Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

5 clés pour être performant dès le 1er trou

5 clés pour être performant dès le 1er trou

Combien de golfeurs amateurs arrivent à faire le par dès le premier trou d’une partie de golf ? Vaste question qu’il faut relier au handicap de jeu, à l’expérience du joueur, son niveau de concentration et/ou de connaissance du parcours, mais aussi à la façon dont il est arrivé jusque-là. C’est ce dernier point qui retient notre intérêt pour la rédaction de ce sujet, qui a nécessité la participation de plusieurs consultants dans les domaines techniques, mentaux et nutritionnels.

Découvrez nos formules d'abonnements

Se tenir prêt physiquement et mentalement avant de jouer une partie de golf est une des choses sur lequel vous pouvez en fait avoir le contrôle.

Ce qui se passe avant de jouer au golf est même complètement de votre fait, professionnel de golf, excellent joueur ou amateur du dimanche.

Pour un certain nombre d’enseignants, il y a même une cause logique et réelle entre la façon dont des amateurs préparent l’arrivée sur le tee de départ du un, et comment ils finissent par scorer sur les 18 trous !

Il existe même un exemple malheureusement célèbre pour les pros à l’Open de France 2014, quand Victor Dubuisson arriva sans échauffement et mise en condition sur le départ du un, pour y lâcher une socquette d’entrée de jeu.

Pro ou amateur, même combat par rapport à la gestion du premier départ…

Ci-après, vous trouverez cinq conseils que nous avons récolté pour vous préparer à bien jouer une partie, qui va peut-être durer quatre ou cinq heures, et pour laquelle, la majorité d’entre vous a envie de ressortir positif, et ce, quel que soit l’index !

Numéro un : Gérez vos attentes avec patience et bienveillance, ne soyez pas trop optimiste !

Vous pourriez faussement croire que ce n’est pas très ambitieux !

Pourtant, des expériences ont démontré que quand un joueur arrive sur le tee de départ du premier trou avec des objectifs relativisés, ils font naturellement baisser le niveau d’anxiété, en déminant tout simplement l’attention portée au résultat.

Le fait de revoir ses objectifs à la baisse ne signifie pas revoir ses efforts à la baisse !

Vous allez toujours vous donner à 100%, et suivre un processus pour taper les meilleurs coups possibles.

Comme l’explique notre consultant, Richard Hurvitz, « On ne joue pas au golf en prévision de faire un coup moyen ! On veut toujours taper le meilleur coup. »

Simplement, vous allez reprendre le contrôle sur une émotion résultante d’un résultat bon ou mauvais, ou fonction de ce que vous définissez comme bon ou mauvais.

Par effet miroir, prenons le phénomène inverse, et donc des objectifs très élevés sur un trou, en particulier le premier.

« J’ai très bien joué récemment sur ce trou. Je considère donc que je peux faire aussi bien et même mieux. »

Que va-t-il se passer si vous concédez un bogey sur les 3 premiers trous de votre 18 ? Est-ce que pour autant, vous vous êtes laissé tomber?

Quand votre jeu ne rencontre pas vos attentes, cela va affecter votre humeur pour tout le reste de la partie. Or, après 3 trous, qui vous dit que vous n’allez pas finir par 4 birdies?

Pour Antoni Girod, préparateur mental « Lâcher prise par rapport au résultat aura pour avantage de faire baisser le stress, et globalement permettre une meilleure performance. »

Plutôt que de raisonner « résultat », il faut raisonner « processus ».

Plutôt que de penser à faire le par sur le premier tour, il faut penser comment s’organiser pour jouer le meilleur coup possible. Etre orienté sur le comment plutôt que sur le combien.

Cet objectif est en fait du domaine du contrôlable par le joueur, alors que le résultat, par définition, ne l’est pas. C’est un principe fondamental du mental appliqué au jeu de golf.

Avant une partie, répétez-vous que vous devez suivre votre plan, votre processus plutôt que de vous fixer un objectif de score.

Numéro deux : Construisez un mental dédié à la « positive attitude »

Les anglais parlent de Mindset, ce que nous pourrions traduire par disposition de l’esprit. « Mind » est la pensée, et « set » l’organisation ou disposition de cette pensée.

Nous n’avons pas un seul mot pour décrire cet objectif qui voudrait que l’on organise sa pensée dans un seul but.

Toutefois, l’idée est bien compréhensible. Il faut s’organiser mentalement avant de jouer pour être performant.

Carol Dwek a écrit un très bon livre sur l’organisation de la pensée. Elle a souligné l’importance pour n’importe quel sport ou activité de s’assurer que l’on développe une organisation de l’esprit capable de grandir plutôt que de rester figé.

Ce qui revient à dire qu’il faut savoir se mettre en position d’apprendre en toute circonstance pour améliorer ses talents, et ses compétences.

Le succès est incrémental et à relativiser sur le long terme. Alors que un état d’esprit figé va prendre en considération la performance dans l’instant, le jour J. Se faisant, vous fixez vos compétences ! Elles ne peuvent pas évoluer !

Vous faites bogey sur le premier trou ? Quelle erreur avez-vous commise ? Que faudra-t-il corriger la prochaine fois ? Ainsi, vous progressez sur le long terme. Vos compétences sont amenées à évoluer selon votre courbe d’expérience.

Pour citer Edgar Grospiron, ancien champion de ski de bosses, reconverti consultant en entreprise, soyez branché sur les opportunités. Ce qui vous arrive, vous arrive, prenez-le comme une opportunité de vous dépasser. La balle a atterri dans le rough ! Le challenge va être de réussir ce coup en prévision de la suite.

Ce point est à raccrocher au premier ! Au lieu de vous dire, « Je veux bien jouer aujourd’hui » transformez cette phrase en « Qu’est-ce que je vais apprendre de nouveau aujourd’hui ? ».

C’est simple mais cela va vous aider à faire baisser le stress.

Que vous scoriez ou pas, sur le long terme, vous allez avancer dans votre progression.

Les erreurs et les pas en arrière font partie du processus d’apprentissage pour Antoni Girod.

Numéro trois : Soyez attentionné au fait d’être vraiment détendu avant de démarrer une partie de golf

Récemment, les golfeurs professionnels français ont accueilli avec bienveillance l’arrivée des contrôles anti-dopage sous la forme de prise de sang sur le tour.

Ils considèrent que c’est un bon moyen d’éviter tout soupçon infondé, et aussi que le dopage dans le golf est quelque chose d’assez abstrait.

Les bêtas bloquants ? Il est avéré que cela joue sur le système nerveux et la coordination !

Bien jouer au golf, c’est du physique, de la technique et du mental. Si vous arrivez sur le trou numéro un, très stressé ou très énervé, pro ou pas pro, vous allez mal joué !

Combien de fois êtes-vous déjà arrivé juste avant un départ ? Juste le temps de sortir le sac de la voiture pour courir au départ sans prendre le temps de s’échauffer ou de souffler ! Ce n’est certainement pas le meilleur moyen de bien démarrer.

McIlroy a connu cette expérience lors de la Ryder Cup 2012 à Chicago pour le dernier jour des simples. Son taxi est resté bloqué dans les embouteillages.

Dans cet exemple, le nord-irlandais a mis quelques trous à rentrer pleinement dans sa partie, et heureusement pour l’Europe, il a fini par remporter son match décisif. Il a en fait géré son stress avant le tee de départ pour ne pas envoyer sa partie en l’air.

Nous pouvons tous être stressés avant de partir jouer sur le parcours, surtout si c’est une partie qui compte comme le championnat du club ou une compétition de classement.

Comme évoqué par Antoni Girod dans ses précédents articles, la meilleure solution pour contrer le stress, est la méditation ou les exercices de respiration.

Le préparateur mental va jusqu’à recommander 10 à 15 minutes de méditations tous les jours.

Le golf est un sport qui n’est pas le plus demandeur d’un point de vue physique. Pour en avoir discuté avec Jean-Karl Vernay, pilote automobile officiel chez Volkswagen en TCR, vainqueur des 24 heures du Mans, les golfeurs professionnels travaillent relativement peu le physique en comparaison des autres sportifs.

A la différence du passé, et notamment des années 80 et 90, ils ressemblent plus à des athlètes, mais 2 heures de physique par jour n’est rien en comparaison du travail effectué par un pilote de course.

En revanche, le golf est un sport qui demande beaucoup mentalement. Pour le pilote, c’est même ce qui le fascine le plus dans le golf. C’est presque une aide pour son métier de pilote.

Etre capable de se relâcher pendant une partie de golf est la clé de la réussite.

Pas seulement, pour gagner en contrôle des pensées, et améliorer la concentration pendant 18 trous, mais aussi pour améliorer sa capacité à rester dans le présent et empêcher son esprit de vagabonder ou de penser à des choses stressantes.

La méditation ou même écouter une musique que vous aimez peut vous aider à vous sentir détendu.

Le yoga est aussi considéré par Emmanuelle Cap, consultante préparation mentale comme un bon moyen de s’échauffer musculairement à un rythme et une intensité basse.

Numéro quatre : Restez concentré sur votre tempo et votre tension pendant votre échauffement

Si vous avez l’opportunité de faire du practice avant votre partie, il y a quelques petites règles à suivre pour être efficace dans la perspective d’une partie sur le parcours à la suite.

Tout d’abord, pas d’illusion pour Richard Hurvitz, pro de golf à Salvagny, « Votre mécanique de swing ne va pas changer d’une partie à une autre sauf cas particulier. Par contre, c’est un processus sur le long terme. »

En revanche, pour le pro, ce qui peut changer entre deux parties, c’est votre tempo et la tension que vous pouvez ressentir selon des facteurs extérieurs. Ces tensions peuvent affecter votre tempo, et par conséquence votre mécanique de swing.

Si, durant votre entraînement, vous avez développé une bonne capacité à sentir votre tempo, à savoir si vous swinguez plus vite ou plus lentement que votre usage, si vous savez ressentir votre niveau de tension, vous serez en mesure d’ajuster votre swing vers votre tempo optimal, et tenir votre tension à un niveau bas.

C’est donc des choses qu’il faut savoir mesurer au practice pour en tenir compte ensuite sur le parcours. C’est même à cela que le practice sert surtout avant une partie.

Etre capable d’auto diagnostiquer son swing pendant l’échauffement.

Les chercheurs ont démontré que la mâchoire était le premier réceptacle de la tension. Si vous vous en rendez compte, commencez par relaxer votre mâchoire.

Erreur à ne pas commettre : Ne pas mâcher du chewing-gum ! Au contraire, cela accroîtrait la tension au niveau de la mâchoire.

Numéro cinq : S’hydrater et manger sont les tartes à la crème d’une bonne préparation à la performance, pourtant…

Quand vous suivez les joueurs professionnels sur le parcours, et même après les heures du petit-déjeuner ou du déjeuner vous pourrez constater qu’ils mangent et boivent assez fréquemment (au moins tous les 3 trous, et à un rythme plus soutenu quand la température monte).

Avant de partir, ce que vous allez mettre dans votre corps va faire une différence sur la façon dont vous vous sentez physiquement mais aussi mentalement. C’est ce qu’avance Séverine Gambardella, diplômée par l’IFSH de Nice en Naturopathie, et qui est comme les autres consultants déjà cités, intervenue sur le site préalablement, justement concernant l’alimentation et le golf.

Clairement, si avant de jouer 18 trous, vous vous arrêtez chez McDo ou vous mangez des fruits et des légumes, vous n’aurez pas le même ressenti nutritif.

Ne pas oublier que le golf est un sport mental et aussi d’endurance physique. Adaptez une alimentation qui soit en adéquation avec votre pratique sera la clé d’une bonne performance, et ce dès le premier trou ou les suivants.

Cet article a mis à contribution plusieurs entretiens que nous avons eu au fil du temps avec nos différents consultants (Richard Hurvitz, Antoni Girod, Emma Cap, Severine Gambardella) et se veut un petit mémento des bonnes pratiques à adopter pour se mettre dans les meilleures dispositions dès le départ d’une partie de golf, en compétition ou amicale.

Restez informé

Recevez notre newsletter

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements