Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test Montre TAG Heuer Connected Golf

C’est peut-être l’événement TECH de la première partie de la saison 2019 dans le domaine du golf. Le célèbre horloger TAG HEUER, rival de Rolex, Omega ou encore Hublot a pris une belle avance dans le domaine des montres connectées. La marque Suisse veut s’implanter dans le golf, où elle a écrit quelques-unes de ses plus belles pages d’histoires, notamment avec sa célèbre publicité mettant en scène Tiger Woods sur le circuit de formule 1 de Monaco, deux passions de l’horloger. JeudeGolf est l’un des rares médias golf à avoir pu tester cette montre en exclusivité pendant deux mois, on vous livre les premières impressions, avec les points positifs et les points à améliorer.

Découvrez nos formules d'abonnements

TAG Heuer, horloger Suisse depuis 1860 considère que son ADN l’enjoint à repousser les limites, et à casser les codes.

Pour une marque de luxe, propriété du groupe français LVMH, il fallait explorer de nouveaux territoires, et par exemple, le domaine du football de haut niveau ou le surf.

TAG Heuer s’était jusqu’à présent un peu détournée de l’une de ses passions : Le Golf.

Connue et reconnue pour la précision mécanique ou plutôt chirurgicale de ses chronographes, TAG HEUER affirme qu’elle est la seule marque de montres de prestige à pouvoir parler d’une seule et même voix, aussi bien aux univers du sport, de l’art et encore de la mode.

En 2015, en sortant la première montre connectée pour un horloger traditionnel, TAG Heuer a voulu se rappeler à note bon souvenir comme une marque innovante, et donc avec un temps d’avance sur ses prestigieux rivaux.

En partenariat avec Intel et Google, deux géants de la TECH, TAG Heuer a signé sa première montre connectée avec le système d’exploitation ANDROID WEAR.

A l’époque (novembre 2015), Jean-Claude Biver expliquait « Nous sommes incroyablement fiers de dévoiler la première montre connectée, ce qui transporte d’un seul coup 150 ans d’histoire dans le futur. » Enthousiaste, il ajoutait « La montre connectée TAG Heuer ne vous connecte pas seulement au futur, mais à l’éternité ! »

Pour Brian Krzanich (Intel), il s’agissait de créer une montre fonctionnelle, intelligente en même temps que belle, pour harmoniser les dernières innovations de programmations informatiques avec un siècle de savoir-faire dans le domaine des montres.

De son côté, Google, associé au projet, nous garantissait que sa mission était de nous délivrer la bonne information, au bon moment, et au bon endroit.

La première version de la montre lancée en 2015 faisait 46 millimètres de diamètre, et avait tous les codes du véritable chronographe.

Pour la porter ou l’avoir fait essayé autour de moi, tout le monde est stupéfait par l’impression de légèreté d’une montre pourtant imposante.

Au premier regard, vous ne pouvez pas être autrement que séduit par cette parfaite alliance de la tech avec le classicisme historique.

Pour TAG, cette nouvelle montre connectée devait être à la fois légère, mais aussi résistante aux impacts. Le titane a été utilisé à cet effet, bien meilleur que l’acier ou l’or.

S’agissant du bracelet, la marque Suisse a opté pour un caoutchouc noir, mais pouvant justement être changé, notamment pour les coloris (rouge, bleu, blanc, orange, vert ou encore jaune).

La boucle étant à nouveau en titane pour garantir un fermoir robuste et léger.

Pour avoir porté la montre (prêtée) près de deux mois avant d’écrire ces lignes, effectivement, conscient de son prix pour un produit unique, vous craignez le moindre choc ou la moindre rayure.

Pourtant, effectivement, les matériaux la rendent relativement imperméable à tous les accidents du quotidien.

La montre réagit à la lumière. Le chronographe « dessinée » réagit à la luminosité, et vous permet de toujours parfaitement distinguer l’heure.

Le chronographe est d’ailleurs complètement personnalisable.

C’est le gros avantage d’une montre intelligente. Vous pouvez changer l’affichage à votre guise, et quelque part, ne pas souffrir d’une lassitude éventuelle.

Il est possible de télécharger les différentes options via Google Play Store.

Bien entendu, la montre connectée ne fait pas que donner l’heure, sa fonction principale et majoritairement affichée dans le cadran.

Aux quatre points cardinaux, par un simple déplacement d’un doigt, vous accédez aux différents menus de la montre.

Au-delà des fonctions classiques d’une montre comme l’alarme ou le chronomètre, la version connectée permet justement de marier TAG Heuer à l’usage préférentiel de ses clients, et notamment le sport.

Avec une mémoire de 4GB, et un processeur Intel Atom Z34XX, vous transportez un véritable mini-ordinateur avec la possibilité d’activer le Bluetooth, ou le WI-FI, mais aussi un petit microphone qui vous permet de communiquer avec la montre via Google Voice.

L’écran réalisé en Crystal, résistant à l’eau (IP67) réagit extrêmement bien aux mouvements des doigts pour afficher les différentes options en un instant.

Avec WEAR OS, une application à télécharger via son smartphone, et qui doit être connectée avec la montre, vous accédez justement à tout l’univers Google, dont Google Fit, Google Translate, Google Maps, et Google Search.

Précision : La montre est livrée dans un étui gris léger et très résistant, contenant un chargeur qui se plaque sous le cadran de la montre, et se recharge très vite.

Près de quatre ans après avoir lancée la première montre connectée, TAG Heuer a fait un autre pas en avant significatif, en rachetant l’application FUN GOLF, conçue en France, pour l’intégrer complètement à son projet, et ainsi brander la montre TAG HEUER GOLF.

Au menu, parcours 3D, données statistiques sur votre jeu, calcul de l’index… TAG Heuer pourrait faire plus que ses rivaux, Rolex ou Omega, finalement des partenaires financiers, des sponsors de prestiges pour des grands tournois, être plus important encore : Incarner la montre des golfeurs !

Être celle qu’ils emmènent vraiment sur le parcours, et pas celle qui reste au vestiaire. Être leur véritable partenaire, et incarner à nouveau l’alliance du luxe, du sport et de l’utile.

Bien évidemment, TAG Heuer n’arrive pas en pionnier dans cet univers de la montre de golf GPS.

Depuis plusieurs années, les ténors du secteur occupent bien l’espace comme GARMIN, BUSHNELL, TOMTOM ou encore Skycaddie.

Les prix oscillent entre 100 et 600 euros. Il s’agit bien plus de montre GPS uniquement pour le golf, et pas forcément des accessoires de modes, et encore moins des bijoux.

Le pari de TAG consiste à marier montre, GPS de golf et accessoire de mode, et même de prestige.

Pour l’avoir porté au cocktail de remise des prix du World Amateur Tour, une compétition typiquement disputée par de potentiels clients de cette montre, j’ai bien vu qu’elle ne passait pas inaperçue.

Son point fort contre toutes les montres GPS existantes, c’est bien entendu sa sobriété mêlée à son élégance.

Indéniablement, elle attire l’œil.

Pour ce qui est de la fonction purement golf, en rachetant FUNGOLF, TAG Heuer a misé sur une application robuste et éprouvée.

La montre promet l’affichage de 39 000 parcours dans le monde. Je l’ai testé à Oitavos, Seignosse ou Miribel.

TAG vous promet une cartographie 3D pour analyser le terrain, évaluer la topographie (les pentes), le tout avec une image très visible, même en plein soleil.

Comme n’importe quelle montre GPS, elle vous donne les distances aux obstacles, les bunkers, les obstacles d’eaux, les arbres et bien entendu, les greens.

Elle permet de mesurer la distance des coups, mais sur ce point, il faut manuellement appuyer sur un bouton pour enregistrer des distances d’un point A à un point B.

Une future évolution de la montre devrait être de connecter le téléphone, la montre, et les clubs comme peut le faire actuellement ShotScope.

De mon point de vue, c’est un des points faibles de la montre TAG Heuer Golf à ce jour, et en comparaison à ce qui peut se faire avec Arccos, ShotScope ou Skycaddie.

Bénéfice d’usage de l’application FUNGOLF, vous pouvez entrer votre carte de score, et obtenir rapidement votre carte de score en brut, en net ou contre le PAR.

Enfin, avec le téléphone, et l’application TAG Heuer Golf, vous pouvez accéder à des statistiques sur votre jeu, à condition d’avoir correctement renseigné vos coups…

On en revient au fait que cela ne soit pas tout à fait automatique, mais encore un traitement manuel. TAG devrait s’inspirer de ShotScope pour permettre une expérience vraiment parfaite.

Sur le téléphone, la création d’un compte ne prends que quelques instants. L’application est soignée, propre et intuitive.

Une page d’accueil résume votre meilleur score, le coup le plus long, les putts par trou, les greens en régulation… bref tout ce que l’on peut déjà retrouver sur une montre GPS munie d’une bonne application.

L’application reconnait facilement un parcours à proximité. Depuis chez soi, avec une connexion internet normale, il faut moins de cinq secondes pour charger un parcours.

Pour jouer le parcours, il vous suffit de choisir la formule de jeu. Vous accédez enfin à la carte 3D du premier trou.

Sur le côté gauche, en bas de l’écran de votre mobile, vous avez justement le bouton « Enregistrer coup ». Il faut y penser à chaque coup pour que cela soit pertinent…

A droite, le bouton score, vous permet d’ajuster le nombre de coups par trous.

Sur la première partie, le système n’a pas encore fait de moyenne de vos coups par clubs et vous donne des conseils théoriques, comme par exemple un fer 9 à 98 mètres en montée. Le vent n’est pas pris en compte.

En déplaçant facilement le petit bouton bleu matérialisé sur la carte 3D, et qui représente votre point de départ sur le tee, vous ajustez automatiquement les différentes distances affichées devant vous, et notamment jusqu’au green.

Sur un trou, l’application va jusqu’à vous donner cinq distances, devant, derrière, au centre du green ainsi que par exemple deux bunkers situés devant un green.

Il suffit juste de déplacer le curseur pour affiner les distances exactes. Comparativement à d’autres applications que j’ai pu tester, c’est plutôt simple, et rapide.

On peut ensuite zoomer sur le green, et le voir de plus près. On peut facilement déplacer la cartographie du trou dans l’espace.

Point très appréciable, et bête comme chou, vous pouvez ajouter des notes personnelles sur chaque trou. Cela revient à construire son propre carnet de parcours, comme un pro pourrait le faire. Vous pouvez noter un club sélectionné ou une position de drapeau, etc.

Sur un par-4, le système vous propose une cible mobile au milieu du fairway pour rapidement décider de votre stratégie.

Si vous optez pour un fer-8 sur votre premier coup, cela vous indique la distance théorique et la distance restante à parcourir pour le second coup. Comme c’est assez intuitif et rapide, c’est utile pour alimenter votre réflexion stratégique au départ d’un trou.

Vous pouvez déplacer votre cible virtuelle sur n’importe quelle zone de la carte 3D, et toujours obtenir la distance du coup à réaliser, et du coup à venir pour atteindre le green en régulation.

En fin de compte, rien à redire sur l’application !

On peut faire sensiblement la même chose sur l’écran de la montre, et avec la carte 3D en moins.

En poussant avec un doigt de bas en haut sur l’écran, vous affichez différents modes comme Enregistrer coup, classement, score et trous.

Précision importante, pour que le GPS fonctionne, il faut bien entendu se trouver en extérieur.

Quand vous n’utilisez pas l’écran, ce dernier se met en veille automatiquement.

Pour finir cet article, je me suis interrompu dans mon écriture, et j’ai été retesté la montre une troisième fois sur le parcours.

Pourquoi une troisième fois ?

Parce qu’en réalité, depuis que j’en suis le détenteur (2 modèles de démo dans toute la France), je n’ai jamais réussi à la faire fonctionner convenablement.

A savoir, l’application sur le téléphone fonctionne très bien.

J’arrive à appairer la montrer avec mon smartphone, mais je n’arrive pas à capter le signal GPS sur la montre une fois sur le parcours, de sorte qu’elle est en quelque sorte inutilisable.

J’ai beaucoup bataillé pour essayer de la connecter, me pensant pas forcément doué pour les objets connectés.

Je m’en suis ouvert à TAG Heuer. Est en discussion, le fait de tester une autre montre pour aller au bout de l’expérience.

En l’état, l’expérience n’est pas pour l’instant assez concluante. Je ne pouvais pas non plus retarder plus la publication de ce sujet.

Cela étant, j’ai joué 18 trous avec la montre au poignet, et utilisé l’application dans mon smartphone pour arriver à un constat que j’ai déjà relevé plus haut : La montre a un point faible !

L’enregistrement des coups, que ce soit sur l’écran de la montre ou sur le smartphone n’est pas du tout adapté à la vrai vie d’un golfeur sur le parcours.

Un coup sur deux vous oubliez de le faire ! Un coup sur deux vous avez autre chose à faire comme ratisser un bunker, relever un pitch ou réparer un divot.

Un coup sur deux vous êtes pressé par le temps, et par une partie derrière. Imaginez que le joueur a le temps pour sortir son téléphone ou appuyez sur sa montre deux fois pour un même coup, est à mon avis présomptueux.

ShotScope ou Skycaddie tiennent le bon bout avec des petits capteurs reliés aux montres. Pour TAG Heuer, cela devrait être du gâteau de nous proposer une telle solution sur la prochaine version.

Dans ce cas, la fonction statistique prendrait alors plus de sens. En attendant, ce n’est pas pleinement satisfaisant.

Après la partie, les statistiques de jeu fournies sont relativement sommaires. C’est suffisant, mais cela souffre de la comparaison avec Arccos et ShotScope, les deux, beaucoup plus complets. On revient à la question des capteurs pour fournir plus d’informations détaillées.

Point positif, la consommation de batterie me paraît raisonnable. Pour une partie de 3h30, j’ai consommé 55% de la batterie alors que je ne l’avais pas chargé à 100% au départ.

A titre de comparaison, certaines montres GPS ne tiennent que 20 ou 22 trous d’affilés. L’autonomie de Tag Heuer Golf semble tout à fait convenable par rapport à toutes les fonctionnalités qu’elle embarque.

Finalement, je retiens comme très positif l’esthétisme de la montre, sa légèreté et ses nombreuses fonctions autres que le golf. Je suis notamment allé courir avec l’application Nike Run Club.

C’est une très belle montre.

Pour les moins, le fait de ne jamais avoir pu accéder au GPS de la montre pour faire tourner l’application GOLF est forcément un point préoccupant, en attendant de tester un autre modèle ou de comprendre ce que je n’ai pas su faire.

A l’usage sur le parcours, la fonction enregistrer les coups ne me paraît pas pertinente. Il y a actuellement de meilleures solutions sur le marché.

Enfin, c’est une montre de luxe, et c’est toujours intéressant de voir un grand horloger investir notre univers, et porter un projet innovant.

J’imagine que TAG ne va pas en rester là, et devrait considérablement faire évoluer son offre très rapidement, et ce, dans le but de redevenir la marque numéro un des golfeurs, devant Rolex ou Omega.

Article susceptible d’être mis à jour prochainement...

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.