Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Au golf aussi, la colère est mauvaise conseillère

Au golf aussi, la colère est mauvaise conseillère

Il nous arrive quelquefois d’assister à des comportements incroyables sur un parcours de golf. On peut entendre des jurons, et quelquefois en apprendre des nouveaux. Il arrive de voir des clubs se briser ou lancés dans l’eau, ou bien encore envoyés dans des buissons. Les balles de golf sont souvent les premières victimes expiatoires de la colère de certains golfeurs aux réactions incontrôlées. Il arrive de voir des membres sympathiques d’un club pourtant bien chic, se transformer subitement en démons hargneux.

Découvrez nos formules d'abonnements

Comment est-il possible que ce jeu agréable et relaxant puisse dans certaines circonstances transformer des joueurs de golf en sauvages ?

Le simple fait de taper pour le plaisir dans une petite balle blanche pour la faire rentrer dans un trou, peut conduire certains golfeurs à des niveaux inégalés d'angoisse, de frustration et de comportement irrationnel suite à un mauvais coup.

Un coup de golf raté, certains peuvent simplement en rire en haussant les épaules, sourire et se concentrer sur leur prochain coup, avec d'autres cela peut conduire à des transformations psychotiques qui les font se transformer en monstres.

Ils manquent un putt de quelques centimètres et quelque chose se déclenche en eux. Toute leur angoisse est canalisée alors dans une colère terrible que l’on imaginerait mieux dans la maison des horreurs, plutôt que sur un parcours de golf.

Les joueurs professionnels devraient quelquefois penser davantage à leur image

Les joueurs professionnels du Tour ne font hélas pas exception à la mauvaise image qu’ils peuvent donner d’eux-mêmes, sauf que contrairement à nos copains de club, la couverture médiatique de leurs égarements va faire le tour du monde.

Certains comportements trouveraient davantage leur place dans un centre de traitement psychologique que sur un parcours de golf lors d’une épreuve internationale.

Nous avons assisté en direct à la colère de Victor Dubuisson lors du Honda Classic. Nous avons vu voir aussi Tiger Woods, Sergio Garcia, ou Shane Lowry voir rouge avec des accès de véhémence.

John Daly faire l’hélicoptère avec quelques clubs à sa meilleure époque, tout comme l'ancien numéro un mondial Rory McIlroy qui a envoyé un fer 3 magnifiquement plié, dans le lac du 18 au Doral à Miami.

Avec pourtant une réputation de joueur assez calme et timide sur le Tour, Victor Dubuisson s’illustre encore par une colère au Cadillac Championship, en maltraitant un club, en lançant sa balle dans l’eau et donnant des coups de pieds dans son sac.

Quelques jours seulement après une crise similaire de Sergio Garcia, Victor Dubuisson venait de jouer 72, ce qui n’était pourtant pas un mauvais score sur cette compétition, seuls 13 joueurs sur les 65 encore en course pour ce dernier tour ont joué sous ce score.

Nous n’imaginons pas quelle devait être son attitude la veille quand il a joué 80…

Nos confrères américains ont alors « gentiment » commenté : « Victor Dubuisson a souffert d'une crise émotionnelle au WGC-Cadillac Championship de golf.

Parfois, il vous suffit de vous laisser déborder par la frustration. Le Français Victor Dubuisson était dans un mauvais jour samedi au Championnat WGC-Cadillac, mais c’est pendant le dernier tour que ses émotions ont débordées ».

Pour Golfites news, grâce à ce coup de sang, ce jour là Victor Dubuisson a rejoint Sergio Garcia dans le top 10 des plus mauvaises attitudes de tous les temps sur un parcours de golf…

Ces joueurs sont confrontés aux parcours les plus difficiles du monde.

Nous n’attendons pas qu’en plus d’être des champions, ils soient aussi des saints, cependant il y a une ligne blanche qui ne devrait pas être franchie, entre être compétitif déterminé et inflexible, et devenir complètement exubérant comme un animal en fureur.

orsque la pression monte et que les golfeurs expriment leur colère devant des millions de fans de golf, cela peut se transformer en un spectacle que l’on ne souhaite pas voir en tant qu’amateurs de ce sport.

Les excès de colère ne sont pas une chose nouvelle dans le golf professionnel

Le populaire golfeur Texan Lefty Stackhouse a joué sur le Tour américain dans les années 1930 et 1940, il était réputé pour avoir une soif insatiable et un tempérament rageur.

Il s’infligeait des douleurs physiques pour se punir de ses échecs.

Un jour après avoir envoyé son coup de départ hors limites sur le trou N° 18 d’un dernier tour, il était si furieux qu'il essuya ses mains d’avant et en arrière jusqu'au sang à travers un rosier épineux près du tee de départ.

À une autre occasion, après un résultat particulièrement mauvais lors d'un tournoi, Stackhouse a pensé qu'il allait donner à son putter une leçon, en le traînant derrière sa voiture tout le long du chemin jusqu’au prochain tournoi…

Un autre de ces anciens golfeurs au tempérament légendaire, Tommy Bolt, était connu pour son tempérament chaud, ce qui l’a conduit à se voir infliger de nombreuses amendes et suspensions.

Lors d’un tournoi, il a demandé à son cadet de lui suggérer un club pendant un tour particulièrement frustrant, et son cadet lui a suggéré un fer 2, beaucoup trop pour la distance nécessaire, mais c’était le seul fer qui restait dans son sac, les autres il les avait cassés ou jetés.

Et comme on l’interrogeait sur son attitude, il se contenta de déclarer : « quand vous les jetez, c’est le driver qui va le moins loin, ensuite c’est le putter, et celui qui va le plus loin, c’est le sand-wedge »…

Frustrant le golf ? il y a quand même pire dans la vie…

Le golf peut être un jeu très frustrant et qui sollicite tout autant les muscles que les nerfs, le corps que l’esprit.

Frustrant le golf ? il y a quand même pire dans la vie…

Nous connaissons tous autour de nous des joueurs irascibles et caractériels, de même nous sommes tous à la merci de dégoupiller un jour quand on a l’impression que le sort s’acharne contre nous.

Mais nous ne sommes pas sans arrêt suivis par des caméras de télévision, nos sautes d’humeur restent dans la relative intimité du parcours.

Les golfeurs professionnels sont sans cesses sous pression, c’est certain, et des millions de dollars sont en jeu chaque semaine, mais aucun de ces joueurs ne meurent de faim.

Et puis qui n’est pas sous pression tous les jours pour maintenir son emploi, payer ses charges et continuer à avancer dans sa vie.

Sans doute que l’on aimerait tout simplement que ces joueurs professionnels qui nous font rêver par leur talent aient la décence et le professionnalisme de se comporter comme des artistes.

Après tout ils sont payés pour offrir un spectacle, leurs sponsors les payent pour représenter leurs marques, et nous, nous payons des abonnements aux chaînes de sports pour les voir, nous voulons voir du beau jeu, et pas de la comédie de mauvaise qualité.

Pour notre part, dans notre quotidien de golfeurs amateurs, n’oublions jamais que ce n’est qu’un jeu que nous avons la chance de pratiquer dans de beaux environnements, et que ce jeu ne mérite pas que nous contraignions nos partenaires à subir nos colères, quelles que soient nos frustrations après un mauvais coup ou une partie insatisfaisante.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.