Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Masters 13: Victoire d'Espana dominant de bout en bout

Espana jusqu'au bout du Masters 13

Accroché en haut des leaderboards depuis le deuxième tour, le nom d’Edouard Espana n’en est jamais redescendu même si, cette journée que l’on aurait pu penser être une formalité s’est avérée un vrai challenge.

« Mener c’est bien, mais concrétiser c’est mieux et là, ça a été long et compliqué ! » ; en effet, le joueur qui n’a pas fait plus de 2 bogeys par tour depuis le début du tournoi, a aujourd’hui été contraint de composer pour, non pas augmenter l’écart de points et signer une écrasante victoire, mais bien conserver assez de marge pour ne pas se mettre en danger.

Ses bogeys sur les trous n°5 et 6 réduisant à néant la nouvelle avance prise grâce aux birdies des n°1 et 3 l’obligent à rester sur ses gardes car, derrière, Frédéric Abadie semble moins à la faute.

Faisant à nouveau preuve du bon état d’esprit qu’il met en avant depuis le début de la semaine, un birdie sur le 7 le remet à l’abri, à -16.

Un aller sauvé, et le voilà qui débute le retour par un nouveau bogey : trou n°10, un deuxième coup qui atterrit fond de green, 3 putts et il retombe à -15.

Arrive ensuite le 13, petit par 3, mise en jeu qui finit dans le bunker, sortie de bunker et deux putts : -14. Heureusement ses poursuivants essuient les mêmes déconvenues et Edouard truste toujours le haut du tableau.

Hyper concentration et vigilance

Vainqueur du Masters 13

Jusqu’au 15 Edouard maintient son cap et là, seule petite faute confessée : il jette un œil sur le leaderboard.

Disposant encore de quatre coups d’avance, il se relâche, fait un nouveau petit lâcher lors de sa mise en jeu du 17, un deuxième coup de recentrage depuis l’arrière d’un buisson, pitch et deux putts, c’est un nouveau bogey qui le fait passer à -13, score qui permettra au rookie de signer sa deuxième victoire sur le circuit cette année après le Peugeot Open à Madrid en juin dernier et grimper à la deuxième place de l’Ordre du Mérite du Alps Tour.

« Je suis vraiment super content, gagner là sur ce parcours et devant mon père, c’est vraiment génial », oui, car Edouard bénéficiait aujourd’hui d’un cadet de choc : Ignacio, son père, avait fait la route dans la nuit pour venir porter le sac du fiston.

« Il me voit rarement jouer au golf, la dernière fois c’était en 2011, pour la Mouchy, et j’avais gagné. C’est un peu mon porte-bonheur ! ».

Heureux de voir là se concrétiser le travail des 10 dernières années et n’oubliant personne, avec une mention particulière pour son coach Olivier Leglise, lors de son discours de remise des prix, le futur full-time member du Challenge Tour va s’accorder une petite journée de repos avant d’attaquer sa préparation pour les PQ2 et attendre alors les résultats pour envisager très concrètement sa saison 2014.

Côté podium : Frédéric Abadie et Thomas Linard, le complètent respectivement à la 2ème et 3ème place.

La tête d’affiche, Jean-François Lucquin, a réussi à arracher un 70 aujourd’hui pour finir son tournoi à +1, à la 18ème place ex-aequo.

Top 5 définitif du Alps : Jason Palmer (Ang), Edouard Espana (Fr), Steven Brown (Ang), Ben Evans (Ang) et Lukas Nemecz (Aut).

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.