Jouer au golf vite ou agir efficacement ?

A l’occasion d’une visite à Lyon, j’ai eu la chance de pouvoir partager un cours de putting dispensé par Rudy Olmos, un enseignant qui s’est fortement spécialisé dans le domaine du putting, et en même temps, intervenant pour jeudegolf.tv, dans le cadre de l’émission « Le putting by Rudy ».  Cette leçon exclusivement sur le putting m’a beaucoup inspiré : Faut-il jouer vite ou agir efficacement ? Je me présente Yannick Baduel, c’est mon premier article en tant que nouveau rédacteur sur le site JeudeGolf.org

Découvrez nos formules d'abonnements

Une leçon de putting qui m’inspire sur le temps de jeu, la concentration et la bonne exécution du geste

Dans la démonstration de son propos, je constate que Rudy Olmos joue très rapidement une fois la distance au trou évaluée. Il regarde, juge la distance, visualise la balle tomber dans le trou, et déclenche son putt dans la foulée.

Curieux de comprendre pourquoi, il nous explique que le cerveau génère énormément de pensées à la seconde.

En effet, après quelques clics sur un moteur de recherche, on peut lire que selon le neuroscientifique, Deepak Chopra, une personne aurait entre 60 000 et 80 000 pensées par jour.

Soit à minima 0,69 pensées par seconde… Dur de rester concentré sur son putt quand on sait cela…

Il faut également noter qu’il faut 3 secondes au cerveau pour traiter une donnée, sinon elle est classée pour être analysée.

Prenez le temps nécessaire pour regarder votre cible…

Ne pas jouer « tout de suite », c’est donc donner la possibilité à votre cerveau de passer à autre chose.

L’évaluation sensitive de la distance au trou est alors perdue. Rudy Olmos va jusqu’à préciser que si vous n’êtes pas capable d’enchaîner votre putt, il vaut alors mieux se relever, et refaire toute sa routine.

Je suppose que cela explique pourquoi certains joueurs plus « lents » aient besoin de repères d’amplitude dans une approche plus mathématique et moins sensitive ; je mesure, je décide de l’amplitude de mon mouvement, j’exécute, le tout de manière « consciente ».

Pour avoir essayé l’approche sensitive proposée par Rudy Olmos, j’ai constaté une première difficulté : Jouer « de suite » après avoir visualisé la cible ne veut pas dire avoir un tempo rapide.

Mes premiers putts étaient trop rapides.

Ma volonté de jouer de suite me poussait à accélérer ma vitesse d’exécution, avec du coup des fautes de dosages, et l’absence de relâchement tel qu’enseigné par le coach.

Résultat, je produisais de mauvais putts.

Cependant, prendre « rapidement » la décision de jouer, tout en gardant la vitesse d’exécution normale du swing, permet en effet de gommer toute pensée parasite, en passant de suite dans l’action.

Le plus dur reste finalement de se faire confiance…

Un parfait exemple de pensées parasites est décrit par Philippe Chassepot dans son document publié sur le Journal LEQUIPE « L’Ennemi intérieur » raconte la mésaventure de Dougs Sanders ratant un putt de 60cm pour gagner le British, et rapporte le témoignage du joueur : « J’ai commis cette erreur : je me suis demandé vers quel côté de la foule j’allais me tourner pour célébrer ma victoire. Et j’avais préparé mon discours de vainqueur avant la fin de la bataille… »

Après tout, quand vous voulez allumer le bouton de la lumière de votre chambre, vous ne prenez pas le temps d’évaluer l’amplitude de votre geste, vous faites confiance à votre cerveau pour piloter votre corps avec performance, pourquoi ne pas agir de même, en voulant mettre la balle dans le trou ?

Par extension, devons-nous jouer rapidement tous nos coups de golf : c’est-à-dire agir rapidement une fois le club et la cible définit ?

Le Pro PGA Mike Bender décrit en 2019 par Golf Digest comme « One of America’s Top Three Best Teachers” a co-écrit en 2016:  Golf's 8-Secret: What separates golf's greatest champions

Les auteurs, y considèrent qu’un shot efficace doit prendre 8 secondes depuis le moment où vous prenez appuis sur votre première jambe jusqu’à votre finish.

Etant entendu que toutes les décisions préalables nécessaires ont déjà été prises (alignement, visualisation, etc…) et encore en prenant ces éléments de routines préalables, ils arrivent à un total de 20 secondes.

Ne sont pas inclus dans ce temps tout le temps nécessaire à la prise de décision, en particulier sur les coups les plus importants ou les plus stratégiques.

Mais une fois que la décision est prise : routine + exécution : 20 secondes.

Pour établir ce temps, ils ont mesuré l’exécution du top 25 World Golf Hall of Fame dans lequel vous retrouvez des joueurs comme Ben hogan, Bobby Jones, Jack Nicklaus, Arnold Palmer… pour également constater que la plupart du temps, quand ce temps n’est pas respecté les problèmes commencent…

Bender explique que tout temps plus long est mauvais pour la confiance et la concentration.

Le doute s’insinue-t-il dans vos pensées ? Ai-je fait le bon choix ? Vais-je rentrer à temps pour le repas dominical ? Votre cerveau est parti ailleurs… recommencez votre routine… cela est tellement simple à écrire, mais nous sommes nombreux lors de notre partie du weekend à se dire, zut… j’aurais dû me relever… je savais…

Bob Rotella dans son ouvrage Golf is a Game of Confidence  nous raconte son travail avec David Love III : « Comme base, toute bonne routine comporte trois éléments : un dernier regard sur la cible, ramener les yeux sur la balle et le début du swing. Ils doivent être effectués de manière rythmique et séquentielle, il n'y a donc pas de délai significatif entre le retour des yeux sur la balle et le début du swing. Je veux que le cerveau et le système nerveux réagissent à ce dernier regard sur la cible. »

Jouer vite pour jouer mieux ?

Je ne crois pas que cela soit l’idée, car on retomberait alors dans la faute que je décrivais au putting.

Jouer vite ne veut pas dire exécuter ou bâcler son swing.

Je crois qu’il s’agit plus simplement de prendre le temps nécessaire à la décision, puis d’agir en confiance, sans s’arrêter à tout autre considération.

Après tout, vous avez déjà décidé… pourquoi vouloir remettre en question votre décision ?

Pourquoi prendre le risque de se voir envahir par d’autres pensées ?

Le 5/20 du contrôle de physique ramené par votre fils à la maison hier soir ne va pas vous aider à résoudre la quadrature du cercle de votre swing de golf…

Agir après avoir décidé ne prend simplement que peu de temps quand on se concentre sur la simple exécution d’une décision prise avant de vous saisir de votre club…  

Agir en confiance n’est pas long… il faut simplement avoir confiance…

Mais c’est sans doute là le début du problème, comment construire notre confiance ?

On peut d’ailleurs voir que les récentes polémiques sur le jeu lent de Bryson DeChambeau sont en fait liées à certains shots bien précis, et non pas sur la lenteur de l’ensemble de ses coups.

Il est lent quand il doute… il analyse à l’excès les situations pour se rassurer… la question est finalement de savoir si cela est si important… après tout il sait allumer la lumière de son salon… et pour un golfeur professionnel, vous tapez des balles plus souvent que vous n’allumez la lumière de votre salon…

Chez le golfeur amateur cela est sans doute rendu exacerbé par le manque de maîtrise de notre préparation, on peut souvent voir des joueurs mélanger l’analyse de leur environnement, les phases de décision, leur routine et l’exécution du coup…

Un exemple : je regarde mon drapeau, je me saisis de mon fer 7, je fais quelques coups d’essai.

Je constate qu’il y a un peu de vent : Je change de club, oups… faut que je joue, plus le temps de refaire mes coups d’essai, je vais jouer, mais ai-je vraiment le bon club, ai-je construit la bonne sensation avant d’aller jouer ?

Ne devrait-on pas :

En 1, analyser notre environnement.

En 2, faire le choix de notre coup, et sans en changer en milieu de routine

En 3, faire notre routine. Ce qui comprend les coups d’essais, l’alignement ou les wagles.

Et enfin en 4, exécuter le swing !

Bilan

Jouer vite serait-il un moyen tout aussi efficace que de corriger le plan de son swing ou son angle d’attaque ?

Oui, si cela veut dire que vous jouez vite, car vous avez pris des décisions claires et ordonnées. Vous faites confiance à votre corps, pour agir de manière efficace.

Mais soyez indulgent avec votre corps… il lui arrive de se tromper…

Crédit photo : Ric Tapia/Icon Sportswire

A revoir l'émission de Rudy sur l'éveil au putting

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 4.7 sur 3 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.