Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

La méditation : Apaiser votre esprit pour améliorer votre jeu ?

La méditation est une pratique qui prend de plus en plus d’ampleur dans notre société, que ce soit dans les sphères professionnelles, personnelles ou encore sportives. Que ce soit pour lâcher prise, se recentrer sur soi ou encore performer davantage, la méditation semblerait être un outil efficace si l’on en croit le témoignage de nombreux sportifs comme Michael Jordan ou encore Novak Djokovic, y compris golfeurs (Rory McIlRoy par exemple). Certains, plus pragmatiques, semblent de pas croire aux bénéfices de la méditation sur les performances physiques et sportives. Alors est-ce une méthode vraiment efficace ? Jusqu’à quel point le mental impacte-il votre jeu ? Et surtout, comment débuter la pratique de la méditation? Pour en savoir un peu plus sur ce phénomène en plein essor, nous avons interrogé Jean-François Houdayer, préparateur mental chez Altus Performance Europe, et fondateur de l’entreprise Corps et Mental.

Découvrez nos formules d'abonnements

Tout d’abord, un peu d’histoire. Le mot « méditation » vient du latin « meditare » qui signifie « contempler ». Cette pratique spirituelle, conçue dans le but de trouver la paix intérieure, date d’environ 4000 ans.

Le but ultime de la méditation : Vivre à l’instant présent, sans se laisser envahir par sa voix intérieure ou ses émotions négatives.

Jean-François Houdayer, fondateur de l’entreprise Corps et Mental, dans laquelle il travaille avec de nombreux sportifs en sophrologie et préparation mentale, avoue utiliser la méditation avec 99% de ses sportifs.

Professeur d’EPS en collèges et lycées de formation, Jean-François Houdayer a ensuite fait une formation de sophrologue professionnel, et de préparateur mental spécialisé dans la psychologie du sportif.

Ce préparateur mental travaille également chez Altus Performance Europe, qui est une structure privée au sein du golf de Vaudreuil. Elle a pour but de permettre à des jeunes joueurs d’atteindre le plus haut niveau possible. Il est également préparateur mental pour la ligue de golf de Normandie.

La méditation est un outil que le professionnel utilise depuis six ans, de manière déguisée au début, puisqu’il utilisait des méthodes de méditation en sophrologie.

Aujourd’hui, plus besoin de la déguiser, la méditation est à la mode, que ce soit chez les sportifs et non sportifs. Jean-François Houdayer nous explique alors que le mot « méditation » fait de moins en moins peur.

Il explique : « Avant, la méditation avait une connotation négative, spirituelle, presque religieuse. Les gens assimilaient la méditation aux gourous. Depuis, les sportifs de très haut niveau l’ont utilisé pour ses bienfaits sur le mental et la performance. »

Avant d’insister sur le fait que : « La méditation, c’est simplement une focalisation de son attention, une concentration particulière sur un point précis. »

Son but premier est de dédramatiser la pratique de la méditation, montrer que c’est à la porter de tout le monde, car chacun d’entre nous à la capacité de se concentrer sur un point. Cependant, certains ont cette capacité plus ou moins développée que d’autres.

Le préparateur mental étaye alors son propos, en précisant qu’il existe deux grandes familles de méditation : La méditation concentrative, et la méditation de pleine conscience, dite « Mindfulness ».

La méditation concentrative consiste à se concentrer sur un élément spécifique, une chose très précise, comme par exemple un moment de réussite. A travers les 5 sens, on va demander au sportif de se concentrer et de revivre une situation de manière positive, à travers ses sens, afin de faire appel à son imagerie mentale.

Elle s’exerce également à travers l’exercice du « mot évocateur de calme ».  Il s’agit de se concentrer sur un mot qui évoque pour le sportif un moment de calme et de détente. Avec un travail en préparation mentale en amont, on conditionne le cerveau et le corps à assimiler ce mot avec une sensation de tranquillité, par un travail d’imagerie mentale.

« Certains oublient parfois que jouer au golf, c’est avant tout mettre une balle dans un trou. Ils focalisent trop sur le geste technique, et pas sur le trou. De ce fait, ils oublient de jouer au golf. » Dit-il.

La méditation de pleine conscience (ou Mindfulness), est assez similaire à la première méthode. Cependant, au lieu de se concentrer sur un point particulier, le sportif va laisser venir toutes les idées qui lui viennent en tête, et les accepter. Il va ensuite faire le tri dans ses idées, accepter d’en laisser passer certaines, et de s’attarder sur d’autres.

Le Mindfulness se résume donc à se concentrer sur soi, et sur les pensées qui nous viennent dans le moment présent.

Le sophrologue explique ensuite que le cerveau focalise naturellement sur ce qui ne va pas. Dans le sport, il est important de se concentrer sur les choses importantes, bonnes pour le sportif, et d’apprendre à gérer et à éloigner les émotions négatives, qui nuisent à la performance.

La pratique de la méditation peut également être utile et bénéfique à un joueur amateur, qui joue entre amis pour le plaisir, et non pas pour devenir le prochain numéro un mondial.

Jean-François Houdayer affirme que : « Même chez un joueur amateur qui joue le dimanche entre amis, le plaisir du jeu passe le plus souvent par le score. On compte les points, même si ce n’est pas une compétition officielle. C’est une compétition vis à vis de soi, vis à vis du parcours. » 

Tous les sportifs avec qui le préparateur mental a travaillé ont-ils été réceptifs aux bénéfices de la méditation ? Y-a-t ‘il un profil type idéal ?

Il admet alors que non, cela ne marche pas avec tout le monde. Parfois, selon la personnalité du joueur, sa manière de gérer son stress, ses capacités à se concentrer, cela peut ne pas marcher.

Il y a effectivement un « profil-type » de personnes chez qui la méditation fonctionne mieux que d’autres.

Il répond : « Cela marche mieux chez les personnes qui acceptent de réfléchir sur eux, de mieux se connaître, et de modifier des comportements personnels. Il faut accepter que l’on a des difficultés et de se faire aider. Ce sont des personnes qui ont le recul nécessaire sur eux-mêmes pour voir qu’ils ne sont pas performants sur tout. »

Les personnes qui sont le moins réceptives aux bienfaits de la méditation sont souvent les personnes qui ne sont pas convaincues, sceptiques, ou encore qui manquent de motivation.

Il y aurait cependant des limites à la méditation. Le problème que peut rencontrer les personnes qui débutent, est que cela prend du temps. Il faut beaucoup d’entraînements entre les séances, l’objectif étant d’automatiser son cerveau à focaliser son attention sur quelque chose en particulier.

En effet, une séance de méditation dure en moyenne 10 à 15 minutes, bien que le Mindfulness puisse être pratiqué en quelques minutes seulement, quel que soit l’endroit où vous vous trouvez.

Jean-François Houdayer affirme alors qu’il existe un véritable rapport investissement-bénéfice dans la méditation. Les effets sur la performance vont se remarquer selon l’investissement du sportif, sa fréquence de pratique, sa volonté, mais aussi sa motivation.

Il explique alors que parfois, certains ont un déclic dès la première séance, pour d’autres cela prend un peu plus de temps.

Il illustre alors ses propos à travers des cas concrets de sportifs qu’il a accompagné avec la méditation.

Par exemple, Jean-François Houdayer travaillait avec un golfeur qui se classait dans le top 100 des amateurs français. C’était un joueur extrêmement nerveux, qui dès que quelque chose n’allait pas dans son jeu de golf, avait des émotions disproportionnées. Au contraire, lorsqu’il faisait un bon coup, aucune émotion ne lui venait.

Le spécialiste lui a alors fait revivre ces mêmes situations, pour qu’il adopte une attitude beaucoup plus neutre sur le parcours. Avec la médiation, il compris que ses émotions négatives étaient trop extrêmes, et ses émotions positives pas assez exploitées.

Maintenant, lorsqu’il rate une balle, il arrive à gérer sa colère et son stress. A contrario, lorsqu’il joue bien, il utilise ses émotions positives pour se donner confiance en lui le reste de la partie. Ses émotions ont été homogénéisées, afin de les rendre moins pénalisantes.

Le conseil que pourrait donner le préparateur mental à un golfeur amateur qui souhaiterait s’essayer à la méditation, est de ne pas débuter tout seul.

Selon lui, il est tentant de vouloir débuter la pratique en autonomie, sous prétexte que l’on a tout à disposition sur internet, Youtube, les applications mobiles… Cependant, si l’on ne se fait pas accompagner d’un professionnel, il prévient que l’on peut vite se lasser, et passer à côté des bienfaits.

Si vous souhaitez tout de même voir à quoi ressemble une séance de méditation, Jean-François Houdayer préconise à ses sportifs deux applications mobiles, qu’il juge utile.

La première, c’est l’application Petit Bambou, qui est selon le sophrologue, très intéressante mais payante.

La seconde, c’est Insight Timer, une application mobile gratuite, utilisée par plus de 5 millions de personnes.

Il ajoute : « Ce sont des outils qui peuvent aider, les enregistrements audios permettent de se concentrer et se laisser porter plus facilement. L’étape d’après est de se détacher petit à petit des audios, afin de pouvoir faire sa séance tout seul, en autonomie. »

Le travail avec un préparateur mental a effectivement un certain coût. Toutefois, un préparateur mental se consulte une fois toutes les deux ou trois semaines en général. Entre les cours, le sportif va travailler les techniques et s’entraîner seul. 

La méditation semble donc être une alternative intéressante, afin d’apaiser son mental, se reconcentrer sur soi, et donc améliorer son jeu de golf. Cependant, il n’y a pas de méthode miracle, le meilleur moyen pour avoir des résultats, c’est l’entraînement ! 

De nombreuses études scientifiques prouvent les bienfaits de cette pratique sur le cerveau. En 2008, des études scientifiques ont été menées sur le moine bouddhiste Matthieu Ricard, qui possède plus de 60.000 heures de méditation à son actif. Le résultat a été sans appel, la matière grise du moine était bien plus développée que la normale.

Alors, êtes-vous convaincu par les bienfaits de la méditation sur le mental ?

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

billard.luc@gmail.com
0 #1 Mathieu Ricardbillard.luc@gmail.com 22-02-2021 20:42
L'exemple de Mathieu Ricard peut être trompeur car si l'on avait mesuré sa matière grise avant la méditation on aurait peut être trouvé la même masse de matière grise.....! Il est issu d'une famille ou les grands intellectuels foisonnent. Et avant de choisir sa vocation de moine Bouddhiste il devait prendre la succession du professeur François Jacob prix Nobel de médecine. Ceci étant dit j'ai pratiqué une seule fois la méditation dans un stage qui s'appelait "l'école de guerre" dans l'entreprise ou je travaillais et même si c'est très difficile de rester dans cet instant présent, car l'on est perturbé par le moindre bruit ou événement....! Je suis arrivé à un stade étrange ou j'ai ressenti des parties de mon corps que je n'avais jamais ressenti........! Une espèce de supra sensibilité très étonnante....! Malheureusement personne pour te faire continuer à l'époque......! Très dommage

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.