Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Putters TaylorMade OS et OS CB


Alors que Jason Day, le nouveau numéro un mondial utilise un putter prototype, le TaylorMade Ghost Spider Itsy Bitsy, nous nous sommes intéressés aux derniers putters OS et OS CB censés donner plus de stabilité et de tolérance sur les greens. La marque met un argument en avant : plus large, plus de MOI ! Cela tombe bien ! Jason Day n’est pas seulement le nouveau meilleur golfeur du monde…il est aussi le deuxième meilleur putter du moment.

Plus c’est gros, mieux c’est ? En règle générale, plus un club de golf est proéminent, et plus il sera tolérant.

Ce concept a été poussé à son paroxysme dans le domaine du driving avec les têtes 460 cc qui sont aujourd’hui le grand standard.

En matière de putting, la taille n’est pas encore devenue un élément aussi dominateur.

Sans doute que TaylorMade aimerait bien que cela le devienne, surtout après la formidable publicité faite par le doublé Arnold Palmer Invitational-WGC Dell Match-Play réalisé par Jason Day en l’espace de dix jours, et ce, avec en mains un putter très peu conventionnel, inspiré du précédent Daddy Long Leg, et dont on retrouve l’esprit dans les nouveaux OS et OS CB.

La nouvelle philosophie en matière de putting pour la marque sera donc désormais plus large, et plus tolérant.

La notion clé étant que plus un putter sera large, et plus il sera stable à l’impact.

Oui mais concrètement qu’est-ce que cela pourrait signifier comme avantage utilisateur ?

Le fait que le putter soit plus stable sur le chemin vers la balle devrait en théorie limiter la perte de vitesse de balle donnée après l’impact depuis un point moins central dans la face.

De même que si vous ne centrez pas correctement la balle dans la face, elle devrait pourtant avoir tendance à moins s’écarter de la ligne !

Evidemment avec une telle promesse, vous augmentez le pourcentage de chances de rentrer plus de putts.

Concernant le principe de fonctionnement, selon TaylorMade, par la voix de son ingénieur putter, Clay Long, il s’agit de combiner une tête plus large pour déplacer plus de poids vers les extrémités du club avec au bout du putter OS, une pièce de mousse thermoplastique ultra-légère fixée avec une barre rouge.

En appliquant ce principe, l’ingénieur revendique le fait que le putter modèle Daytona est plus long de 7%, soit un gain de 0.3 inches par rapport à un putter standard.

Sans avoir un putter standard et un putter OS sous les yeux à l’adresse, vous aurez du mal à constater la différence de taille. Cela ne saute pas aux yeux.

Plus gros…oui, mais pas de manière démesurée pour conserver des propriétés aérodynamiques qui permettent de soulever le club !

Le modèle Daytona semblable à une lame reste un putter conventionnel.

Elément de différenciation, la mousse thermoplastique de couleur rouge sert aussi à l’aide à l’alignement.

Il est intéressant de noter que par opposition, sur le putter de Jason Day, un modèle qui a été répliqué en seulement vingt exemplaires (vendu 750 euros), ce dernier n’a pas voulu la moindre ligne ou aide à l’alignement.

Au contraire, il a voulu que son putter soit seulement noir mat, et sans aucune autre couleur.

Comme quoi, le meilleur putter du monde ne milite pas forcément pour ce type d’aide.

La gamme OS ne présente pas qu’une lame. Comme à son habitude, TaylorMade décline son produit avec deux autres modèles, le Monte Carlo et le Spider.

Deux putters qui comme le Daytona sont légèrement plus gros que les modèles précédents.

Prouesse technologique ! Concernant le Monte Carlo, si le putter avait été entièrement en métal, il aurait pesé près de 649 grammes !

En utilisant la mousse thermoplastique, TaylorMade a pu dessiner la même forme de tête pour un poids de seulement 350 grammes.

D’ailleurs, c’est le même poids pour toutes les têtes OS.

Personnellement, ayant été bluffé par le Daddy Long Leg avec une tête Spider, je préfère naturellement la tête Spider à la tête Monte-Carlo, un putter dont on pourrait dire qu’il vient tout droit de la Guerre des Etoiles, et qui est très loin du classicisme habituel en matière de putting.

Si j’avais un reproche à faire aux putters Spiders, ce serait concernant l’insert sur la face qui bien que donnant un touché doux, ne donne pas forcément une vitesse de balle très élevée.

Résultat, sur les greens qui ne sont pas forcément rapides (la majorité), il faut vraiment « pousser » la balle pour faire la distance.

En revanche, sur un green rapide, cet insert est parfait pour contrôler la balle.

Avec les nouveaux OS, TaylorMade en a profité pour revoir l’insert et a opté pour un insert de face en aluminium 6061, tout comme ce qui a été fait pour les précédents putters Ghost Tour Black.

Selon Clay Long, cet insert est censé produire un meilleur feeling, et un meilleur son par rapport à l’insert en surlyn.

Autre différence, l’insert est dessiné avec des lignes verticales au lieu d’être horizontales pour rendre la face plus rugueuse. Et ce dans le but de mieux « gripper » la balle !

Toujours selon la marque, ce changement d’orientation des lignes permettrait un gain de backspin de 10% à l’impact.

L’avis de la rédaction :

La largeur des têtes OS ne se remarquent pas de manière exagérée. Faciles à aligner pour ceux qui apprécient les lignes sur la couronne, ils apportent un zest de confiance en plus tandis que la mousse atténue très légèrement le son à l’impact.

Pour Clay Long, et c’est intéressant puisqu’il semble en mesure de chiffrer la performance de son putter, quand un golfeur se trouve à 4.5 mètres du trou, et qu’il manque le sweet spot du putter d’un demi inch (1.25 centimètres), vous pouvez tout de même espérer gagner 0.07 à 0.10 centimètres de roule en plus par rapport à un autre putter moins large !

Il y a deux écoles de pensées :

  • Soit le gain est considéré comme tellement marginal que ce n’est pas un argument suffisant.
  • Soit le gain est toujours bon à prendre puisqu’il y a un gain !

Le MOI de la tête varie en fonction du design. Le Monte Carlo est celui qui en propose le moins (4396 g/cm2), tandis que le Spider est celui qui en propose le plus (5632 g/cm2). Le Daytona (la lame) est entre les deux (4961 g/cm2).

Précision : Le putter Superstroke 2.0 XL-R de 130 grammes contrebalancé est en standard sur cette gamme de putters, tant et si bien que la tête et le grip sont plus larges que la moyenne des putters.

Si toutefois, ce n’était pas encore assez large pour vous.

TaylorMade n’a rien laissé au hasard avec une version OS CB qui est encore plus large de 0.3 inches par rapport à la version OS, soit une taille plus importante de 13% par rapport à un putter conventionnel.

Forcément, les putters OS CB sont un peu plus lourds, soit 395 grammes.

Contrairement aux putters OS, les OS CB font vraiment plus gros une fois en main, et à l’adresse.

En OS et OS CB, notez que la tête Spider est dite face balanced.

Côté tarif, la version OS est à 249 euros contre 279 euros pour la version OS CB.

Les longueurs de shafts disponibles : 33, 34 et 35 inches.

Ci-dessus, le putter de Jason Day.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
mdcenti@orange.fr
+1 #1 quelle est la bonne longueur de shaft pour un puttermdcenti@orange.fr 17-01-2017 15:28
Bonjour, pouvez vous éditer un article sur la bonne longueur de shaft pour un putter selon la taille du golfeur,ainsi que la recommandation sur le poids du putter selon des greens rapides ou lents
Merci
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

La nouvelle gamme Cleveland RTX-3

Découvrez nos formules d'abonnements

Accédez aux offres US Golf !