est la vitesse du putt qui peut être mesurée, et répond en fait que c’est bien la distance.

Pour mesurer la vitesse d’un putt, il faut compter la distance parcourue par seconde.

Le dénominateur commun de tout putt, c’est en fait le temps. Il peut parler de break, de toucher, mais la courbure d’un putt est en fait le temps de roulement du putt sur le green…

Pour lui, c’est justement ce que les golfeurs ne réalisent pas. « Prenons l’exemple d’un putt à 3 mètres avec zéro pente, aucun repère, pas de pentes, pas de break, rien… »

Il ajoute « Un degré d’ouverture de la face du putter et vous trouvez le bord droit du trou. Un degré de fermeture de la face du putter, et vous trouvez le bord gauche du trou. Maintenant, si vous ajoutez une pente de disons 2 degrés, que va-t-il se passer ? Le trou ne va faire que se rétrécir !

Le putting selon David Orr serait pure science.

Lui s’en défend, et parle plutôt de mesure. « Il y a une grande différence entre technique et précision. Je suis contre l’affirmation qui dit que le talent au putting est inné. Les grands putters ont juste appris leurs tendances, et savent les utiliser. Ils ne les combattent pas. »

Au départ, David Orr considérait le métier d’enseignant de golf comme un tout, et le mot swing coach paraissait bien adapté. Aujourd’hui, il parle plus d’entités spécialisés.

Il s’attache bien plus aux compétences des personnes. Ce sont ces compétences qui font ou défont le golfeur.

Le travail est ce que le golfeur accomplit réellement. Ne rien faire, c’est se préparer à l’échec.

Il précise sa pensée « Le cerveau fonctionne à partir de mouvements appris, de plans, et de stratégies. Vous ne faites que réagir ou appliquer un plan. Dans mon académie, nous ne donnons pas de conseils. Nous découvrons ce que vous faites. Ce sur quoi vous devez travailler. »

A en juger par les commentaires laissés sur les réseaux sociaux par les enseignants qui ont eu la chance d’assister à sa conférence au Vaudreuil, ils sont tous repartis conquis par sa vision, et son expertise. David Orr a quant à lui vanter la découverte des paysages normands, avant de déjà traverser l’Atlantique…

Crédit photo : Michael Wade/Icon Sportswire et Alexandre d'Incau

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.