Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

La réalité d’une crise de yips et comment s’en sortir ?

La réalité d’une crise de yips et comment s’en sortir ? - Crédit photo : Mark Newcombe

Qu’est-ce qu’une crise de yips ? D’où viennent-ils et comment s’en débarrasser ? Ce sujet va vous apporter des réponses à toutes ces questions, car, en la matière, point de fatalité. Pour appuyer la rédaction, nous nous sommes appuyés sur les recherches de psychologues qui ont travaillé sur les yips, et publié des études concrètes et chiffrées. Le sujet va traiter de force mentale, de l’importance de la résistance à la pression, et bien entendu de l’origine profonde des yips.

Découvrez nos formules d'abonnements

Qu’est-ce que des yips ? Que disent les chercheurs ?

La définition exacte fait état de secousses ou tremblements qui fixent la course du putter vers la balle, en altérant son exécution, entraînant une répétition de petits coups inutiles par rapport à la bonne exécution du premier coup tenté.

La première partie de ce sujet est accessible en suivant ce lien.

Les recherches menées jusqu’à présent ont démontré que les yips sont le résultat d’une rupture de tâche spécifique provoquée par des facteurs psychologiques, et en particulier, l’anxiété.

Contrairement à ce qu’affirme Ernie Els au sujet de son expérience des tournois majeurs, rien n’empêche de penser qu’il n’était pas néanmoins anxieux au départ du premier trou à Augusta, comme évoqué dans la première partie de ce sujet en deux temps.

Anxieux ? Est-ce que j’ai encore le niveau, moi, à 46 ans contre les Jason Day, Jordan Spieth, et autres jeunes talents ? Est-ce que j’ai encore ma place ici à Augusta quand je suis qualifié au titre de mon passé d’ancien vainqueur en Majeur ? Est-ce que c’est mon dernier Masters ?

Imaginez le nombre de questions qui ont bien pu se bousculer dans la tête d’Ernie Els. Et croyez-vous qu’il confiera ses angoisses à un micro de journaliste,



Le deuxième graphique illustre le pourcentage de putts rentrés à 1.2 mètres ou moins qui a augmenté à mesure que le cobaye a adhéré à la solution, au départ de 77% pour arriver à un optimum de 97%. Par la suite, dans la phase de maintenance, ce taux est retombé à 81%, confirmant un léger gain par rapport à 77%.

Ils vous reste 90% de l'article à lire...

Contenu exclusif JeudeGolf.org

Le reste de l'article est protégé, connectez-vous pour lire 100% de toutes nos pages.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Paiement sécurisé

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.